Commentaires en ligne


2 évaluations


3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le haut du panier, 1 mars 2012
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1975 (Broché)
Ce recueil, le second de la collection dédiée à la série "Savage Sword Of Conan", se décompose comme suit :

- Les ombres sous la lune (Iron shadows in the moon - Savage sword of Conan #4, février 1975), 45 pages. Scénario de Roy Thomas, dessin de John Buscema, encrage d'Alfredo Alcala.
- Naîtra une sorcière (A witch shall be born - Savage sword of Conan #5, avril 1975), 55 pages. Scénario de Roy Thomas et dessin de John Buscema.
- Le dormeur des sables (Sleeper beneath the sands - Savage sword of Conan #6, juin 1975), 25 pages. Scénario de Roy Thomas et dessin de Sonny Trindad.
- Le peuple de l'ombre (People of the dark - Savage sword of Conan #6, juin 1975), 30 pages. Scénario de Roy Thomas et dessin d'Alex Nino.
- La citadelle au cœur du temps (The Citadel at the center of time - Savage sword of Conan #7, aout 1975), 43 pages. Scénario de Roy Thomas, dessin de John Buscema et encrage d'Alfredo Alcala.
- Le flacon d'éternité (The forver Phial - Savage sword of Conan #8, octobre 1975), 10 pages. Scénario de Roy Thomas et dessin de Tim Conrad.
- Chant de mort de Conan le cimmérien (Death song of Conan the cimmerian - Savage sword of Conan #8, octobre 1975), 10 pages. Scénario de Roy Thomas, dessin de Jess Jodloman.
- Corsaires contre Stygiens (Corsairs against Stygia - Savage sword of Conan #8, octobre 1975), 12 pages. Scénario de Roy Thomas, dessin de Gil Kane et encrage de Young Montano.
- La malédiction de la déesse chatte (The curse of the cat goddess - Savage sword of Conan #9, décembre 1975), 15 pages. Scénario de Roy Thomas et dessin de pablo Marcos.
Côté bonus : un article d'époque signé Lin Carter, célèbre romancier américain de science-fiction et de fantasy, ainsi qu'éditeur et critique. Les couvertures originales. La plus-part des épisodes sont introduits par une page de titre et un petit texte permettant d'en fixer le contexte ou la chronologie.

1975 est encore l'époque où la série se cherche, car plus tard elle ne proposera que de longs récits adaptant fidèlement les nouvelles originales de Robert E. Howard. Paradoxalement, c'est certainement à cette époque qu'elle est la meilleure. Roy Thomas se permet d'expérimenter toutes les formules et livre des épisodes très intéressants, tantôt en adaptant les récits d'autres écrivains, comme Lin Carter, tantôt en prenant des libertés avec l'œuvre d'Howard. Pour l'anecdote, c'est Roy Thomas qui a amené le personnage de "Red Sonja" dans l'univers de Conan, car à l'origine, il s'agissait d'un personnage secondaire, une femme mystérieuse apparaissant dans une unique nouvelle, "The Shadow of the Vulture", dont l'action se situe dans l'Europe du XVIe siècle.
Parmi les neuf récits qui composent cette année 1975, les plus originaux sont également les plus courts. Ma préférence va à l'épisode entièrement dessiné par Alex Nino. Il s'agit d'une histoire onirique qui mêle temps présent et passé en faisant coïncider le parcours de Conan avec celui d'un écossais rendu fou d'amour par une femme, éprise d'un autre. L'occasion de pointer les réminiscences mythologiques du monde de Conan de façon très particulière, le tout magnifié par les planches expressionnistes d'Alex Nino.
Il y a également "Chant de mort de Conan le cimmérien" qui adapte un poème de Lin Carter en dix pages, mises en images par Jess Jodloman, dont les planches sont laissées à l'état de crayonnés.
Au rayon des classiques, "Les ombres sous la lune" et "La citadelle au cœur du temps" sortent du lot, notamment grâce au talent combiné de John Buscema et Alfredo Alcala, les dessins du premier se trouvant sublimés par l'encrage du second, tous deux maîtres de leur art. "La citadelle au cœur du temps" est en outre le récit le plus ouvertement "fantasy", plein de magie et de créatures fantastiques. Pour les amoureux du film Conan le barbare avec Schwarzenegger, l'épisode "Naîtra une sorcière" fera son effet, puisque c'est celui où Conan se fait crucifier sur "l'arbre de la mort"...
Dans l'ensemble, la qualité est fluctuante, mais 1975 se hisse dans le haut du panier des meilleures adaptations issues du run de Roy Thomas.

Plusieurs séries de comics dédiées à Conan le barbare écumeront les années 70 et 80, toutes écrites par Roy Thomas. Le scénariste et les dessinateurs qui l'accompagnent développent l'univers visuel du barbare en s'adjoignant parfois les couvertures de Boris Vallejo, lui-même très inspiré des illustrations de Frank Frazetta, ce dernier ayant popularisé la figure de Conan dans les années 60. Le travail de l'équipe est dans la droite lignée d'Howard et Frazetta. Le "comic-code" les oblige à édulcorer un peu cet univers puissamment violent et érotique mais ils parviennent tout de même, notamment à travers la série "Savage Sword Of Conan", à imposer la dimension iconique et sans concessions de "l'âge Hyborien". Certains dessinateurs, John Buscema en tête, réussissent à saisir l'ambiance des écrits d'Howard. Le Conan de Buscema est une montagne de muscles aux yeux de braise et à l'allure sauvage. L'atmosphère poisseuse et vénéneuse des écrits d'Howard est bien retranscrite, sans oublier sa dimension érotique. Soit un monde cruel et angoissant, glauque et viscéral.
Il faut avoir le goût des "oldies", ou du "vintage", comme on dit aujourd'hui, pour apprécier ces créations. Bien qu'elles accusent le poids de l'âge et paraissent un peu surannées, il faut leur reconnaître un superbe travail de reconstitution mythologique. C'est à travers ces séries que les lecteurs se sont définitivement fait une idée visuelle de la mythologie Hyborienne et de l'heroic fantasy barbare destinée aux adolescents et aux adultes. Tous les archétypes du genre ont été entérinés dans les pages de ces comics légendaires. On peut dire de Roy Thomas et de ses collaborateurs qu'ils ont véritablement creusé les sillons de l'heroic fantasy en bande-dessinée.
Il faut préciser par ailleurs que la "fantasy" selon Howard est encore bien différente de celle d'un "Seigneur Des Anneaux". Il n'y a ni dragons, ni elfes, ni Seigneurs des ténèbres dans le monde de Conan. Mais des tribus et des peuplades guerrières plus ou moins civilisées. La magie est bien présente, mais opère davantage dans le monde du surnaturel : morts vivants et goules côtoient quelques reptiles géants et des créatures quasi-abstraites, bien plus proches de la "dark Fantasy" à la Lovecraft (ami intime d'Howard...) que d'une iconographie à la "Donjons et dragons".
Comparé aux comics de super-héros de l'époque, les séries liées à Conan diffèrent radicalement. Elles sont bien plus violentes. Les personnages s'expriment clairement, dans un langage médiéval poussif mais sans avoir recours aux bulles de pensées, ils ne se présentent pas eux-mêmes à la troisième personne et ne commentent pas leurs moindres faits et gestes. Et surtout, ils tuent ! Têtes tranchées, personnages brûlés vifs, sang qui gicle et sabres transperçant les corps abondent, notamment dans la série "Savage Sword of Conan", la plus adulte de toutes.
Le gros problème de cette collection vient de la traduction catastrophique de Genevieve Coulomb... Néanmoins, elle n'arrivera pas à entacher une compilation vintage aussi fabuleuse !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Superbe !, 28 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1975 (Broché)
J'ai peu de choses à ajouter aux savantes remarques de Tornado.
"Une sorcière naîtra" (Savage Sword of Conan 5) était déjà sorti en France en couleurs en Artima Color Marvel Géant sous le titre "La sorcière de Khauran", mais il y manquait la première page ! Naturellement, on s'en apercevait ! Je me souviens avoir cherché désespérément sur les quais de la Seine un fascicule complet; mais non, ils étaient tous mutilés ! Maintenant j'ai enfin l'histoire complète ! En noir et blanc (je regrette un peu la couleur).
"La citadelle au coeur du temps" était sorti en Lug (en noir et blanc).
En passant, je signale le dessin magnifique de John Buscema. A mon avis, il est supérieur à Barry Smith, et en tout cas il dessine des filles beaucoup plus jolies...
Quelques critiques :
1) Il est dommage que les pages ne soient pas numérotées.
2) Les pages 156 et 157 sont interverties (mais peut-être le sont-elles déjà dans l'original...).
3) J'aurais aimé voir reproduite la carte de Roy Thomas qui est (entre autres) dans les numéros d'Artima Color Marvel Géant : on y voit tous les pays et les villes où ont lieu les aventures palpitantes du cimmérien.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

1975
1975 de Gil Kane (Broché - 10 novembre 2010)
EUR 26,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit