Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 3ème VOLET D'UN TRYPTIQUE SUPER-HEROS PAR ELLIS
Après "Black Summer" et "No Hero", "Supergod" clôture une trilogie (qui ne se suit pas) sur le thème du super-héros... loin des Superman et autres clichés en spandex, Ellis a sauté 2, voire 3 crans dans l'approche du sujet. Ses surhommes sont à la pointe de la technologie, se posent des questions existentielles, sont gores et sans...
Publié le 23 mai 2011 par Hellblazer

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Triste
Warren Ellis a voulu avec ce titre se faire son "Marvels" mais à sa façon : cynique et désabusée. L'histoire ne me semble néanmoins pas assez poussée au niveau des détails. En gros une petite déception au final.
Par contre une mention particulière pour le dessinateur qui a un très beau trait de...
Publié il y a 20 mois par Lecteur


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 3ème VOLET D'UN TRYPTIQUE SUPER-HEROS PAR ELLIS, 23 mai 2011
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supergod (Broché)
Après "Black Summer" et "No Hero", "Supergod" clôture une trilogie (qui ne se suit pas) sur le thème du super-héros... loin des Superman et autres clichés en spandex, Ellis a sauté 2, voire 3 crans dans l'approche du sujet. Ses surhommes sont à la pointe de la technologie, se posent des questions existentielles, sont gores et sans pitié.

En l'occurence, dans cet opus, Ellis imagine un monde fini, post-apocalyptique, dans lequel plusieurs pays (coïncidant étrangement avec qui détiennent aujourd'jui l'arme atomique) ont créé leur surhomme, chacun à sa manière, et narre les effets (dévastateurs) qu'il en a découlé au détriment de l'humanité. Chaque pays est abordé individuellement, les catastrophes énumérées en crescendo pour arriver au climax de l'horreur avec le choc des titans.

L'ensemble est raconté par un scientifique ayant été au coeur de l'action, scientifique "aujourd'hui" assis sur les marches d'un escalier détruit au milieu d'une ville dévastée. ce dernier s'enfile joints, médocs et alcool au cours de sa narration, revenant sur les faits comme on lirait le journal de bord d'un vaisseau ayant dérapé dans l'horreur.

Encore une fois, Ellis fait preuve de maîtrise technique et scientifique dans le traitement du sujet, certains passages demandant quelques connaissances de base !

Néanmoins, une oeuvre ambitieuse, ténébreuse, d'anticipation pessimiste, d'un sujet dont Ellis s'est fait le chantre : le superhéros devenu danger pour l'homme.

Excellent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Triste, 6 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supergod (Broché)
Warren Ellis a voulu avec ce titre se faire son "Marvels" mais à sa façon : cynique et désabusée. L'histoire ne me semble néanmoins pas assez poussée au niveau des détails. En gros une petite déception au final.
Par contre une mention particulière pour le dessinateur qui a un très beau trait de crayon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Plus qu'humains, 1 août 2012
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supergod (Broché)
Ce tome contient une histoire complète indépendante de toute autre. Il s'inscrit dans une trilogie thématique relative aux superhéros : (1) Black Summer, (2) No Hero, et (3) Supergod. Ce tome regroupe les 5 épisodes parus en 2009/2010.

Dans une Londres détruite, en proie aux flammes, aux ruines jonchées de cadavres, Simon Reddin s'adresse à Tommy (un interlocuteur invisible) par le biais d'un kit main libre. Il effectue un rapport des événements qui ont conduit à cette situation post apocalyptique. Il situe son récit dans le contexte de la soif de religieux de l'humanité en prenant l'exemple du Veau d'Or. Il commence par expliquer comment le gouvernement britannique a financé une expédition spatiale dans le but inavoué d'exposer les astronautes aux radiations spatiales pour essayer de provoquer une mutation. Ils ont effectivement obtenu une entité plus qu'humaine aux capacités mystérieuses qu'ils ont baptisé Morrigan Lugus. Il continue d'expliquer que les services secrets britanniques savaient pertinemment que d'autres nations avaient également financé des programmes scientifiques dans le même but (avec des méthodes différentes). C'est ainsi que l'Inde s'est doté de son propre plus qu'humain Krishna, l'Iran avec Malak al-Maut, les États-Unis bien sûr avec Jerry Craven, et encore quelques autres. Chacun de ces plus qu'humains est alors passé à l'action en fonction de ses caractéristiques, de ses pouvoirs, de son endoctrinement, de sa perception de la réalité, etc.

Pour ce troisième tome consacré au concept de superhéros appliqué au monde réel, Warren Ellis propose une approche différente des 2 premiers. Pour commencer, l'histoire ne se présente pas sous la forme d'un récit d'aventures, mais sous la forme d'un scientifique relatant des faits qui se sont déjà déroulés, à la fois sous l'aspect de la création de chacun des 7 plus qu'humains, et à la fois sous la forme des répercussions géopolitiques de leur existence. Ensuite il utilise un dispositif narratif peu commun. L'utilisation de retours en arrière correspond malgré tout à un récit chronologique. En effet les événements sont racontés au passé par Simon Reddin, mais il les raconte en respectant l'ordre chronologique. Le plus déstabilisant est qu'il n'y a quasiment aucun dialogue. Chaque séquence, chaque image est commentée en voix off par Reddin ; il n'y a que 6 exceptions contenant un dialogue. Ce mode narratif sort de l'ordinaire : un individu commente chaque scène.

Pour cette histoire, les illustrations sont dessinées par Garrie Gastonny et encrées par Rhoald Marcellius. Ils utilisent un style réaliste, un peu simplifié, avec une bonne dose de détails. La double page montrant l'étendue des destructions autour de Simon Reddin permet au lecteur de bien comprendre la situation, de reconnaître la ville, de voir les foyers d'incendie encore actifs, les façades endommagées, etc. Néanmoins il ne s'agit pas de photoréalisme et la légère simplification des formes induit un effet de distanciation pour le lecteur qui atténue son implication émotionnelle. Les champignons ont bien la forme de champignons, mais il s'agit d'une forme générique dans laquelle il est impossible de distinguer une espèce plutôt qu'une autre. Reddin indique qu'il est en train de fumer un joint qu'il a trouvé parmi les décombres, mais à l'image il s'agit simplement d'une cigarette vaguement roulée à la main. D'un autre coté, Gastonny et Marcellius ne renâclent devant aucun effort pour être descriptif. La fusée lancée dans l'espace par les britanniques est censée avoir été lancée en 1955 ; ils lui donnent un aspect extérieur spécifique différent d'une simple variation sur la navette spatiale américaine. De même chacun des laboratoires où sont conçus les supergods disposent de leur propre agencement, différent les uns des autres. Chacun des 7 supergods bénéficie d'une conception visuelle élaborée sans être complexe, imposante sans tomber dans les poncifs des superhéros. Ces qualités visuelles font que les images arrivent à porter cette narration rapportée par un tiers, et à conserver l'intérêt du lecteur malgré un degré de réalisme légèrement insuffisant.

L'intention de Warren Ellis est donc de mêler la course à l'armement avec le concept du surhomme, en amalgamant ces plus qu'humains à la soif de spiritualité de l'humanité. Le personnage de Simon Reddin fournit l'ancrage nécessaire pour avoir un point de vue humain sur la naissance et les actions de ces entités déjà étrangères à l'humanité. Évidemment il y a des effluves de créature échappant à son créateur, mais Ellis n'insiste pas sur cet aspect. Ce qui l'intéresse, c'est de concevoir comment vont agir ces supergods, quels seront leurs objectifs, quelle sera la place de l'humanité dans leurs desseins. Finalement leur assimilation à des forces de la nature, ou à des manifestations d'essence divine a du mal à tenir la route car l'aspect spirituel est superficiel, et l'aspect religieux est restreint et peu convaincant. Il reste un récit d'anticipation de type apocalyptique dont l'issue est pleine de suspense malgré la situation catastrophique de Simon Reddin, le narrateur. Il reste un récit très original dans sa forme, raconté par un tiers.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Plus qu'humains, 1 août 2012
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supergod Volume 1 TP (Broché)
Ce tome contient une histoire complète indépendante de toute autre. Il s'inscrit dans une trilogie thématique relative aux superhéros : (1) Black Summer : there is only ever blood, (2) No Hero : how much do you want to be a super Human ?, et (3) Supergod. Ce tome regroupe les 5 épisodes parus en 2009/2010.

Dans une Londres détruite, en proie aux flammes, aux ruines jonchées de cadavres, Simon Reddin s'adresse à Tommy (un interlocuteur invisible) par le biais d'un kit main libre. Il effectue un rapport des événements qui ont conduit à cette situation post apocalyptique. Il situe son récit dans le contexte de la soif de religieux de l'humanité en prenant l'exemple du Veau d'Or. Il commence par expliquer comment le gouvernement britannique a financé une expédition spatiale dans le but inavoué d'exposer les astronautes aux radiations spatiales pour essayer de provoquer une mutation. Ils ont effectivement obtenu une entité plus qu'humaine aux capacités mystérieuses qu'ils ont baptisé Morrigan Lugus. Il continue d'expliquer que les services secrets britanniques savaient pertinemment que d'autres nations avaient également financé des programmes scientifiques dans le même but (avec des méthodes différentes). C'est ainsi que l'Inde s'est doté de son propre plus qu'humain Krishna, l'Iran avec Malak al-Maut, les États-Unis bien sûr avec Jerry Craven, et encore quelques autres. Chacun de ces plus qu'humains est alors passé à l'action en fonction de ses caractéristiques, de ses pouvoirs, de son endoctrinement, de sa perception de la réalité, etc.

Pour ce troisième tome consacré au concept de superhéros appliqué au monde réel, Warren Ellis propose une approche différente des 2 premiers. Pour commencer, l'histoire ne se présente pas sous la forme d'un récit d'aventures, mais sous la forme d'un scientifique relatant des faits qui se sont déjà déroulés, à la fois sous l'aspect de la création de chacun des 7 plus qu'humains, et à la fois sous la forme des répercussions géopolitiques de leur existence. Ensuite il utilise un dispositif narratif peu commun. L'utilisation de retours en arrière correspond malgré tout à un récit chronologique. En effet les événements sont racontés au passé par Simon Reddin, mais il les raconte en respectant l'ordre chronologique. Le plus déstabilisant est qu'il n'y a quasiment aucun dialogue. Chaque séquence, chaque image est commentée en voix off par Reddin ; il n'y a que 6 exceptions contenant un dialogue. Ce mode narratif sort de l'ordinaire : un individu commente chaque scène.

Pour cette histoire, les illustrations sont dessinées par Garrie Gastonny et encrées par Rhoald Marcellius. Ils utilisent un style réaliste, un peu simplifié, avec une bonne dose de détails. La double page montrant l'étendue des destructions autour de Simon Reddin permet au lecteur de bien comprendre la situation, de reconnaître la ville, de voir les foyers d'incendie encore actifs, les façades endommagées, etc. Néanmoins il ne s'agit pas de photoréalisme et la légère simplification des formes induit un effet de distanciation pour le lecteur qui atténue son implication émotionnelle. Les champignons ont bien la forme de champignons, mais il s'agit d'une forme générique dans laquelle il est impossible de distinguer une espèce plutôt qu'une autre. Reddin indique qu'il est en train de fumer un joint qu'il a trouvé parmi les décombres, mais à l'image il s'agit simplement d'une cigarette vaguement roulée à la main. D'un autre coté, Gastonny et Marcellius ne renâclent devant aucun effort pour être descriptif. La fusée lancée dans l'espace par les britanniques est censée avoir été lancée en 1955 ; ils lui donnent un aspect extérieur spécifique différent d'une simple variation sur la navette spatiale américaine. De même chacun des laboratoires où sont conçus les supergods disposent de leur propre agencement, différent les uns des autres. Chacun des 7 supergods bénéficie d'une conception visuelle élaborée sans être complexe, imposante sans tomber dans les poncifs des superhéros. Ces qualités visuelles font que les images arrivent à porter cette narration rapportée par un tiers, et à conserver l'intérêt du lecteur malgré un degré de réalisme légèrement insuffisant.

L'intention de Warren Ellis est donc de mêler la course à l'armement avec le concept du surhomme, en amalgamant ces plus qu'humains à la soif de spiritualité de l'humanité. Le personnage de Simon Reddin fournit l'ancrage nécessaire pour avoir un point de vue humain sur la naissance et les actions de ces entités déjà étrangères à l'humanité. Évidemment il y a des effluves de créature échappant à son créateur, mais Ellis n'insiste pas sur cet aspect. Ce qui l'intéresse, c'est de concevoir comment vont agir ces supergods, quels seront leurs objectifs, quelle sera la place de l'humanité dans leurs desseins. Finalement leur assimilation à des forces de la nature, ou à des manifestations d'essence divine a du mal à tenir la route car l'aspect spirituel est superficiel, et l'aspect religieux est restreint et peu convaincant. Il reste un récit d'anticipation de type apocalyptique dont l'issue est pleine de suspense malgré la situation catastrophique de Simon Reddin, le narrateur. Il reste un récit très original dans sa forme, raconté par un tiers.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Et si..., 13 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supergod (Broché)
Et si les super héros n'avait jamais été là pour nous sauver... Et si on ne les avait même jamais considérés de cette façon... Et si on avait juste imaginé les armes les plus terribles de tous les temps...

J'ai passer un excellent moment et les dessins sont à la hauteur du scénario.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 quand les dieux se reveillent, 24 avril 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supergod (Broché)
J'attendais avec impatience cette troisième manière d'aborder le sujet des super-heros par Warren Ellis.
Première déception, le dessinateur n'est pas le même que pour les "Black summer" et "No hero". Le récit en pâtit beaucoup, le duo magique de Black Summer et No Hero n'existe plus.
Ensuite c'est lent , très lent. De plus c'est assez gore par moment. Et donc encore une fois, ce livre n'est pas pour tout public. Ellis aurait pu montrer plus de super-héros. Un chapitre supplémentaire consacré aux heros dans leur globalité aurait permis de connaître mieux cette Terre. Cela aurait pu être sympa. (Longueur ne veut pas dire forcément lenteur).
Malgré tout l'histoire tient la route, avec notamment le rôle important du narrateur (à qui l'on s'attache forcément). Mais c'est sans doute le récit de trop pour Warren Ellis sur ce sujet.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 5) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 oui mais bon..., 19 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supergod (Broché)
Ce n'est pour moi pas le meilleur de la série de W. Ellis sur les Super Héros (No Hero et Black Summer) mais il y a quand même des bonnes idées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Supergod
Supergod de Warren Ellis (Broché - 30 mai 2011)
EUR 15,20
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit