undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
3
3,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:7,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pour une fois, la quatrième de couverture ne ment pas. "En censurant un roman d'amour iranien réconcilie de façon magistrale Le procès de Kafka, La ferme des animaux d'Orwell, et les contes des Mille et une nuits." Le livre de Shariar Mandanipour est un roman, c'est indéniable, mais c'est aussi un essai sur les affres d'un auteur iranien qui doit échapper aux ciseaux de la censure et, plus encore, un document sociologique de première main sur un pays devenu schizophrène et paranoïaque. Résumons la chose : un écrivain iranien tente de rédiger un roman d'amour, qui apparait en corps gras dans le livre, avec des bouts de phrases fréquemment rayés, car susceptibles d'être censurés. Ledit écrivain nous raconte également le vrai roman, qui ne serait pas expurgé des passages "licencieux". Et pour couronner le tout, Mandanipour interpelle sans cesse le lecteur, dialogue en toute courtoisie avec le grand censeur du ministère de la culture et s'autorise moult digressions sur le quotidien des citoyens iraniens. Le tout, dans une langue chatoyante, parfois crue, en citant aussi bien les grands poètes perses que des films occidentaux récents. Hafez y côtoie Lorca et James Bond dans un cocktail détonant, où l'humour et l'auto-dérision se glissent en douce comme un malicieux chat persan. Du quoi y perdre son farsi ? Oh oui, le lecteur est parfois déboussolé, mais l'auteur en est au même point et présente ses excuses avant de reprendre son histoire impossible. En censurant une histoire d'amour est un livre qui passe du tragique à l'absurde en un tour de main, hommage appuyé au peuple iranien qui, malgré les brimades et les interdictions, résiste et se joue des lois islamiques, avec ce talent pour la survie et la débrouillardise goguenarde qu'ont tous les peuples opprimés. Et cette littéraire mise en abyme, dans un pays au bord de l'abîme, est tout bonnement remarquable.
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un drôle d’objet que ce livre construit de plusieurs récits enchâssés les uns dans les autres comme des poupées russes. Un roman d’amour dit le titre ? Pas si sûr ; le personnage principal du livre, celui auquel duquel tout évolue c’est la Censure, la terrible Censure iranienne qui étouffe et qui brise, qui enferme les esprits et frustre la pensée.
L’auteur prétend écrire un roman d’amour qui doit pouvoir être publié et passer à travers le filet du censeur qu’il nomme Monsieur Petrovitch et avec qui il imagine qu’il dialogue souvent. On suit l’ébauche de ce roman d’amour tout au long du livre avec des passages entiers biffés puisque l’auteur pense qu’ils seront censurés.
Tout au long de ce récit Shahriar Mandanipour écrit son roman d’amour en nous prenant à témoins, nous lecteurs. Son roman n’est d’ailleurs que prétexte à nous décrire comment fonctionne la répression en Iran où une forme d’Islam fantasmé a été instrumentalisé pour soumettre et contrôler tout un peuple. C’est d’ailleurs ce qui m’a le plus intéressée dans ce livre, la description du quotidien, de ce que l’on peut faire ou pas, dire ou pas, penser ou pas. C’est à la fois terrible et léger, justement à cause du procédé littéraire choisi par Mandanipour. Mais parfois, il faut bien reconnaître qu’il s’égare un peu au milieu de toutes ses histoires et nous égare aussi par la même occasion.
Un livre original, intéressant, mais avec quelques longueurs qui atténuent quelquefois la force du propos.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2014
Une découverte rare. Vaut le coup aussi bien pour ce qu'on apprend sur le pays que pour la forme très originale (roman en train d'etre écrit dans le roman)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,60 €