Commentaires en ligne


 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


35 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 « J'écris ce livre pour ne pas abonder dans mon sens »
« J'écris ce livre pour ne pas abonder dans mon sens », cette phrase que le lecteur découvre abasourdi après avoir dévoré un bon tiers du livre d'Emmanuel Carrère est sans doute celle qui peut, en quelque sorte, résumer le mieux l'esprit dans lequel a été écrit « Le Royaume », par un ancien...
Publié il y a 10 mois par Semper Victor

versus
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Extrême déception et sentiment de tromperie
Ce livre m'a fait l'effet d'une douche froide. Vous voyez ce sentiment que vous avez quand vous entrez dans une salle de cinéma et qu'au début d'un film vous vous demandez si vous ne vous êtes pas trompés de salle, tant le film ne ressemble en rien à ce que vous imaginiez ? Eh bien j'ai eu ce même sentiment de tromperie sur la marchandise...
Publié il y a 1 mois par Nefertari


‹ Précédent | 1 215 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

35 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 « J'écris ce livre pour ne pas abonder dans mon sens », 19 septembre 2014
Par 
Semper Victor "FB" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
« J'écris ce livre pour ne pas abonder dans mon sens », cette phrase que le lecteur découvre abasourdi après avoir dévoré un bon tiers du livre d'Emmanuel Carrère est sans doute celle qui peut, en quelque sorte, résumer le mieux l'esprit dans lequel a été écrit « Le Royaume », par un ancien chrétien, plus que jamais intéressé par l'étude du message évangélique.

Essai, roman, enquête ? A la fin des 630 pages de ce livre magnifiquement construit et écrit, c'est du côté du roman que leur lecture me fait pencher. Roman autobiographique d'Emmanuel Carrère, roman historique sur Saint Luc, roman sur l'aventure du premier siècle du Christianisme et sur sa postérité contemporaine, et plus encore roman sur la porte si étroite par laquelle les hommes peuvent envisager d'accéder au Royaume : « ...et il te conduira là où tu ne voulais pas aller ».

Sur le fond, l'ouvrage de Carrère énervera à tour de rôle croyants et non croyants, tout autant qu'il les ravira quelques pages plus loin. In fine il fascinera par sa sincérité évidente, son aspiration ardente à la fidélité et sa révérence à ce qui est amour. Il ne s'agit pas d'un plaidoyer, ni d'une thèse. L'auteur, dans son introspection et son enquête, décortique sans jamais désenchanter, démythifie sans blesser, affirme ou informe avec toutes les précautions qu'inspire une parfaite honnêteté intellectuelle. Il parle aussi tendrement de ceux - marraine, amis, femmes ou personnes recentrées fortuitement - qui l'on accompagner dans son Odyssée (une autre des références préférées de Carrère, avec le Bouddhisme).

L'auteur illustre son propos par de nombreuses comparaisons savoureuses et drôles, bien que peut-être un peu trop souvent inspirée par l'histoire du communisme, qui rendent son texte percutant et imagé. Il apparaît aussi que Carrère admire d'autant plus Saint Luc qu'il semble le comprendre au point de pouvoir, en toute liberté et humilité, imaginer ce qu'il ne sait pas de lui, puis s'identifier à lui. Et c'est là que « Le Royaume » devient particulièrement attachant, en naviguant entre deux enquêtes, celle sur Luc pour rédiger son Evangile qui permet par ricochet de décrypter celle de la genèse du « Royaume » par Carrère lui-même. La question n'est pourtant pas de savoir si Carrère à raison ou pas lorsqu'il attribue la Lettre de Jacques à Saint Luc ou lorsque sa recherche le conduit, après bien d'autres, jusqu'à la fameuse source Q, les 250 versets qui, lorsqu'on les lit, résonnent littéralement du son de la voix de Jésus, de son phrasé si particulier et de ses enseignements sans équivalent. Ce qui compte ce sont les raisons pour lesquelles il emprunte ce chemin et dans quel but.

En restituant parfaitement ce que l'on peut savoir du Ier siècle apr. J.-C., au travers de ses héros, mais aussi par l'intermédiaire d'auteurs latins comme Martial, juifs comme Flavius Josèphe et grecs, l'auteur donne une dimension particulièrement vivante à son texte. On s'y croirait et c'est là l'effet d'une écriture savamment élaborée. L'ordonnancement du livre et de son « scénario » impressionne par sa maturité, pour aboutir dans l'épilogue à une remarquable simplicité. « Le Royaume » parvient à rester de ce point de vue la vision d'un homme, l'émanation de sa perception des choses, puisée dans l'observation d'un simple sourire comme dans la consultation des livres d'une bibliothèque trop pleine de textes érudits. Entre ces deux sources, l'auteur semble finalement avoir fait son choix, paradoxal mais logique. Toute enquête sur un autre est avant tout une quête de soi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Globalement positif, 13 janvier 2015
Par 
O. Dominique (Nice, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
Indiscutablement une réussite. Carrère mène l'enquête sur les débuts du christianisme, la rupture avec le judaïsme, les pérégrinations de Paul, la rédaction de l'Evangile de Luc, les démêlés avec Rome, etc... On apprend, ou ré-apprend, un tas de choses.
Mais c'est aussi une enquête sur lui-même, sur son rapport à la foi, sur ce que veut dire être chrétien aujourd'hui; cet examen, il le mène avec sincérité, humour, respect des ambiguïtés et de la complexité, à la fois des choses et de ses propres sentiments.
Tout juste ai-je été un peu agacé par un certain nombrilisme et contentement de soi qui, parfois, affleure; on voit bien que Carrère est intelligent, pourquoi éprouve-t-il le besoin de nous le dire 5 ou 6 fois dans le livre?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


126 internautes sur 145 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "La meilleure position pour écrire l'histoire d'une religion, c'est d'y avoir cru et de ne plus y croire", 29 août 2014
Par 
Darkman43 "Je commente, donc je suis" (Bordeaux) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
Que dire du "Royaume"? C'est un livre riche, très riche (un "péplum" comme son auteur le décrit lui-même). Beaucoup d'informations pour le moins variées, sur des thèmes parfois franchement opposés.
Alors c'est l'histoire du début du christianisme, quand Jésus est mort puis ressuscité, mais finalement plus là, et que ce sont ses disciples, ou même des gens qui ne l'ont pas connu de son vivant (Paul notamment) qui prêchent en son nom et établissent des églises un peu partout autour de la Méditerranée. Mais ce n'est pas que ça, c'est même loin d'être aussi simple.
C'est aussi une confidence sur ces quelques années durant lesquelles Emmanuel Carrère a cru. Il a été chrétien, il a passé des matinées à commenter dans des cahiers les Évangiles, il a fait baptiser son fils, et il s'est intéressé de manière approfondie aux mystères de chrétienté. Et en fait, ce livre vient de là, de cette période d'il y a vingt ans, qu'il avait préféré enfouir et oublier.
Mais c'est encore plus que ça, puisqu'Emmanuel Carrère n'est plus croyant aujourd'hui, et qu'il expose clairement dans son livre que sa démarche est avant tout celle d'un enquêteur soucieux de rétablir la vérité historique, plutôt que celle d'un croyant cherchant à convertir ses lecteurs. Il s'appuie notamment sur la démarche d'Ernest Renan et sa "Vie de Jésus" dans laquelle il essaye de rendre compte, en toute objectivité, de la Vie de Jésus de Nazareth, en tant qu'homme plutôt qu'en tant que Messie. Ici finalement, c'est pareil, Emmanuel Carrère nous restitue les péripéthies de Luc, auteur d'un des quatre Evangiles qui sont la base même de la chrétienté, depuis sa rencontre avec Paul, jusqu'à sa décision de prendre la plume pour raconter tout ça, Jésus, le Temple de Jérusalem, la guerre de clans entre les premiers chrétiens, la propagation jusqu'à Rome, la traque organisée par Néron après l'incendie, le massacre des chrétiens puis des juifs, bref tout ce qu'on connait peu et mal, et qui finalement a permis à cette aberrante histoire de résurrection de devenir la religion la plus pratiquée dans le monde pendant des siècles et de perdurer aujourd'hui encore.
Mais tout cela ne vous donne pas mon avis sur le livre. Et là aussi c'est compliqué.
D'une manière générale, j'ai aimé ce livre, plus spécifiquement, j'ai préféré certains passages à d'autres. Emmanuel Carrère nous époustoufle par sa connaissance des textes bibliques, mais aussi des ouvrages qui gravitent autour de ces textes, et qui servent aussi de base à son roman. Il nous touche par la confiance qu'il nous accorde en nous dévoilant cette partie étrange de sa vie où il s'est mis à croire de manière compulsive en Dieu. Il nous fait réfléchir aussi, on nous présentant la vérité historique, et ses propres hypothèses, en nous montrant que notre monde est tel qu'il est aujourd'hui grâce (ou à cause) d'infimes détails, petits moments de l'histoire où tout aurait pu être interprété différemment, relaté différemment, où certaines actions auraient pu se dérouler d'une autre manière. Pourquoi a-t-on fait circuler le bruit d'une résurrection après avoir retrouvé le tombeau de Jésus vide? Et si les Romains avaient fait disparaitre le corps justement pour empêcher le développement d'un culte autour de cet homme, mort d'une manière atroce, condamné par Ponce Pilate, probablement sous l'influence du tribunal juif d'Israël? Tout reste bien sûr à l'état d'hypothèse, mais tout de même, ça fait réfléchir.
Mais par ailleurs, Emmanuel Carrère trouve un juste milieu, comme dans ses livres précédents, entre le récit informatif et l'autobiographie. Et finalement le mélange des deux est vraiment passionnant, puisqu'on retrouve dans ce récit d'une autre époque, d'un autre âge des références toutes contemporaines (notamment le parallèle entre la secte juive de l'époque et le Politburo soviétique). Et aussi parce qu'on assiste, au cours de ces 630 pages, à la progressive transformation de l'auteur, qui parvient finalement à être en accord avec cette période de sa vie où il a été si différent de lui-même et si versé dans la religion. Et c'est ça que j'ai finalement trouvé le plus beau, au-delà des considérations historiques, et des questionnements philosophiques et théologiques.
Un nouvel ouvrage de Carrère qui ne déçoit pas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


60 internautes sur 69 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Royaume, 11 septembre 2014
Par 
RAS - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
Ce livre porte sur les premières cinquante années du christianisme. Emmanuel Carrère a réalisé une passionnante enquête sur les premiers disciples du Christ, notamment sur les quatre évangélistes et les groupes qu'ils ont formés. Ou comment le message du Christ est retraduit, mis en forme, diffusé dans les premières communautés autour de la Méditerranée. On assiste aux différentes stratégies de recrutement des premiers disciples, les rivalités et les alliances, les péripéties de ces grands voyageurs que sont les évangélistes, tout est décrit dans les moindres détails. Souvent, Carrère imagine comment cela aurait pu se passer, faute de documents ou de documents assez précis, mais quand il invente il a l'honnêteté de le dire. Avec toujours des comparaisons avec des évènements ou des acteurs de l'époque contemporaine (Ben Laden, Lénine, Trotski, Staline) qui, tout en évitant les anachronismes, permettent de faire comprendre ces évènements vieux de 20 siècles mais qui ont contribué à façonner notre Histoire. Certes, des livres plus compétents, plus érudits, ont été écrits sur le sujet. J'ai essayé d'en lire l'un ou l'autre, mais ces ouvrages me sont tombés de la main après quelques pages. Ce gros livre-ci, je l'ai dévoré du début à la fin. Une évocation extraordinaire de ce qu'a pu être l'ambiance et la vie de l'époque, on croirait y être.
Mais avant ça nous avons droit au compte rendu de la conversion et des trois années de christianisme d'Emmanuel Carrère lui-même, dont il fait une analyse assez fascinante. Surtout qu'il a rempli à l'époque une vingtaine de cahiers de commentaires de la bible, conservés dans une armoire, et qui lui permettent de passer en revue ces années à partir du matériel d'époque. Le ton est distancié et quelque peu étonné : il découvre la volonté de "croire" à tout prix, en excluant même les racines de sa foi de la psychanalyse qu'il entreprend, la conviction que c'est le caractère contre-intuitif de ses croyances qui est l'indice de leur vérité, les pratiques religieuses assidues comme bouée de sauvetage face à la dépression. Mais c'est la réduction de la spiritualité à des croyances, si répandue dans le monde chrétien, qui caractérise surtout cette période de sa vie. Et les pratiques inspirées du bouddhisme et de l'hindouisme comme la méditation et le yoga qui l'amènent à une certaine réconciliation avec ce qu'a été l'aspiration de cette époque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


62 internautes sur 73 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dieu et la littérature, 1 septembre 2014
Par 
Client Amazon - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Format Kindle)
Le Royaume, bien sûr ... "Je te donnerai les clés du royaume des cieux" dit Jésus à Pierre dans l'évangile selon saint Matthieu. Celui qui ne connaît rien à la Bible, les Évangiles, saint Paul, les Juifs, Néron, saint Luc, la Source recueil des paroles de Jésus, et la résurrection aura un peu de mal à suivre au début, et ressortira de sa lecture beaucoup plus savant. Celui qui sait tout (par exemple un lecteur de la Vie de Jésus d'Ernest Renan (excellente édition gratuite pour le Kindle, ne vous en privez pas) se sentira un peu ébranlé dans sa certitude d'avoir compris. Celui qui aime la bonne littérature sera comblé. Le roman est construit par un professionnel: c'est la vie d'un écrivain (les jours ordinaires artisan en scénarios de feuilletons télévisés et autres ouvrages, mais pour qui seul un vrai livre est un travail noble) pendant qu'il écrit sur saint Paul, Luc, Pierre, et quelques autres qui croient que Jésus est ressuscité et construisent cette communauté humaine qui sera un jour l'Église catholique. Le lecteur devra être attentif à chaque phrase pour savoir à quel étage du discours il est: l'Histoire telle qu'on peut la tirer des textes, le roman des héros des origines du christianisme que l'écrivain est en train d'assembler avec son imagination, les pensées et souvenirs et projets de l'écrivain en train de travailler, qui a une femme, des amis, une santé physique et morale. Circonstance aggravante: un des héros du livre est lui aussi un écrivain en train d'écrire un roman à thèse (l'évangile selon saint Luc) après avoir terminé un honnête récit de ses années avec Paul, autre héros (les Actes des apôtres).

Pour le roman des temps évangéliques, Emmanuel Carrère n'est pas le premier, c'est un genre honoré (quand ça s'adresse aux enfants ça s'appelle l'Histoire sainte) et il ne prétend pas faire du neuf; et il réussit, l'histoire tient le lecteur jusqu'au bout. Pour l'étude de ce qu'on sait par les documents historiques, il ne prétend pas remplacer Renan (à qui il rend hommage et qu'il utilise comme s'il était dans son métier de scénariste); il se risque quand même à l'exégèse et démonte le travail d'illusion d'un confrère. Pour le roman de sa propre vie, il se peint en héros moderne tout à fait acceptable, qui cru en Dieu mais ne croit plus, qui essaie d'être bon époux, bon père et bon ami, à qui l'âge a apporté non pas la sérénité, mais l'acceptation de son sort pas si mauvais. Il n'y a pas de doute, il s'aime et voudrait que nous l'aimions; c'est agaçant par moment mais tellement meilleur pour l'âme du lecteur que s'il se plantait devant lui en déchet de l'humanité. Et les "vrais gens" du roman (son ami Hervé qui écrit sur le bouddhisme, son médecin, son épouse, la baby-sitter dingue, son agent, sa marraine, le père Xavier qui lui a prescrit d'écrire chaque jour sur un verset d'Évangile), on aimerait les rencontrer.

Mise en garde: ce n'est pas un ouvrage universitaire, c'est un roman. La "Vie de Jésus" de Renan est entourée d'un nuage de notes; la moindre affirmation renvoie aux textes originaux, aux historiens, aux exégètes qui ont travaillé avant, à la parole de ceux qui sont d'un autre avis. Emmanuel Carrère pourra être pris en flagrant délit de citation illusoire, de reconstruction hasardeuse et de pure imagination. Il prévient le lecteur, mais quelques pages plus loin le lecteur a oublié. Le lecteur sérieux (que je ne suis pas) devrait avoir à côté de lui un Nouveau Testament (plusieurs traductions de préférence) et une Bible annotée (la TOB, version Kindle disponible, moins cher que "Le Royaume"). Le lecteur de bonne volonté se contentera de lire avec attention. Non ce n'est pas un roman de plage, c'est un monde (le Royaume) dont on ne fait pas le tour en une fois. Je vais commencer à le lire une deuxième fois.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Sans intérêt, 20 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
Oufti !!! J’ai dû m’accrocher mais j’y suis arrivée … car il faut bien avouer que ce fut une épreuve que de terminer cette somme somme toute assommante … pour en sortir avec l’impression agaçante de ne pas en retirer grand-chose.

L’auteur se propose de percer le mystère de nos contemporains qui croient à la résurrection du Christ, c’est-à-dire à l’incroyable, plus de 20 siècles après l’événement et en dépit des progrès et de la suprématie de la raison dans notre quotidien. Eh bien, je dis objectif raté. Car c’est surtout une longue diarrhée de détails historiques, d’inventions pour combler les blancs (au moins l’auteur a l’honnêteté de le reconnaitre) et de digressions en tout genre. Avec, une fois le livre refermé, l’impression d’avoir assisté à un long déballage sans queue ni tête d’un auteur – certes cultivé – qui aime s’écouter parler et montrer qu’il sait. Il sait beaucoup de chose, certes, mais on passe à côté de l’essentiel, car on n’est toujours pas plus avancé sur les raisons des croyants tant dans le domaine psychique ou philosophique (mais y a-t-il seulement des raisons dans ce domaine ? peut-on vraiment « expliquer » cela ?) que dans le domaine historique.

Et puis au cours du livre, on apprend que non en fait l’objectif de Carrère est d’enquêter sur Luc et son évangile : en tant que romancier, Carrère veut en quelque sorte comprendre comment l’auteur s’y est pris, la raison d’un tel succès (c’est vrai qu’en terme de best-seller et meilleur vente sur les deux derniers millénaires difficile de faire mieux que la Bible, le Coran, les Evangiles … Cela a dû/doit sûrement laisser rêveur des générations entières d’éditeurs et d’écrivaillons). Oui, bof, là aussi je n’y trouve pas mon compte … Je préfère retourner à mes auteurs plus « classiques », plus discrets et beaucoup plus intéressants et enrichissants selon moi ….
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


32 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Pour qui sonne le gras, 26 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
Ancien catho, Emmanuel carrère a dévoré tous les livres (ou presque) sur l’époque de la naissance du Christianisme, de Flavius Joseph à Ernest Renan en passant par différentes traductions du nouveau testament. Son livre de 600 pages est le résultat de sa rumination c’est-à-dire une vulgarisation de l’histoire du 1er siècle de notre ère. Un écrivain n'est pas un historien, il peut romancer librement et ce que nous raconte Emmanuel Carrère n’est pas inintéressant. Si j’ai lu la 1ere moitié de son livre avec attention, j’ai eu du mal à le terminer car il part dans tous les sens, mêlant d’anecdotes personnelles et de digressions sa propre histoire et celle des apôtres.
Au final un livre un peu lourd à digérer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une enquête passionnante !, 2 mars 2015
Par 
M. Senacq (Belgique) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
J'ai énormément aimé ce livre, le premier que je lisais d'Emmanuel Carrère (mais ce ne sera pas le dernier).
L'auteur fait preuve d'une rare honnêteté intellectuelle, et surtout d'une grande érudition. Il a compulsé de nombreuses sources, parmi lesquelles la Bible bien sûr, dans plusieurs versions, et aussi les Actes des Apôtres et surtout les nombreuses lettres de Paul. Il a recoupé ses "sources" afin de nous livrer un récit "au plus proche" de ce qu'ont pu être les tout débuts de la chrétienté. Et le résultat c'est qu'on s'y croirait ! L'auteur, qui a été lui-même chrétien d'une façon très intense pendant trois années il y a plus de vingt ans, sait de quoi il parle et a du fait de son incroyance actuelle, un regard un peu décalé, une certaine distance par rapport à son sujet, qui sont très rafraîchissants. Le style est volontairement familier, non dépourvu d'humour, bref E.Carrère réussit ce tour de force de rendre saint Paul proche comme homme et même plutôt sympathique !

Surtout il nous replonge dans une histoire que nous croyons connaître, et nous donne envie de lire ou relire ces textes. Pour vérifier si leur message nous parviendra différemment maintenant, à travers les prismes du Paul et du Luc mis en scène au long de ces 600 et quelque pages... Ce livre n'est pas un roman, ne se veut pas oeuvre d'historien (ce que son auteur n'est pas), n'est pas non plus une exégèse savante de textes religieux : non, c'est tout cela à la fois, ce qui le rend si original et en fait tout l'intérêt.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 En quête de l'origine du Christianisme, 19 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
L'art d' Emmanuel Carrère est de saisir le lecteur par la manche et ne plus le lâcher. De quoi s'agit-il? L'auteur, il y a près de 20 ans a une révélation; la redécouverte de la foi chrétienne . Il revient sur son parcours de vie, sur ses doutes, ses heures de dépression, sur son engagement avec sa première femme et sur sa vie avec sa nouvelle compagne. Une vie d'homme somme toute ordinaire. L'auteur est présent tout au long de cet essai -roman et entreprend une enquête sur l'histoire des hommes qui ont fait naître la Chrétienté dans notre monde. Paul, Luc, Jacques deviennent des êtres incarnés, avec leur force de conviction on les suit au travers de leurs voyages incessant entre Rome, Jérusalem et les terres du Moyen Orient. Le Nouveau Testament s'inscrit alors dans l'histoire de ces hommes, de leurs témoignages dans un monde dominé par l'Empire Romain .. La lecture du "Royaume" est riche de références ou se mêlent vérités historiques avérées, textes sacrés, inventions et hypothèses. On ne s'ennuie jamais et le témoignage de l'auteur, dans un style simple et accessible, apporte une distance et une vérité qui propose une perspective nouvelle sur un sujet qui pourrait devenir vite écrasant. Les raccourcis, par exemple, entre la situation en Judée et le pays des Soviets sont parfois surprenants mais éclairent bien les enjeux moins religieux que politiques. Etrange de constater que plus de 2000 ans la terre où sont nés les trois principales religions monothéistes est toujours à feu et à sang. "Le Royaume" ouvre des portes vers d'autres lectures, celle de l' Evangile et de l'histoire de Rome.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Les voies du talent sont impénétrables, 8 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
Et l'auteur nous en fait la démonstration.
L'écriture banale ne permet pas de faire passer l'accumulation de citations qui accompagne une récit égocentrique particulièrement indigeste. Opportunément Mr Carrère renvoie à des tentatives d'écriture dont on se demande ce qu'elles font là si ce n'est tenter d'obtenir quelques ventes supplémentaires .
A travers le récit se réfracte une haute estime de la personne de celui qui écrit, il n'hésite pas à nous gratifier de ses échanges avec son ami Luc Ferry: pschitttttt.....
J'ai tenu jusqu'à la page 128 et déposé les armes avant le 11 novembre: je cède les pages suivantes qui n'ont pas servi à qui les veut.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 215 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Royaume
Le Royaume de Emmanuel Carrère (Broché - 28 août 2014)
EUR 23,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit