undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • 1974
  • Commentaires client

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles20
3,8 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,15 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 mai 2013
Au départ tous les ingrédients sont présents pour que je lâche le bouquin des mains.

1/Le style de l'auteur nous en mets partout: un style télégraphique, des phrases avec un, deux ou trois mots. Des répétitions à l'envie du genre "je regardai la montre de mon père" ou encore "Edward Dunford, correspondant pour les affaires criminelles dans le Nord". Tout cela donne un sentiment obsessionnel au livre et le rythme. Peut-être que l'usage très fréquent des mêmes répliques "je vous emm***" et "va te faire foutre", parfois utilisées hors de propos devient trop systématiques et usante.

2/Les personnages, David Peace nous en sert à foison si bien qu'une lecture très concentrée est obligatoire, faute de s'y perdre irrémédiablement.

3/ L'histoire. Elle est faite d'histoires qui vont finir par se recouper, mais là encore on peut se perdre facilement dans ce labyrinthe.

Mais comme par magie, tout se tient, tout colle. On est happé par le rythme du livre qui s'écoule sur une dizaine de jours, en décembre 1974. Peace utilise aussi un procédé employé par d'autres : il nous sert et ressert tout ce qu'on entend à la radio. Ça va de Elton John en passant par Petula Clark, tous les tubes anglais des années 70. Il nous sert aussi la Une des journaux, normal puisque lui même est journaliste, correspondant pour les affaires criminelles dans le Nord. L'Ira, la politique intérieure et extérieur de la GB, il épluche les journaux de 1974.

L'histoire, en elle-même, est noire, violente, sordide. Le jeune Edward Dunford, correspondant pour les affaires criminelles dans le Nord ne sait pas où il met les pieds lorsqu'il commence son enquête et d'ailleurs, peut-être que pour lui et d'autres, il aurait mieux valu s'abstenir.
review image
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2004
David Peace signe ici le premier volet d'une tétralogie de thriller. 1974 retrace quelques jours de la vie d'un jeune journaliste qui se retrouve mêlé à des histoires sanglantes et qui en paye le prix fort. Ecrit à la première personne et avec un style tout à fait particulier (il m'a fallut quelques pages pour m'y faire réellement), son réalisme est troublant (parfois même choquant...). Si vous aimez vous retourner l'estomac plongé dans un bon thriller, celui-ci vous plaira certainement. Personnellement je l'ai adoré (d'où mon 5/5) mais attention, âmes sensibles, s'abstenir...
0Commentaire|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"1974" est le premier volet d'une tétralogie, le "Quatuor du Yorkshire" (1974, 1977, 1980 et 1983), que David Peace a consacré au crime et au Yorkshire et qui met en fiction des faits divers réels tout en brossant le portrait de l'Angleterre de 1974 à 1983. Une Angleterre lessivée par la crise économique, dans des années de régression sociale et culturelle, les années de la révolution conservatrice thatchérienne.

Véritable portrait social d'une Angleterre en pleine décadence, "1974" est un roman d'une extrême noirceur, qui nous emmène dans les bas-fonds de l'humanité, avec un réalisme cru et désespéré. Le style d'écriture, très particulier, incisif, nerveux, fait de phrases syncopées, ajouté à la brutalité des mots et des propos, s'il illustre bien les névroses du héros et la désespérance ambiante, peut aussi parfois dérouter le lecteur, de même que certaines scènes particulièrement violentes peuvent susciter la répulsion, voire le dégoût. Toutefois, c'est le chaos que Peace veut montrer, par ce récit hallucinatoire d'une descente aux enfers qui se terminera tragiquement, et il y réussit à la perfection, laissant son lecteur "sonné" par ce texte (un peu trop) noir et violent.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2009
David Peace a bien dit lui-même avoir voulu écrire un cycle de romans dans le style du "L.A. Quartet" de James Ellroy, mais avec comme paysage le nord pluvieux de l'Angleterre. Il l'a bien fait, mais sans vraiment réussir. L'histoire kidnappe le lecteur (la lectrice? Je ne sais pas si il y'en aurait pour cette série de romans dans lesquels les femmes ne sont que des chiffres et victimes) et l'amene au bout de l'horreur, mais le style est tellement répététif et confus que finalement on lit pour savoir le dénouement seulement. J'ai lu les trois volumes qui suivent sans vraiment prendre de plaisir, mais par bête curiosité. Une perte de temps. Lire Ellroy plutôt.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2007
Vous êtes un adorateur de Ellroy ? Tentez David Peace: c'est noir de chez noir, sans aucune rédemption possible et le cheminement du personnage principal a tout d'une descente aux enfers. Moi qui n'ai rien trouvé à me mettre sous la dent depuis le quatuor de Los Angeles, j'ai dévoré.
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2013
Je n'ai pas trop aimé le style assez singulier de l'auteur; quelques bonnes trouvailles mais à trop "forcer la dose" tout devient embrouillé et difficilement lisible.
Le monde extérieur est un chaos où le lecteur se perd peu à peu.Vision très noire de la société anglaise en 1974 mais est-ce véridique?
L'enquête du journaliste est nulle - on suit difficilement ses raisonnements et ses déductions et il reste des points obscurs.On a l'impression très désagréable que l'auteur ou le journaliste sait tout mais préfère laisser le lecteur au bord de la route.
Bref,une belle déception.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vite, vite le deuxième tome. Après un tel choc on ne peut que rugir pour lire la suite. C'est une pure « merveille », un diamant, mais attention ! c'est noir, très noir, sombre et parfois très violent. L'ambiance de la G B des années 1970 (en plein thatchérisme, en plein déclin, même si rien de politique n'apparait nettement, mais les sous-entendus, le non-dit sont criants...) est décrite exceptionnellement.
Le style est très étonnant, il faut s'y habituer mais au bout de quelques pages il n'y a aucun problème et on constate à quel point il colle à l'intrigue. Une scène m'a choqué : je ne sais toujours pas si elle est réelle ou cauchemardée par le héros tant elle est hyperviolente, grandguignolesque et... irréaliste.
Tout est plus que déprimant : réaliste, authentique (crois-je !) et... finalement pas si pessimiste que ça, aussi paradoxal que mon propos puisse paraître. Vous verrez bien ce que je veux dire. Je vous incite à vous précipiter sur ce grand roman, toutes catégories littéraires confondues...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2008
Difficile de faire plus noir que ce roman. On sent comme une chappe de plomb dés le début du roman et son héros s'engluer au fil des pages.
Pas beaucoup de place pour une quelconque humanité.
Le style demande un peu d'efforts au lecteur et même si une fois rentré dans le roman apporte une touche de réalisme, il contribue aussi à une certaine confusion. Du moins c'est l'impression que j'ai eu.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2008
Noir de noir avec un style et des phrases hypnotisants et déchirants. Le prétexte de ce livre est une enquête sur une série de meurtres, le cheval de bataille de Peace semble être une peinture effarante de la société de l'époque; on ne sait plus de quels bords sont les ordures; les flics, la pègre, les hommes politiques, les patrons, tous se mélangent dans un décor nauséabond et occupent une place importante dans l'échelle de la pourriture de la société. Peace met en scène un journaliste qui aurait pu briller mais le destin l'a plongé dans une descente aux enfers pour le clouer à une place de looser scalpé d'horreurs. Un roman d'une noirceur à la limite du réel. Le lecteur reconnaît la touche Peace aussi avec cette négligence du suspense et la difficulté parfois à suivre l'histoire, et peut se trouver désorienté comme le sont la plupart des paumés de 1974. Un livre qu'on peut pas oublier et qui ne laisse pas indifférent. 1974 est très apprécié par le grand Marin Ledun.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'atmosphère est particulière glauque, noire,parfois sordide mais le style particulier de l'auteur très vif avec un rythme rapide permet de s'immerger rapidement dans l'histoire et de ne plus pouvoir lacher ce livre. Par contre c'est vrai que c'est parfois un peu confus et déroutant mais c'est un livre à ne pas rater qui change des polars que l'on a tous l'habitude de lire.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,65 €
10,00 €
9,15 €
10,65 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)