undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici ECFR_GNO_Flyout Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles69
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Avec "L'homme du lac", l'islandais Arnaldur Indridason, s'impose définitivement comme un des maîtres du polar contemporain. La comparaison avec son homologue suédois Henning Mankell est inévitable mais l'écrivain islandais n'a pas à faire de complexes : il est bien son égal. Son dernier livre, qui joue sur plusieurs registres (historique, social, sentimental, politique etc.), deux époques (aujourd'hui et au temps de la guerre froide) et deux pays (Islande et RDA), est constamment maîtrisé et va bien au delà du simple suspense. On y retient surtout le regard désabusé d'un auteur sur son pays qui semble en dépression permanente (comme la Suède de Mankell) et en quête de valeurs. Les amateurs de vraie littérature, même ceux qui sont allergiques au polar, trouveront en Indridason un auteur au véritable sens du terme.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2009
Arnaldur Indridason a deux particularités. Tout d'abord il est Islandais, et nous fait découvrir le pays des fjords et des geysers par essence fort méconnu sous nos latitudes. Le polar suédois (Henning Mankell, Stieg Larsson) est devenu un incontournable. Nous connaissons en revanche bien plus mal la petite île nordique, ni scandinave ni européenne, qu'est l'Islande. Ce petit coin de terre peu habité, rural et pauvre jadis, urbain et relativement opulent de nos jours. L'autre particularité d'Indridason, c'est le sens qu'il donne à ses romans. L'enquête policière n'est chez lui qu'une sorte de prétexte à une réflexion souvent féroce sur la société islandaise, ses dérives et ses travers. Plus qu'à un travail de romancier, Indridason fait un travail de sociologue, d'historien et de journaliste. Qu'est-ce que l'engagement ? Quels étaient les idéaux des jeunes communistes des années cinquante ? Que faisait la Stasi en RDA à cette époque ? Quelle attitude a eu la police politique face aux étudiants qui sympathisaient avec ce qui deviendra l'invasion de Budapest par les chars soviétiques en 1956 ? Face aux sympathisants de ce qui sera le Printemps de Prague ? Y a-t-il eu ou non un espionnage croisé (pour le compte de l'URSS / pour celui des Etats-Unis) en Islande, comme un peu partout ailleurs dans le monde ? Quels en étaient les enjeux ?

Au final, L'Homme du lac parle d'une histoire d'amour. Avorté. Entre un jeune idéaliste islandais, Tomas, espoir du Parti socialiste, et une militante hongroise, Ilona, qui tient un discours nettement plus en faveur du respect des libertés individuelles, et en particulier de la liberté d'expression. Tout était fait pour les unir, excepté la Stasi, et son bras séculier au sein de l'université, Lothar. Excepté aussi la géniale invention dictatoriale de la "surveillance réciproque", qui faisait que chaque citoyen de RDA se devait de dénoncer n'importe laquelle de ses connaissances suspecte de non-alignement avec la doctrine officielle du Parti. Un enfant devait dénoncer ses parents, une femme son mari, un étudiant son prof.

Une époque étrange, injustement peu décriée en France, qui ne vaut pas mieux que les pires moments du nazisme. C'est de cela dont parle le roman d'Indridason.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 octobre 2009
J'ai découvert Arnaldur Indridason avec la femme en vert que j'avais bien aimé. J'ai été ici complétement fascinée par l'homme du lac. Ayant été toujours intéressée par l'histoire post 40-45, ce livre a été d'autant plus agréable.
Le parallélisme de deux histoires est très bien réalisé et permet un très bon rythme tout au long du livre. Par ailleurs, l'humour des différents personnages amène pas mal de sourires.
A conseiller pour ceux qui voudraient découvrir les policiers islandais.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juillet 2008
Comme toujours lorsque je lis un Indridason, j'ai été totalement convaincu par cet excellent roman noir qu'est L'homme du lac.
Le style d'Indridason me plaît énormément. Si loin du thriller effréné, mais pourtant au moins aussi bon. Erlendur est un policier qui sait prendre son temps sur une enquête ; de la même façon, Indridason est un auteur qui sait prendre son temps pour raconter une histoire et ce sans donner au lecteur l'impression de perdre le sien. C'est quelque chose de plutôt rare dans la littérature policière actuelle où tout doit aller vite au risque de paraître mauvais, ou pire : vieillot ! C'est en partie pour cela, je pense qu'Indridason est un auteur remarquable et remarqué, qui a su conquérir un grand nombre de lecteurs avec sa touche si particulière.
L'homme du lac, comme souvent les romans d'Indridason, se situe dans deux cadres chronologiques différents : ici, les années 60, en pleine Guerre Froide, et aujourd'hui.
Evidemment, il sera impossible à Erlendur et à ses coéquipiers de résoudre l'enquête actuelle sans se replonger dans cette sombre période.
On s'attache au moins autant que d'habitude au quotidien des différents personnages, avec Elinborg qui se met à écrire des livres de cuisine à succès et le commissaire Erlendur qui a toujours des problèmes relationnels avec sa fille. L'Islande, grande héroïne des romans d'Indridason, est ce coup-ci un peu moins présente, puisque, Guerre Froide oblige, une grande partie de l'intrigue se déroule sur le continent.
Indridason est un des tous premiers auteurs que je conseille aux personnes désirant lire des romans policiers mais ne sachant pas par où commencer. Si c'est votre cas, n'hésitez pas ! J'espère que vous serez convaincus.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce roman est sûrement celui d'Indridason que j'ai préféré. Il y a tout, le suspense pour connaître à la fois le nom du coupable et de la victime, l'enquête en soi, cette terrible ambiance décrite en Allemagne de l'Est qui conditionne tout le reste du roman. C'est admirablement bien mené et très facile à lire.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2012
le squelette d'un homme est retrouvé au fond d'un lac en Islande et comme dans presque tous les livres de Indridason, l'inspecteur Erlendur est chargé de l'affaire.Jetez vous sur ce livre, c'est certainement l'un des polars les mieux écrits, les mieux construits qu'il m'ait été donné de lire, vous allez de surprise en surprise, d'univers en univers, vous êtes parfois perdus mais l'auteur est toujours là pour vous raccrocher à l'action en vous donnant des fils qui vous mèneront à l'issue de cette histoire. J'ai lu la quasi totalité des oeuvres de cet auteur et j'avoue que celui ci reste l'un de mes favoris.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juin 2009
nouveau roman de Indridason, " L'homme du lac " nous replonge dans la froideur de l'Islande.
Souvent comparé à Larsson et à sa trilogie Millénium, cette série de livre ayant pour personnage principal le commissaire Erlendur Sveinsson, est meilleure à mon avis, car si le premier Millenium était très bon, le deuxième et le troisième sont un peu confus, alors qu'avec Indiridason tous les livres de la série sont des petits bonheurs de lecture. Et je trouve très bien qu'il accède enfin à un certain succès.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
je suis assez inconditionnelle de Indridason, et là, j'ai été déçue. J'ai eu du mal à rentrer dans ce roman .
Le thème de l'espionnage et de l'endoctrinement des personnes en Allemagne de l'est ne m'a pas passionnée.
je crois que je suis hermétique à tous ces sujets en lien avec la guerre froide et aux relations avec les pays de l'Est et la Russie.
les chiens de Riga de Mankell m'avait fait le même effet.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2014
L'histoire personnelle d'Erlandur rejoint ici l'HISTOIRE avec un grand H et n'est pas sans rappeler une enquête de l'autre grand du polar nordique Henning Mankell et son inspecteur Wallender : "Les chiens de Riga". Contrairement à un autre avis, l'arrière fond historique accroit encore l'intérêt de l'enquête et nous fait mieux connaître l'Islande.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2011
Dans la lignée des autres livres de la série, l'histoire est intéressante et continue de nous faire mieux connaître la société islandaise. Comme dans chaque livre d'Indridason un thème se détache; là, c'est la guerre froide.
On comprend comment même l'Islande était le théâtre de cette guerre larvée.
J'ai beaucoup aimé aussi cette partie du récit qui se passe à Leipzig.
On comprend comment la Stasi s'infiltrait partout par la surveillance mutuelle : touchant aussi de voir les étudiants islandais prendre conscience de la dictature Est-allemande bien loin de la société idéale que la propagande présentait.
Tous les livres d'Indridason m'ont plu et particulièrement celui-ci.
Ceux qui aiment le commissaire Kurt Wallander de Henning Mankell aimeront aussi le commissaire Erlendur.
Deux ours solitaires mais terriblement humains.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,70 €
7,30 €
7,30 €
7,60 €