undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles3
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: BrochéModifier
Prix:18,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 juillet 2012
Le soussigné a découvert - avec un fort intérêt - Bernard Stiegler dans le cadre de l'émission de Frédéric Taddeï, "Ce soir ou jamais". Ses propos mesurés, précis, profonds, le sens de son écoute, m'ont rapidement séduit, autant que la perspective dans laquelle cet auteur se situe, et sa critique charpentée et ciblée contre l'ultra libéralisme contemporain.
Cependant après l'achat de l'ouvrage cité, "Etats de choc", quelle déception en constatant l'épouvantable - et c'est un euphémisme ! - JARGON dont use Bernard Stiegler et ceci dès l'introduction. Des phrases trop longues, alambiquées à l'extrême, dont le thème pourrait être définis en mots concis, selon des images symboliques et dans une construction qui privilégie la clarté et la simplicité. Ici c'est exactement l'inverse, et alors que l'on ne peut qu'adhérer aux idées - le "fond" - de cet auteur (si l'on se prétend humaniste), chaque page suscite, de par sa "forme", une exaspération croissante par les maux de tête suscités par le déchiffrement de la lecture ! L'influence du verbeux et amphigourique Derrida (auquel l'auteur se sent malheureusement par trop redevable...) constitue indéniablement à cet égard un désastre complet ! N'est-ce pas pourtant un certain Nicolas Boileau qui écrivait : "(...) Avant donc que d'écrire, apprenez à penser, Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément" (De l'Art Poétique, chant 1er, 1674). Comment appeler autrement la manière dont est (sic) "écrit" ce livre, si ce n'est un insupportable verbiage, une cacophonie formelle qui rend extrêmement peu audible le "message" ou le propos de l'auteur et c'est réellement regrettable ? !...
A notre sens il y a ici un divorce, une rupture épistémologique et Métaphysique fondamentale entre le "fond" et la "forme" - ou encore entre "l'Art" et "l'artisanat" - dont la modernité (au sens où un Métaphysicien et un prince de la langue française tel que René Guénon l'entend) s'est rendu responsable et dont Bernard Stiegler a hélas hérité et ne manifeste que trop dans cette publication, peut-être en partie en le comprenant mais en ne sachant pas comment se défaire de défauts acquis il y a déjà longtemps ? Comme, une fois encore, le soussigné se sent en assez forte empathie avec ce dernier, après la lecture (en empruntant ces deux livres en bibliothèque, pour ne pas charger son porte-monnaie, une "peu séduisante expérience" suffisant !...) il a emprunté deux recueils d'entretiens que Bernard Stiegler à précédemment à l'ouvrage "Etats de choc" accordé et publié. Ce fut alors la confirmation de nos remarques : lorsque Stiegler s'exprime oralement, à la télévision ou dans des entretiens ensuite recueillis, il évite généralement l'horrible jargon présent dans le livre précité, et son propos s'avère passionnant autant que juste son diagnostique sur l'état de la société actuelle et son économie. L'auteur est alors nettement plus accessible, agréable, et les deux recueils d'entretiens qu'il a ainsi publiés, mériteraient d'être en format de "poche", pour éviter aux étudiants d'onéreuses dépenses, autant qu'une vaine fatigue pour essayer de déchiffrer cette "prose" formellement insipide, truffée de répétitions et rébarbative par ses excès de néologismes, autant que sa terminologie "spécialisée" pseudo académique !...
Si quelqu'un pouvait signaler aimablement et avec d'autres termes que ceux peut-être ici retenus, à Bernard Stiegler, cette redoutable réalité, ce serait une excellente chose pour ceux qui peuvent se sentir concernés par le souci d'analyse qui est le sien ?
Bernard Stiegler devrait étudier profondément, même si celle-ci à vue superficielle peut lui paraitre éloignée de ses propres préoccupations, l'oeuvre citée de René Guénon, et ainsi appréhenderait-il la dualité initiale que manifeste sans cesse l'écriture présente dans "Etats de choc" ? Ce sur quoi nous insistons va bien au-delà de querelles de "clocher" et c'est avec regret que nous formulons les présentes lignes, et en aucun cas pour stigmatiser l'auteur que ceci soit bien clair dans l'esprit de ceux qui pourront lire la présente ? Mais certaines comparaisons ne doivent-elles pas être établies ?...
Si certains veulent mieux encore comprendre ce qui ici est en "jeu", qu'ils comparent la langue "française" de ce livre, avec la langue présente dans l'oeuvre de Nicolas Malebranche ou celle des "Mots" de Jean-Paul Sartre, ils seront alors définitivement convaincus, - à moins que ? - comme deux et deux font quatre ou encore tel que Boileau l'a énoncé plus substantiellement que nous-mêmes !...
Tom Bombadil
44 commentaires13 sur 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2012
Titre accrocheur , theme interessant:la déculturisation , la dépersonnelisation,la deindividuelisation par la language unique rabaché par les medias , les "experts" , les politiques de tous poils : la CRISE , la DETTE , la COMPETITIVITE.....etc...transforment les citoyens en "betes" , moutons de Panurge.
Mais quel gachis , l'auteur emploie des termes abscons , etrangers cite l'Aufklarung à chaque page , se renvoie constamment en toute modestie à lui meme ; rabache et rabache : la répétition ne fait pas la preuve !
Au lieu de citer Adorno , Derida , Lyotard l'auteur devrait se rapeller de Boileau : ce qui se concoit bien s'énonce clairement
L'auteur qui doit se prétendre "intellectuel" ou gourou devrait faire sienne Boileau .
0Commentaire8 sur 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2012
En cours de lecture, ce qui veut dire que je suis en train de le lire et que je retiens mon commentaire pour l'instant (plus de 20 mots peu de répétitions...)
0Commentaire0 sur 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus