undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici cliquez_ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Les éditions Autrement ont consacré l'un des volumes de leur collection Atlas/Monde à l'Espagne. Un pays encore considéré comme finalement d'assez peu d'importance en Europe et dans le monde aujourd'hui, alors que ce n'est plus vraiment le cas.

Nacima Baron-Yellès le rappelle dans son introduction. Depuis 1975 et la mort de Franco, le pays a en effet connu de profondes transformations territoriales, économiques et sociales, qui se sont accélérées avec l'entrée dans la CEE, devenue UE dans les années 90. Avec l'intégration européenne en 1986, l'Espagne a profité de son retard en bénéficiant d'un afflux de fonds communautaires pour le développement régional, tout en faisant le choix de l'euro. Le pays est même devenu un modèle de rigueur budgétaire dans les institutions internationales et un exemple donné pour les pays d'Europe de l'Est qui ont intégré l'UE par la suite. Sur le plan politique, l'Espagne a consolidé la démocratie en appliquant une décentralisation poussée au sein de ses communautés autonomes, tandis que l'Etat privatisait de grandes compagnies, permettant ainsi la naissance de grands groupes industriels. Pour surmonter l'éloignement de la mégalopole européenne, l'Espagne s'est aussi dotée d'infrastructures et de moyens de communication modernes qui ont changé le mode de vie des métropoles nationales. Cependant, la crise de 2008 est venue assombrir un tableau des plus reluisants. Le chômage s'envole, la croissance bâtie sur la construction périclite, les pouvoirs territoriaux dévoilent leur opacité, l'atout que constituait la main-d'oeuvre immigrée bloque l'innovation, les ressources stratégiques comme le foncier littoral sont ravagées par la spéculation. Mais le rêve de bâtir une Espagne prospère, ayant son mot à dire en Europe et au niveau international, reste au centre des débats.

Une double page est d'abord consacrée à l'Espagne, carrefour et passerelle du monde, et au territoire espagnol. La double page suivante présente quelques cartes historiques du pays et une chronologie commentée du XXème siècle. L'atlas est ensuite organisé en 5 parties. Dans la première, Nacima Baron-Yellès détaille les évolutions contemporaines de la société espagnole. La deuxième est consacrée aux mutations de l'économie. La troisième approche les transformations territoriales. La quatrième explique les débats et les enjeux politiques. La dernière, enfin, tente de cerner l'identité et le rêve espagnols. L'atlas, et c'est un plus évidemment, regorge de cartes particulièrement claires : ce n'était pas forcément le cas de tous les volumes précédents de la collection. Ici, malgré quelques cartes un peu moins lisibles, le choix des figurés et des techniques cartographiques apparaît comme très pertinent, on s'en félicite.

Au final, la géographe décortique cette "métamorphose inachevée" de l'Espagne, 8ème puissance économique mondiale, mais 14ème seulement si l'on prend l'IDH comme critère. Elle reste en retard, par exemple, du point de vue de la couverture sociale fournie par l'Etat providence. On est loin aujourd'hui de 1992, qui a vu le monde découvrir la nouvelle Espagne : quatrième centenaire de la découverte de Christophe Colomb, année de l'exposition universelle de Séville et des Jeux Olympiques de Barcelone. L'Espagne est loin, à ce jour, des autres pays d'Europe en matière de technologie et de productivité. Mais l'histoire entière du pays est faite de cette alternance de soleils et de lunes, de hauts et de bas. L'Espagne se trouve aujourd'hui dans un bas, où elle doit inventer un nouveau modèle de développement. Ce développement devra apprendre à gérer les ressources rares (l'eau) ou chères (l'énergie importée). La population active, nombreuse et qualifiée, doit trouver des cadres à sa mesure -moins d'économie souterraine, de contrats précaires et saisonniers. L'Espagne doit aussi faire face au problème de l'intégration d'une population étrangère nombreuse et variée, aux menaces suscitées par le réchauffement climatique, etc. Dans toute cela, la société civile, qui a construit la démocratie du pays, a un rôle important à jouer.

On pourra creuser le sujet à l'aide de la bibliographie fournie en index.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2011
Une vue multi facettes sur l'espagne,facile à lire, soit en continu soit par morceaux. J'aurais malgré tout préféré un début "classique" par la géographie qui explique beaucoup des autres caractéristiques du pays.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)