undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles25
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Myriam, la quarantaine, décide sur un coup de tête d'ouvrir un petit restaurant qu'elle baptise, en toute simplicité, «Chez moi ». Pourquoi ce nom ? car c'est plus qu'un restaurant, c'est chez elle, elle y vit, y dort aussi, elle n'a pas assez d'argent pour se payer un autre loyer.

Pour faire plaisir à ses clients, elle s''y investit sans retenue afin de leur préparer de bons petits plats. Elle aime le contact, prend le temps d''écouter les personnes qui franchissent le pas de sa porte et qui ont à cœur de faire quelque chose pour l''aider. Après un début un peu chaotique, tout le monde se bouscule dans ce restaurant, on y croise un fleuriste amoureux, deux jeunes étudiantes, et des habitants du quartier. Mais derrière tout ce joli décor se cache en réalité une sombre histoire. Myriam cache un secret inavouable, ce restaurant n'est en fait qu'un exutoire, une réconciliation avec elle-même pour conjurer un passé douloureux.

Ce livre qui démarre de manière optimiste porte en réalité un thème grave qui est celui de l''amour maternel. Myriam est hantée par ça et elle passe son temps à comprendre ce qui lui est arrivé. Bannie par sa famille et par ses amis, elle n''a personne à qui se confier.

C'est un très beau roman qui se lit avec bonheur, où les talents culinaires de Myriam excitent les papilles gustatives, on arrive même à sentir le parfum de ces aromates qu''elle présente de façon poétique.

C'est un régal d''écriture gorgée d''émotions et de bons sentiments que nous offre Agnès Desarthe. À déguster sans modération !
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 11 novembre 2007
Myriam, la quarantaine, décide sur un coup de tête d'ouvrir un petit restaurant qu'elle baptise, en toute simplicité, «Chez moi ». Pourquoi ce nom ? car c'est plus qu'un restaurant, c'est chez elle, elle y vit, y dort aussi, elle n'a pas assez d'argent pour se payer un autre loyer.

Pour faire plaisir à ses clients, elle s'y investit sans retenue afin de leur préparer de bons petits plats. Elle aime le contact, prend le temps d'écouter les personnes qui franchissent le pas de sa porte et qui ont à cœur de faire quelque chose pour l'aider. Après un début un peu chaotique, tout le monde se bouscule dans ce restaurant, on y croise un fleuriste amoureux, deux jeunes étudiantes, et des habitants du quartier. Mais derrière tout ce joli décor se cache en réalité une sombre histoire. Myriam cache un secret inavouable, ce restaurant n'est en fait qu'un exutoire, une réconciliation avec elle-même pour conjurer un passé douloureux.

Ce livre qui démarre de manière optimiste porte en réalité un thème grave qui est celui de l'amour maternel. Myriam est hantée par ça et elle passe son temps à comprendre ce qui lui est arrivé. Bannie par sa famille et par ses amis, elle n'a personne à qui se confier.

C'est un très beau roman qui se lit avec bonheur, où les talents culinaires de Myriam excitent les papilles gustatives, on arrive même à sentir le parfum de ces aromates qu'elle présente de façon poétique. C'est un régal d'écriture gorgée d'émotions et de bons sentiments que nous offre Agnès Desarthe. À déguster sans modération !
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je connaissais déjà une partie de ses écrits pour enfants et ados, que j'apprécie, mais c'est le premier roman "adulte" que je lisais d'elle.
Je ne le regrette pas !
Une lecture facile à première vue, très agréable au niveau du rythme comme au niveau du langage utilisé, toujours approprié, donc changeant en fonction des situations. Mais un roman très délicat, des émotions sous-jacentes, un drame (plusieurs ?) fondateurs, qui éclairent la personnalité de la narratrice, des idées novatrices, et une bonne dose d'optimisme malgré tout !
J'ai adoré ce fluide et plus puissant qu'il n'en a l'air, je me suis attachée à Myriam, mais aussi à Ben, et même aux nombreux personnages secondaires "croqués" avec justesse.
J'adhère complètement au résumé de présentation de l'éditeur, nul besoin donc d'en rajouter !
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2006
J'ai beaucoup aimé ce livre, il m'a procuré des heures de plaisir.

Une jeune femme un peu paumée ouvre un semblant de restaurant, voilà le début : après, vous verrez bien !

J'ai particulièrement apprécié ce qui traitait de la préparation des plats, de l'amour, et aussi de l'amour maternel.

Très poétique : les souvenirs du petit cirque.

C'est magnifiquement bien écrit. Un vrai régal, comme (sans doute) les plats que l'héroïne préparait pour ses clients.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2007
Et bien, voilà un livre que j'ai véritablement dévoré, étonnant non ? Lu, avec avidité, en une journée, ce qui est assez rare chez moi pour le souligner. J'ai particulièrement aimé l'enchaînement des évènements, la verve de la narratrice, ses descriptions culinaires. J'ai apprécié tous les personnages secondaires et l'évocation de ce lieu, apaisant et unique, attractif, ce restaurant bien particulier qui tente de mêler autour de plats savoureux tous les âges et les milieux. J'ai été touchée aussi par le parcours de cette mère ayant perdu à la maternité l'amour maternel pour son fils, loin d'elle aujourd'hui. Alors, bien sûr, il y a du bon sentiment, et du "happy-end", ce qui n'est pas toujours ma tasse de thé ! Mais bon, un plaisir à ne surtout pas bouder !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2011
Le roman d'Agnès Desarthe raconte à la première personne une aventure (d'abord) solitaire et solidaire, communautaire, communiste au cours de laquelle on apprend (par bribes, régressions en âge fractionnées) une autre histoire, celle de la femme qui a fait l'amour avec un ex-ami de son fils qu'elle ne peut plus aimer depuis une gifle du père de ce fils et mari de l'héroïne et encore plus parce que cet enfant s'élève tout seul, sans apparent besoin d'une mère qui, par contre, s'est sentie « l'enseigneure » de l'ami du fils'.qu'elle finit par retrouver après avoir été annoncé par un ange blond (cf analogie à l'Annonciation'd'une renaissance chez une vierge de nouveau). Remarquable dans ce roman : les personnages, toujours très originaux, apparaissent d'abord avec leurs défauts avant de guérir par leurs ressources, autant extérieures (au delà de l'illusion de la dualité, de la séparation, de l'individualité)'comme des malades chez le « bon » médecin.
On reste un peu sur sa faim (peut-être pour en imaginer d'autant plus) quant à ce qui a vraiment pu se passer entre l'ex-mari et le fils de l'héroïne ?
Un roman plein de tempérament avec une sagesse juste assez folle, qui allie le tragique à l'humour, qui fait rire et pleurer, qu'on lit avec le corps, avec le coeur.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Myriam ouvre un restaurant dans Paris. Myriam n'a pas d'argent, a des tendances à la mythomanie et garde secret un passé trouble et douloureux.
Dans sa nouvelle vie, elle côtoie Vincent son voisin fleuriste, elle embauche Ben, un orphelin idéaliste, elle aime Ali, un maraîcher abandonné dans une de ses vies d'avant.
Dans une de ses vies d'avant, elle a été maman mais elle a également été cuistot dans un cirque...
Voici un roman étrange avec une héroïne étrange à laquelle j'ai eu du mal à m'attacher. J'ai lu Mangez-moi presque machinalement. Le style d'Agnès Desarthe est curieux : j'entends par là qu'alors qu'elle écrit sur des sujets d'ordinaire sensuels (les rapports humains, la nourriture, l'amour, la tristesse) son écriture est justement totalement dépourvue de sensualité... à l'image de Myriam. Au fur et à mesure que l'on avance dans le livre, on comprend que ce style se calque parfaitement à la psychologie de son héroïne.
J'ai trouvé la fin un peu bâclée (j'avais l'impression que l'auteure voulait se débarrasser de ses personnages vite fait bien fait) et j'ai pourtant presque versé une larme à la dernière page...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2006
Myriam décide d'ouvrir un restaurant. Elle fait un prix à vie à ses 2 premières clientes, vit et dort sur la banquette Emmaüs en moleskine du restaurant, rencontre Vincent, fleuriste du quartier, qui lui propose de fleurir ses tables avec les restes de son magasin, prend son bain dans l'évier géant de la cuisine, embauche Ben le meilleur serveur de la ville recommandé par ses 2 premières clientes... Malgrè une désorganisation complète, le succès auquel elle n'aspire pas s'accroît, la fatigue s'accumule, sa motivation aussi, son passé la tourmente, elle finit par léguer son restaurant "Chez moi". Mais juste avant de partir, l'élément essentiel d'un passé douloureux, source d'une recherche inassouvie, resurgit.

SUPER. j'ai adoré. On s'attache très vite à Myriam. Elle nous embarque dans sa nouvelle vie dans un rythme effréné et avec un humour déconcertant malgré le trouble de son lourd passé. Très agréable à lire. Je le recommande vivement à qui veut passer un bon moment. Je m'y suis énormément amusée, cette fille est géniale et on aurait presque envie de la connaître. N'hésitez pas, détente et distraction garantis !!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2008
Myriam ouvre un restaurant, et vit même dans son restaurant. Elle est un peu sauvage, elle a un passé qu'on suppose "trouble" au départ, et elle nous en dévoile des bribes en avançant dans l'histoire. Son restaurant va avoir du succès, et elle va changer elle aussi, et son passé la rattrapera...
Ca se lit facilement, mais je suis restée un peu en retrait par rapport à ce personnage, qui ne m'a pas attendrit particulièrement, et dont l'histoire personnelle ne m'a pas tellement intéressée. C'est pas mal, mais je suis restée sur ma "faim".
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2008
A la question "il se lit facilement ?" je réponds tout de suite oui.
Par contre, à la fin il n'en reste pas grand chose. C'est un peu plat. l'auteur tente une introspection de son personnage principal Myriam. Mais c'est un soufflé pas assez soufflé...l'enchainement des évènements comme les raisonnements alambiqués de Myriam sont peu crédibles. On a même une scène où Vincent qui se trouve chez Myriam regarde dans la rue, alors que le rideau de fer est resté fermé...
Et cerise sur le gâteau, venant de la restauration, je me marre en voyant les descriptions idylliques de la dure vie de chef cuisinier. Je suggère (gentiment parce qu'elle a l'air sympa et d'avoir un bon fond) à Agnès Desarthe de faire un stage dans une VRAIE cuisine de restaurant.

Bref faut-il le lire ?
Euh non. Ce n'est pas nécessaire.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,50 €