undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles14
3,9 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:23,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 24 décembre 2011
Si vous vous attendez à un polar classique, détrompez-vous ! Somoza est un grand manipulateur et il faut accepter d'être quelque peu perdu à la lecture des premiers chapitres mais avec quel bonheur ! Une écriture ciselée, une grande érudition, un thriller haletant... vous mélangez tout cela et vous obtenez ce petit bijou.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 octobre 2011
Madrid, dans un proche avenir.

Comme Londres au temps de Jack l'Eventreur, la capitale espagnole vit chaque nuit dans la peur d'un tueur en série, fou et tortionnaire : le Spectateur. Vingt jeunes filles ont déjà été enlevées, séquestrées, retrouvées mortes, lorsque le roman commence.
Pour l'arrêter, tous les espoirs de la Police reposent sur Diana. Diana est un "appât". Une actrice formée à la théorie des "masques" : une nouvelle méthode de profilage consistant à identifier les désirs profonds des assassins pour que l'appât puisse incarner la victime idéale. La victime parfaite à laquelle le tueur ne pourra résister, celle qui l'obligera à sortir de son antre et à se découvrir.
Une nouvelle technique de profilage dont le principe repose sur l'étude des personnages de Shakespeare, leurs désirs, leurs pulsions. Acteurs, enquêteurs, psychologues, les appâts lisent le monde et décryptent l'âme humaine à travers l'oeuvre du grand Will.
Mais le Spectateur échappe aux pièges tendus par la police, déroute les profileurs, ignore les appâts. Pour débusquer le monstre, Diana va devoir plonger au plus profond de ses peurs, de ses traumatismes, de son passé, et approcher les frontières de la folie. Commence alors sa descente aux enfers.

Attention : chef-d'oeuvre.

Somoza poursuit avec ce roman fascinant et terrifiant son exploration de l'esprit humain à travers le prisme du polar. Après avoir exploré l'oeuvre de Lovecraft dans La clé de l'abîme, les pouvoirs terrifiants de la poésie dans La Dame n°13, ou les illusions du réel dans La Caverne des idées, l'auteur mêle ici la traque d'un serial killer, le parcours de l'oeuvre dramatique de Shakespeare et la cartographie de notre psyché, entre peurs et désirs. Portrait du monde en théâtre baroque, de la vie comme un songe plein de sang et de furie.

Le roman le plus intelligent et plus troublant de cette rentrée littéraire.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 20 novembre 2012
Résolument original, remarquablement troublant et totalement inclassable.
Une très belle plume, magnifiquement soignée.
Une intrigue vertigineuse et extraordinairement bien ficelée.
Bien qu'il s'agisse d'une enquête policière ce n'est pas un polar au sens classique et bien que l'auteur développe une théorie psychanalytique futuriste il ne s'agit pas de science fiction conventionnelle.
Théorie de l'élaboration des masques, découverte du "psynome",habiles référence à Shakespeare sur plusieurs niveaux (dont la structuration de chaques chapitre sur une oeuvre différente) sont quelques exemples de la richesse créative de José Carlos Somoza.
Nul besoin d'ailleurs de s'y connaitre en psy à mon avis.
C'est délicieusement troublé que l'on sort de ce roman avec l'envie également de (re) découvrir l'œuvre Shakespearienne.
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2012
José Carlos Somoza, psychiatre de formation, enrichit son œuvre singulière d'un roman s'affranchissant d'un genre littéraire bien défini. Imprégné des composantes du thriller psychologique, il lorgne, à l'instar de la plupart de ses ouvrages précédents, vers le fantastique et la science-fiction. Obnubilé par le décodage de l'humain, José Carlos Somoza ancre profondément l'Appât dans la sphère psychologique et psychique, marquée par le maniement des consciences, l'exploration de la psyché, l'auscultation de la raison ou encore l'observation des plaisirs.

Dans ce grand théâtre qu'est la vie, José Carlos Somoza échafaude une intrigue d'une rare inventivité. Contrarié par les limites de la technologie dans la capture des psychopathes, il élabore une théorie fascinante portant sur la connaissance des désirs de l'homme, décryptés au sein d'un psynome. Code mathématique du désir, le psynome, « trop complexe pour la mythologie populaire », n'en demeure pas moins déchiffrable par son incapacité à être feint ou dissimulé;chacun d'entre nous appartenant à une philia répertoriée... Une philia, identifiée au vu de comportements similaires (gestes, paroles,...), permettant à ses sujets de réagir de la même façon face à des stimulations semblables... Identifier et cerner le psychisme subversif afin de neutraliser les individus dévoyés et dangereux, telle est la mission des appâts, humains recrutés par la police et formés aux techniques des masques (gestes, apparence, sentiments) propres à chaque philia, grâce au génie de Shakespeare...L'auguste maître dont les œuvres ne se contentent pas de définir les linéaments des psynomes...

La suspension est constante tant la richesse imaginative de l'auteur est source d'abondants développements et questionnements intérieurs.
Mieux analyser les désirs de chacun pour mieux les contrôler. Focaliser l'attention sur les meurtriers en décodant leurs désirs et leur opposer leur réciproque afin de les laisser sombrer dans l'extase du plaisir jusqu'à la rupture, tel est l'enjeu du guet-apens psychologique.

Se noue autour cette inspiration science-fictive une intrigue nerveuse centrée sur la recherche d'appâts menacés par de vils masques.

Roman œuvrant à la croisée des genres, l'appât est un roman ambitieux, assez fascinant dans sa propension à mêler les caractères du réel et de l'imaginaire sous l'empire onirique. La face cachée de l'individu étant exposée, un sentiment d'oppression imprègne l'histoire, l'auteur réussissant, par les ressorts psychologiques, à la nourrir habilement d'une atmosphère assez malsaine. Sa richesse narrative est peu ordinaire, s'affirmant comme l'une des plus exaltantes qui puissent exister en matière littéraire, et transcrite avec le soin habituel qu'apporte l'auteur à son œuvre.

L'appât n'est toutefois pas, à mon sens, le roman le plus réussi de José Carlos Somoza tant la plongée dans l'histoire, de par ses références doctes à l'œuvre de Shakespeare et ses développements sur la psychologie, peut s'avérer fastidieuse et déroutante. Ce roman est donc particulièrement exigeant en terme d'attention, le renoncement à poursuivre l'aventure pouvant émerger assez vite. La déception peut poindre également lors des séquences terminales de l'histoire, le final ne me paraissant pas parfaitement maîtrisé, le lecteur assistant, en Spectateur exigeant, à l'amoncellement de rebondissements et à la conclusion quelque peu hâtive et simpliste d'une aventure très intéressante.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2012
Bien imaginés ces appâts programmés, entrainés pour neutraliser des suspects dangereux, grâce à un jeu de séduction,rapide ,précis...Ils sont recrutés par une police secrête madrlilène, mais qui tire les ficelles de ce théâtre de marionnettes? Un beau style (c'est le premier livre de cet auteur que je lis),des rebondissements ,trop peut-être, ,on finit par se perdre dans cette intrigue compliquée, sophistiquée...Des références psychologiques crédibles cependant car chacun manipule et est manipulé.Je suis pête à lire un autre Somosa...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2015
Ce roman sort du polar classique et décrit des techniques de séduction auxquelles sont formées "les âppats" afin de prévenir et d'arrêter des criminels en Espagne. Cette technique des masques serait déjà en filigrane dans le théâtre de Shakespeare.
Brillant, troublant, original. À recommander chaudement. Un récit dont on se rappelle longtemps.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2015
On n'y croit pas une seconde. Heureusement, le reste de l'histoire tient la route et Somoza écrit bien, sinon, je ne conseille pas ce livre comme première entrée dans l'univers de cet écrivain.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2014
Dans la lignée des grands romans de José Carlos Somoza. Puissante originalité, rythme, écriture, sans doute le plus fort après "Clara et la pénombre".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
De tous les livres de José Carlos Somoza, L'appât est sans doute celui qui se rapproche le plus d'un thriller. Mais, revu et corrigé par l'auteur madrilène qui semble avoir pour objectif principal de subjuguer le lecteur avec des péripéties dont un 1/10ème suffirait à faire un polar mouvementé. L'action du roman se situe dans un futur proche, dans la capitale espagnole traumatisée quelques années plus tôt par un attentat nucléaire terroriste. La technologie n'a cessé de progresser, mais toutes les innovations semblent s'annihiler et sont totalement assimilées par les criminels. Du coup, la police a décidé de s'en remettre à l'étude de la psychologie humaine en créant de toutes pièces des "appâts" vivants, hommes ou femmes rompus dès leur plus jeune âge à composer des "masques" censés correspondre aux désirs les plus profonds des délinquants traqués, de façon à soumettre leur volonté, en contrôlant leurs pensées et émotions. Placée en exergue du livre, cette citation de Shakespeare donne le ton : "Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs." Tous les chapitres de L'appât renvoient, explicitement, à l'une des pièces de Shakespeare. Est-ce que c'est clair ? Non, mais le livre pas toujours non plus, distillant ses informations avec parcimonie. Une fois les bases du "jeu" plus ou moins comprises, il est bon de se laisser entraîner par Somoza dans une histoire labyrinthique, dont lui seul a les clés. L'écrivain se déchaîne dans la dernière partie du livre avec une invraisemblable cascade de rebondissements et de retournements de situations et une bonne demi-douzaine de fausses fins. C'est du grand Guignol, mais on en redemande. Le théâtre (shakespearien) et la réalité ne font plus qu'un dans ce livre halluciné et hallucinant.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2015
Vraiment,je ne suis pas sensible à la littérature hispanophone.Les situations sont outrées et les personnages trop théâtraux pour mes goûts.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,50 €
8,70 €
11,70 €
10,70 €