Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

21 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Brutalité policière, 3 mars 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1974 - Prix du roman noir étranger, Cognac 2002 (Broché)
Rien de comparable à ce jour en littérature policière. Même Ellroy n'a pas cette noirceur, c'est peu dire. C'est noir, brut et sauvage. La chasse au tueur pédophile n'est qu'accessoire. Le sale bourreau qui trucide les gosse et qui leur colle des plumes sur le dos ne nous fait pas peur. On sait qu'on finira pas l'avoir. Ce qui nous effraie davantage, c'est l'Angleterre de 1974. Les flics sont des ordures. Tous les coups sont permis. La société encaisse sans broncher. Question morale et compassion, le héros de l'affaire n'est pas mieux loti que ses contemporains. On tourne en rond sur plus de 300 pages dans un monde hallucinant où les phrases sèches du texte vous sont balancées comme des coups de poing dans la figure. De quoi ressortir lessivé de ce livre, abasourdi. Tous les autres romans policiers à côté, même les meilleurs - de Connelly à Mankell - font artificiels, avec leurs enquêteurs pépères, les ressorts classiques et usés du romanesque, leur thrillérisation à outrance pour tenir le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page. Avec 1974, point de méthode de ce genre. Rien ne s'articule autour de cadavres et d'indices. C'est le LECTEUR la victime de sévices durant le temps de la lecture. A la fin, on ne sait plus si on doit en redemander. La seule chose qu'on retiendra, c'est qu'on ne lira plus jamais de polars comme avant. On verra immédiatement que tout sonne faux, même si on y prend encore un certain plaisir. Un peu comme au cinéma, lorsqu'on regarde les stars milliardaires jouer les prolos ou les filles de joie. Après 1974, point de salut.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 plaisir rare, 27 août 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1974 - Prix du roman noir étranger, Cognac 2002 (Broché)
A lire en urgence, à dévorer pour un plaisir de lecture rare dans le monde du polar.
Elroy a un petit frère, encore plus dangereux, au talent aiguisé, acéré.
On en redemande mais c'est terrible ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 1974 de David Peace, 1 avril 2002
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1974 - Prix du roman noir étranger, Cognac 2002 (Broché)
Premier volet d'une tétralogie polar se déroulant dans le cauchemardesque Yorkshire des annéees 70 et 80, on peut déjà comparer le syle explosif de ce romancier britannique au syle de James Ellroy.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

1974 - Prix du roman noir étranger, Cognac 2002
1974 - Prix du roman noir étranger, Cognac 2002 de David Peace (Broché - 11 février 2003)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 9,50
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit