Commentaires en ligne 


103 évaluations
5 étoiles:
 (58)
4 étoiles:
 (21)
3 étoiles:
 (13)
2 étoiles:
 (9)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


37 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A CONSEILLER
Dans la banlieue de Reykjavik, Erlendur découvre que deux squelettes ont été enterrés dans un terrain vague: un homme et un enfant. Parallèlement, le lecteur suit le destin d'une femme avec ses enfants, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, battue par son compagnon. Erlendur enquête sur cette sombre affaire tout en rendant...
Publié le 20 avril 2007 par polar75

versus
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La mort se réveille...et moi je m'assoupis...
Il est vrai que l'atmosphère du pays islandais est assez bien rendue...froide, grise et sans reliefs...si ce n'est celle d'une colline qui cache bien des secrets; secrets sans chair et en os,avec la présence d'un mystérieux cadavre au doigt tendu et qui interpellerait presque le protagoniste du roman, un "flic" taciturne, qui tient des comptes...
Publié le 22 juillet 2010 par Romanesque


‹ Précédent | 1 211 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

37 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A CONSEILLER, 20 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
Dans la banlieue de Reykjavik, Erlendur découvre que deux squelettes ont été enterrés dans un terrain vague: un homme et un enfant. Parallèlement, le lecteur suit le destin d'une femme avec ses enfants, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, battue par son compagnon. Erlendur enquête sur cette sombre affaire tout en rendant visite à sa fille, droguée, enceinte et plongée dans le coma.

Plus qu'un roman noir, un superbe livre mélodramatique, digne des meilleurs Mankell. Une littérature âpre et sombre, mais magnifique!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


44 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comme une ombre attachée, l’enfance…, 14 février 2006
Par 
Amazon Customer "channe01" (France Normandie) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en vert (Broché)
Ce nouveau roman de Arnaldur Indridason m’a confirmé mon addiction à cet auteur. Dans la trace de ses mots, je ne peux changer de route. Je le suis pas à pas y compris dans les tempêtes et dans les ombres. Et c’est lui qui ne nous lâche pas la main, l’âme.
C’est un polar mais c’est accessoire. Tous ceux qui sont intéressés par les lectures sur la reconstruction de la mémoire individuelle et collective trouveront leurs contes dans ce roman. C’est avant tout un tissage d’histoire d’enfants en souffrance. Des enfants qu’on n’a pas voulu, des enfants qu’on a perdu, des enfants qu’on a battu, des enfants qui n’ont pas grandi…
Bien sûr, il y a un corps. Et un mystère à élucider à propos de ce corps.
Mais c’est surtout dans les mémoires des uns et des autres qu’on va chercher ceux qui ont été perdus. Les enfants et leurs parents. Des parents qui ont été des enfants et qui continuent l’histoire de la douleur, comme si c’était impossible de faire autrement.
L’inspecteur Erlendur a cette double identité de père et d’enfant. Et en quête de l’identité de ce corps perdu et retrouvé, il veut restituer une mémoire, celle de son pays, celle de l’histoire et celle des gens, et par-dessus tout, la sienne de mémoire. Une mémoire d’enfant blessée. Les fils se mêlent et se démêlent avec l’adresse du conteur. Nous reprisons la déchirure du temps…. Et c’est difficile. Nous faisons fausse route dans les mémoires … Mais le lecteur est piégé. Tant les personnages s’attachent à nos pas. Nous marchons dans leurs ombres.
C’est le deuxième roman de Arnaldur Indridason qui nous parvient et j’attends avec impatience les autres qui nous sont promis dans les temps qui viennent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman qui nous interpelle, 18 août 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
Fidèle à Henning Mankell, j'ai voulu comparer deux romanciers des pays nordiques et je n'ai pas été déçue par Indridason.Son roman est puissant voir insoutenable dans la description de la violence conjugale et même la mère dont on ne connaîtra que le prénom dans la dernière page est volontairement désignée d'une façon impersonnelle(elle)pour encore appuyer l'horreur de la vie de cette femme et de ses enfants.Un roman qui donne à réfléchir, presque insoutenable par moment et l'on en viendrait presque à oublier l'enquête du commissaire Erlendur et ses soucis personnels.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


24 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 MAGNIFIQUE / POIGNANT /PALPITANT, 6 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
Une narration riche et fluide au service d'une magnifique et poignante histoire. L'alternance entre l'enquete et une histoire passée est vraiment maitrisée et m'a tenu en haleine de bout en bout. Un pur chef d'oeuvre pour moi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bonne surprise, 15 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
Autant le dire, j'ai hésité avant d'acheter ce livre car j'avais été plutôt déçue par "la cité des jarres", du même auteur. Ce fut donc une vraie bonne surprise : l'histoire de cette "Femme en vert" est captivante et bien menée, les personnages sont poignants et le suspens maintenu jusqu'au bout. Un excellent polar !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman noir singulier digne d'intérêt, 24 décembre 2008
Par 
Woland (Mouvaux) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
La femme en vert est une oeuvre poignante dont la mécanique narrative repose sur l'appariement temporel Présent/Passé et les ressorts psychologiques de l'anamnèse, l'évocation volontaire du passé.

Si le commissaire Erlendur et ses comparses souffrent d'un certain détachement dans leurs rapports professionnels (vis-à-vis d'eux-mêmes, des confesseurs), il n'en demeure pas moins que l'histoire familiale de Margaret, telle qu'elle est relatée, est confondante de sincérité tant elle déconcerte l'entendement et déprécie la nature humaine.
La violence conjugale, décrite scrupuleusement, est marquée du sceau de l'impénitence et de l'immensurable ignorance de l'homme dévoyé et aliéné par son abêtissante domination.
L'histoire personnelle d'Erlendur, non moins dramatique, interpelle autrement le lecteur policé, désarçonné par les vicissitudes d'un milieu familial heurté.

Ce roman noir ne laisse pas de mener le lecteur sur diverses pistes plausibles, Indridason s'échinant à instiller dans son esprit un suspense éveillant constamment l'attention.
La construction narrative favorise la compréhension de l'intrigue, l'auteur jouant habilement sur la complémentarité des évènements relatés et commentés par les personnages ayant vécu dans les années 1940 et des témoignages contemporains les concernant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et de deux !, 26 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
Ce livre est le deuxième opus que je dévore dans mon compte à rebours des enquêtes islandaises du commissaire Erlendur puisque, sans le savoir, j''avais commencé par le troisième et dernier en date : «la voix».

Avec celui-ci aussi j''ai été littéralement transportée, car il est à mon sens encore meilleur.

L''intrigue se construit au gré d''une alternance de plusieurs narrations parallèles.

D''une part le déroulement de l''enquête autour d''ossements humains datant d''une soixantaine d''années découverts sur un chantier, d''autre part la vie d''une famille sur fond ignoble de violence conjugale et enfin le dévoilement mesuré de la personnalité d''Erlendur et de son intimité familiale. C''est à ce niveau d''ailleurs que j''ai réalisé qu''il était peut-être préférable de suivre les trois opus du commissaire dans l''ordre car connaissant la suite je savais déjà ce qu''il adviendrait de sa fille dont il est largement question ici ainsi que les origines du traumatisme qui le sclérose. Mais ceci n'est qu''une petite parenthèse qui n''endommage pas la qualité du reste du roman.

En tout cas, outre la remarquable aptitude à dérouler un suspense palpitant, l''auteur se révèle être un incontestable explorateur d''âmes. La psychologie de ses personnages est décortiquée avec une réelle perspicacité reléguant bien souvent l''intrigue au second plan.

Vraiment, de très bons moments de lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très convaincant !, 19 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
C'est mon premier Indridason et je dois avouer que je n'ai pas été déçu. Même si l'écriture est parfois un peu convenue, le destin de cette femme battue par son époux ne peut laisser indifférent. Le regard désabusé que l'enquêteur porte sur le monde et l'humour noir de certaines situations créent une atmosphère originale et envoûtante. Un excellent divertissement, fin et intelligent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La mort se réveille...et moi je m'assoupis..., 22 juillet 2010
Par 
Romanesque (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
Il est vrai que l'atmosphère du pays islandais est assez bien rendue...froide, grise et sans reliefs...si ce n'est celle d'une colline qui cache bien des secrets; secrets sans chair et en os,avec la présence d'un mystérieux cadavre au doigt tendu et qui interpellerait presque le protagoniste du roman, un "flic" taciturne, qui tient des comptes serrés avec son passé de mari et de père absent.
Il faudra attendre la fin de ce long roman(long par l'ennui qu'il génère dans mon cas) pour voir enfin le cadavre exhumé et ses énigmes résolues d'une manière très attendue et sans aucun rebondissement.La description du flic "sombre" au chevet de sa grande fille toxicomane dans le coma et en lutte avec un drame familial issu de son enfance, n'est guère originale...on connaît ce type de personnage par coeur. A quand d'ailleurs un flic rigolard et qui ne serait pas empêtré dans ses propres sables mouvants? Indridason entremêle le présent de l'enquête (ceux qui vivent encore sur la dite colline et qui ont aussi des secrets de famille à cacher) et passé de la seconde guerre mondiale, avec le tableau cruel d'une famille sous l'emprise d'un père fouettard,une ordure de mari, un monstre tyrannique et vicieux, qui elle aussi vivait dans cet endroit alors encore isolé de la capitale.Un seul point de repère, une seule touche de couleur dans ce paysage livide et atone: des groseillers,qui sont les indices impromptus d'un bonheur passé, fragile et fugace. On avance avec lenteur, on n'avance pas du tout. Seuls les faits sont révélateurs, pas de géniales déductions ou inductions...tout s'embrouille comme l'âme de ce flic souvent prise dans la tempête de ses cauchemars et de ses lâchetés. Je me suis ennuyée car je n'ai rien découvert de bien nouveau...mais il faut avouer que c'est assez bien traduit et qu'il y a une ambiance (proprement islandaise?) qui, si elle me laissa de glace, pourrait plaire.
Les drames psychologiques prennent le pas sur l'action et sur l'enquête (mais ce n'est pas grave)..hélas, je trouve ces drames un peu rebattus dans l'univers du roman policier (psychologisant)...la fameuse "femme en vert" n'a rien d'un mystère, on sait à qui et à quoi s'attendre très très vite: dommage?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 immersion totale, 24 mars 2009
Par 
MagalieB - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en vert : Edition collector (Poche)
Dès la 1ère ligne, on est happé par l'Islande et son ambiance.
Des ossements humains ont été retrouvés par des enfants sur un terrain en construction.
L'enquête est menée par une femme et deux hommes qui chacun ont leur histoire & leur problèmes personnels à gérer. S. Oli a peur de s'engager avec sa fiancée, la fille d'Erlendur est dans le coma suite à une overdose.
Malgré tout, l'enquête avance...
En parallèle, nous voici immergés dans les années 40, sur les lieux où on retrouvera les ossements. Un père de famille tyrannise sa femme et ses 3 enfants. Il bat sa femme à mort, il revendique vouloir tuer sa fille handicapée moteur. La mère, au bout du rouleau, profite que ce dernier soit mis en prison suite à des recels, pour échaffauder des plans pour le tuer. L'aîné des deux garçons voudrait lui aussi voir disparaitre son père...
Alors à qui appartiennent ces ossements ?
Le suspens s'accroit de page en page.
Les personnages (sauf Grimmur, le père tyrannique) sont attachants.
Livre très bien ficelé.
Cétait mon premier livre de cet auteur et surement pas le dernier !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 211 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La Femme en Vert
La Femme en Vert de Arnaldur Indridason (Pocket Book - 11 janvier 2007)
EUR 7,30
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit