Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les pièces du puzzle
Je suis en train de dévorer le livre de Mosse, qui me donne pour la première fois l'impression de comprendre comment tout cela a pu arriver.... Pourtant j'ai bien lu des livres sur les personnages principaux, le contexte socio-économique etc. ..... Mosse déroule comme un tapis l'évolution de la pensée "völkisch" qui passe des...
Publié le 5 mars 2008 par Bertold Bar

versus
28 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un travail fort documenté mais partisan
Cette imposante étude historique vaut surtout par l'énorme mise à disposition de matériaux documentaires. L'auteur, Allemand juif s'étant exilé en 1933 aux USA, et par ailleurs brillant professeur d'histoire, sait resituer avec pertinence le contexte. Néanmoins la thèse principale défendue défend un...
Publié le 15 janvier 2009 par The


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les pièces du puzzle, 5 mars 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande (Poche)
Je suis en train de dévorer le livre de Mosse, qui me donne pour la première fois l'impression de comprendre comment tout cela a pu arriver.... Pourtant j'ai bien lu des livres sur les personnages principaux, le contexte socio-économique etc. ..... Mosse déroule comme un tapis l'évolution de la pensée "völkisch" qui passe des forêts brumeux de l'Allemagne par l'honnête villageois allemand jusqu'à la virulente religion germanique, axée sur la race, le mysticisme et l'action violente. Mosse décrit également comment les idées de quelques groupuscules ont infiltré l'enseignement, avec le résultat que la majorité des professeurs enseignaient la culture "völkisch". ...Etant donnéé la préparation du terrain, Mosse explique que l'arrivée au pouvoir de Hitler parlait à la bourgeoisie de droite ainsi qu'à la jeunesse bien au-delà de l'eléctorat nazi. Un livre à mettre dans toutes les mains et pourquoi pas le canon scolaire ....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour comprendre l'Allemagne d'avant guerre, 22 septembre 2010
Par 
Christophe FAURIE (PARIS France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande (Poche)
Le mouvement Völkisch, issu du Romantisme, est en grande partie un refus de la philosophie des Lumières, du capitalisme, de ce que nous appelons progrès, de l'individualisme et de l'intellectualisme. C'est le désir d'un retour vers un passé idéalisé. C'est la réaction de la bourgeoisie et des propriétaires terriens à la transformation de l'ordre social.
Hitler rend cet idéalisme, velléitaire ?, opérant, en le reliant aux masses et aux pouvoirs économiques. Il vide de ce qu''avait d''inacceptable pour l''ordre établi l'anticapitalisme Völkisch : pour transformer l''Allemagne, il suffit d'éliminer les Juifs.
Ce livre prouve que l'histoire est bien plus complexe qu'on ne le croit. La pensée Völkisch est beaucoup moins exotique et ridicule qu'elle le paraît. Non seulement elle a énormément en commun avec la très admirée pensée philosophique et scientifique allemande de l'époque, mais ses thèses réapparaissent régulièrement à chaque fois qu''une crise nous fait douter du chemin que nous suivons. Il y a du Völkish, par exemple, dans les films de Frank Capra ou de Clint Eastwood, ou dans le Tea Party américain, ainsi que dans tous les nationalismes.
Il est aussi curieux de penser que le mouvement Völkish avait en face de lui le Marxisme, autre forme de rejet du capitalisme, qui n''avait décidément pas beaucoup d''amis. Et c'est peut-être là ce qui manque à ce livre : un aperçu de l'accumulation d'événements qui a conduit un peuple au désespoir, et à la recherche de solutions radicales. Nos théoriciens modernes du libéralisme y auraient peut-être vu qu'il y a certaines limites qu'il n''est pas bon de dépasser.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 24 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande (Poche)
Livre indispensable pour comprendre le substrat idéologique du nazisme et de la prise du pouvoir par Hitler en 1933. George Mosse retrace en effet l'histoire et surtout l'imprégnation de l'idéologie völkisch (antisémitisme, nationalisme racial, paganisme, etc.), à partir du début du XIXe siècle mais qui s'accroît encore à l'époque de Bismarck. C'est cette tentation propre à la nation allemande (thèse du Sonderweg), largement étrangère à d'autres pays (la France ou la Grande-Bretagne) voire à d'autres fascismes (l'Italie), qui va donner au totalitarisme hitlérien une base populaire (voir les chapitres sur la diffusion de l'idéologie völkisch au sein de la jeunesse, de la bourgeoisie, des partis conservateurs) et une dimension implacable. Un essai tonique, qui présente le nazisme comme l'aboutissement en quelque sorte logique d'une longue histoire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


28 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un travail fort documenté mais partisan, 15 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande (Poche)
Cette imposante étude historique vaut surtout par l'énorme mise à disposition de matériaux documentaires. L'auteur, Allemand juif s'étant exilé en 1933 aux USA, et par ailleurs brillant professeur d'histoire, sait resituer avec pertinence le contexte. Néanmoins la thèse principale défendue défend un parti-pris contestable. Si la démagogie du régime hitlérien sut certes très bien utiliser comme caisse de résonance l'antisémitisme populacier et des thématiques "völkisch" (folkiste-populaire), elle n'en est pas le pur produit. De fait, les "Volkische" (qui prônaient surtout la liberté associative et un "retour à la terre" face aux dégâts de l'industrialisation et de l'urbanisation) non récupérables par l'appareil du pouvoir furent pourchassés. Quant au rapport avec le nationalisme allemand du XIXe siècle, la conférence de P. Nancy et P. Lacoue-Labarthe ("Le mythe nazi", éd. de l'aube) permet de nuancer les rapprochements. J'aurai donc deux réserves : la première serait de ne penser l'impérialisme raciste du régime hitlérien en dehors du cadre spécifique du totalitarisme, ce qui amène à ma seconde réserve, à savoir trouver chez des lecteurs mal-comprenants de quoi justifier un antigermanisme primaire confondant bêtement le peuple allemand (présenté comme habité par un complexe de supériorité) avec ce régime. Pour autant, cette étude n'est pas sans amener à se poser certaines questions restant d'actualité, à savoir comment l'ingénierie sociale des élites au pouvoir récupère le fonds culturel d'un peuple pour le manipuler.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un fatras d'idées plus pitoyables les unes que les autres : les préceptes de bases à l'origine du nazisme, 4 juin 2014
Par 
Eric OD Green (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande (Poche)
L’ouvrage de Georges Mosse les « Racines intellectuelles du nazisme » est un ouvrage majeur, peut-être même déterminant pour assurer une compréhension du nazisme, et surtout une compréhension des idées Allemandes Völkish qui reprises par le nazisme vont constituer les structures d’une modèle cognitif idéologique qui va trouver une puissante caisse de résonance au sein du peuple allemand et aboutir au crime des crimes que représente la Shoah. La lecture de cet ouvrage demande un certain investissement de la part du lecteur, toutefois, le livre reste accessible et le jeu en vaut bien la chandelle !

Les idées Völkish sont issus du romantisme allemande du XIXème siècle et s’inscrivent dans une tendance à l’irrationnel et à l’émotionnel en réaction au rationalisme du XVIIIème siècle (période des lumières : Aufklarung allemande). Le cœur de ce système de pensée confus qui puise sa source dans le mysticisme germanique et la théosophie, est l’exaltation d’un Volk germanique avec un peuple nordique-germanique enraciné dans un paysage ancestrale, un paysage fait de petites villes et de villages, en harmonie avec la nature, dans lequel un homme germanique qui puise ses racines dans une histoire fantasmée : on évoque même l’ouvrage de Tacite Germania pour exulter les vertus présumées des peuples germains originaux (thème que l’on trouve déjà chez Lagarde), dotés d’une grande force morale autant que physique, qui ont survécu à l’âge glaciaire et ont triomphé de la puissance de Rome.

Ces aryens de sources indo-germaniques constituent une race pure en relation directe avec des forces « brumeuses » et mal définies qui sont qualifiées aux termes d’une terrible logorrhée de force cosmique. On met en exergue une paysannerie germanique héroïque, qui doit faire face aux manœuvres vicieuses du maquignon Juif. Ce peuple germanique idéalisé au moyen des canons de la beauté plastique Romaine et surtout grecque est menacé par le développement d’un monde moderne en voie d’industrialisation. Cette industrialisation est une source d’aliénation et de déracinement du Volk germanique et l’un de ces agents corrupteurs est bien sûr le Juif, d’abord présenté comme déraciné et creux sur le plan spirituel, qui joue un rôle d’intermédiaire entre le Volk harmonieux et les grands capitaines d’industrie. Il est donc un agent insidieux qui sert de vecteur à un déracinement.

Bien sûr le Juif est présenté d’une manière croissante comme un corps étranger à la germanité, et les penseurs racistes les plus violents, comme Houston Stewart Chamberlain, et dans une moindre mesure selon George Mosse, Arthur de Gobineau et Georges Vacher de Lapouge, font pouvoir édifier des préceptes d’hygiène raciale destiné à préserver la race aryenne de la souillure que représente un apport de sang Juif, le Juif qui est autant un étranger au Volk germanique qu’un parasite. Ces théories néoromantiques, alliées aux théories racistes les plus virulentes vont se diffuser en Allemagne d’une manière considérable via le corps enseignant, et les mouvements de jeunesse.

L’antisémitisme ne s’est pas développé d’une manière monolithique, il a fait l’objet de controverse au sein même du mouvement Völkish, mais finalement c’est la version ségrégationniste qui va l’emporter, avec divers appels à l’élimination des Juifs, au moins par leur expulsion du territoire germanique. En fait, tous, les éléments qui seront repris par les nazis préexistent en Allemagne depuis les années 1815/1848, avec une radicalisation croissante et le développement de mouvements utopistes et sectaires dans les années 1880/1917.

Les nazis vont éliminer l’aspect élitiste de la doctrine Völkish pour se tourner vers les masses, mais ils vont intervenir en direction d’un corps social allemand déjà bien contaminé par des théories fumeuses sur la vertu germanique, l’antisémitisme et l’hygiène raciale.

Tout cela est édifiant, à la fois grotesque et terrifiant, on prend bien conscience d’un problème allemand dans la construction d’une identité nationale irrationnelle fondée sur la pureté mythique de la race et l’élimination impitoyable de la contamination Juive… A méditer sombrement, quelle peut être la rémanence de tels concepts en 2014 ? Il y a 20 ans, j’aurai répondu aucune, aujourd’hui je suis tout de même inquiet de voir que c’est justement la misère intellectuelle des préceptes décortiqués dans le livre qui sont à l’origine de leur succès…
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le nazisme n'était pas un accident, 25 mars 2008
Par 
Jules Alexandre Théophraste de Corvée de Ch.... (Aix-en-Provence, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande (Poche)
Pour les besoins de la réconciliation franco-allemande, on a inventé le mythe des Allemands non-nazis et du putsch de Hitler. Mosse nous montre qu'il n'en est rien. Hitler s'est inscrit dans la continuité du romantisme allemand, du culte de la nature, des animaux des fôrets (le nazisme a été le régime le plus "écolo" du XX° siècle!) de l'âme du Volk, du peuple concu comme une race qui remonte aux sources de la formation de la nation allemande, à Hegel, à Fichte et à Schiller.
Le juif n'avait pas sa place dans ce monde car il n'avait pas cette attache territoriale.
Le Volkisme était partagé par la société allemande. Hitler n'a fait que le rationaliser et le pousser à ses plus extrêmes conséquences. Si les Allemands l'ont suivi, ce n'est pas le fruit du hasard!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande
EUR 12,20
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit