Commentaires en ligne


 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du grand noir
Un choc, une claque. Extrémement dur, violent, sadique, dérangeant. Attention aux sentiments de qui le lira. L'âme humaine dans sa noirceur, ses tourments, ses pulsions . Des personnages immondes (Jefferson) mais inoubliables, des actes répugnants, mais pas franchement horribles ou sanguinolents. "Personne n'est innocent", a dit je ne sais plus qui...
Publié le 1 novembre 2009 par Jean Humbert

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bienvenue à Barjoland
Tim WILLOCKS, écrivain britannique, psychiatre de formation, a débuté sa carrière littéraire en oeuvrant dans le roman noir, crasseux et glauque, avant de prendre la tangente du roman historique aux prétentions plus épiques (dernièrement : le triptyque consacré au personnage de Mattias TANHAUSER dont il a...
Publié il y a 14 mois par Goldeneyes


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du grand noir, 1 novembre 2009
Par 
Jean Humbert "gloup" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad City Blues (Broché)
Un choc, une claque. Extrémement dur, violent, sadique, dérangeant. Attention aux sentiments de qui le lira. L'âme humaine dans sa noirceur, ses tourments, ses pulsions . Des personnages immondes (Jefferson) mais inoubliables, des actes répugnants, mais pas franchement horribles ou sanguinolents. "Personne n'est innocent", a dit je ne sais plus qui : lisez ce roman, vous apprécierez la maxime.
Un très grand livre, je ne dis même pas "polar".
À noter que "Les rois écarlates" est plus ou moins la suite : donc attention à l'ordre de lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bienvenue à Barjoland, 14 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad City Blues (Broché)
Tim WILLOCKS, écrivain britannique, psychiatre de formation, a débuté sa carrière littéraire en oeuvrant dans le roman noir, crasseux et glauque, avant de prendre la tangente du roman historique aux prétentions plus épiques (dernièrement : le triptyque consacré au personnage de Mattias TANHAUSER dont il a signé les deux premiers volumes : La religion / Les douze enfants de Paris).
Bad City Blues est son premier roman.

La Louisiane. De nos jours. Callilou Carter – dite Callie – est une ancienne prostituée et cocaïnomane, mariée à Cleveland Carter, révérend de la paroisse locale et vice-président de la Mercantile Trust Bank. Avec l'appui de Luther Grimes, ancien vétéran du Vietnam et truand de grande envergure, elle commet le casse du siècle en braquant la banque de son mari. Au total : un million de dollars à se partager. Mais la belle a d'autres projets en tête... Pour doubler son complice, elle séduit son frère, Eugene Cicero Grimes, psychiatre idéaliste et déjanté. Les deux frères ne se sont pas vus depuis une éternité et nourrissent l'un envers l'autre une haine viscérale. Lorsque Clarence Seymour Jefferson, flic corrompu jusqu'à la moelle, a vent de l'affaire, il décide de se lancer à leur poursuite. Autant dire que son but n'a rien d'altruiste et que rendre la justice est bien le cadet de ses soucis : il compte lui aussi mettre la main sur le pactole.

Avec ce premier roman, Tim WILLOCKS signe un roman noir âpre, incisif et hystérique. Il taille dans sa prose au vitriol des personnages bourrés de testostérone, des mâles dominants, de vrais durs à cuir doublés de salauds pathologiques qui relèvent quasiment de la stature mythologique. Luther Grimes en fait partie. Ancien vétéran du Vietnam, il a officié dans la 101ème aéroportée. De retour de la guerre, il s'est fait une place de choix dans le trafic de stupéfiants. Dans le milieu, on le surnomme, "Dum-Dum", en référence aux balles à fort effet de pénétration qui font des ravages dans les rangs vietcong. Profil aquilin. Nez d'aigle. Longue queue de cheval. Il est rodé aux maniement des armes : tuer est son métier. Il entretient avec Callie sa complice une liaison sulfureuse, et nourrit des espoirs de se ranger à l'issu de leur casse. Son frère, Eugene, est un psychiatre qui prend en charge des patients triés sur le volet : cocaïnomanes, héroïnomanes, désaxés en tout genre... La lie de la société. Il aurait pu faire fortune dans sa profession mais a préféré opter pour un mode de vie rangé, privilégiant la solitude et la discrétion. Il occupe une ancienne caserne de pompier dans un quartier malfamé. Un homme au regard gris, aux nerfs d'acier, au corps musclé par la pratique du karaté. Lorsque Callie vient frapper à sa porte à l'issu du braquage, elle a replongé dans la cocaïne. Il la prend en charge, et, sans se douter une seule seconde qu'elle est complice d'un braquage commis par son propre frère, succombe à son charme. Le personnage de Jefferson, le flic pourri et sadique, appartient lui aussi au registre des personnages mythiques : un véritable taureau avec son corps de plus de cent vingt kilos soumis à un entraînement de musculation quotidien. Imperturbable, d'une résistance physique à toute épreuve, froidement calculateur, doté d'une intelligence au-dessus de la moyenne, il est passé expert dans la torture psychologique, ce dont il ne manquera pas d'user au cours de son équipée...

Le talent de WILLOCKS, dans ce premier roman, est de creuser en profondeur la psyché de ses personnages. Son passif de psychiatre n'y est évidemment pas pour rien... On sent, à l'origine de l'épaisseur des protagonistes, une bonne dose d'expérience injectée dans la fiction romanesque. Il n'y a ni gentils ni méchants dans Bad City Blues. Le manichéisme n'est pas de mise. Le mal est partout, il contamine tous les personnages. Les deux frères, ennemis jurés, ont un lourd passif à leur actif, et incontestablement des comptes à régler. Si Luther est un tueur dénué de scrupule, Eugene possède lui aussi sa part d'ombre. Jefferson, le flic corrompu, n'agit pas non plus gratuitement. Un passé conditionne sa conduite et explicite sa violence, sa rage contenue, sa perversité. Le talent de WILLOCKS est de découvrir peu à peu, au gré de l'intrigue, les causes profondes, les traumatismes enfouis qui ont marqué ces personnages et légitime aujourd'hui leur démence. Une démence toujours latente, que le lecteur côtoie avec une assiduité dangereuse, comme un funambule en équilibre sur son fil. Bad City Blues est évidemment violent. Violent parce qu'il plonge allègrement dans la noirceur de l'âme humaine et s'y baigne avec une jouissance toujours malsaine. WILLOCKS décortique le comportement de ses personnages avec la précision d'un entomologiste. Et ce qu'il nous donne à voir n'est pas spécialement réjouissant. Violent, Bad City Blues l'est aussi dans ses scènes d'action et de sexe explicites, envoyées dans les mirettes du lecteur avec une force de frappe quasi cinématographique. Ça défouraille, ça torture et ça baise. C'est plein de sueur, de sang et de stupre. Ça colle aux doigts parce que c'est poisseux. Et ça ne vous laissera certainement pas indifférent.

Si Bad City Blues devait être un geste, ce serait celui d'un coup de poing. Pour un premier roman, Tim WILLOCKS nous l'assène sévèrement. Il démontre un talent certain à camper des personnages d'envergure XXL, des brutes épaisses, des sadiques névrosés qui ne sont pas sans se coltiner leur cortège de démons. Du début à la fin, le roman macère tout entier dans la poisse d'un climat de tension physique, sexuelle et psychologique qui lui confère une aura vénéneuse, foncièrement malsaine, délicieusement oppressante. Bad City Blues ou le creuset de la perversité : c'est là ce qui fait tout son charme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bad Thriller Blues, 3 mars 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad City Blues (Broché)
Remarquable! Histoire noire ou les réglements de comptes s'enchainent,le sexe est en première ligne aussi dévastateur que les descriptions des protagonistes avides d'argent!On s'attache à ces personnages attachants et répugnants!Un écrivain à découvrir avec la sortie dans un autre registre de "the religion" prochainement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Bad Novel Blues, 6 décembre 2010
Par 
Alexis Bidault "Ex-Cowboy" (Tours, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad City Blues (Broché)
L'objectif de l'auteur est assez limpide : nous plonger dans les tourments de l'âme humaine, mettre en scène l'affrontement violent ambigu et pervers entre deux frères, nous confronter au profond nihilisme d'outsiders psychologiquement dérangés perdus dans la métaphorique 'Bad City'.

Intention louable pour qui est prêt, mis en appétit par le résumé, à affronter une belle tranche de noirceur, de brutalité et d'atmosphère bien glauque. Malheureusement, le roman ne fonctionne à mon sens pas très bien. Fascination un peu complaisante pour la violence et le sexe, qui occupent une grande partie du livre, personnages délirants et sociopathes auxquels on ne s'attache pas, absence d'intrigue au profit d'affrontements psychologiques confus, le tout hélas loin d'être sublimé par une écriture assez banale et facile. C'est vraiment très moyen et on retient à grand peine les bâillements d'ennui devant des poncifs outranciers qui ne choquent ni n'interpellent. Quelques passages à peu près réussis n'équilibrent pas la balance.

Bien sûr, nous faire nous soucier, nous les gens 'normaux', de ce genre de personnage détestable est une gageure, mais une série comme Oz y parvenait à merveille, nous faisant sangloter à l'unisson de meurtriers multirécidivistes. Ici, nous ne ressentons ni empathie ni haine, juste une indifférence polie. Ainsi que de l'impatience : celle de voir tout ce petit monde se massacrer consciencieusement avant de pouvoir enfin passer à autre chose.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Si vraiment vous n'avez rien de mieux à faire, 13 janvier 2010
Par 
Jaamuna - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad City Blues (Broché)
Ce livre se lit facilement au début ... et puis on se rend vite compte qu'il n'y a que quatre ou cinq personnages plus antipathiques les uns que les autres, à l'exception peut-être de la seule femme, Callie. Personne en tout cas à qui on puisse s'identifier. La narration est dans le même registre glauque d'un bout à l'autre si bien que je me suis forcée à poursuivre la lecture jusqu'à la fin.

Je suis donc tout de même allée au bout de ces 299 pages toutes dans la même tonalité cauchemardesque, c'est bien long, et j'ai beau chercher mais je n'ai absolument rien retiré de positif de toutes ces heures de lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Décousu et pénible, 11 octobre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad City Blues (Broché)
Autant le dire : je me suis fait avoir par la couverture délicieusement "noir"...
Pour le contenu, c'est très moderne (c'est-à-dire 25% de sexe, 50 % de violence et 25 % de perversion).
Voilà.
L'intrique est décousue, de même que la narration et on s'enfonce sans grand intérêt dans des rapports de force entre personnages absolument pas sympathiques au fil d'un récit auquel on ne croit pas et où tout semble systématiquement surfait dans une surenchère de : toujours plus noir, toujours plus violent, toujours plus tordu, etc.
Franchement lassant...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Bad City Blues
Bad City Blues de Tim Willocks (Broché - 8 novembre 2007)
EUR 7,30
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit