Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Toutes les vies de H.G Wells
C'en est sans doute terminé des romans "universitaires", irrésistibles de drôlerie, qui ont fait la renommée de David Lodge. Avec L'auteur ! L'auteur !, l'écrivain britannique s'était lancé dans un tout nouveau genre, la biographie romancée, consacrée en l'occurrence à Henry James. Une livre qui n'a pas...
Publié le 1 février 2012 par traversay

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Assez indigeste
Ce livre donne effectivement envie de (re)lire H.G. Wells. Mais au-delà de l'aspect anecdotique et méconnu de la vie privée de ce dernier, un livre de 700 pages qui aurait pu tenir...en 70. Pas le meilleur ouvrage de David Lodge !
Publié le 4 avril 2012 par Michel


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Toutes les vies de H.G Wells, 1 février 2012
Par 
traversay (Orléans, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un homme de tempérament (Broché)
C'en est sans doute terminé des romans "universitaires", irrésistibles de drôlerie, qui ont fait la renommée de David Lodge. Avec L'auteur ! L'auteur !, l'écrivain britannique s'était lancé dans un tout nouveau genre, la biographie romancée, consacrée en l'occurrence à Henry James. Une livre qui n'a pas laissé un souvenir impérissable, pour être honnête, car franchement ennuyeux. Ce n'est donc pas sans appréhension que l'on s'attaque aux 700 pages dédiés à la vie, aux vies plutôt, de H.G. Wells, le célèbre auteur de La guerre des mondes, dans Un homme de tempérament. Une crainte vite dissipée tant Lodge maîtrise son sujet et nous plonge illico dans cet immense chantier que fut l'existence de Wells entre publications innombrables, engagement politique, participation à la vie littéraire de l'époque et aventures sentimentales et sexuelles si variées qu'elles feraient passer Casanova pour un ascète. Apôtre de l'amour libre, l'auteur de L'homme invisible a largement mis en pratique ses théories, quitte à scandaliser la société anglaise puritaine de l'époque et mettre en péril sa réputation d'homme public. On ne retrouve pas dans ce "roman" la verve drolatique de Lodge, celui-ci s'est mis entièrement au service de son sujet et c'est davantage dans la construction de son livre et quelques figures de style qu'il imprime sa marque. L'une d'entre elles consiste, à intervalles réguliers, à interrompre le récit factuel pour pratiquer des auto-interviews de Wells, fictives évidemment, pleines d'ironie, et qui font office de respiration au coeur d'une narration qui enchaîne les événements à une cadence rapide. L'avantage de ces confessions intimes de Wells est de sauter parfois des années entières, résumées en quelques lignes, et d'approfondir le moi profond de ce personnage bourré de contradictions, aussi génial et visionnaire (imaginer la bombe atomique et l'approche d'une guerre mondiale, dès le début du vingtième siècle, par exemple) que d'une candeur et d'une mauvaise foi parfois désarmante. Ainsi était Wells, entraîné dans une tourbillon incessant, dont on se demande comment il arrivait à contrôler les dommages collatéraux d'une vie passée à concilier plaisirs et travail. Au-delà de son personnage principal, Lodge brosse le portrait d'une époque et d'un milieu, d'où émergent une brassée de rôles secondaires, qui occupent tour à tour le devant de la scène. Sa deuxième femme, Jane, est très présente. Incapable d'assouvir les appétits charnels de Wells, elle devient sa confidente, son amie, sa conseillère ès adultère, celle qu'il ne délaissera jamais. Plus que complaisante, elle est du genre à acheter la layette pour l'enfant qu'attend l'une des maîtresses de l'écrivain, avec laquelle elle entretient d'ailleurs des relations plus qu'amicales. Et des maîtresses, dieu sait s'il y en eut, des passades souvent, et quelques amours véritables, où la sensualité jouait un très grand rôle, conformément aux besoins de Wells en la matière. Doté d'un physique plus que banal, il fut pourtant toujours le chassé plutôt que le chasseur, surtout quand la Diane qui le convoitait était une jeune femme fraîche et aussi avide de plaisirs horizontaux que le maître. Peut-on reprocher à Lodge d'avoir conçu son roman autour des amours de Wells ? Certainement pas, d'une part parce que c'était l'une des caractéristiques principales de l'écrivain, et, d'autre part, parce qu'il ne néglige pas pour autant les autres aspects de sa personnalité, son oeuvre littéraire, incroyablement abondante, ses relations avec ses confrères (sa correspondance avec Henry James, de par son onctueuse hypocrisie, est savoureuse) et son implication dans la vie publique et politique, lui qui traversa deux guerres mondiales. Alors, roman, biographie, ou un mélange des deux, qu'importe ! Un homme de tempérament est un livre passionnant de bout en bout, clair, dynamique, et qui agit comme un puissant aphrodisiaque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un roman complet, un écrivain attachant, 13 février 2012
Par 
Macail (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un homme de tempérament (Broché)
Le roman de David Lodge consacré à H.G. Wells porte bien son nom.
Le roman commence en 1944 sur un H.G. vieillissant et malade. Il est entouré de ses fils et de ses maîtresses. David Lodge va alors en initiant une interview revenir sur la vie de cet auteur prolifique et visionnaire, un homme d'action intelligent et charismatique.
L'auteur traite à la fois de ses créations littéraires, son investissement politique, notamment dans la société fabienne (berceau du parti travailliste) et ses aventures amoureuses. Et c'est ce mélange qui fait la richesse du livre.
On peut hésiter à entamer un roman de plus de 700 pages sur la vie d'un écrivain (peut-être après avoir lu celui sur Henry James qui était beaucoup moins romancé) mais la construction, le style, la richesse des évènements en font un roman passionnant. Grâce à David Lodge, j'ai découvert un homme complexe, joueur, intelligent, sensible et séducteur, un homme de tempérament.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 David Lodge, 31 janvier 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un homme de tempérament (Broché)
J'ai beaucoup apprécié ce roman même si, contrairement à certains critiques littéraires, je ne considère pas cette oeuvre comme la meilleure de David Lodge dont j'ai lu pratiquement tous les romans. En lisant Un homme de tempérament, j'ai découvert la vie et l'oeuvre de Wells, que je connaissais sans l'avoir lu en intégralité; le roman de Lodge m'a réellement donné envie de combler cette lacune.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une biographie précise et bien documentée, 10 mars 2012
Par 
Ludwig Jean Sébastien - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un homme de tempérament (Broché)
A Londres, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, H.G. Wells, vieil écrivain malade et passé de mode, survit alors que les V1 s'écrasent alentour occasionnant incendies et ravages. Le grand auteur n'a pas voulu se réfugier dans son manoir à la campagne. Il se remémore son incroyable parcours. Issu d'un milieu très modeste, il fut apprenti dans le textile, puis enseignant. De santé fragile, il se tourna très vite vers le journalisme et la littérature. Son premier roman « La machine à remonter le temps » rencontra immédiatement un immense succès, ce qui, très vite, lui assura aisance et admiration de la gent féminine. Visionnaire, il avait annoncé avec plus d'un demi-siècle d'avance, la montée des totalitarismes, la guerre aérienne et même la bombe atomique.
Cette biographie, particulièrement précise et bien documentée, s'articule sur trois axes. Tout d'abord l'oeuvre du célèbre romancier, ami de G.B. Shaw et Henry James, qui fut un écrivain aussi célèbre que prolifique et ne se cantonna nullement à l'anticipation et à la SF (« La guerre des mondes ») car il aborda pratiquement tous les genres : roman social, sentimental, politique et même vulgarisation scientifique et encyclopédique. Ensuite la politique : anarchiste, athée, libertin et anticlérical, Wells fut un membre influent de la Société Fabienne, creuset aristocratique du socialisme anglais, avant de se retrouver rejeté car minoritaire en raison de ses idées trop en avance pour son temps. En effet, il appelait de ses voeux le socialisme intégral avec redistribution de toutes les richesses, la création d'une société des nations, un gouvernement mondial et plaidait pour la libération de la femme par l'amour libre bien avant mai 68. Et enfin, le sexe, omniprésent dans cet ouvrage. Wells, marié deux fois avec des femmes qui ne le satisfaisaient pas sur ce plan, fut un séducteur compulsif et impénitent, eut une collection incroyable de maîtresses toutes belles, vierges et très jeunes. Oeuvre intéressante pour qui s'intéresse à Wells quoiqu'un peu indigeste, monotone et manquant singulièrement de la légèreté, de la drôlerie et de l'humour promis en quatrième de couverture et qui pourtant ne manquent pas dans les autres titres de Lodge.
Citation : « Le sexe pour Wells était idéalement une forme de récréation, comme le tennis et le badminton, quelque chose que l'on faisait quand on était venu à bout d'une tâche, pour se défouler et exercer un moment son corps plutôt que son esprit... »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un très bon Lodge, 31 août 2012
Par 
Guillaume - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un homme de tempérament (Broché)
C'est à n'en pas douter un très bon David Lodge. Contrairement à ce que j'ai pu lire dans certains commentaires, pour ma part, je ne l'ai pas trouvé indigeste ou long. Le rythme de la narration est plutôt bon. Ce dernier opus de l'auteur s'inscrit dans la même lignée que "l'auteur, l'auteur" et les personnages de Wells et de James se croisent d'ailleurs dans les deux romans. Le rapprochement entre les deux livres du point de vue de la construction (biographie de deux auteurs littéraires très connus) masque cependant des divergences profondes. Autant le personnage de James est aséxué, autant celui de Wells assume pleinement son choix de l'amour libre. Le contexte historique et les débats au sein de la société fabienne sont remarquablement bien documentés. Certes, l'humour présent dans les autres livres de Lodge, comme dans "La vie en sourdine" est nettement moins présent dans le présent ouvrage, mais je le recommande chaudement comme un très bon Lodge, sans pouvoir dire, comme certains critiques l'ont affirmé que c'était son meilleur ouvrage depuis bien des années, ce qui ne rend pas justice au dernier titre que j'ai cité qui m'avait enchanté par sa drôlerie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Assez indigeste, 4 avril 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un homme de tempérament (Broché)
Ce livre donne effectivement envie de (re)lire H.G. Wells. Mais au-delà de l'aspect anecdotique et méconnu de la vie privée de ce dernier, un livre de 700 pages qui aurait pu tenir...en 70. Pas le meilleur ouvrage de David Lodge !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 "Il existe de plus beaux rêves", 10 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un homme de tempérament (Broché)
Je viens de déposer le (dernier) roman de David Lodge ("Un homme de tempérament") dans la caisse "vieux papiers/vieux cartons".

Je ne veux rien prétendre d'autre que concéder tout de go que ce n'est que mon petit point de vue.

J'ai résisté pendant 260 pages sur les 660 que compte ce roman et j'abandonne: je n'ai plus l'âge où je dois lutter jusqu'au bout d'un roman parce que c'est une lecture obligatoire.

Mais c'est à cette période que je repense en déposant ce roman parmi les vieux journaux et autres publicités qui innondent nos boîtes-aux-lettres.

Autant j'ai a-do-ré "La vie en sourdine/deaf sentence", "Un tout petit monde/It's a small world", "Thérapie" ou encore "Changement de décor" (que je recommande sans la moindre restriction, ce sont des romans que je sais appréciés aussi par mes amis et connaissances de différentes générations), autant j'ai peiné pour arriver à un bon tiers du roman que j'abandonne dé-fi-ni-ti-ve-ment.

Cela ne me dérangeait pas que cet ouvrage cherchât sa place entre fiction et réalité: comme je n'avais jamais entendu parler de H.G. Wells, mon approche était sans "a priori", je ne chercherais pas à vérifier si D. Lodge respectait ses sources (six pages serrées à la fin du roman !), ni s'il créait (comme sied à un auteur) son petit monde.

Mais quel ennui !

Oui, on sait que Wells va "trousser" toutes les filles, dames de grande, moyenne ou petite vertus (et j'en oublie), qu'il va "honorer" (What's in a word ?) tout ce qui porte robe, jupon, jupe, cotillon, etc, ET on comprend qu'aucun endroit, jardin, cottage, divan, tapis n'est exclu, qu'il ne faut pas confondre "sexe et amour" (ah bon ?) "mais encore" serais-je tenté d'écrire ?

Ah oui, j'oubliais ... aucun ouvrage de ce Wells ne nous est épargné (et dieu sait combien il en a écrits), et je termine en citant une petite sirène dans "The sea lady" [oui, un ouvrage de ce Wells (p. 178, Editions Payot et rivages)] : "Il existe de plus beaux rêves".

Exact, et de plus beaux romans aussi.

Piotr
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Un homme de tempérament
Un homme de tempérament de David Lodge (Broché - 17 avril 2013)
EUR 10,65
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit