undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles104
4,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 novembre 2014
L’auteur, dans un style plaisant et intimiste, lève le voile sur une tragédie dont la prise de conscience remet en question notre mode de vie, notre éducation, nos valeurs et notre vision du monde.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attention, chef-d'oeuvre... A priori souvent galvaudé, le terme me paraît pourtant adéquat dans la mesure où ce livre exerce un impact profond sur le lecteur et où en le refermant, j'ai dit à mes enfants: "Un jour, il faudra que vous lisiez ceci."

La force de "Faut-il manger les animaux ?" ("Eating Animals") tient à la fois au talent de son auteur (romancier) et à sa façon de traiter un sujet sur lequel chacun a déjà plus ou moins son opinion. A aucun moment rébarbatif -je l'ai dévoré en un week-end-, toujours pertinent et intelligent, Jonathan Safran Foer ne verse jamais dans la démagogie ni le prosélytisme et nous livre le résultat d'une enquête qui a duré trois ans. Il donne la parole à des interlocuteurs très différents et nous laisse nous forger notre propre opinion grâce à un travail journalistique rigoureux. J'étais sensible au sujet, je connaissais déjà pas mal de choses et pourtant, j'en ai appris beaucoup d'autres et la réalité dépasse mon entendement.

J.S. Foer lève le voile sur un système totalement abject et déshumanisé, où l'animal n'est qu'un produit destiné à l'enrichissement de personnes sans scrupules. Certaines pages sont littéralement insoutenables et moi qui détourne les yeux lorsque je vois un taureau dans une arène, je me suis forcée à les lire, pour garder les yeux ouverts sur une réalité que l'on ne peut pas ignorer, car si je n'irai jamais assister à une corrida, la consommation potentielle de produits animaux fait partie de la vie quotidienne.

A ceux qui seraient moins sensibles que moi à la souffrance animale, je préciserai simplement que d'un point de vue sanitaire et écologique, l'élevage industriel est une aberration et un scandale sans précédent. Les animaux consommés sont des monstres génétiques incapables de se reproduire, sans aucun système immunitaire (et donc gavés de médicaments simplement pour survivre), qui n'ont jamais vu la lumière du jour, n'ont pu bouger d'un pouce pendant leur misérable vie ni même s'occuper de leurs petits... Et l'illusion, apaisante pour nos consciences, d'une mort rapide et sans douleur ne résiste pas aux témoignages hallucinants de sadisme des ouvriers d'abattoirs. On n'est pas dans le domaine de la sensiblerie mais de l'humanité la plus élémentaire.

Bien que végétarien, J.S. Foer ne rejette pas la consommation de viande en soi mais la moindre des choses est d'offrir à l'animal que nous voulons consommer une vie de liberté et dépourvue de souffrance. La nature est composée d'espèces qui en mangent d'autres et pourtant, la nature n'est pas cruelle: l'auteur fait remarquer avec beaucoup de justesse que la cruauté dépend de la compréhension qu'on en a et de la capacité à choisir de ne pas l'exercer... ou à choisir de l'ignorer.

C'est précisément ce que l'on ne peut plus faire après avoir lu ce livre: ignorer. Que l'on choisisse de rester omnivore ou de devenir végétarien, c'est la conscience personnelle de chacun qui le déterminera mais au moins, ce sera en toute connaissance de cause et l'on ne pourra pas dire que l'on ne savait pas.

On peut être tenté de se dire que nos petits choix ne changent rien, et pourtant... "chaque fois que vous prenez une décision concernant votre alimentation, vous faites de l'élevage par procuration". Les éleveurs ne font que produire ce que nous demandons...

"Faut-il manger les animaux ?" est un livre in-dis-pen-sa-ble, qui nous concerne tous et dont un des plus beaux messages est sans doute celui-ci: "La compassion est un muscle qui se renforce en travaillant et l'exercice régulier consistant à choisir la bonté plutôt que la cruauté ne pourrait que nous transformer."
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2011
Ce qui est intéressant c'est que ce livre n'est pas écrit par un extrémiste, par un convaincu à priori. Il est habituellement romancier mais...se pose aujourd'hui des questions que nous devrions tous nous poser.
Après avoir lu son livre, je me dis que moi qui ne mangeait que de la viande bio, je dois encore affiner mon choix car il ne correspond pas encore à ce que je souhaite vraiment. bien sûr, il ne parle pas de la situation en France, mais justement après avoir lu ce livre, on a envie de savoir ce qui se passe en France. j'ai alors poursuivi avec Bidoche de Nicolino. Et je me sens maintenant capable de discuter avec les producteurs (bio) que je connais pour poser les questions qui sont importantes pour moi: quel abattoir utilisez-vous, quel est le délai entre le moment où vous amenez vos bêtes et celui où elles sont abattues ? Dans quelles conditions ? Vos bêtes (bio) sont-elles maintenues quelques semaines (mois ? années) enfermées ? pourquoi ? Les oeufs de vos poules d'où viennent-ils ? de quelle race ou de quel mélange de race ? etc....

Et franchement on se sent plus intelligent en mangeant une fois que l'on sait tout cela car on peut opérer un vrai choix pour nous, notre santé, nos convictions, le bien-être animal, la terre, les producteurs...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2014
Un livre intelligent, pensé, bourré d'informations et très bien écrit. j'ai particulièrement aimé les nuances du propos. Jonathan Safran Foer réfléchit avec nous. Nous visitons avec lui les abattoirs, les élevages industriels et ceux qui respectent les animaux, mais surtout nous explorons les recoins de notre pensée, les aménagements que nous opérons avec notre conscience. Un ouvrage qui fait réfléchir. C'est un des livres les plus complets et nuancés que j'ai lu sur le sujet. A lire que l'on soit carnivore ou végétarien !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2016
Il ne s'agit pas la d'une apologie aux végétarisme ou végétalisme contrairement à ce que l'on peut pense en lisant le titre. L'auteur fait juste une présentation des méthode d'élevage et d'battage actuels. Et pose la question à chacun, croyez vous que l'n va pouvoir continuer ainsi longtemps?
En ce qui me concerne, il s'inscrit dans une démarche très personnelle du "mieux manger" qui m'a conduite à m'intéresser au végétarisme, il n'a fait que confirmer et renforcer mes positions.
Je recommande
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2013
J'ai lu le livre en anglais et trouve que l'esprit est très bien rendu par la traduction, en dehors du titre qui, en français, tend vers la polémique alors qu'en anglais "Eating animals" est beaucoup plus neutre, moins tendencieux et donc, à mon esprit, mieux. Le livre est touchant, ne cherche pas à tout prix à convertir au végétarisme, mais donne des informations qui font qu'on se pose la question du choix des magasins où l'on achète, pour autant qu'on ait le choix.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2012
Livre choc qui étudie tous les aspects de notre relation à la viande : écologique, économique, éthique, morale, philosophique. Cela fait réfléchir. Certains passages sont réellement dérangeants, mais ils ne font que décrire la réalité. Une réalité qui nous est souvent cachée. Une réalité que nous préférons souvent ne pas voir. Les récits de différents intervenants viennent compléter cette superbe étude qui a de plus le mérite d'être écrite dans un style très agréable.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2012
Jonathan Safran Foer nous livre ici une analyse intéressante du sujet.
Sans prôner le végétarisme, l'auteur souhaite montrer au travers de plusieurs situations la dure réalité de l'élevage industriel.
Ce livre ne s'adresse pas qu'aux végétariens, bien au contraire. Il a pour but d'inciter les lecteurs à changer leur habitudes de consommation de viande en les mettant face à l'atrocité. En manger moins, mais de bien meilleure qualité, c'est la solution à beaucoup de maux de la planète (dont les nôtres).
Au travers de cet ouvrage, les lecteurs doivent comprendre que la viande industrielle n'est pas vraiment de la viande, mais plutôt un concentré d'antibiotiques, d'eau et d'illusion.
Je recommande ce livre efficace malgré ses quelques longueurs.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attention, chef-d'oeuvre... A priori souvent galvaudé, le terme me paraît pourtant adéquat dans la mesure où ce livre exerce un impact profond sur le lecteur et où en le refermant, j'ai dit à mes enfants: "Un jour, il faudra que vous lisiez ceci."

La force de "Faut-il manger les animaux ?" ("Eating Animals") tient à la fois au talent de son auteur (romancier) et à sa façon de traiter un sujet sur lequel chacun a déjà plus ou moins son opinion. A aucun moment rébarbatif -je l'ai dévoré en un week-end-, toujours pertinent et intelligent, Jonathan Safran Foer ne verse jamais dans la démagogie ni le prosélytisme et nous livre le résultat d'une enquête qui a duré trois ans. Il donne la parole à des interlocuteurs très différents et nous laisse nous forger notre propre opinion grâce à un travail journalistique rigoureux. J'étais sensible au sujet, je connaissais déjà pas mal de choses et pourtant, j'en ai appris beaucoup d'autres et la réalité dépasse mon entendement.

J.S. Foer lève le voile sur un système totalement abject et déshumanisé, où l'animal n'est qu'un produit destiné à l'enrichissement de personnes sans scrupules. Certaines pages sont littéralement insoutenables et moi qui détourne les yeux lorsque je vois un taureau dans une arène, je me suis forcée à les lire, pour garder les yeux ouverts sur une réalité que l'on ne peut pas ignorer, car si je n'irai jamais assister à une corrida, la consommation potentielle de produits animaux fait partie de la vie quotidienne.

A ceux qui seraient moins sensibles que moi à la souffrance animale, je préciserai simplement que d'un point de vue sanitaire et écologique, l'élevage industriel est une aberration et un scandale sans précédent. Les animaux consommés sont des monstres génétiques incapables de se reproduire, sans aucun système immunitaire (et donc gavés de médicaments simplement pour survivre), qui n'ont jamais vu la lumière du jour, n'ont pu bouger d'un pouce pendant leur misérable vie ni même s'occuper de leurs petits... Et l'illusion, apaisante pour nos consciences, d'une mort rapide et sans douleur ne résiste pas aux témoignages hallucinants de sadisme des ouvriers d'abattoirs. On n'est pas dans le domaine de la sensiblerie mais de l'humanité la plus élémentaire.

Bien que végétarien, J.S. Foer ne rejette pas la consommation de viande en soi mais la moindre des choses est d'offrir à l'animal que nous voulons consommer une vie de liberté et dépourvue de souffrance. La nature est composée d'espèces qui en mangent d'autres et pourtant, la nature n'est pas cruelle: l'auteur fait remarquer avec beaucoup de justesse que la cruauté dépend de la compréhension qu'on en a et de la capacité à choisir de ne pas l'exercer... ou à choisir de l'ignorer.

C'est précisément ce que l'on ne peut plus faire après avoir lu ce livre: ignorer. Que l'on choisisse de rester omnivore ou de devenir végétarien, c'est la conscience personnelle de chacun qui le déterminera mais au moins, ce sera en toute connaissance de cause et l'on ne pourra pas dire que l'on ne savait pas.

On peut être tenté de se dire que nos petits choix ne changent rien, et pourtant... "chaque fois que vous prenez une décision concernant votre alimentation, vous faites de l'élevage par procuration". Les éleveurs ne font que produire ce que nous demandons...

"Faut-il manger les animaux ?" est un livre in-dis-pen-sa-ble, qui nous concerne tous et dont un des plus beaux messages est sans doute celui-ci: "La compassion est un muscle qui se renforce en travaillant et l'exercice régulier consistant à choisir la bonté plutôt que la cruauté ne pourrait que nous transformer."
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2013
Je l'ai lu très, très lentement (2 mois). Mais en entier, parce qu'il en valait vraiment la peine. L'auteur amène une réflexion riche, documentée abondamment, intelligente, qui ne cherche pas à culpabiliser ou à idéaliser mais à dire ce qu'il en est vraiment du fait de se nourrir d'animaux. Un ouvrage qui fera date et qui amène à réfléchir profondément. Je vais instaurer un jour végétarien à la maison, c'est peu mais c'est un tout petit premier pas...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,60 €
8,40 €