Commentaires en ligne 


8 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un supercriminel supersadique
À Tokyo, un homme dans un costume tout blanc (avec cape et masque) s'apprête à donner le coup de grâce au chef de la police. Il est assisté de 2 hommes. Le chef de la police est ligoté et Nemesis a annoncé qu'il l'exécuterait à 10h35. Pour passer le temps, il énumère les crimes qu'il a commis avant cette mise...
Publié le 20 septembre 2011 par Présence

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 peuvent mieux faire...
... un peu déçu par le scénario, une base "crédible" façon série TV, semi réaliste, et puis on vire dans l'excès improbable (voiture qui se transforme en moto façon James Bond (admettons), combat long (2 pages) et un peu ridicule dans la prison (1 contre 20 ? C'est Bruce Lee ? S'il a des pouvoir il faut le dire...), final peu...
Publié le 25 juin 2012 par leonard yvan


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un supercriminel supersadique, 20 septembre 2011
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
À Tokyo, un homme dans un costume tout blanc (avec cape et masque) s'apprête à donner le coup de grâce au chef de la police. Il est assisté de 2 hommes. Le chef de la police est ligoté et Nemesis a annoncé qu'il l'exécuterait à 10h35. Pour passer le temps, il énumère les crimes qu'il a commis avant cette mise à mort finale : l'empoisonnement d'un réservoir d'eau, une attaque au gaz dans une salle de spectacle et le vol d'un bijou précieux. Cette scène se termine par un carnage provoquant la mort de plusieurs centaines de d'innocents. Deuxième scène : Blake Morrow (un policier haut gradé) se salit les mains en mettant un terme à une prise d'otages dans une effusion de sang (le sang des preneurs d'otages). À l'issue de son action d'éclat, un policier lui remet un carton indiquant qu'il est la nouvelle cible de Nemesis qui a projeté de le tuer le 12 mars courant. Nemesis arrive aux États-Unis et il commence par attaquer Air Force One.

Mark Millar (le scénariste) est devenu à la fin des années 2000, le roi de l'esbroufe dans le monde des comics. En 2008, il a créé Kick-Ass (dessiné par john Romita junior) dont il a vendu les droits directement au cinéma avec le film réalisé dans la foulée (Kick Ass). Fort de ses succès passés (Wanted également adapté en film, et Ultimates) Millar a le droit d'avoir quelques prétentions et Marvel a publié 2 de ses séries en 2010 ("Nemesis" et "Superior" avec Leinil Yu). "Nemesis" correspond également à sa troisième bande dessinée avec Steve McNiven, les 2 premières s'étant également classées dans les premières ventes (Civil War en 2006 et Old Man Logan en 2008/2009). Impossible d'ignorer un tel pédigrée.

À la lecture "Nemesis" s'avère une histoire assez courte, complète, initialement 4 épisodes, soit environ 90 pages de bande dessinée. Némésis est le nom de la déesse de la vengeance dans la mythologie grecque. Le lecteur apprend rapidement (dans le premier quart) quelle vengeance lie les 2 personnages principaux. Millar a claironné partout que cette histoire correspond à une version de Batman s'attachant à faire le mal plutôt que le bien, dans un monde où il n'y a pas de superhéros. Effectivement, la première rencontre avec Nemesis le montre portant ce costume de superhéros ou supercriminel, tout de blanc vêtu comme un double inversé de Batman avec son costume sombre. Cet élément place d'emblée ce récit dans le registre des superhéros (sans superpouvoir) avec une exigence assez élevée de suspension consentie de l'incrédulité. Ne vous attendez pas à du réalisme ou du plausible ; par exemple dans une scène d'action enlevée, Nemesis conduit une voiture qui s'ouvre en 2 pour révéler une moto futuriste que Nemesis pilote avec les mêmes commandes que celles de la voiture. Coté crimes, le lecteur est servi par un Mark Millar en verve. Le premier cité (l'empoisonnement d'un réservoir) évoque évidemment le méfait perpétré par le Joker lors de sa première apparition. Les suivants s'avèrent plus cruels et sadiques avec une volonté perverse de briser l'esprit des victimes. En ceci, Millar s'inscrit dans une longue tradition des comics dans laquelle une partie du plaisir de lecture dérive de la fascination pour la barbarie des crimes commis.

Millar construit son récit sur l'horreur des crimes perpétrés et sur des scènes d'action spectaculaires dans lesquelles McNiven peut s'en donner à coeur joie. Il compose ses pages sur la base de 3 à 6 cases, une mise en page assez aérée. Il s'est éloigné de l'encrage minutieux de Dexter Vines pour "Old Man Logan", pour un style un tout petit peu plus lâche avec une légère influence manga dans la représentation des mouvements (fluidité et rapidité). À la vue des pages, le lecteur peut constater les influences d' Akira dans la mise en scène des mouvements et des impacts, et les influences de Gary Frank dans les dessins des visages (Supreme Power). Le résultat dégage une énergie impressionnante. Ses choix graphiques inscrivent fortement cette histoire dans la tradition des comics de superhéros : il n'y a qu'à regarder le repaire de Nemesis pour contempler une variation de la Batcave. Le lecteur contemple un aménagement souterrain spacieux qui abrite une voiture sur une plaque tournante, ainsi qu'un avion de chasse dans une autre salle. Cette pleine page est représentative du ton du récit : la fantaisie adolescente. Dans la réalité un tel déploiement de technologie nécessite une armée de techniciens assurant la maintenance. Dans cette histoire, il tombe sous le sens que toutes ses merveilles n'ont pas besoin d'entretien ou de contrôle technique. McNiven réalise des planches très agréables à regarder, efficaces, fluides et brutales, en mélangeant un réalisme sec avec des influences superhéros. Il s'amuse également avec le blanc immaculé du costume de Nemesis pour faire apparaître les fines trainées de sang des victimes.

Ce tome constitue une lecture agréable bien ficelée avec une chute qui ouvre une nouvelle perspective sur les événements contés et des illustrations précises et pleines de vie. Le récit s'éloigne des comics de superhéros pour s'inscrire dans le registre du thriller, avec quelques éléments trop gros pour y croire. À différentes reprises, j'ai eu l'impression que Millar avait calibré ses ingrédients pour contenter son coeur de cible, un peu comme des auteurs comme Douglas Preston et Lincoln Child composent artificiellement leur roman en insérant telle et telle scènes afin de plaire aux lecteurs (je pense par exemple à Danse de mort qui sent plus une recette toute faite qu'autre chose).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Eteignez vos cerveaux, ouvrez les braguettes !, 28 mai 2014
Par 
Bruce Tringale (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
Voila le genre de truc qu’Image aurait pu publier à la grande époque de Mc Farlane et ses copains !Une histoire plutôt bien dessinée, une mise en page dynamique mais avec un scénario même pas bon pour le tri sélectif !Et ce n’est pas la première fois que le grand Mark Millar, désormais gérant de Millarworld nous fait le coup .
En fait c’est même beaucoup trop souvent à notre goût. Et ce type a de la chance d’avoir dans une autre vie produit Kickass, Marvel Zombies et Ultimates.

Mais interrompons notre coup de gueule pour vous resituer le contexte de l’oeuvre (rires étouffés).Nemesis est une sorte de croisement entre Fantomas et Batman mais en très méchant.Il capture, torture et exécute les forces de Police du monde entier devant les caméras du monde entier pour…, pour, euh, on ne sait pas très bien en fait. Censuré

Donc Nemesis après avoir terrorisé les frics du monde entier se dirige vers les Etats Unis pour défier le plus grand flic de tous les temps : Blake Morrow.

Commence alors une partie d échecs, hum, intellectuelle (rires de hyène) où, bien évidemment, la famille du héros va être prise en otage avec le… Président des Etats Unis…Ce n’est pas la première fois que l’homme le plus puissant du monde ***** est la victime de criminels patentés.

On se rappelle bien évidemment de Donald Pleasence humilié par une bande de Punks dans le légendaire Escape From New York.Ou du cynisme glaçant de Frank Miller transformant Reagan en Cow-boy décérébré dans son Batman.Ou encore dernièrement des machinations politiques de Vought America au sein de la maison blanche dans The Boys de Garth Ennis.

Carpenter, Miller, Ennis, malgré leurs qualités et leurs défauts, voila des gens qui ont pris de vrais risques en mélangeant ultra-violence et méta commentaire sur l’état de la société américaine.Ici Nemesis prend en otage le Président en quelques pages, tout étant ultra condensé comme toujours chez Millar. Ennis aussi avait fait le coup dans 303 où un vétéran russe de la guerre d Afghanistan abattait froidement et facilement l’homme de la maison blanche.
Mais encore une fois, ce raccourci scénaristique s’effaçait devant la noirceur et la profondeur de la fable amère d’Ennis. Et dans les multiples parenthèses sociales et existentielles qu’il ouvrait dans son récit.

Le principal reproche que l’on peut adresser à Millar ? Depuis l’adaptation de Wanted et Kickass au cinéma, il n’écrit plus des scenarii mais des scripts avec des concepts tapageurs pour cartonner au box office !

Du vilain au héros, aucun de ses personnages n’a d’épaisseur psychologique, d’ambiguïté ou, de motivation de noblesse. Ses héros de Millar sont des marionnettes lui permettant de raconter ses histoires sans que l’auteur ne leur donne de voix intérieures. Le génie de Némésis que Millar met en scène, ne serait ce pas lui-même s’auto-célébrant ? Hé les Kids, je vais vous inventer un méchant ultra-cool qui sait trop bien se battre et qui est trop malin…

Et encore une fois, Millar après Wanted et Kickass 2 fait mumuse avec le viol des femmes. La question n’est pas de savoir si ça le fait **** ou non. C’est plutôt cette désinvolture irritante avec laquelle, ses femmes sont victimes d’atrocités gratuites pour pimenter une intrigue passablement vide. Ici donc, la fille du président est **** de son frère…Millar balance cela comme ça, entre deux bagarres, comme une coupure de pub au milieu d un programme racoleur.

Que Marvel puisse publier cela en dit long sur la toute puissance de Millar aujourd’hui. Car voici un éditeur qui a arrêté de publier des revues adultes pour ramener ses super héros au bac à sable jouer à ****

Nemesis , à l’heure où les comics books acquièrent une forme de légitimité est un produit creux, sans âme et assez lamentable. Et inutile de dire que le père Millar est attendu au tournant pour la conclusion de Kickass.*****

L'intégralité de ce commentaire en image et en version non censurée sur mon blog :brucetringale.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 peuvent mieux faire..., 25 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
... un peu déçu par le scénario, une base "crédible" façon série TV, semi réaliste, et puis on vire dans l'excès improbable (voiture qui se transforme en moto façon James Bond (admettons), combat long (2 pages) et un peu ridicule dans la prison (1 contre 20 ? C'est Bruce Lee ? S'il a des pouvoir il faut le dire...), final peu crédible, .... Bref, on oscille entre 2 genres (Fantomas ou Batman, super-pouvoirs ou pas ?) et du coup on y croit moins. Millar était bien plus efficace sur Kick-Ass ou Old Man Logan où il choisissait son genre de narration. Quand au dessin, désolé mais çà sent le travail de commande un peu "bâché", Mc Niven est un artiste redoutable (Old Man Logan, Fantastic Four ou Civil War), mais ici le trait est souvent peu précis (visages), les décors régulièrement inexistants, et la recherche de détail (qui donne tout son charme à ses dessins) très peu présente. Bon, Millar et Mc Niven restent dans mon Top Ten, mais j'attendais beaucoup mieux...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Du vrai Millar, 12 mai 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
Dans ce comics on voit vraiment que cela vient du fantastique Mark Millar,ce coté un peu gore est vraiment bien.Les dessins et les couleurs vont très bien avec l'ambiance dans laquelle le récit nous plongent,j'ai mis 4 au lieu de 5 parce que je trouve le récit un peu court mais apparement il y aurait bientot une suite...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Wouaah !, 16 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
Superbe comics , dans la veine de ce qui se fait de mieux en ce moment .... Du grand Mark Millar et steve Mc Niven !!! Toute fois , son ultra violence , n en fait pas un ouvrage à mettre entre toutes les mains .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un must de Millar & McNiven, 19 novembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
Nemesis, c'est un super-criminel que rien n'arrête et qui compte bien se venger des forces de police mondiales. Nemesis, c'est de la violence à l'état brut et des machinations diaboliques pour une pression de toute instant. Nemesis, c'est enfin de l'action à grand spectacle et des moyens sans limite pour une histoire dramatique et éprouvante. Une superbe réussite signée des auteurs de Civil War et de Old Man Logan, qui confirment ici tout leur talent. Selon moi, Nemesis mériterait une adaptation sur grand écran...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Jubilatoire !, 16 novembre 2011
Par 
L. Carlos (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
J'ai beaucoup aimé ce comic's. Un méchant très méchant dont on s'interroge toujours mais pourquoi est il si méchant ?(réponse avec orangina rouge). Un gentil avec qqs zones d'ombre ! Un dessin et un découpage superbes ! Par contre un costume ridicule et une histoire trop courte !!! Némésis me fait penser à la série Thanatos qui est très sympa également !En tout cas à conseiller
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Un peu trop court ...., 15 octobre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nemesis (Broché)
Le récit est malheureusement un peu trop court! Sinon c'est très bien dessiné, bien rythmé, bien écrit, on ne s'ennuie pas une seule seconde!
Attention, certaines scènes peuvent choquer - à ne pas mettre entre toute les mains!

a+
Mathieu
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Nemesis
Nemesis de Mark Millar (Broché - 21 septembre 2011)
EUR 12,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit