undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles22
3,7 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 septembre 2011
J'avais adoré les deux romans "indiens" tellement meilleurs que ceux de notre enfance. Mais avec Marie Blanche Jim Fergus révèle l'étoffe d'un romancier rarissime. Courageusement il raconte (à quelques détails près) sa propre histoire, qui, hélas, n'est pas particulièrement singulière quoique terrifiante!
Une histoire sur trois générations une histoire vraie, la sienne, d'un tragique non exceptionnel, mais exceptionnellement décrit. Une description toute simple, sans effets de manches, sur l'incapacité d'aimer qui que ce soit et avant tout ses propres enfants, simplicité qui en renforce l'horreur, horreur également renforcée par la pratique aristocratique et se trouvant ainsi légitimée de l'inceste systématisé de vieillards hideux sur des gamines non pubères. Ce qui rend ce livre incontournable c'est qu'il décrit une incontournable vérité.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 7 février 2014
Il est inutile de chercher à y trouver le Fergus de "Mille femmes blanches", de "La fille sauvage" mais bien vouloir y trouver un tout autre Fergus.
J'ai longtemps hésité en lisant les commentaires partagés et finalement je ne regrette pas de l'avoir lu.
A ceux qui s'offusquent de l'histoire d'amour (ou de sexe) entre la nièce et l'oncle, je répondrai que Jim Fergus n'a certainement pas écrit cette relation pour choquer mais bien plutôt pour montrer qu'il n'y a pas un milieu concerné par l'inceste mais qu'on peut avoir un titre de noblesse (malgré la Révolution), se pavaner et se croire indispensable à la patrie et à l'ordre (moral) du monde et être tout à fait détestable...

Les personnages sont crasses et dorment pourtant des draps de soie, ils déglinguent leurs gosses avec leurs perversités immondes et pourtant cela doit être écrit et lu.
Il me semble que Jim Fergus ne soit pas du genre à en rajouter ni à , ce récit est avant tout celui de sa famille et je n'y ai rien trouvé d'inutile puisqu'il a jugé que les actes des uns et des autres pouvaient être dits.

Le style est toujours le même, clair et fluide. L'enchaînement des chapitres (qui alternent l'évocation de la vie de sa grand-mère et de sa mère) ne sont pas un problème. Le principe est même assez ingénieux pour ménager un rien de suspens.

Alors oui, il ne faut pas vouloir y retrouver "Mille femmes blanches" sinon c'est la déception assurée. C'est un ouvrage très personnel et Fergus est, à l'instar de Richard Ford, un écrivain discret. Pas de voyeurisme dans ce récit donc mais au contraire une grande honnêteté et pas de jugement. C'est tellement rare !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Qui n'a pas adoré les deux premiers romans de Jim Fergus, qui se déroulaient chez les Amérindiens ? Des chefs-d'œuvre inégalés, dans le genre. Son souffle épique, sa qualité narrative, sa beauté, son humanité m'avaient ravi.
Ici c'est fort différent. Point d'Indiens ici, mais des aristocrates bien français ! Le roman se déroule essentiellement dans la première moitié du XXème siècle en France.
Dès le début le roman est terriblement prenant. 2 histoires en parallèle, l'une faisant écho à l'autre : c'est superbe. Je n'y ai trouvé qu'une seule longueur : le séjour en Egypte, c'est endormant et trop convenu : on a bien compris le rôle abject de l'oncle : pourquoi autant insister ? Mais en 730 pages c'est peu, et c'est donc un prodige.
Absolument tout le reste du livre est magnifique, subtil et attachant. Les personnages, tant primordiaux (les deux femmes évidemment, mais pas seulement) que secondaires (tels les domestiques, les gouvernantes) sont incroyables de vérité et de subtilité. La fin est magnifiquement triste. La psychologie, le comportement de tous les personnages sont d'une complexité, d'une authenticité rares.
Ne négligeons cependant pas la description de la Belle Époque, versant aristocratie ! Quelques subtiles critiques sociales bien senties, par de légères touches, montrent aussi la montée de la conscience politique, ou du féminisme (Mlle Ponson).
Une très grande réussite.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2011
Ce roman m'a énormément fait penser aux "divins secrets des petites yayas" que j'avais lu juste avant.
Outre le sujet (mettre en parallèle la vie de la mère et la vie de la fille), le style (intercaler un chapitre "mère" avec un chapitre "fille"), il en a également les mêmes défauts, à savoir que je me suis bien plus intéressée à la vie palpitante de Renée, la mère, qu'à celle de sa très banale fille Marie-Blanche. J'avais presque envie de ne lire qu'un chapitre sur deux. A emprunter à la bibliothèque pour les longues soirées d'hiver.
22 commentaires|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2011
La météo m'a aidée à me plonger dans le livre... et surtout à ne plus le lâcher ! J'ai beaucoup aimé (mais moins que "1000 femmes blanches"...)
Je ne suis pas fan non plus des retours en arrière mais cela ne m'a pas du tout gênée dans ce roman.
Parcours atypiques pour ces deux héroïnes, je devais me raisonner pour ne pas poursuivre le chapitre suivant !
Lisez-le, vous ne pouvez pas être déçus !
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'auteur des magnifiques œuvres "indiennes" se lance dans une histoire qui est la sienne à quelques détails près. Ce roman est passionnant, sa grand-mère et sa mère en sont les héroïnes principales. Issues de la noblesse terrienne française, elles ont eu une vie extraordinaire à travers trois continents dans un monde dominé par l'argent, mais aussi hélas l'alcool, le libertinage. Les relations incestueuses sont pratiques courantes et ne choquent qu'à peine. Les femmes se marient, ont des enfants pour suivre la tradition, mais les couples sont rarement solides, et les enfants élevés par des nounous et des gouvernantes. Les études n'ont guère d'importance... les guerres du XX° siècles sont présentes mais "sans plus". On recherche les bals, les chasses, le plaisir. Un souffle puissant anime cette œuvre, une écriture rare.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2014
Depuis le Haut Moyen Age et ses châteaux emplis de fantômes, jusqu'aux chimères de la fée électricité aux abords des lacs Suisses, on passera par la chute de la noblesse, la montée de la finance, les guerres et les deuils. Construit comme un éternel retour, on n'échappe pas à ses premiers amours, aussi cruels soient-ils ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2013
... mais ça me fait penser aux romans de gare. Je trouve le style simpliste, l'histoire est bien romancée et se laisse suivre, mais si le fond est assez romanesque/creux, la forme pêche trop pour moi.
Aussitôt lu, aussitôt oublié, que je ne conseillerais qu'en roman de plage.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2011
J'ai été touchée par cette magnifique fresque familiale trouvant toutes ses fondations sur les deux piliers que sont Renée et Marie-Blanche, deux femmes que tout oppose mais au destin inévitablement lié. On s'agace du personnage de Renée qui est terrible de froideur et pervers tout au long de sa vie. Sa domination et son rayonnement s'accroissent au fil des années. Plus elle gagne en maturité, plus elle s'étale dans la vie des autres et s'impose dans leur existence. Quant à Marie-Blanche, qui donne son nom au roman, elle semble vivre dans l'ombre de sa mère et n'a pas toute la considération qu'elle mérite. Sensible et à fleur de peau, elle touche le cœur du lecteur de par sa simplicité et sa bonté. On se dit qu'il est injuste que la "marâtre" vive bien et qu'au contraire sa fille accumule les galères.
C'est un roman fort et puissant qui nous fait plonger dans tous les travers humains : l'égoïsme, la lâcheté, la tromperie mais aussi dans les bonheurs simples d'une vie : le voyage, le flirt, la convivialité d'être en famille.
J'ai eu toutefois beaucoup de mal à lire les passages concernant Renée et son oncle car tous deux vivent une histoire interdite. Tous deux sont pervers et imbus d'eux-mêmes et on souhaiterait qu'ils soient isolés tous les deux avec, derrière eux, une tribu d'enfants dégénérés. Non, sans conteste, ces passages où on les côtoie dans une intimité malsaine m'ont quelque peu dégoûté.

Mais plus généralement, cette saga familiale est extrêmement bien écrite, bien construite (avec ces alternances dans le temps qui dynamisent la narration) et pleine de finesse. Les femmes, maitresses de la narration, sont des personnages manichéens pleins d'ambivalence tant dans leur confrontation que dans leur rapport au monde. On est embarqué par le conflit de générations, par les non-dits et par la plume d'un très très bon écrivain. Il ne faut surtout pas passer à côté de ce roman qui nous tient en haleine de bout en bout !
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2013
Très intéressant et captivant - je lirai d'autres ouvrages de cet auteur.
Certains passages m'ont un peu surprise mais bien écrits - Il faut quand
même aimer passer d'une époque à l'autre sans arrêt.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)