Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Visite A Domicile
Un an d'attente ! Les éditions Milady n'avaient donc pas mis la clé sous la porte ! Voici donc en format cartonné ( mais sans lettre d'excuses...) le quatrième tome des mésaventures de la famille Locke qui ,après la mort violente de son père, cherche le repos sur une île nommée ... Lovecraft . On va imaginer que...
Publié il y a 18 mois par Bruce Tringale

versus
3 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Bye bye Milady...
Vu en magasin hier. Heureus sur le coup de voir que la parution reprend. Mais un gros hic : Pour des raisons certainement financières (cela permet de vendre ce tome à quasiment 20€...), Milady a décidé d'abandonner le format qu'ils avaient initié, et passent à une édition cartonnée! Je suis peut être un peu...
Publié il y a 18 mois par Fumukan


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Visite A Domicile, 22 mars 2013
Par 
Bruce Tringale (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume (Broché)
Un an d'attente ! Les éditions Milady n'avaient donc pas mis la clé sous la porte ! Voici donc en format cartonné ( mais sans lettre d'excuses...) le quatrième tome des mésaventures de la famille Locke qui ,après la mort violente de son père, cherche le repos sur une île nommée ... Lovecraft . On va imaginer que toute la famille est nulle en littérature et n' a jamais écouté Metallica ...

Bref , a ce stade , Joe Hill continue de montrer qu'il sait parfaitement où il va et offre , à mon sens , le meilleur épisode de la série . Peut être , êtes vous comme moi , un petit peu perdu sur le nombre de clés et qui les possède . Peut être même que les affrontements entre Kinsey , Tyler et Bode vs Dodge commencent à vous sembler répétitifs .

Qu'à cela ne tienne , Joe Hill en a bien conscience et va se permettre des libertés audacieuses avec son récit . C'est ainsi qu'il alterne dans la première histoire le point de vue de l'auteur avec celui du petit Bode pour une histoire lorgnant entre Calvin et Hobbes et Pierre et le Loup . Lorsque vous relirez cette histoire sitôt après l'avoir fini tellement c'était bon , vous verrez que l'indice que Tyler décèle à la fin sur l'identité de leur agresseur y était dès le début .

Et puis cette idée géniale : plutôt que de perdre du temps dans sa narration au risque de lasser le lecteur , Hill raconte la découverte de trois nouvelles clés sous la forme de Zapping : il détaille presque jour par jour les évènements marquants de la famille Locke au mois de février . Les personnages sont privilégiés à l'action , les attaques de Dodge résumées à trois cases muettes .

Hill parvient ici à un résultat admirable : tout d'abord ces séquences rappellent l'héroïsme des trois enfants constamment agressés à domicile qui parviennent constamment à survivre et poursuivre un semblant de vie normale . D'autre part , elles montrent que l'horreur s'est finalement intégrée dans leur quotidien quitte à la banaliser . Kinsey et Tyler vont payer le prix fort de leur relation sociale en imaginant que leurs amis sont capables de partager leurs secrets .

Enfin l'effet comique est irrésistible : il faut voir Bode , le visage lacéré par l'attaque de la veille déclarer qu'il a été attaqué par un chat ou voir ce petit garrçon se transformer l'espace d'une séquence en Musclor pour sauver ses frères .

Après avoir établi les personnalités de ses héros de manière magistrale , Hill alors que la série amorce sa conclusion continue de travailler ses seconds rôles . Il dédie un épisode très émouvant à l'adorable Rufus , "l'attardé" . En nous mettant dans la tête de l'enfant qui va être confronté aux fantôme de Sam Lesser puis de Dodge , Hill écrit un superbe plaidoyer sur la différence amorcé un épisode plus tôt avec la critique du traitements des noirs dans la société américaine .

Hill crée un fort sentiment d'empathie envers Rufus qui a tout compris aux menaces de la maison Locke , que personne ne croie du fait de son handicap et reste seul dans sa terreur . A la fois victime du méchant de l'histoire et des préjugés , Hill donne envie de voler au secours de ce petit garçon qui vole la vedette à l'ensemble des personnages d'une série pourtant riche en caractères ! .

Rodriguez s'avère le binôme indispensable de cette histoire . Alors que ses collègues de Dc/ Marvel travaillent à la chaîne , il réussit à fournir des planches homogènes , qui n'ont jamais l'air de souffrir des délais éditoriaux . Les personnages continuent d'évoluer dans des décors crédibles et détaillés : les bois , un asile psychiatrique et la maison Locke dont il livre les plans . Non content de cela , il insère des petits détails irrésistibles : il parodie Calvin et Hobbes , GI Joe , rend un hommage à Blake et Mortimer , fait porter à un personnage le Tee Shirt du groupe français Magma ! Regardez bien aussi les noms des patients internés dans l''asile : G . Ennis ! T . Gilliam et N . Adams !

Enfin , nous avons vu que Hill marchait sur les plates bandes de ce que fit la renommées des Xmen : l'éloge de la différence et de la tolérance via le fantastique. Et comme il n'existe pas de hasard , les vieux briscards qui connaissent leurs mutants sur le bout de doigts apprécieront le superbe clin d'oeil que leur adresse les auteurs.
La grilfriend de Tyler s'adresse à lui en insultant un professeur qui l'a collé . La pose , le langage corporel , le décor dans la neige sont les mêmes que Kitty Pryde dans une fameuse séquence dessinée par Paul Smith où elle déclarait " Professeur Xavier is a Jerk !" . Évolution des moeurs oblige , Jordan met beaucoup plus de jurons . J'ai mis cette image en lien sur mon profil pour les amateurs de littérature comparée .

Avec cette quatrième Arc Hill et Rodriguez continuent d'offrir à leurs lecteurs de la littérature en bande dessinées avec un sens du plaisir de lecture inégalable .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 De plus en plus oppressant, de plus en plus intéressant, 11 novembre 2013
Par 
Biggy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume (Broché)
Le manoir Keyhouse s’est transformé en champ de bataille.
Les enfants Locke découvrent toujours plus de clés magiques dissimulées dans leur ancienne demeure, attisant sans relâche la convoitise du sinistre Lucas Caravaggio.
Et si la vie semble continuer malgré tout à Lovecraft, un fantôme du passé ne va pas tarder à faire resurgir de vieux souvenirs familiaux. Le mystère qui entoure leur père pourrait bien être enfin dévoilé.
A condition que les forces démoniaques ne s’y opposent pas…

« Les clés du royaume » ! Voilà un titre parfaitement bien choisi ! Des clés on va en voir défiler un paquet, en plus de celles que nous connaissions déjà. Une clé pour se transformer en animaux (avec une scène poilante avec Bode, cherchant à deviner quel sera son animal totem), une clé pour changer de couleur de peau (avec une petite réflexion bien placée sur le racisme), une clé contrôlant une boîte à musique contrôlant les gens qui l’écoute, une clé pour avoir des ailes ou encore une clé pour devenir fort comme Hercule.
Comme à chaque fois, Joe Hill laisse libre court à son imagination débordante, nous offrant des clés toutes plus farfelues les unes que les autres. Cela faisant place à des scènes délirantes et toujours magnifiquement belles grâce à Gabriel Rodriguez.

Gabriel Rodriguez qui semble encore avoir passé un palier avec ce tome. Ses personnages sont toujours plus beaux, plus magnifiques, évoluant dans des décors réalistes, crédibles et toujours empreint de l’atmosphère qui s’y rattache. Sombre, oppressant, on navigue dans des endroits peu rassurants et on le ressent.
En plus, on peut voir de très nombreux clins d’œil dans ce volume. Les patients de l’hôpital psychiatrique : N. Adams, G. Ennis, G. Jones ou T. Gilliam ! Le premier épisode est un hommage à Calvin et Hobbes, plus des petits clins d’œil à GI Joe ou Blake et Mortimer. Il nous éclabousse de son talent.

Alors oui, on pourrait se dire que les affrontements entre la fratrie Locke et l’effroyable Lucas Caravaggio sont un peu répétitifs et l’on s’y perd un tout petit peu avec toutes ces clés et leurs propriétaires. Il n’empêche que ce tome est une pure merveille et l’on saute avec plaisir, les deux pieds dedans. Et si Lucas nous semble toujours aussi froid, toujours aussi méchant, toujours aussi dangereux, il n’en reste pas moins qu’il a également des loupés. Il est en effet très difficile de réussir à agir comme il le fait, à manipuler tant de monde sans que quelqu’un le reconnaisse. Cela lui arrive depuis le début en fait. Mais là l’étau se resserre et les gens qui vont le démasquer sont toujours plus nombreux… Il va se retrouver acculé, et davantage mis en danger à cause de… d’un fantôme.

Les enfants Locke sont encore magnifiquement bien travaillés par Joe Hill. Nous offrant un travail en profondeur sur la psyché de ces trois gamins d’une admirable perfection. Il est rare de voir un tel travail, et un tel cheminement sur la psyché de trois personnages principaux.
Tyler va commencer à s’effriter peu à peu, ayant de plus en plus de mal à garder les vannes fermées, le rendant plus irascible, plus dangereux même peut-être. Mais surtout cela lui permettant d’ouvrir les yeux.
Kinsey qui ne ressent toujours plus la peur et la tristesse cherche désespérément à se rattacher à d’autres gens, et n’ayant plus d’inhibition et lâche un peu trop facilement son secret.
Et enfin, Bode, toujours aussi poilant, ce petit est tellement attachant, tellement drôle (la scène avec sa mère pour expliquer les griffures au visage est juste désopilante). Mais malgré son apparente neutralité, il va s’avérer être un personnage vraiment central de la série de Joe Hill, et va l’être davantage pour les tomes suivants.
Les personnages secondaires de Joe Hill ont toujours été de formidables moteurs émotionnels, mais le petit Rufus dans ce tome récolte la palme. On a envie d’aller l’aider, de le prendre dans notre bras. Il a tout compris à ce qui se passe dans la maison des Locke. Il a compris qui était Zack/Lucas, mais personne ne l’écoute ou ne le prend au sérieux de par son handicap mental. Du coup, il reste seul dans sa peur et sa tristesse sans la moindre personne à qui se rattacher.

Joe Hill nous tient en haleine tout au long de notre lecture, et plus nous avançons, plus les rebondissements se font surprenants, brusques et rapprochés ! Le récit s’emballe et on ne peut qu’admirer le courage des enfants Locke, qui combattent des choses qu’ils ne comprennent pas forcément mais qui réussissent à maintenir un semblant de vie normale. La force de Joe Hill est de réussir à rendre cela crédible.
On perd un peu côté horreur mais pour mieux gagner côté suspense, côté angoisse. On se bouffe les doigts de stress, on a peur pour les enfants Locke tellement on frissonne à l’idée de ce qui pourrait leur arriver, et Lucas nous fait bien regarder partout après notre lecture avant d’éteindre la lumière de notre chambre.

Petit mot également sur les différents chapitres, où Joe Hill et Gabriel Rodriguez nous montrent à quel point ils se sont bien trouvés. Un épisode hommage à Calvin et Hobbes comme je l’ai déjà dit avec une superbe mise en page, mais aussi le chapitre « Février » monter sous la forme d’un jour : une case ou une page. Cela donne un rythme endiablé au chapitre, et nous permet d’assimiler beaucoup d’informations en un court laps de temps. Comme si l’on tournait les pages d’une éphéméride.
Ajoutons à cela de belles et touchantes réflexions sur le racisme et sur l’isolement à cause d’un handicape et on obtient une richesse de lecture absolument ahurissante.

Bref, un tome absolument jouissif ! Lucas Caravaggio est toujours aussi dangereux, aussi effrayant mais il lui aussi est capable de se retrouver du côté des proies. Joe Hill crée un véritable lien entre ses personnages entre eux, et entre ses personnages et nous.
L’histoire est véritablement lancé, les premiers coups sont donnés, mais maintenant tous nos personnages sont sur un pied d’égalité et on ne peut s’empêcher de trembler pour les enfants Locke…
Un véritable plaisir à lire et à regarder !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 On n'a pas de Pétrole mais on a des Idées..., 24 mars 2013
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume (Broché)
"Les Clés Du Royaume" est le quatrième tome (sur six) consacré à la série hautement singulière de Joe Hill et Gabriel Rodriguez. Attention, il s'agit d'une série à suivre. Aucun tome n'est dissociable de la totalité de l'histoire.

Enfin ! Après avoir attendu toute une année, voici que les éditions Milady reprennent la publication de l'une des plus originales et envoutantes séries du monde des comics ! A noter que pour l'occasion, l'éditeur transforme sa collection et passe à la couverture cartonnée, rééditant de ce fait les trois premiers tomes dans ce tout nouveau format...

Enfin ! La promesse du titre porté par le premier tome, Bienvenue à Lovecraft, prend définitivement son envol !
De ce fait, il est possible de ressentir une très légère déception : En effet, le fait que l'intrigue de la série se rapproche à ce point des nouvelles d'H. P. Lovecraft (non non ! je ne vous dévoilerai pas le pitch, pas question de ruiner tout le suspense !) pourrait nous faire dire : "Bon, en fait c'était moins original que ce que l'on croyait". Mais c'est alors que l'on doit se souvenir du vieil adage : "Il n'existe pas plus de dix histoires à raconter. Mais une infinité de manières de le faire"... Et c'est à présent que Joe Hill & Gabriel Rodriguez vont tirer leur épingle du jeu...

Dès le premier épisode, la mise en forme du récit est d'une extraordinaire inventivité. Les événements qui s'enchaînent changent de style pictural selon que nous les voyons du point de vue de l'enfant ("Bode", qui voit le monde comme dans Calvin et Hobbes) ou des adultes. Chaque planche est découpée de manière conceptuelle, avec des éléments qui agissent dans l'esprit du lecteur comme un écho, l'aidant ainsi à assembler les pièces du puzzle au fur et à mesure.
Par la suite, les effets spéciaux et autres trouvailles narratives vont se succéder avec une vertigineuse férocité créatrice : Un mois de février raconté jour après jour sous la forme d'une série de scénettes alignées comme dans un montage télévisuel ; les luttes de la famille "Locke" avec leur ennemie la "Dame Noire" réduites, à chaque fois et de manière chronique, à une seule planche patchwork d'une très grande force illustrative, effet unique qui permet au lecteur de comprendre le dénouement de l'histoire par simple effort de mémoire sur une seule image ! Chaque image servant également à identifier une clé et à expliquer ses pouvoirs, pour une reconstitution parfaitement limpide du puzzle lors d'un dénouement épileptique ! Et pour terminer, un épisode entier tournant autour d'un enfant trisomique et d'un fantôme, comme un appel à la tolérance et à la solitude, beau à pleurer, mêlant l'esprit irrationnel du premier avec l'apparence diaphane du deuxième !
Une incroyable succession de trouvailles narratives, ponctuées d'un humour unique et irrésistible, et servies par une série de vignettes à la personnalité graphique particulièrement forte !

C'est ainsi que Joe Hill, le scénariste, nous impressionne avec son récit maitrisé de bout en bout, qu'il parvient à nous raconter d'une manière novatrice absolue, non sans un sens extrême du suspense et des rebondissements ! Par ailleurs, sa caractérisation des personnages ne cesse de s'épaissir, achevant de faire de "Locke & Key", non pas une simple série fantastique, mais avant tout un drame humain aux résonnances universelles. Et de conférer au récit, tels les contes d'antan, un pouvoir métaphorique sur les différents âges de la vie...
Et c'est ainsi que Gabriel Rodriguez, le dessinateur, parvient à servir le propos dans une alchimie miraculeuse entre les méandres nébuleuses d'une dimension fantastique et onirique, et le parti-pris graphique d'un style complètement figuratif et frontal, un peu enfantin, dans le plus pur esprit de la ligne claire (non sans une superbe utilisation des effets spéciaux virtuels modernes) !
Assurément une des grandes séries graphiques de son temps.

A noter que mon commentaire vient à la suite de ceux des amis Bruce et Presence, qui ne m'auront pas laissé grand chose à ajouter...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume, 4 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume (Broché)
Comme pour les 3 autres tomes, celui-ci est un pur bonheur de lecture ! Je suis totalement fan de Locke & Key ! L'histoire tient en haleine et je trouve qu'elle fait un grand bon en avant par rapport à ce qui se passe. Je me demande comment l'histoire va continuer et j'ai hâte lire la suite!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Suspense, horreur, émotion, surnaturel, amitié, surprise... : tout y est, tout est parfait., 22 juin 2012
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume (Broché)
Ce tome est le quatrième de la série ; il contient les 6 épisodes de la minisérie publiée en 2011. Il faut impérativement avoir lu les 3 autres tomes avant, à savoir (1) Bienvenue à Lovecraft, (2) Casse Tête et (3) La couronne des ombres.

Bode Locke a du mal à se faire des amis dans sa classe. La maîtresse convoque sa mère pour en parler. Tyler continue à garder le secret sur l'endroit où il a caché la clef Omega. L'insouciance de Kinsey perdure. Zack Wells entretient des relations complexes et ambigües avec Kinsey et Tyler. Bode trouve et utilise la clef des animaux. Tyler et Kinsey se font attaquer par des loups dans l'étendue sauvage qui entoure le manoir. Erin Voss apparaît dans l'histoire (son nom figurait sur la paroi de la grotte sous-marine. Bode découvre une autre clef. L'équipe de Tyler perd un match de hockey sur glace. Jamal Saturday et Scot Kavanaugh continuent de fréquenter Kinsey. Rufus joue à la guerre avec Bode. Duncan Locke assiste à la reprise de conscience de Brian Rogan à l'hôpital. Dodge intensifie ses attaques pour récupérer la clef Omega.

Merveilleux ! Joe Hill et Gabriel Rodriguez n'ont pas perdu la main. Ils continuent de dévoiler de nouvelles clefs (6 dans ce tome), ainsi que quelques mystères du passé, petit à petit, tout en faisant évoluer les relations entre les protagonistes, et la personnalité de chacun. Chacun des 3 enfants de la famille Bode devient plus complexe, plus attachant, plus incarné. La modification de la personnalité effectuée sur Kinsey à sa demande dans le tome 2 continue de produire des moments exceptionnels d'émotion. Son caractère particulier permet à Joe Hill d'éviter les atermoiements émotionnels spécifiques à l'adolescence, pour des résolutions simples de situations chargées en affect. Il ne s'agit cependant pas d'un truc artificiel pour contourner l'obstacle narratif, ou pour faciliter le travail du scénariste. Hill prend au contraire toute la mesure de ces traits de caractère et les exploite de manière intelligente et sensible. Le tout aboutit à un personnage à la séduction duquel il est impossible de résister.

Tyler Bode n'est pas en reste car Joe Hill le fait évoluer en douceur en prenant en compte les expériences vécues par Tyler dans les tomes précédents. C'est un grand plaisir de lecteur que de constater que Joe Hill sait où il va; qu'il a une fin de prévue pour cette série, et que les personnages évoluent au fil des épisodes, plutôt que de rester figés dans un statu quo tiède. Tyler commence à sortir de cette phase où il encaissait coup dur sur coup dur, pour prendre un peu de recul. Joe Hill montre un individu qui apprend à se connaître lui-même, sans tomber dans un flux introspectif, uniquement grâce aux dialogues rigoureux.

Il est hors de question d'oublier l'individu le plus sain de la famille : le jeune Bode Locke. Ce jeune enfant apprécie chaque occurrence merveilleuse comme elle vient, sans intellectualiser les choses. S'il subsiste bien des moments où son comportement ne semble pas complètement réaliste pour un enfant de son âge, Joe Hill réussit à décrire un jeune garçon avec une justesse impressionnante dans le monde des comics, et même de la bande dessinée. Le premier épisode est exceptionnel : Bode a trouvé le moyen de se transformer en moineau et les auteurs racontent son vol à la manière de Bill Watterson pour Calvin et Hobbes.

Gabriel Rodriguez fait à nouveau des merveilles en rendant hommage au style de Bill Watterson sans le reproduire servilement. Il intègre parfaitement le sentiment d'innocence et de fraîcheur propre aux aventures de Calvin, tout en assurant une continuité graphique avec le monde réel de "Locke & Key". Ce premier épisode n'est d'ailleurs pas le seul dans lequel Hill et Rodriguez utilisent une approche différente, évitant de s'installer dans un ronron efficace, mais prévisible. Le deuxième épisode s'attaque à la question du racisme ordinaire et passif, sans tomber dans le prêche primaire, à la fois grâce à l'utilisation d'une nouvelle clef, et aux illustrations qui évitent le piège d'insister lourdement sur ce qui est montré, qui évitent d'appuyer les effets dramatiques.

À nouveau, Gabriel Rodriguez impressionne par ses mises en page efficaces et inventives, par sa capacité à tout savoir dessiner, par son contrôle du dosage de l'intensité. Lorsqu'il dessine un loup, il le place à mi-chemin entre une vision naturaliste, et une vision de conte (avec l'empreinte discrète de la clef dans sa fourrure). Les 2 employés racistes de l'asile sont d'une vulgarité ordinaire bien dosée, avec une apparence distincte pour l'un comme pour l'autre, rendue plus particulière par un tatouage tribal bien placé. Dans le troisième épisode, le scénario de Joe Hill repose sur 28 courtes saynètes, une pour chaque jour du mois de février. Chaque utilisation de clef est synthétisée en une image au fort pouvoir onirique, un véritable enchantement visuel. Dans le quatrième épisode, il travaille en étroite collaboration avec Jay Fotos (le metteur en couleurs) pour donner une apparence sophistiquée à une apparition spectrale. Et l'affrontement d'escrime de l'épisode 5 reproduit exactement l'agilité surnaturelle de Zack Wells.

Avec ce tome, Joe Hill et Gabriel Rodriguez continuent de développer leurs personnages, tout en révélant quelques pièces supplémentaires du passé, et en faisant évoluer les relations complexes entre les uns et les autres. Les 3 enfants de la famille Locke continuent de gagner en richesse humaine, en personnalité et en pouvoir d'empathie. En prime, Hill et Rodriguez se paient le luxe d'utiliser des formes de narration différentes pour un résultat toujours parfait.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Bye bye Milady..., 22 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume (Broché)
Vu en magasin hier. Heureus sur le coup de voir que la parution reprend. Mais un gros hic : Pour des raisons certainement financières (cela permet de vendre ce tome à quasiment 20€...), Milady a décidé d'abandonner le format qu'ils avaient initié, et passent à une édition cartonnée! Je suis peut être un peu maniaque, mais lorsque je démarre une collection je ne supporte pas des changements comme celui là. A vouloir se faire du fric, ils ne respectent pas l'acheteur. Je boycotte et passe à la VO.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume
Locke & Key, T4 : les Cles du Royaume de Hill Joe (Broché - 22 mars 2013)
EUR 19,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit