undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
3,3 sur 5 étoiles
Des amis
Format: BrochéModifier
Prix:22,20 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 26 septembre 2011
Des amis est la première traduction en français d'un roman nord-coréen. Alors, curiosité ou aeuvre à part entière ?

L'auteur est né en 1949 sur la côte est de la RPDC. Après le lycée, il travaille 10 ans en usine puis étudie l'écriture à la faculté. Ces années passées au milieu des machines, dans le monde ouvrier sont très importantes pour lui. D'ailleurs, dans la préface, Patrick Maurus explique que l'on retrouve cette période dans l'écriture même de Baek Nam-Ryong avec un vocabulaire précis et un sens du détail. D'ailleurs, pour l'auteur, le travail en usine et le travail de l'écriture sont semblables : « Il se sentit léger d'être venu à l'usine où fleurissait la création ». Ce texte traite d'un cas particulier, un couple qui veut divorcer, pour aboutir à des considérations plus générale. Cependant, si le roman dénonce l'arrivisme, la corruption des cadres, à aucun moment il ne remet en question le régime. Bien au contraire, l'auteur lui est reconnaissant d'avoir pu lui permettre de devenir écrivain. Alors évidemment, cette pensée donne les pages plus chargées d'ennui du roman avec l'éloge des valeurs communistes, du parti, les leçons qui émaillent l'histoire. Ainsi, à la chanteuse qui veut divorcer car elle ne s'entend plus avec son mari qui manque d'ambition, qui ne la comprend pas, le juge chargé du dossier déclare : « Vous avez un sentiment de supériorité. (...) Si nous vous retirons le titre de chanteuse que vous devez à la confiance du Parti, que vous restera-t-il ? (...) L'intelligence et la personnalité ne viennent jamais des positions sociales, des métiers, des conditions, des apparences. Les gens qui vivent et luttent pour le but fixé par le Parti, ces gens qui ont une conception de la vie peuvent être des personnalités d'une intelligence très élevée. » (p.206). Certains personnages, comme cet homme qui a divorcé d'une femme qu'il jugeait trop campagnarde, sont vus comme ayant conservé « les derniers vestiges des idées, des conventions et des vues bourgeoises » (p.37). Pourtant on trouve des vestiges de l'ancienne Corée dans les scènes de mariage ou de rencontres timides entre les amoureux. On découvre une société plus complexe qu'on ne l'imagine.
Débarrassé de tous ses oripeaux idéologiques, le roman gagnerait en intensité car il est pourvu d'une belle écriture (et d'une belle traduction). Certains passages nous laissent d'ailleurs entendre ce que cela pourrait être comme par exemple la scène dans laquelle le juge s'occupe du petit garçon de la chanteuse, toute en douceur et finesse.
C'est en tout cas un livre à découvrir, qui nous ouvre une fenêtre sur un monde fermé.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un roman rare: il constitue un voyage en Corée du Nord, un pays qu'on connaît mal, par-delà des clichés peu flatteurs. C'est aussi le premier roman nord-coréen traduit en français. Le lecteur y découvre un drame constitué autour d'une tentative de divorce, cet acte étant présenté comme un acte public et défaut dans le maillage bien construit d'une société qui se veut indivisible. Dès lors, le juge mène l'enquête... L'histoire a quelques raideurs, et n'évite pas toujours un ton édifiant; celui-ci est contrebalancé par quelques pages plus romantiques où l'auteur convoque les violons, ainsi que par une description précise et réussie du monde de l'usine.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Camarade lecteur, Des amis est le premier roman nord-coréen à bénéficier d'une traduction en Europe. Il a été publié en 1988 dans son pays, témoignage d'une ère nouvelle car, pour l'une des premières fois, les héros y étaient des gens ordinaires et ne contait pas par le menu les faits et gestes des dirigeants du régime. Il faut lire la préface de Patrick Maurus, son traducteur, qui a priori peut sembler agaçante, par son côté "donneur de leçons", mais qui propose une grille de lecture qui n'en est pas moins utile. "Ce roman n'a pas été écrit pour des regards étrangers. Ce n'est pas un brûlot contre le régime, ce n'est pas non plus de la propagande comme on l'entend en occident, mais une fiction littéraire qui se revendique comme telle." Bien, voyons cela de plus près, camarade lecteur ! Le personnage principal du roman de Baek Nam-Ryong est un juge chargé de statuer sur un divorce. On s'aperçoit très vite que cette affaire dépasse largement le domaine privé et devient une question sociale, voire politique. Ce juge va enquêter sur le couple en instance de séparation : elle est cantatrice, il est ouvrier. Elle a changé de statut au fil des années, il est plus conservateur et moins enclin à changer. Progressivement, cet homme et cette femme vont être amenés à faire leur auto-critique et à reconnaître leurs fautes respectives. Il y a là quelque chose qui rappelle la révolution culturelle chinoise, en plus doux, heureusement. Au-delà des passages dédiés à la glorification du régime, pesants, mais "obligatoires", la figure du juge est particulièrement intéressante. Il s'immisce dans la vie des autres, joue au raccommodeur de ménages, tout en vivant lui-même une situation singulière, sa femme étant le plus souvent en voyage d'affaires. Il s'en faudrait de peu, finalement, pour que son propre couple soit en difficulté, lui aussi. Le livre, étonnamment, possède un humour discret et une ironie sous-jacente qui font passer les quelques chapitres, disons, dialectiques. Les dialogues sont très réussis, souvent ponctués de ?, ... ou !, qui leur donnent un caractère très vivant. Des amis a un côté fleur bleue et sentimental plutôt surprenant, l'amour et la famille semblant le socle essentiel sur lequel repose la société nord-coréenne. C'est évidemment une vision partiale et partielle, qui correspond mal à l'idée que les étrangers se font de la dictature de Pyongyang. Néanmoins, camarade lecteur, il s'agit d'un texte qui "ouvre une fenêtre sur l'un des pays les plus fermés du monde" et qui est aussi un objet littéraire de bonne facture, agréable à lire et bien construit. En espérant que de nouvelles traductions nous parviendront très bientôt car notre curiosité, camarade lecteur, et notre désir de mieux comprendre le fonctionnement de la société nord-coréenne est loin d'être étanchée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 novembre 2011
Après avoir lu et adoré "Shim Chong, fille vendue" de Sok-Yong Hwang, j'ai voulu essayer un autre écrivain coréen mais fût déçu par cette histoire contemporaine insipide. Par contre le style littéraire est bon...mais ça ne fait pas tout.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Vies ordinaires en Corée du Nord
Vies ordinaires en Corée du Nord de Barbara Demick (Broché - 10 novembre 2010)
EUR 23,30