undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles20
4,4 sur 5 étoiles
Format: Album|Modifier
Prix:14,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 novembre 2010
12ème Tome et pas de trace d'essouflement chez Kirkman! Rick et ses acolytes poursuivent leur route vers Washington et rencontrent une communauté qui, isolée des Zombies, vivent "à l'ancienne": les enfants jouent au ballon dans la rue, la mémère du coin promène son chien, etc. Et tout le talent de Kirkman fait que, finalement, nous pensons comme Rick: au lieu de profiter de l'abri procuré, nous cherchons ce que tout cela cache. La psychologie et l'interaction des caractères ont encore une fois été finement travaillés. Par ailleurs, le dessin de Charlie Adlard s'est fortement amélioré depuis le début de la série (il suffit de comparer le Tome 2 avec ce Tome 12). Bref, un excellent Tome pour mettre en place un nouveau contexte et qui promet un Tome 13 explosif!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Énorme série que Walking Dead !

Alors qu'après les années manga, les comics pointent de plus en plus le bout de leur nez, on n'en finit pas de découvrir des merveilles. Mon libraire m'a tancé encore et encore pour que je commence cette série... 3 jours après m'être décidé j'avais lu les 10 premiers tomes.

Difficile de comprendre l'engouement pour Walking Dead sans essayer de lire les albums.
Même si les zombies (dont on sait peu de choses hormis qu'ils ont envahi la planète entière) ont une place prépondérante, ce n'est qu'un "prétexte" pour explorer les relations dans un groupe humain en situation de survie extrême.
Ça jalouse, ça s'engueule et parfois ça tue ou torture, mais ça s'organise, ça s'aime et surtout ça essaye de survivre coûte que coûte (et vous verrez jusqu'à quel point).
Et, en filigrane, les auteurs nous posent une question essentielle : qui sont les vrais morts-vivants ? Les morts ou les survivants qui s'enfoncent de plus en plus dans l'horreur ?

C'est bien fait, super plaisant et violemment addictif. Attention, Walking Dead ne plaît cependant pas à tout le monde, quelques-uns n'aiment pas du tout et certains n'accrochent pas, mais c'est la série que je prête le plus depuis que je l'ai...
D'ailleurs, les producteurs ne s'y sont pas trompés : une série télé est actuellement diffusée depuis octobre 2010.

Un dernier mot de présentation sur les dessins. Certains n'ont pas aimé le changement de dessinateur aux débuts de la série : Moore, aux traits plus précis mais aussi plus enfantins, avait dessiné le premier album, avant de passer la main à Adlard pour les suivants.
Plus directs, tranchants et sombres, ses dessins collent pour moi beaucoup mieux à l'ambiance de W.D., à lire de toute urgence.

>> Pour se concentrer sur ce tome 12 : nos rescapés toujours emmenés par R. vont avoir l'occasion de faire une pause. Pour moi, et l'on verra si l'avenir me donne raison, ce tome et le précédent ("les chasseurs") sont une véritable charnière et ouvrent un nouveau chapitre.
Dans les premiers tomes, à deux ou trois scènes de torture près, R. et ses compagnons étaient les gentils. Maintenant, on ne sait plus trop. Se métamorphosent-ils ? Ce vieux monsieur au grand sourire blanc... est-il louche ? ou bien est-il simplement décalé -en bien- par rapport à nos héros ?

Bref cette inversion -supposée- des rôles est JU-BI-LA-TOIRE !!! Un douzième tome aussi "pffffuuuuuuu" que les précédents !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce 12ème volume est un tournant dans l'histoire de la bande à Rick. En effet, après tant de souffrances, les voilà chaleureusement accueuillis par un groupe d'une 40aine de personnes qui sont installés dans un lotissement entouré d'un haut mur protecteur. Un album globalement plus calme que les derniers mais dont on sent qu'il n'est que l'oeil du cyclone. Car ces mois à patauger dans ce qu'il y a de pire dans l'homme,l'épisode Woodeward, les épreuves terribles qu'il a fallu surmonter ont laissé des traces... et la paranoia est un habit difficile a retirer... Tout semble pourtant idéal pour tenter de repartir dans une nouvelle vie... Trop? Tout comme Rick, on est là, à se demander ou est le piège... Ou alors n'est ce pas cette paranoia qui va tout gacher?
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Aaron est un éclaireur et un découvreur. Il repère les futurs nouveaux membres de sa communauté réfugiée à Washington derrière des palissades résistant aux zombies. Aaron observe le groupe de Rick et décide de s’annoncer, cœur en bandoulière et sourire aux lèvres. La réponse à son prêche ne se fait pas attendre. Rick l’assomme d’un coup de poing et le ligote. Derrière chaque nouvelle tête peut se dissimuler un danger mortel. Après un an d’apocalypse, Rick pense que les survivants ne sont pas des enfants de chœur. Pourtant, la réalité va éteindre la friction. L’îlot préservé de l’horreur existe bel et bien. Des familles y vivent en paix, échangent des civilités. Les enfants jouent, rient, se chamaillent. La vraie vie d’avant, dans sa morne banalité, explose aux yeux des survivants. Rick va endosser naturellement le rôle du shérif, se raser et reprendre une vie normale. Douglas, le patriarche et fondateur de la communauté, sait répartir les emplois et se faire respecter mais c’est sans compter sur la détermination de Rick, fort désireux de retrouver ses armes. Pour lui et sa bande, il convient de ne pas se reposer uniquement sur les autres mais de savoir se défendre soi-même, ici et maintenant, sans différer, sans légiférer, sans tergiverser. Être armé est une condition sine qua non de la survie.
Etonnant épisode, havre de paix dans l’océan d’horreur qui ballote inlassablement les personnages depuis le début ! Le tour de force du scénariste consiste à introduire la paranoïa de Rick dans l’éden aseptisé et d’instiller un climat délétère dans l’ordre bien établi du phalanstère. Le lecteur pressent le drame à venir mais il ne sait pas où, quand et comment il va surgir. Robert Kirkman est un auteur inventif et talentueux. Il ne se répète jamais en dépit d’une fin inéluctable. Le dessin de Charlie Adlard excelle toujours dans les ambiances nocturnes. Les aplats noirs, les gris nuancés et les rares flaques de blanc sont charpentés par un trait puissant et des cadrages expressifs.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 1 décembre 2012
Le thème de l’Eden épargné par l’apocalypse avait été abordé dès le tome 2, mais n’était qu’une ébauche vite interrompue par la présence des rôdeurs qui avait obligé Rick et ses compagnons à prendre la fuite. Il avait été repris avec le tome suivant avec la découverte du centre pénitencier abandonné, auquel ils avaient pu recréer une petite société autarcique, mais par la suite mis à sac par la communauté de Woodbury et son Gouverneur. Du déjà-vu sans doute, mais sous un autre angle ici : le lieu est déjà occupé, rien n’est à construire, il va juste falloir apprendre à s’intégrer …Il s’agit d’un tome intermédiaire de « respiration », où les protagonistes connaissent un moment de répit par rapport à la violence du monde extérieur, avec peu de scènes choc. Le suspense est plus psychologique, et l’enjeu se situe cette fois au sein de la communauté où des fissures apparaissent sous le vernis d’une nouvelle utopie sociale…

Côté dessin, on apprécie toujours ce trait nerveux et pragmatique, bien adapté au scénario toujours captivant. Par un cadrage particulier, une attitude, ou une zone d’ombre plus marquée, Adlard sait très bien révéler les états d’âme des personnages. Face à la force de l’intrigue et la densité des personnages, le noir et blanc paraît aller de soi.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2010
Bah c'est simple c'est toujours aussi bon, ça gagne même en intensité au fur et à mesure que les personnages s'étoffent, ce comic ets un vrai chef d'oeuvre, tant graphique qu'au niveau du scénar !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2010
la serie walking dead est un incoutournable pour les amateurs de fiction zombiesque façon Romero.
Kirkman reste toujours aussi bon avec ce volume 12 un peu plus calme que les autres
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2010
C'est comme une série télé, on est tellement attaché aux personnages qu'on ne sait plus pourquoi on aime. Sur ce tome, j'ai moins aimé le dessin, le trait est plus gras que dans les 1ers, j'ai été moins surprise par les aventures et les sentiments de Rick et ses compagnons. Pourtant, la série est géniale, incontournable.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2016
Toujours aussi bien ! Rien à dire Walking Dead reste le comics à lire et à relire. A vous faire iriser les poils sur les bras car les zombies sont toujours plus proches et les survivants toujours moins nombreux...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 février 2013
Excellente BD, très différente de la série TV.
Fortement conseillé pour les amateurs de ce genre
Le Scénario est vraiment bon.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)