Commentaires en ligne


119 évaluations
5 étoiles:
 (58)
4 étoiles:
 (27)
3 étoiles:
 (21)
2 étoiles:
 (10)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


59 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quand la littérature se fait chant polyphonique
Le très beau roman de Julie Otsuka est un petit bijou.
Ce qui frappe immédiatement c'est le style. L'utilisation du "nous" et l'usage de la répétition à l'ouverture des paragraphes et parfois à chaque début de phrases créent une musique très particulière, un chant à la cadence enivrante et...
Publié le 29 août 2012 par Bibliophilette

versus
29 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Exilées de la mémoire
Le plus frappant dans Certaines n'avaient jamais vu la mer est son mode de narration. Pas de "je" mais un "nous" qui rassemble plusieurs existences, toutes différentes, mais qui, collectivement sont confrontées aux mêmes événements. Le livre décrit le départ de femmes japonaises vers les Etats-Unis, au début du XXe...
Publié le 15 octobre 2012 par traversay


‹ Précédent | 1 212 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

29 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Exilées de la mémoire, 15 octobre 2012
Par 
traversay (Orléans, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012 (Broché)
Le plus frappant dans Certaines n'avaient jamais vu la mer est son mode de narration. Pas de "je" mais un "nous" qui rassemble plusieurs existences, toutes différentes, mais qui, collectivement sont confrontées aux mêmes événements. Le livre décrit le départ de femmes japonaises vers les Etats-Unis, au début du XXe siècle, à la rencontre d'époux inconnus d'elles, jusqu'à Pearl Harbour et ses conséquences, la suspicion et enfin l'envoi en "centres d'accueil". Et, entre temps, Julie Otsuka raconte leur quotidien difficile, leur adaptation à un nouveau mo(n)de de vie pour ces exilées à perpétuité. Par son rythme, scandé, ses lancinantes répétitions, ses "nous" qui reviennent sans cesse, la romancière réussit un véritable tour de force avec une économie de moyens basée sur une langue sèche et précise. Grand est le pouvoir d'évocation de ce livre aux images réalistes qui ne cède jamais à un quelconque chantage à l'émotion ou au misérabilisme. La dignité de ces femmes se retrouve fidèlement transposée dans l'écriture de Julie Otsuka. Les faits sont là, tus et méconnus, l'écrivain les met en scène avec une puissance tranquille qui est la plus belle façon de rendre hommage à ces oubliées de la mémoire et de l'Histoire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


59 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quand la littérature se fait chant polyphonique, 29 août 2012
Par 
Bibliophilette (France - Centre) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012 (Broché)
Le très beau roman de Julie Otsuka est un petit bijou.
Ce qui frappe immédiatement c'est le style. L'utilisation du "nous" et l'usage de la répétition à l'ouverture des paragraphes et parfois à chaque début de phrases créent une musique très particulière, un chant à la cadence enivrante et hypnotique comme Le Boléro de Ravel.
Du fond des âges et de l'oubli, l'auteur nous fait entendre les voix de dizaines, de centaines de jeunes japonaises, parfois à peine sortie de l'enfance, qui ont immigré aux Etats-Unis au début du 20ème siècle pour se marier avec des inconnus qui leur avaient vanté monts et merveilles et ne leur offriront pour la plupart que de tristes vies de labeur, de misère et d'oppression.
Ce roman outre sa force littéraire éclaire aussi sur une période peu connue et peu glorieuse des Etats-Unis, et évoque avec beaucoup de finesse la culture japonaise et le choc des cultures.
Un très beau livre dans cette rentrée littéraire 2012 à ne pas manquer.

"Ils savaient dissimuler leur peur. Ils savaient que certains naissent sous de meilleurs auspices que d'autres et que les choses en ce bas monde ne tournent pas toujours comme on voudrait.
Et pourtant, ils rêvaient. L'une s'était juré d'épouser un pasteur pour ne plus avoir à cueillir de fruits le dimanche. L'un voulait économiser assez d'argent pour se payer sa propre ferme. L'un voulait faire pousser des tomates comme son père. L'une voulait être tout sauf ça. [...]"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 rêves brisés, 15 octobre 2012
Par 
Colette Mestres (luberon, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012 (Broché)
C'est le lamento de toutes ces petites japonaises arrivées en 1910 aux USA, leurs 3 mots d'anglais et des rêves plein la tête; afin de vivre dans un monde meilleur ??

Leur déception est à la hauteur de leurs espérances : car les "bons partis" se révèlent violents, frustes, alcooliques..

Faute de ne pouvoir retourner au pays, ce qui entacherait l'honneur de la famille, elles s'épuisent aux durs travaux des champs, ou au service de familles aisées, sans jamais se plaindre, sans haine . Elles doivent même, pour ces dernières, abandonner leur prénom japonais..

Traitées en ennemies, lors de Pearl Harbour, elles sont regroupées, sans ménagement, dans des camps insalubres, à nouveau déracinées.

Elles obtiennent réparation en 1990 (lettre d'excuse et indemnisation) mais c'est bien tard !!!

Ce livre est l'hommage de Julie Otsuka à la mémoire de ses grands parents . Superbe livre !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 japonais aux USA : intégration et illusions, 30 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer - Prix Femina Etranger 2012 (Format Kindle)
Le style de ce roman est magique... un pronom sujet au pluriel "nous" nous permet de vivre de multiples existences, à partir de quelques faits historiques mal connus. Des jeunes filles japonaises sont mariées à des Japonais déjà installés aux USA par des parents dans la misère. En fait elles vont partager le quotidien de souffrance de ces maris peu intégrés, dans les champs de Californie, dans les villes où ils ont blanchisseurs, épiciers... et dans les maisons bourgeoises où ils sont domestiques.
Maltraitées par leurs maris, submergées par leurs enfants, elles sont des travailleuses infatigables.
Il n'y a aucune date dans le roman... on est dans la première moitié du XX° siècle sans que ce soit dit... et le roman se termine au moment de la déportation des Japonais dans les états de l'intérieur après Pearl Harbour... sans qu'aucun fait historique ne soit évoqué. C'est sans doute volontaire pour montrer l'universalité des ces destins, l'intemporalité de ces déportations. Certes tout cela concerne des Japonais, mais pourrait s'appliquer à d'autres peuples. On apprend beaucoup sur la culture japonaise mais finalement beaucoup aussi sur les vagues d'immigration aux USA... la langue qui s'apprend lentement, les enfants qui font des études, qui ont des amis américains.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 petit bijou, 13 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012 (Broché)
un des meilleurs livres que j'ai lu cette année , il révèle une bien triste condition que celle des japonais immigrés sur le sol américain avant et pendant la guerre mondiale , particulièrement celle de ces jeunes femmes , pétries de leur culture , expédiées par delà les océans épouser un homme inconnu , souvent brutal , ils et elles ne seront jamais intégrés , resteront au bas de l'échelle sociale . Le style est superbe , précis , ce n'est jamais une voix de femme mais toutes les femmes qui s'expriment . Je le relirai .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 decue, 10 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer - Prix Femina Etranger 2012 (Format Kindle)
Le sujet est intéressant. J'aurais aime dire que j'ai apprécié ce livre mais ce n'est pas le cas. Le récit n'est qu'une suite d'énumérations sans fin. J'ai vraiment été hermétique a ce style littéraire...très particulier.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Révélations, 12 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012 (Broché)
Ce livre m'a fait découvrir des histoires de femmes japonaises que j'ignorais complètement ,entre la fin de la 1ère guerre mondiale et le début de la seconde .C'est une histoire universelle: l'oppression des femmes ,livrées à des hommes ,des maris sans considération ni respect et en même temps c'est l'histoire particulière de femmes japonaises ,subissant de plein fouet ce choc des cultures ,l'Orient face à l'Occident mais toujours dignes ,fortes .
Le style en plus en fait une sorte d'incantation :les énumérations plutôt qu'être répétitives et lassntes sont la particularité qui donne à ce livre son originalité et sa vérité ,ce n'est pas l'histoire d'une femme mais de toutes les femmes .Double révélation.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Plutôt moyen..., 7 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer (Pocket Book)
M'attendant à trouver ici une tranche de vie d'une japonaise ou tout au plus d'un groupe de japonaises quittant leur pays, j'ai été un peu déconcerté par l'aspect collectif du roman.
Je n'ai pas du tout aimé les successions de chapitres jalonnés d'inventaires à la Prévert qui ont achevés de me décourager ! Je pense que c'est le faible nombre de pages qui m'a poussé à terminer le livre mais au-delà de 200 pages, je crois que je l'aurais fermé à jamais...
Dommage car le thème m'intéressait énormément mais j'aurais aimé quelque chose de plus romancé...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un moment de grâce, 1 février 2013
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012 (Broché)
Quel bonheur que le livre de Julie Otsuka. Son récit collectif, sobre mais poignant, empreint tout autant de tristesse, de résignation et d'une formidable résilience, est poignant et inoubliable. Des affres de la longue traversée du Pacifique en classe "immigrantes" , route vers des futurs maris souvent brutaux et toujours frustes, à la déportation des citoyens d'ascendance japonaise par les américains après Pearl Harbor, et l'oubli rapide de ceux-ci par les ex-voisins, clients, condisciples américains "de souche" (si l'on peut dire). Particulièrement touchant m'a semblé le chapitre où ces dames constatent avec chagrin mais résignation la progressive acculturation de leurs enfants, qu'ils soient premiers de classe ou bons à rien. Un livre qui marque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une page d'histoire, 30 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Certaines n'avaient jamais vu la mer - Prix Femina Etranger 2012 (Format Kindle)
Le nous, cette voix chorale, qui est là tout le long du récit donne une touche encore plus forte et d’autant plus attachante à toutes ces femmes que le vingtième siècle et les USA ont oubliés.
Un roman, un récit, comme des témoignages qui sortiraient enfin de l'ombre, et que l'on n'oubliera plus.
La cruauté côtoie, la drôlerie, la tendresse.
C'est vraiment magnifique,
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 212 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012
Certaines n'avaient jamais vu la mer Prix Fémina Etranger 2012 de Julie Otsuka (Broché - 30 août 2012)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 0,73
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit