undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 mai 2012
L'auteur fait un constat accablant sur le "réalisme gestionnaire" qui pervertit les pratiques managériales des entreprises comme des organisations publiques. Après nous avoir présenté comment nous sommes passés d'une logique de capitalisme industriel, avec de grands capitalistes qui étaient aussi de grands capitaines d'industrie, à une logique purement financière, abstraite, avec obsession de rentabilité financière, l'auteur explore la manière dont cette évolution a complètement changé la donne dans le management au sein des entreprises. Nous sommes passés d'une logique de soumission hiérarchique à une logique d'engagement et d'adhésion, pervertie par un principe d'injonctions paradoxales qui mène à toutes les manipulations au profit de la gestion financière. L'employé est devenu ressource humaine, une ressource quantifiable et gérable comme toute autre ressource.

Revenant par ailleurs sur la dissociation qui a eu lieu entre l'esprit du capitalisme et l'éthique protestante - lien pointé il y a une centaine d'années par Max Weber - pour aboutir à un capitalisme financier sans autre éthique que celle des résultats boursiers, Vincent de Gaulejac détaille ensuite toutes les conséquences sur la vie dans les sociétés : perte du sens de l'action, valeur de réussite et progrès dénaturée pour n'être plus mesurée qu'en termes d'argent, modèle managérial faisant la part belle à une "performance" censée donner plus d'autonomie mais qui finit par être source de violence et de frustration.

Tout cela crée une société d'individus sous tension où les classes sociales sont éclatées et où règne ce que l'auteur appelle la "lutte des places". Au-delà des entreprises, le monde politique et l'organisation de la vie en société sont frappés des mêmes maux. Pour espérer sortir de cet état maladif, l'auteur plaide pour recréer du lien et surtout redonner du sens à l'action.

Je ne suis pas sûr d'adhérer à toutes les analyses de ce livre. Tout en gardant une approche scientifique (qui lui fait instruire à charge et à décharge, évitant le piège d'un discours politique simplificateur à l'extrême), l'auteur part quand même d'une certaine vision du monde et n'évite pas complètement la surexposition des éléments qui vont dans le sens de son analyse. Il n'évite pas non plus des longueurs et lourdeurs, peut-être propres à un travail d'universitaire sociologue, mais qui rend la lecture ardue et parfois un peu barbante.

Il n'en reste pas moins que le constat est bien vu, très parlant, et devrait faire réfléchir, y compris sur notre degré d'adhésion à ces pratiques managériales, dans nos milieux professionnels respectifs...
22 commentaires11 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mars 2011
Vincent de Gaulejac est un sociologue français, chercheur et professeur à l'université de Paris VII.

Ce livre est autant un ouvrage de chercheur -les réferences et les citations sont nombreuses- qu'un véritable pamphlet contre la violence morale et la dérive du modèle économique. Ce système, sous les apparences d'un "réalisme gestionnaire", est devenu destructurant et s'étend dans des domaines comme la sphère publique, la vie privée qui lui étaient auparavant totalement étrangers. En transformant tous les champs socio-économiques en domaines de compétition, en considérant l'humain comme une ressource, en diffusant un discours se voulant éthique mais totalement contradictoire avec la pratique, le modèle gestionnaire -en grande partie inspiré par des modèles anglo-saxons- rend la concurrence toujours plus dure et stressante pour les hommes. L'accumulation de richesses est devenu le seul critère (perverti) de réussite des cadres mais cette réussite se résume à un très petit nombre qui craint lui aussi pour sa propre survie et craignant également l'avenir de ses enfants. Vincent de Gauléjac décrit ce système de discours paradoxaux qui loin de fixer un cadre de travail, culpabilise et stresse ses hommes qui peuvent aller jusqu'au suicide ou au "burn out" quand ils ne peuvent plus assumer ces contradictions.

Ce livre provoque une réflexion sur le système actuel, il ne propose toutefois pas de solution en dehors d'un petit chapitre qui reprend les propositions un peu vagues d'Edgar Morion dans son projet de politique de civilisation.

Je recommande ce livre qui est une analyse sérieuse et argumentée sur un sujet qui mérite une réflexion plus approfondie que ce qu'on peut lire ou entendre couramment.
0Commentaire11 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2011
Ce livre est à la fois une critique argumentée contre l'intrusion de la logique de la gestion dans tous les pans de la société, et un travail académique de par les nombreuses références proposées. L'auteur nous montre comment la gestion cherche à apporter des solutions économiques à des problèmes qui ne le sont pas (problèmes sociaux, politiques, etc.).

Cette culture de la haute performance débouche alors sur une compétition généralisée où la lutte des classes s'appelle désormais "la lutte des places" et où le harcèlement, le stress et la souffrance au travail se banalisent.

Le livre est parfois ardu à lire tant le propos est fouillé, mais on a le sentiment d'avoir beaucoup appris de cette lecture. Je recommande donc vivement ce livre !
0Commentaire7 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2013
cet ouvrage est accessible a tout le monde, il aborde différent secteurs où la gestion/management intervient : entreprise, famille, politique ... pour une vision globale de la situation. Interessant pour avoir les idées au clair
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2013
Analyse critique et réaliste
Des mots des concepts sur ce qu'est l'entreprise aujourd'hui
La conceptualisation rassure mais que cette réalité désormais connue et démontrée n' aboutisse sur aucune modification de l'organisation et du pouvoir managerial des entreprises ,effraie....
La part laissée aux autres solutions est limitée, insuffisant
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2014
L'acceptation à large échelle de pseudo-valeurs "économiques" (efficacité, performance, etc.) réduit l'homme à l'état de matière première, cf. "ressources humaines". Inacceptable... et pourtant toléré par une majorité d'individus-pions dans notre société déboussolée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2013
pour qui veut comprendre le monde dans lequel on vit, bien que un peu ancien ce livre est néanmoins indispensable et pas assez connu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2006
Ce livre nous rappel qu'il vaudrait mieux une gestion humaine des ressources qu'une gestion des ressources humaines.

Ce qui est génial, c'est que l'auteur prend beaucoup de recul :

- Recul psychologique (notamment les mécanismes psychique d'investissement engendré par le management moderne)

- Recul économique et social (le FMI, l'OMC et le néolibéralisme à l'origine du fonctionnement des entreprises et des souffrances tragiques vécues dans des vie "individuelles".)

Ce qui est moins bien, c'est le manque de pragmatisme sur les recettes pour s'en sortir, et un peu trop de négativisme. Par exemple, l'auteur parle de la qualité totale comme d'un mal à abatre, or si elle est totale (ISO 9000 / NFX-120 pour les connaisseurs) elle peut justement être une gestion humaine des ressources...
0Commentaire22 sur 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2009
- cette approche scientifique et non partisane des conséquences de la mise en place dans les entreprises de systémes de gestion par le management (avec les les degats collateraux qui en découle),permet de prendre du recul par rapport aux situation auxquels beaucoup de salariés sont confrontés.C'est un bon antidote,meme si l'eradication de la pathogie n'est pas pour demain!
0Commentaire6 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2013
De bonnes réflexions mais pas pour des néophytes. L'esplication de la gestion à tous les niveaux démontre bien les méfaits de l'approche uniquement comptable du travail.
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles