Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 J'ai adoré, tout simplement!
Les Gardiens de la Galaxie, c’est sans doute mon véritable coup de cœur dans l’univers comics. Je suis fan de cette équipe complètement barrée et loufoque. Cela depuis que l’équipe est revenue au goût du jour grâce à Andy Lanning et Dan Abnett. Les deux auteurs de génie qui ont repris durant les...
Publié il y a 4 mois par Biggy

versus
Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 DEBUT
LE PREMIER INTEGRAL DES AVENTURES DU QUATUOR DE CHOC;SCENARIO MOYEN TRADITIONNEL ON EST LOIN DU FILM .A SUIVRE .DONC .
Publié il y a 3 mois par Tonton Lolo


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 J'ai adoré, tout simplement!, 25 août 2014
Par 
Biggy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : LES GARDIENS DE LA GALAXIE INTEGRALE T01 1969-1977 (Cartonné)
Les Gardiens de la Galaxie, c’est sans doute mon véritable coup de cœur dans l’univers comics. Je suis fan de cette équipe complètement barrée et loufoque. Cela depuis que l’équipe est revenue au goût du jour grâce à Andy Lanning et Dan Abnett. Les deux auteurs de génie qui ont repris durant les années 2000 le destin du cosmique chez Marvel à travers des sagas d’exception. Et je ne suis pas le seul à avoir craqué vu que les Gardiens sont devenus tendance et qu’une série leur étant dédiée est signée Brian M. Bendis, mais, personnellement, le charme n’est plus là. C’est devenu une série commerciale et trop mainstream pour moi.
Surfant sur la vague du succès, Panini nous offre une Intégrale reprenant les épisodes traitant des Gardiens sur la période 1969/1977. Coup double pour moi ! Hâte de découvrir ces premiers épisodes et ce sera pour le coup ma première Intégrale, enfin la première que je lis, car elles sont nombreuses dans ma pile de lecture.

Découvrez la toute première équipe des Gardiens de la Galaxie ! Au XXXIème siècle, le major Vance Astro, Martinex, Charlie-27 et Yondu sont les derniers survivants de leur civilisation. Ces Avengers du futur, les Gardiens de la Galaxie, vont alors défendre la Terre contre de redoutables extraterrestres : les Badoons ! Retrouvez également Captain America, la Chose ainsi que les Défenseurs.
Auteurs : Steve Gerber, Roger Stern, Sal Buscema, Gene Colan, Al Milgrom.
(Contient les épisodes US Marvel Super-Heroes (1967) 18(I) ; Marvel Two-in-One 4-5 ; Giant-Size Defenders 5 ; Defenders (1972) 26-29 ; Marvel Presents 3-12)

Bon, autant le dire de suite, les épisodes proposés ne plairont pas à tout le monde. L’ensemble a un peu vieilli, beaucoup de texte, et pourtant je n’ai pu m’empêcher de trouver un certain charme à ces aventures rocambolesques. Et je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement avec un titre comme Kamandi. Bien que le contexte soit totalement différent, les deux titres se rapprochent dans « l’absurdité » de la vision du futur que nous pouvions avoir à l’époque. Tout est tellement gros, tellement dans l’excès, et pourtant c’est plaisant, voire fascinant. On ne lit pas, on plonge littéralement dans l’histoire proposée !

Nous sommes donc au trente et unième siècle. Il ne reste plus beaucoup d’humains dans la galaxie ! Et les quelques uns qui restent sur Terre, sont tous emprisonnés par une terrible race reptilienne et belliqueuse : les Badoons ! Et pourtant les humains ont colonisé le système solaire, évoluant en fonction de la planète qu’ils occupaient. C’est ainsi que l’on nous présente Charlie-27, un homme volumineux à la force herculéenne afin de se pouvoir se déplacer sur Jupiter. Ou encore Martinex, homme en silicium capable de vivre sur Pluton. Des personnages bien particuliers ! A ceux-là il faut rajouter Yondu qui vient de Centaury IV capable de contrôler ses flèches par sifflement et enfin le Major Astro Vance, vieux de plus d’un millénaire et bloqué dans une combinaison l’empêchant de tomber en cendres !
Ils seront plus tard rejoint par Starhawk, un personnage mystérieux se disant capable de tout voir à travers l’univers, imbu de lui-même et partageant son corps avec une autre. Et Nikki à la chevelure de feu en provenance de Mercure.

Il n’y a pas réellement de cohésion dans cette équipe, loin de là ! Bien au contraire même, les coups de gueule, les prises de têtes, les désaccords et les accrochages sont très nombreux et rythment chaque histoire. Mais ils se sont unis face à un adversaire commun, comme bien souvent, les Badoons ! Ces reptiles ont asservi tout notre système solaire, et ils semblent être les derniers à pouvoir s’opposer à la main-mise totale de ces envahisseurs. Il leur faudra l’aide des Defenseurs du Docteur Strange ou encore de Captain America et la Chose pour réussir à renverser le pouvoir établi.
Je vous passe les explications totalement délirantes pour expliquer comment ces différents personnages arrivent à aller d’une époque à l’autre… Délirantes mais tellement amusantes, lorsqu’on regarde cela avec nos yeux, nous qui vivons en 2014.

Cette guerre contre les Badoons n’est pas le seul centre d’intérêt de ce volume. Nous avons le droit à la visite d’une planète faisant office d’asile pour fous, d’une mission sur un homme topographique avec en son sein une église vouant un culte à celle qui peut l’abattre, à des origines assez géniales de Starhawk, un combat entre des parents et leurs enfants avant de nous attarder un peu sur Charlie-27.
Comme je le disais, des histoires complètement incroyables, sorties de l’esprit tordu d’auteurs de génie. De génie, car plus c’est invraisemblable, plus c’est inimaginable, plus on est ferré par l’histoire, plus on plonge un peu plus dans ces aventures héroïques et fantastiques !
Et si, l’ambiance n’est que très peu souvent au beau fixe entre les différents personnages, on prend plaisir à en découvrir plus sur eux, à les voir se disputer, à les voir se débattre avec des choses qu’ils ne comprennent pas et pourtant auxquelles ils font face ! Le travail sur les personnages est admirable.

Les dessins, bien qu’ayant bien vieillis, ont su garder tout leurs charmes et les héros sont charismatiques, les femmes diaboliquement belles ! Nos héros ont tous un look travaillé, barge mais reconnaissable et en adéquation avec l’endroit d’où ils viennent. Personnellement c’est un vrai plaisir à regarder, ce sont les petits défauts, les petites approximations de cette époque qui donnent tout son cachet à ces dessins.

Bref, oui nous sommes loin des Gardiens de la Galaxie de maintenant et de Bendis, oui cela a vieilli, oui cela ne plaira pas à tout le monde. Mais si comme moi, vous êtes fan de cette équipe, que vous adoré cette époque pas si lointaine où l’on voyait le futur à des années lumières de notre présent, que vous aimez les héros non formatés, les histoires abracadabrantes ce recueil est fait pour vous. Un petit bijou à apprécier tranquillement au fond de son lit. Et puis, au moins, à l’inverse d’aujourd’hui, vous aurez de vraies histoires, fantasques, mais des histoires.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Au trente et unième siècle, 13 août 2014
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : LES GARDIENS DE LA GALAXIE INTEGRALE T01 1969-1977 (Cartonné)
Ce tome présente les toutes premières histoires des Gardiens de la Galaxie, en 3007, une équipe sans rapport avec celle du film de 2014. Il regroupe le numéro 18 de "Marvel Super Heroes" (paru en 1969), les épisodes 4 & 5 de "Marvel two-in-one" (parus en 1974), le numéro 5 de "Giant size Defenders" (1975), et les épisodes 26 à 29 de la série "Defenders" (parus en 1975), ainsi que les épisodes 3 à 12 de "Marvel presents".

Pour continuer à découvrir les Gardiens de la Galaxie, le lecteur peut se plonger dans Marvel Classic 15 (Thor Annual 6, Marvel Team-Up 86, Marvel Two-in-one 61 à 63 et 69), Héritage (série de 2008 se déroulant au temps présent), Les gardiens de la galaxie Marvel Now (série de 2013 se déroulant également au temps présent), Marvel Universe 2013 06 (première apparition de Rocket Raccoon).

-
- Marvel Super Heroes 18 (scénario d'Arnold Drake, dessins de Gene Colan, encrage de Mickey Demeo) - En 3007, Charlie 27 revient sur Jupiter, pour découvrir que toute la population a disparu et que la planète est conquise par de méchants extraterrestres, des Badoon. Il utilise un téléporteur pour se rendre sur Pluton où il se retrouve face à Martinex. Sur Terre, le Major Vance Astro et Yondu sont également prisonniers des Badoon.

À la découverte de cet épisode, la première chose qui saute aux yeux est le découpage déjà si particulier des planches de Gene Colan, ainsi que les angles de prise de vue très inclinés, ce donne un dynamisme incroyable à chaque séquence. Les décors sont peu présents, et plutôt de type bon marché, voire simpliste, par contre chaque mouvement des personnages est accentué par la prise de vue emportant le lecteur dans une ronde effrénée.

Côté scénario, Arnold Drake imagine rapidement un groupe de 4 superhéros du futur, chacun survivant ultime d'une forme d'humanité, avec un coup du sort bien cruel pour Vance Astro (parti le premier, il arrive à destination avec 800 ans de retard par rapport aux premiers). Pour le reste, Drake récupère une race extraterrestre belliqueuse et expansionniste, modelée sur des lézards anthropomorphe, sans une once d’ambiguïté (apparue pour la première fois dans l'épisode 2 de la série "Silver Surfer" en 1968). 2 étoiles pour un récit vieillot et peu consistant.

-
- Marvel two-in-one 4 & 5 (scénario de Steve Gerber, dessins de Sal Buscema, encrage de Frank Giacoia et Mike Esposito) - Benjamin promène Wundarr au zoo. Ils y croisent Namorita qui accepte de se charger de Wundarr, puis Captain America et Sharon Carter qui raccompagnent Ben Grimm au Baxter Building. Par un usage malencontreux de la machine à voyager dans le temps calibrée par Reed Richards, ils se retrouvent en 3014, à lutter aux côtés des Guardians of the Galaxy, pour libérer New York du joug des Badoons.

À l'époque "Marvel two-in-one" est un mensuel dévolu à Ben Grimm qui fait équipe avec un superhéros différent à chaque épisode ou presque. Il s'agit d'aventures bon enfant, avec une continuité d'un épisode à l'autre. C'est la raison pour laquelle Ben Grimm se trouve à emmener Wundarr au zoo. Cette rémanence des épisodes précédents est rapidement évacuée pour passer au plat de résistance : amener Captain America au 31ème siècle, le symbole de la liberté et des États-Unis. Sal Buscema est un bon artisan de l'époque : il réalise des pages claires et rapidement lisibles. Il s'économise autant qu'il peut sur les décors et quand ils sont présents, ils manquent singulièrement de consistance. 4 personnages sur 5 ont la bouche grande ouverte, dessinée en forme de trapèze, sans aucune nuance. Il est également visible qu'il s'inspire vaguement de Jack Kirby pour un décor futuriste et qu'il a bien profité des leçons de son frère John Buscema pour les postures des personnages. Les costumes de 4 Gardiens de la Galaxy ont été redessinés par Dave Cockrum (enfin 3, parce que ça ne s'applique pas à Martinex qui ne porte pas de costume. Hé oui, un héros qui se promène tout nu).

Steve Gerber reprend fidèlement les bases posées par Stan Drake dans "Marvel Super Heroes" 18, en insistant à nouveau sur l'ironie cruelle qui s'est abattue sur Vance Astro. Les Badoon reste une race extraterrestre générique dont l'apparence (des affreux lézards écailleux) indique clairement qu'ils sont les méchants de l'histoire, là encore sans aucune nuance. Il s'agit d'une histoire rapide et efficace. En fonction de la sensibilité du lecteur : 2 étoiles s'il ne supporte pas les tics narratifs de l'époque, 3 étoiles sinon.

-
- Giant size Defenders 5 & Defenders 26 à 29 (scénario de Steve Gerber, aidé par Gerry Conway, Roger Slifer, Len Wein, Chris Claremont et Scott Edelman pour Giant size 5, dessins de Sal Buscema, sauf Giant size 5 dessiné par Don Heck) - Les Defenders (équipe composée de Doctor Strange, Nighthawk, Valkyrie, et Hulk) se retrouvent à lutter contre une sorte d'anguille électrique (un gymnote) géante et anthropoïde. Dans le même temps, le vaisseau des Guardians of the Galaxy s'est écrasé dans la banlieue de New York. Charlie-27 erre dans les rues de New York. Yondu et Vance Astro se lancent à sa recherche pendant que Martinex effectue des réparations de fortune sur leur vaisseau spatial. Par la suite les Defenders vont accompagner les Guardians of the Galaxy en 3015 pour initier la révolte contre la confrérie des Badoons.

Steve Gerber a écrit les épisodes 20 à 41 (sauf le numéro 30) de la série "Defenders", développant plusieurs personnages secondaires. Cette rencontre avec les GotG s'inscrit donc dans la continuité du titre, en particulier le développement des relations entre Valkyrie et Jack Norriss (le mari de Barbara dont l'esprit de Valikyrie occupe le corps). Le lecteur pourra aisément faire le parallèle avec les épisodes de "Marvel two-in-one". Sal Buscema est égal à lui-même : des planches sagement découpées en rectangles disposés côte à côte, des bouches en trapèze, des décors à l'économie, un respect total de la conception graphique des personnages. La prestation de Don Heck sur le numéro annuel reste difficile à regarder du fait d'une esthétique sommaire qui pique les yeux.

Steve Gerber reprend au départ la même trame que pour les épisodes de "Marvel two-in-one" en remplaçant Captain America par les Defenders. Mais dès l'épisode 26, il développe une étrange histoire du futur à base de catastrophe écologique à l'échelle planétaire (la disparition de la couche d'ozone), en y intégrant l'invasion martienne et Killraven (voir Essential Killraven - War of the Worlds en anglais). Il explique la conquête des autres planètes du système solaire par l'humanité, puis l'invasion des Badoons (toujours aussi méchants). Les Gardiens de la Galaxie gagnent un peu en personnalité. Martinex devient le savant et le mécanicien, Charlie-27 devient le bon soldat, Yondu est le bon sauvage, et Vance Astro reste garant de l'esprit d'initiative de l'humanité (du vingtième siècle).

Mais Gerber ne se contente pas d'une nouvelle rébellion contre les Badoons, il développe également le mode de reproduction de cette race extraterrestre, avec un rôle inattendu pour le sexe femelle. Les relations homme / femme entre Jack et Valkyrie ont des relents d'émancipation et de libération de la femme. Même Hulk devient l'objet de convoitise d'une femme visiblement troublé par sa virilité. Au fil des pages, le lecteur apprécie le savoir faire de Gerber en tant que conteur. La présence de Jack Norriss assure un point de vue d'humain normal (et donc un point d'ancrage immédiat pour le lecteur) dans ce récit de science fiction mâtiné de superhéros. L'introduction d'un nouveau personnage très mystérieux augmente le niveau de suspens (malgré son rôle de deus ex machina, apportant des informations à point nommé). Qui est Starhawk, cet individu qui s'est lui-même surnommé "celui qui sait" ? Du coup, l'accumulation de ces particularités (de l'histoire du futur aux réactions de Jack Norriss) transforme une nouvelle rébellion en un récit d'anticipation personnel, renvoyant à des questions de jeune adulte.

Ce prologue à la série consacrée aux Gardiens de la Galaxie (dans "Marvel presents") conserve une saveur très particulière, malgré les dessins industriels de Sal Buscema et quelques facilités de scénario (il est trop fort ce Docteur Strange, toujours une formule magique efficace dans sa manche). En fonction de la sensibilité du lecteur, 3 étoiles si réfractaire aux histoires trop marquées années 1970 ; 4 étoiles pour un amoureux de l'univers Marvel, pour un fan de Steve Gerber.

-
- Épisodes 3 à 12 de la série "Marvel presents", initialement parus en 1976. Steve Gerber a écrit les scénarios des épisodes 3 à 7 et 9. Roger Stern a écrit les scénarios des épisodes 10 à 12. L'épisode 8 est essentiellement composé d'une réédition d'une partie de l'épisode 2 de la série "Silver Surfer", écrit par Stan Lee, dessiné par John Buscema et encré par Joe Sinnott. Al Milgom a dessiné tous les épisodes, encré par Pablo Marcos (épisode 3), lui-même (épisodes 4 & 9), Howard Chaykin (épisode 5), Terry Austin (épisode 6), Bob Wiacek (épisodes 7, 10 à 12).

Après avoir aidé à débarrasser la Terre des Badoons, les Gardiens de la Galaxie aident à la reconstruction. Mais ils s'aperçoivent bien vite qu'ils ne sont pas faits pour une vie civile, sur Terre. Ils décident de réembarquer à bord de leur vaisseau spatial le "Captain America". L'équipe se compose du major Vance Astro, de Martinex, de Yondu, de Charlie-27 et de Starhawk. Ce dernier les informe qu'ils doivent enquêter sur une étrange entité spatiale (plus tard appelée Karanada) qui se nourrit de l'énergie libérée par l'explosion de galaxies. En route, ils sont attaqués par un petit vaisseau terrien, à bord duquel ils récupèrent Nikki, la dernière survivante de la planète Mercure. Leurs pérégrinations vont les amener à affronter Karanada, à séjourner sur une planète ressemblant à la Terre du début des années 1980 (épisode 5), à récupérer un appareil enregistreur ayant conservé la première rencontre du Silver Surfer avec les Badoons sur Terre, à se battre contre les arcturiens, et à faire des réparations sur la base spatiale géante Drydock. En cours de route, ils auront découvert les origines de Starhawk, et le lien qui l'unit à Aleta.

Steve Gerber continue de narrer les aventures des gardiens de la galaxie, cette fois-ci sans intervention de superhéros du vingtième siècle, et en restant en l'an de grâce 3015. Il s'agit d'une forme de science-fiction de type "space opera", avec voyage stellaire en vaisseau spatial, des distances entre étoiles parcourues en quelques heures, sans explication particulière sur le mode de propulsion. Steve Gerber conserve la composante superhéros. Chacun des personnages dispose d'un superpouvoir : la télékinésie pour Vance Astro, la superforce et super-résistance pour Charlie-27, la capacité de générer du chaud et du froid pour Martinex, des flèches guidées par les harmoniques du sifflement pour Yondu (et une forme de sagesse shamanique), une super agilité (et des cheveux en flamme) pour Nikki, et la capacité de vol autonome ainsi qu'une forme d'omniscience pour Starhawk. Il y a également les tenues vestimentaires qui évoquent des costumes moulants de superhéros (Charlie-27 conservant un masque alors qu'il n'a aucune identité secrète à protéger).

Côté science-fiction, Gerber incorpore des voyages dans l'espace, des races extraterrestres anthropoïdes (avec les méchants Badoons ressemblant à de répugnants lézards), des individus à tête de chien, et des êtres humains à l'autre bout de la galaxie (probabilité proche de zéro dans la réalité). Il utilise des approximations franchement fausses pour les distances stellaires (pas très aidé par les dessins de Milgrom qui n'a aucune compréhension de ce type de distance).

Pourtant les épisodes écrits par Gerber présentent un pouvoir de séduction et de divertissement assez élevé. Pour d'anciens lecteurs des éditions Lug, l'épisode 5 sera resté dans les mémoires. Astro, Charlie-27; Nikki et Yondu se retrouvent sur une planète éloignée, dans une ville qui ressemble en tous points à New York, sauf pour ses habitants extraterrestres. Les GotG (Guardians of the Galaxy) doivent échapper aux griffes de la pègre et acheter un composant électronique. Ils sont pris à partie de toute part par des habitants peu amènes. La révélation finale sur ces comportements constitue un commentaire social sur la vie moderne urbaine toujours aussi mordant.

L'affrontement contre Karanada est également délirant et ébouriffant, inventif et inattendu. Steve Gerber est capable de tout, y compris d'un ennemi à la véritable forme imprévisible, avec une cathédrale abritant une secte peu commune. Après ce passage aussi délirant que séduisant par son anticonformisme, Steve Gerber laisse la place à une réédition d'une partie de l'épisode 2 de la série Silver Surfer car il était trop occupé à promouvoir la campagne présidentielle de Howard the Duck (véridique, VO). Il revient pour le premier épisode des origines de Starhawk, toujours aussi surprenant, et il quitte la série. On peut supposer que la notoriété du canard Howard l'ait accaparé. Roger Stern explique qu'il a dû reprendre la série dans des délais très contraints et que de surcroît Gerber lui a expliqué qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il voulait mettre dans la deuxième partie des origines de Starhawk. Les épisodes de Gerber possède une verve étonnante (l'homme topographique), avec un ton irrévérencieux et des approximations énormes (les distances stellaires élastiques, la situation des enfants d'Aleta, ou encore la composante superhéros superflue). Les épisodes de Stern perdent la dimension sociale pour se recentrer sur l'action efficace.

Allen Milgrom réalise des dessins de type descriptif, assez méticuleux (pour des comics) présentant une bonne densité d'information visuelle. En fonction des encreurs, l'apparence est plus ou moins fignolée, plus ou moins jolie. Il convient de mentionner le travail détaillé réalisé par Terry Austin sur l'épisode 6. La mise en page de Milgrom oscille de dessin en double page, à 10 cases par page, en fonction des exigences de la séquence concernée. Le langage corporel et les expressions des visages manquent de nuances. Les manifestations des superpouvoirs ne sont pas très originales, plutôt fonctionnelles, se conformant aux stéréotypes de l'époque. Les scènes d'action vont de découpages heurtés, à une mise en scène ingénieuse (Charlie-27 bondissant sur la coque extérieure de Drydock). Pour un lecteur d'aujourd'hui, il s'agit de dessins un peu appliqués manquant un peu de grâce, mais transcrivant correctement l'histoire en images.

Il est probable que ces histoires n'offriront que peu d'attrait pour des lecteurs qui n'ont pas déjà un petit faible pour Steve Gerber, ou une soif de connaissance pour les personnages les plus obscurs de l'univers partagé Marvel. Pour ceux qui ont déjà eu un accès partiel à quelques uns de ces épisodes, c'est l'occasion de tout remettre dans l'ordre et de plonger dans un opéra de l'espace mâtiné de superhéros, avec une dimension sociale et spirituelle peu conventionnelle, avec des dessins compétents sans être inoubliables. Cette série s'est arrêtée avec l'épisode 12 de "Marvel presents".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 DEBUT, 7 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : LES GARDIENS DE LA GALAXIE INTEGRALE T01 1969-1977 (Cartonné)
LE PREMIER INTEGRAL DES AVENTURES DU QUATUOR DE CHOC;SCENARIO MOYEN TRADITIONNEL ON EST LOIN DU FILM .A SUIVRE .DONC .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 parfait, 23 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : LES GARDIENS DE LA GALAXIE INTEGRALE T01 1969-1977 (Cartonné)
La BD en elle même est parfaite et on pourrait presque en dire pareille pour la livraison : rapide ( un jour ) mais le problème est que le blister qui servait à protéger le comics n'était pas suffisant ; pour ce type de commande un peut de papier bulle ne ferait pas de mal
enfin bref la BD est arrivé intacte. Si vous hésitez encore à la prendre ne vous posez plus de question :prenez la et ... en avent pour une petite balade galactique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

LES GARDIENS DE LA GALAXIE INTEGRALE T01 1969-1977
LES GARDIENS DE LA GALAXIE INTEGRALE T01 1969-1977 de Roger Stern Steve Gerber (Cartonné - 6 août 2014)
EUR 29,95
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit