undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles3
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:8,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Extrême fin du dix-neuvième siècle. La Chine impériale est aux mains des "grandes puissances" du moment, au premier rang desquelles l'Allemagne de Bismarck : en l'absence d'empire colonial, elle y trouve le moyen de s'approvisionner à bon compte en matières premières et en denrées rares. La Belle Époque dites-vous ? Pas en Chine en tout cas et pas en ce temps-là... Les paysans se révoltent et sont durement réprimés par les armées étrangères qui s'appuient sur le système du mandarinat, fortement attaché à ses privilèges. Dans ce contexte historique mouvementé, Mo Yan nous décrit le destin funeste de Sun Bing, un chanteur d'opéra "à voix de chat" (une forme populaire apparue à cette époque) qui va être victime d'un concours de circonstances devant le conduire à un supplice particulièrement cruel, le "supplice du santal" (âmes sensibles s'abstenir !). Un récit puissant, décrivant avec précision, au travers d'un événement local (la révolte des habitants d'un village du Shangdong), les rouages d'une société féodale sur le déclin. On y découvre que la cruauté de l'armée allemande valait bien le raffinement des fameux "supplices chinois". Bien que complexe dans sa structure et dans les rapports entre les personnages ce roman se lit aisément et passionnera le lecteur du début à la fin. Une œuvre magistrale, malgré un défaut de relecture de la part de l'éditeur, qui a laissé passer de trop nombreuses erreurs de langage.
22 commentaires|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2012
Autres temps, autres moeurs...autres continents. Mo yan a un sens particulier de l'ethnographie mais je le trouve toujours surprenant et plein d'enseignement tant sur la culture chinoise que sur la condition humaine. Le livre a parfois quelques longueurs mais il est mené avec un sens profond de l'image et du rythme. Très dépaysant, insolite (nous sommes amenés à partager l'expérience d'un bourreau de la cour impériale et de ses proches), multiple (les points de vue se contrastent avec virtuosité) et épique (vous pourrez le constater au sens propre et figuré). Mo Yan nous ouvre une perspective insolite d'une Chine impériale, avec le talent d'un grand romancier, désormais prix Nobel. Santalement recommandé.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2013
Bien sûr Mo Ya excelle ici aussi dans l'art minutieux, pointilleux de la narration.Mon Balzac chinois m' encore ait entrer dans un autre monde, avec un art consommé et excessif de la précision et du détail. Et sa description du supplice au le bourreau écorche le condamné (injustement évidemment) en prélevant 500 morceaux de ce corps, de cet homme afin qu'il ne meurre qu'au dernier morceau.... Non, n'ai pas trouvé le MO YAN de Beaux seins Belles fesses, ni le plaisir de l'immersion dans un mode de pensée différent.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus