undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

18 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 mai 2008
Christophe Dejours se propose dans ce livre de mettre en évidence les processus individuels et collectifs qui amènent à accepter la souffrance au travail, la sienne et celle des autres. L'auteur analyse également les mécanismes qui poussent certains à devenir les bourreaux de leurs semblables.
Un essai très riche, bien écrit et clair. Cela dit, son rapprochement de l'organisation contemporaine du travail avec l'organisation bureaucratique nazie est poussée un peu loin, même si par certains aspects elle ne manque pas de pertinence.
Un bon bouquin néanmoins, sérieux et documenté.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 décembre 2010
Très gros travail de mise en forme permettant de comprendre le mal qui sournoisement s'installe dans les entreprises, dans les collèges, dans la société en général.
Depuis 10 ans le livre n'a pas pris une ride , au contraire , il est encore plus d'actualité car les ressorts et articulations que l'auteur met en évidence sont aujourd'hui bien visibles.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 octobre 2011
S'il n'y avait qu'un livre à lire pour saisir le malaise du travail, aujourd'hui, en France, ce serait ce lui-là.
Christophe Dejours est un maître, et ce texte déjà ancien (environ 10 ans) est d'une actualité cuisante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 mars 2014
Très intéressant et inspirant ouvrage de Christophe Dejours sur la banalisation du mal dans le monde du travail que m'a conseillé une amie sociologue, à faire lire à tous les salariés, mais également aux patrons et particulièrement aux managers et autres collaborateurs pour leur ouvrir les yeux sur ce qu'ils font et ce que les dirigeants et le système néolibéral leur font à eux et leur font faire aussi.

Le seul bémol concerne simplement le caractère un peu technique surtout dans certains termes utilisés, même si ceux-ci sont expliqués dès le début de l'ouvrage. Il reste tout à fait compréhensible et à la portée de tous (en restant attentif).

Soyons éclairés sur ce système du mal du mâle, et ne restons pas sans réagir, soyons solidaires !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
16 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 novembre 2009
Tous les salariés devraient lire ce livre, qui analyse avec rigueur et intelligence les pratiques de l'entreprise d'aujourd'hui, à commencer par la culture d'entreprise et la communication interne, dont on n'imagine pas toujours les effets pervers...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 8 août 2014
Dejours transpose au monde du travail les analyse de Hannah Arendt sur la "banalité du mal" (Eichmann n'était pas méchant intrinsèquement, il a exécuté bêtement des ordres inhumains, et c'est en cela qu'il est terrifiant : il n'a pas cherché à faire du mal et a pourtant participé à des atrocités). il montre comment le fonctionnement de l'entreprise aboutit à une "banalisation du mal" :nous finissons pas croire que l'injustice est normale et inévitable (c'est le résultat du marché, on ne peut rien faire contre, c'est juste une réalité) et par nous même collaborer au système (grâce à un formidable renversement des valeurs qui fait passer la capacité à infliger du mal et recevoir du mal pour du courage; et parce que nous avons tellement peur d(être licenciés - ou que nous nous sentons vaguement coupable de nous plaindre alors que nous avons un travail tandis que tant d'autres sont sur le carreau).
L'écriture est précise, et s'appuie sur des études scientifiques, dont les références sont données en bas de page et dans la bibliographie pour ceux qui veulent approfondir. Pour les non spécialistes de "psychodynamique du travail", comme moi, l'ouvrage est très lisible car le raisonnement est clair, des faits sont donnés, et on ne se perd pas dans le vocabulaire ou les digressions.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 janvier 2011
Comment l'organisation de l'entreprise crée son propre sens moral en renversant le sens moral commun et va créer ainsi souffrances chez ses collaborateurs, individualisme, systèmes de défenses collectifs et individuels contre cette souffrance, victimes et bourreaux. Comment en sommes nous arrivés à tolérer l'intolérable tant du point de vue de la violence en entreprise que par le déni de notre responsabilité et le mépris que nous portons à ceux qui se retrouvent au chômage et désocialisés.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 janvier 2014
Depuis 1998, ce livre, régulièrement mis à jour, propose des clefs de compréhension accessibles et indubitables au malaise en Entreprise. Une référence toujours plus hélas d'actualité.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 30 juin 2015
Christophe Dejours démontre par a + b les mécanismes qui permettent, dans les entreprises de transformer de simples salariés, soyeusement choisis pour leur aptitude à obéir, des gens bien élevés avec le sens du bien et du mal, en véritable bourreaux sans scrupules.
La comparaison des méthodes de management d'aujourd'hui avec le régime nazi est limpide et saisissante.
L'étude de ce livre devrait être au programme de Français de toutes les classes de CAP, BAC, BTS, DUT....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 janvier 2013
Le titre peut rendre récalcitrant mais C. DEJOURS est "brillanticime". Bien qu'il soit parfois médiatisé, il est malheureusement trop peu écouté et suivi. La réalité du travail est parfaitement (scientifiquement) définie or la plupart des gouvernants, syndicalistes, décideurs ignorent ce qu'est vraiment le travail. Et pourtant, ils cherchent à l'organiser et le mesurer. DEJOURS nous démontre qu'il s'agit d'une vaine entreprise (arguments scientifiques).Plus loin, vous en apprendrez sur la servitude volontaire, la docilité ; plus subtil sur l'origine de la virilité (réaction à l'angoisse de castration en gros) ; enfin ces éclairages nous permettent de mieux comprendre comment un peuple à pu se soumettre au nazisme. Inutile de se prendre pour un héros, la plupart d'entre nous obéissons, et agissons en désaccord avec nos valeurs, créant la plupart de nos maux. Et pourtant, nous ne sommes pas battus, on ne menace pas de s'en prendre à notre famille. Qui sommes-nous vraiment pour juger le peuple durant le nazisme ?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Souffrance en France : La banalisation de l'injustice sociale
Souffrance en France : La banalisation de l'injustice sociale de Christophe Dejours (Broché - 28 août 2014)
EUR 8,30

Le choix : Souffrir au travail n'est pas une fatalité
Le choix : Souffrir au travail n'est pas une fatalité de Christophe Dejours (Broché - 12 février 2015)
EUR 19,90

Le Corps d'abord
Le Corps d'abord de Christophe Dejours (Poche - 6 juin 2003)
EUR 8,15