undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles13
3,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Petit ouvrage par la taille mais immense ouvrage par la poésie et la sensibilité que l'on y trouve. Ce roman est un pur moment de plaisir et de magie. Il raconte le retour et le combat d'un journaliste sur sa terre natale, le sud de l'Amérique du Sud, contre des baleiniers.
L'intrigue s'inscrit dans une sorte de mystère, une révélation qu'un vieux ne veut pas faire à ce journaliste, mais qu'il préfère lui montrer directement. S'ensuit alors un voyage jusqu'au lieu où découvrir ce mystère à travers de nombreuses îles et autres lieux marins.
C'est durant ce voyage que l'histoire se compose, que les éléments sont apportés minutieusement au lecteur afin que celui-ci veuille à chaque fois en découvrir encore plus.
Un grand moment de communion avec les paysages, la nature, la poésie des mots : du grand Sépúlveda !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Parce qu'il a lu "Moby Dick", un garçon chilien de 16 ans rêve de chasse à la baleine. Grâce à son oncle il rencontre "Le Basque", impressionnant chasseur de baleine, et son harponneur Don Pancho, et embarque avec eux sur l'"Evangéliste". Mais en assistant à la capture et au dépeçage d'un cachalot, il comprend que la véritable chasse à la baleine est bien loin de l'image romanesque qu'il s'en était fait.
Vingt ans plus tard : juin 1988. Exilé à Hambourg, le jeune garçon est devenu un journaliste dévoué à la cause écologiste. Alors, quand un baleinier industriel japonais, censé avoir été réduit en bouillie à la casse réapparaît en pirate pourchasseur de baleines et fait un étrange naufrage à l'extrême sud de la Patagonie, il décide de mener l'enquête. En retournant sur les lieux de son enfance il va rencontrer l'énigmatique capitaine Nilssen et va naviguer avec lui parmi les récifs du cap Horn, sur une mer hantée par les légendes de pirates et d'Indiens disparus, vers des baleines redevenues mythiques...

La première partie de ce roman, récit initiatique du jeune garçon, m'a relativement indifférée. Dans la seconde partie, quand le roman vire au polar écologiste, mon intérêt s'est réveillé, et j'ai été harponnée par l'énigme du "Nisshin Maru", le baleinier fantôme. Quant au dénouement, l'intervention du merveilleux qui vient interrompre le réalisme factuel de la narration ma désarçonnée. Si ce final ne manque pas de poésie, il jure dans un contexte didactique visant à la prise de conscience écologique. En conclusion, je dirai que "Le Monde du bout du monde" est un bon roman, poétique et militant, mais qu'il aurait sans doute gagné en puissance si son auteur avait évité la pirouette finale et était allé au bout de sa démonstration.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On sent dans ce livre de Sépulvéda ces influences : Melville, Chatwin, Coloane... Des écrivains des grands espaces, de la découverte et de la mer. En partant d'un anecdote l'auteur transporte son récit dans une dimension mondiale, où les enjeux écologiques, politiques et économiques sont d'un tout autre ordre. En 100 pages, dresser un portrait d'enfant, du monde des baleiniers et de l'opposition que leur propose une organisation écologiste, c'est un tour de force parfaitement maîtrisé par Sépùlvéda.

Dommage que le récit soit très court, et donc obligatoirement un peu réducteur. On aurait aimé en savoir plus sur ce jeune homme qui ressemble sans doute beaucoup à l'auteur plus jeune, ou sur ces marins qui affrontent ces mers et ces détroits parmi les plus dangereux au monde. Mais c'est le style de Luis Sepùlveda que d'être concis, et ces contes nous plaisent bien comme cela tout de même !
C'est un livre qui se dévore.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'avais lu et bien aimé auparavant, "le vieux qui lisait des histoires d'amour" et "Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler", et je n'ai pas retrouvé dans ce "monde du bout du monde", le même engouement.Ca démarrait plutot pas mal, puisque le début,recit initiatique, est plutot interessant. Mais par la suite, une fois le garcon embarqué sur le navire,le recit devient lent,laborieux malgré une certaine poésie. On sent chez Luis l'amour d'un pays, d'une cause écologique,mais ce récit a du mal a captiver.. enfin moi, il m'a laissé de coté..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2014
j'ai eu la chance d'aller voir ce "bout du monde" , je me suis régalée avec ce livre, et je recommande aussi " dernières nouvelles du Sud"
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2014
Sans doute une question de goût mais je n'accroche pas aux romans de Sepulveda (j'avais déjà lu Le vieux qui lisait des romans d'amour). Pour ceux qui ne connaissent pas cet auteur, les histoires sont courtes, ce qui ne permet pas un grand développement de l'intrigue ou des psychologies. Le style d'écriture n'a rien de particulier, l'histoire simple. Bref, pas d'émotions pour moi.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2015
ce livre serait peut-être la base de " le monde du bout du monde" Il faut lire Sepulveda dans sa langue, l'espagnol, et là alors on prend la mesure de tout son art. IL est passionnant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2010
ce livre est juste magnifique , ca donne tout de suite des envies de voyage!!!
je l'ai literalement devoré!!!!
Une vraie et belle perle
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2009
Un magnifique récit, concis et poétique, où Sepulveda déclare son engagement écologique, son amour de la Terre de feu et ses baleines.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2000
Il y a plusieurs mondes entre ces 3 livres dans lesquels le principal dénominateur commun est le voyage. Voyages de passion ou de devoir ou fuite... durant lesquels l'auteur nous crie sa révolte ou plutôt ses révoltes. La précision historique de "Un nom de Torero" est saisissante et la passion de cet homme pour les baleines et pour Moby Dick troublante. Dans "le vieux qui lisait des romans d'amour", je retiendrai surtout l'épisode du dentiste qui ajoute un peu de gaieté et d'originalité dans ce tome que j'ai trouvé un peu trop lent et moralisateur. Ces trois livres sont parfaits pour découvrir cet auteur chilien.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles