undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:6,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

C'est après avoir vu sur une chaîne cryptée "Bright Star" de la réalisatrice Néo-Zélandaise Jane CAMPION, film qui raconte l'histoire de la relation amoureuse entre John KEATS et Fanny BRAWNE et la manière unique d'entrer dans l'univers de ce poète sans le sou, tout aux exigences de la création, que j'ai éprouvé l'envie comme tant d'autres sans doute, d'acquérir le DVD et d'en savoir davantage pour découvrir ce poète maudit, classé par la critique parmi l'un des plus grands poètes du romantisme anglais du XIXe siècle.

N'ayant précédemment jamais lu, ni étudié cet auteur anglais, j'ai donc choisi d'acquérir ce simple petit recueil de 120 pages, d'un format pratique à transporter sur soi, en édition bilingue qui contient trente et six de ses poèmes écrits en anglais et traduits excellemment en français par Robert DAVREU qui, lui-même, grâce à son remarquable préambule nous introduit admirablement bien dans l'univers si particulier de John KEATS : "KEATS ou l'essence de la poésie".

Grâce à lui, j'avoue qu'il m'a aidé à mieux comprendre le sens profond de ces poèmes, tout en gardant cependant en tête toute leur musique. "Bright Star" poème destiné à Fanny BRAWNE figure en dernière place dans ce livret qui, à l'évidence nous aide déjà à mieux connaître qui était John KEATS, ce poète fulgurant (1795/1821). il est dit qu'"il n'aura vécu qu'en poésie et pour la poésie". Ce recueil est enrichissant et éveille notre curiosité sur un poète étranger et sur le romantisme britannique. Pour qui aime la poésie anglo-saxonne, il est à découvrir.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
John Keats a sacrifié sa vie à la poésie.
Ce recueil bilingue lui rend justice. Je suis très rétive à la poésie type rimée, forme du sonnet français (2 tercets et 3 quatrains ou quelque chose comme cela), bref, je trouve les poètes romantiques français très poseurs; et puis les rimes riches on les devine ensuite à 10 km alors...
John Keats ne pleure jamais sur son sort tragique; il fait face à la mort qui l'approche, rejette avec dédain les louanges qu'il sait inconstantes et souvent intéressées. Il déteste Shelley et Byron, bref John Keats ne se fait pas beaucoup de copains dans la profession. Car ce n'est pas un professionnel mais un prophète. Lucide, intransigeant, nu dans sa faiblesse et sa force, il vous emporte dans les orages les plus dantesques et vous fait ensuite méditer au bord d'un ruisseau sur la fragilité de la vie... Après Pétrarque, J. Keats s'essaiera à la forme du sonnet shakespearien (de forme plus naturelle que le sonnet français), rimé, puis inventera sa propre forme.
Les poèmes sont bien entendu encore plus beaux en anglais, mais sans être anglophones, vous prendrez plaisir à la traduction française, excellente pour mon anglais perfectible (sob) et lirez à voix basse la version originale.
L'introduction est fort utile, à la plume alerte, érudite sans être barbante. Les notes en bas de page datent et donnent les circonstances -quand il est besoin- de la publication ou de l'écriture du poème, de la chanson.
Je ne résiste pas à vous recopier ici mon poème préféré "When I have fears that I may cease to be", traduit en français (je suis cute, hein):
"Lorsque me vient la peur de pouvoir cesser d'être/avant que ma plume ait glané mon fertile cerveau,/avant qu'en haute pile les livres, imprimés,/enserrent, greniers pleins, la récolte bien mûre;/lorsque sur la face étoilée de la nuit j'aperçois/les immenses symboles nuageux d'une grande épopée, / et pense que peut-être je ne vivrai pas assez/pour en tracer les ombres de la main magique du hasard;/ et puis lorsque je sens, belle créature d'une heure, / que sur toi mon regard ne se posera plus jamais, / que jamais plus je ne goûterai au pouvoir féérique / de l'amour sans souci; alors sur le rivage/ du vaste monde, seul je demeure et songe/ le temps qu'Amour et Gloire s'abîment au néant".
55 commentaires| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2010
Facile à garder avec soi vu son format, mettant en regard le texte anglais et sa traduction, ce peut être un compagnon agréable et inspirant.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles