undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Soldes cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles12
4,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Souriez ! , Rire ou Mourir ...et aujourd'hui The Killing Joke ! C'est avec son titre original qu'Urban Comics réédite le fabuleux opus opposant le Joker et Batman, écrit par le génial Alan Moore et mis en images par le trop rare Brian Bolland.
C'est un jour de pluie que Batman viens rendre visite à son vieux rival, Le Joker. Dans l'asile d'Arkham, il découvre que celui-ci s'est échappé une fois de plus. Alors que le commissaire Gordon reçoit une désagréable visite, l'homme chauve-souris doit se résoudre à affronter sa Némésis... Mais qui connait réellement le Joker ?

En 46 pages, le génial anglais, auteur des monuments du comics tels que Watchmen et V pour vendetta, entreprend la description d'un des plus célèbre personnage de DC, le redoutable Joker. L'idée est simple mais audacieuse, celle de raconter les origines d'un fou du crime. Moore prends le parti de faire du Joker un comique raté, embarqué dans une affaire de cambriolage qui tourne court. Sortant du bain chimique dans lequel il a chuté, la métamorphose est irréversible. Bien au delà d'une simple et banale description, Moore tend à comparer les origines de Batman et de son ennemi juré. Grâce au trait de Brian Bolland et à la colorisation du comics (ici totalement remanié), le noir et blanc des flash-backs contrastent avec les quelques éléments mis en lumière par des touches de couleurs judicieusement placées. Sous cet éclairage apparaît un homme dont la vie bascule par la perte d'un être aimé, devenant fou et acceptant sa folie comme sa destinée. Paradoxalement, le lecteur se demande alors ce qui, en définitive sépare le justicier masqué du sinistre bouffon.

Croisant cette intrigue, celle de l'enlèvement de Gordon tend à prouver que par l'indicible, chacun peut sombrer dans la folie (étrange écho du film The Dark Knight dont The Killing Joke est une des sources d'inspiration principale). Mais ne faut-il pas tout de même se trouver sur une pente dangereuse au départ, posséder certaines prédispositions ? Cela semble bien être le cas...De là à clamer que le Batman était déjà au bord du gouffre auparavant, il n'y a qu'un pas. Alan Moore n'hésite pas à sombrer dans le glauque et le malsain. La scène avec la fille de Gordon puis le tour dans le cirque sont à ce titre des plus dérangeantes. Entourés des étranges nains du Joker, nous visitons les affres de la folie, au risque de s'y perdre. C'est un parti risqué mais payant, à l'arrivée au diapason de l'œuvre dans sa globalité. Reste cette fin, une blague d'une portée immense, de par la réaction de ses deux auditeurs, et cette main tendue dont on n'ose pas imaginer la signification. Une fin formidable.

Brian Bolland assure ici un énorme challenge. Il est bien connu que mettre en images les scripts d'Alan Moore n'est pas une mince affaire. Mais le résultat est magnifique, les planches tantôt sombre tantôt feu d'artifice de couleurs. Sa colorisation est impeccable, rendant honneur aux dessins. Ajoutons que cette édition contient une mince histoire rajoutée après la postface du dessinateur. Un parfait innocent s'avère une sympathique histoire signée Bolland, mais malheureusement bien insignifiante après le choc provoqué par la lecture de The Killing Joke.

Comme Tim Sale l'explique si bien dans la préface, il faut un certain temps pour digérer cet opus, comprendre toutes les implications qu'il véhicule. Lorsque l'on recoupe les différents éléments, il n'est qu'une seule évidence pour le lecteur, The Killing Joke est un indispensable : une histoire de fous dont les échos sinistres résonnent bien longtemps dans la tête de ceux qui osent l'écouter...
Just A Word
0Commentaire7 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2010
Court mais intense! C'est en ces quelques mots que l'on peut résumer "THE KILLING JOKE".

En effet ce BATMAN est court (seulement 46 pages pour l'histoire), mais tellement beau.
Les dessins sont d'une justesse et d'un éclat sur ce papier glacé que l'on croirai regarder un film, le travail apporté sur la couleur pour cette édition est tout simplement magnifique.

L'histoire nous ramène dans le lointain passé du Joker et nous fais découvrir ce qui à fais basculer ça vie. Je n'en dirais pas plus pour ceux qui ne l'aurais pas encore lu.

Cette réédition est une tel réussite, que tout amateur du chevalier noir ce doivent de la posséder!
0Commentaire6 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2010
C'est clair que l'étiquette Alan Moore laisse présager le mieux mais en toute honnêteté cela reste assez anecdotique dans son "œuvre" même si c'est, il faut le dire, un excellent Batman avec des questionnements sur la folie, et un dessin excellent.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2010
Il faut remettre les pendules à l'heure à destination de ceux qui critiquent aujourd'hui ce chef d'œuvre définitif qu'est "The Killing joke" (titre original de cet album).
D'abord, s'ils le critiquent, c'est souvent sans l'avoir lu, ou bien en l'ayant juste survolé. Aujourd'hui, beaucoup de lecteurs sont agacés par Alan Moore, jugeant ses dernières œuvres pompeuses et par trop obscures. Certains également, parmi les lecteurs mainstream les plus coriaces, sont tout simplement hermétiques à tout auteur estimé des intellectuels. D'accord.
Mais revenons à l'œuvre en question.
Rarement récit aussi court aura été aussi intense. Toute la quintessence de Batman est présente ici, en seulement 46 pages.
Que raconte cette histoire ? Et bien rien de moins que les origines du Joker par Alan Moore ! Ce dernier imagine le passé du vilain sur un mode triste et déchirant. Le personnage devient évident, palpable, naturel. Par une série d'ellipses et de sauts dans le temps, le lecteur découvre comment la Némésis de l'Homme chauve-souris a sombré dans le chaos et la folie meurtrière. Une mise en scène aussi simple que prodigieuse qui préserve, intacte plus de vingt cinq ans plus tard, sa puissance évocatrice.
La figure de Batman, sous une forme épurée, est également très bien assimilée. L'homme est sinistre, brutal et assez basique. Mais il cache sous une façade de marbre les mêmes névroses et les mêmes douleurs que ses ennemis. En ressort une vision iconique et monolithique, peut-être un peu simple en définitive, mais parfaitement adaptée au mythe du personnage.
La virtuosité se trouve ici partout : Dans le scénario, dans le dessin (sacré leçon de graphisme old school infligée par l'immense Brian Bolland), dans la mise en scène, le découpage et l'ambiance. C'est tragique, profond et glauque (Il faut voir cette planche entière nous montrant le Joker abattant Barbara Gordon !). C'est également créatif au plus haut point, car si à la première vision le découpage peut paraître classique par sa symétrie, il recèle en vérité des trésors de trouvailles et de points de vue inédits, le montage étant pensé comme au cinéma, avec fondus enchaînés et ellipses de pure écriture cinégénique !
Enfin, la construction de l'intrigue en boucle bouclée autour du titre original "The Killing Joke" nous dévoile une confrontation "héros/vilain" anti-manichéenne telle qu'elle ne sera jamais égalée par la suite.
Et tous les auteurs de Batman, depuis, considèrent cette histoire comme une pierre angulaire de la continuité "batmanienne"...

L'édition précédente étant devenue introuvable, Panini nous propose une nouvelle version au format diminué (fidèle aux comics originaux), mais aux couleurs refaites, moins criardes, nous régalant d'une courte histoire bonus de Brian Bolland himself et d'une introduction de Tim Sale !
22 commentaires1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2014
Très bon comic qui retourne aux sources puis explique le passé des deux ennemis jurés. Curieusement le Joker a vraiment de l'énergie à vendre et à revendre (et c'est un peu normal puisque celui-ci est tombé dans une cuve d'acide.) De la fête foraine au fonctionnaire turpide il n'y a qu'un pas, n'est-ce pas ? Quel guichet choisir je me le demande...

Enfin c'est étrange comme les costumes de carnaval ont parfois l'air de tenues les plus sérieuses, tout comme d'ailleurs le criminel peut avoir l'aspect d'un innocent et le fou celui d'un juge juste et bon. Parfois le destin nous joue des tours et nous nous retrouvons absolument seuls, et de l'esprit jusqu'à la folie il n'y a soudain qu'un bond !
D'autre part il s'agit bien d'une des plus ambigues graphic-novel avec Batman, puisque les vues de nos deux héros semblent se rejoindre à la toute fin et ce sans pour autant considérer la vérité telle une courtisane de bas-étage - puisque de toute façon il s'agirait d'une gueuse appartenant quelque grappe... Bientôt le mariage donc ? En tout cas ce ne sont pas leurs grossiers poursuivants qui les attraperont un jour.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 29 décembre 2011
Même si je pense que cette bande dessinée est peut-être un peu trop vite lue, je dois reconnaître qu'elle ne laisse pas indifférent. Les dessins sont d'excellente qualité. Le scenario, quoiqu'un peu court, est comme le disent certains, très intense. J'apprécie particulièrement le changement de colorisation lorsque le lecteur est renvoyé au passé du Joker.
Si l'on ne peut que constater la folie du Joker, celle de Batman est évoquée. Cependant, le Joker étant le personnage central de cet ouvrage, on pourra y trouver Batman un peu trop neutre. Quoi qu'il en soit, les amateurs ne peuvent qu'apprécier.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2011
Que ce soit au niveau des dessins ou de l'histoire, ce volume des aventures de Batman vaut vraiment le détour ! On y retrouve l'essence du Joker avec sa folie à l'état pur, qui se transmet aussi bien dans le scénario malsain d'Allan Moore que dans les dessins torturés de Brian Bolland. Je le conseille à qui veut découvrir cet univers là ou il est né : dans le monde des comic books.
Petits conseils : Ne lire la préface qu'à la fin car celle-ci spoil un certain nombre d'évènements de l'histoire...
Un regret : on aimerait que l'histoire dure un peu plus longtemps...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2010
exellente BD rédigé l'auteur des watchmen, Alan Moore, ici recolorisé par le dessinateur de l'époque, qui nous dévoile les origines du joker.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2013
Colis bien reçu, livre en très bon état et un vrai régal à lire, je suis un grand fan de Batman et de DC Comics en général :).
Un petit conseil par contre baissez un peu vos prix, je sais que ce sont des récit rares et plus édité pour le moment que vous vendez mais 100 euros c'est un peu limite quant même .
Merci encore sinon et bonne continuation sur Amazon.

Cordialement, Charlie Colpart
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2011
Cette BD est vraiment à posséder pour toute personne ce disant fan de Batman...Un récit extrêmement bien écris, très bien illustré un Joker toujours aussi dérangé... Je n'en dis pas plus :P
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,00 €
10,28 €