Commentaires en ligne 


19 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (6)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Cette dernière passion, ça ne faisait pas un pli, l'entraînerait loin de Lapérouse, puisque les livres servent, comme on le sai
Maria Christina Väätonen, qui s'est auto-attribué le titre de vilaine sœur, a quitté son grand Nord et sa famille étouffante dès seize ans pour s'installer à Santa Monica . Quand le roman commence, le 12 juin 1989, elle reçoit un coup de fil de sa mère qui va la faire revenir sur son passé et sur la...
Publié il y a 13 mois par cathulu

versus
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Agréable moment de lecture mais ...
Un peu déçue par ce nouveau roman de Véronique Ovaldé dont j'apprécie la fantaisie et l'univers décalé. On retrouve bien sûr ce qui la rend unique, son art de brosser des portraits d'êtres irrésistibles mais profondément humains, leurs aventures dont l'invraisemblance est bien dosée. Elle revient sur les...
Publié il y a 11 mois par HJ


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Cette dernière passion, ça ne faisait pas un pli, l'entraînerait loin de Lapérouse, puisque les livres servent, comme on le sai, 25 août 2013
Par 
cathulu - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Maria Christina Väätonen, qui s'est auto-attribué le titre de vilaine sœur, a quitté son grand Nord et sa famille étouffante dès seize ans pour s'installer à Santa Monica . Quand le roman commence, le 12 juin 1989, elle reçoit un coup de fil de sa mère qui va la faire revenir sur son passé et sur la manière dont, dans les années 70, elle est devenue une très jeune écrivaine à succès.
Quel bonheur que ce livre ! Un je ne sais quoi m'avait toujours retenue dans mon appréciation des précédents romans de Véronique Ovaldé mais ici toutes les restrictions ont été balayées !
Le premier chapitre qui explique l'inclination de l’héroïne pour ce quartier de Los Angeles où elle habite est une pure merveille ! Nous sommes avec elle en train de siroter des sangrias, de sentir le vent frais qui vient des jardins... et ce sera comme cela tout le long du texte car Ovaldé a un don visuel certain. Cet éloge sensuel fonctionne d'ailleurs en contrepoint de la liste sèche et pleine de rigueur de "La vulgarité selon Marguerite Richaumont", la mère de l'héroïne. Les titres des chapitres , "L'encombrant désespoir des fillettes", " Mettre le bras entier dans un trou d'alligator", le style, plein de cette Grâce des brigands vantée dans le texte, font de ce roman d'émancipation féminine une pure merveille, jamais pesante, où les épreuves sont racontées avec justesse, sans auto-apitoiement et avec toujours une pointe d'humour. Une écrivaine qui a atteint une aisance dans l'écriture que nombre de ses confrères lui envieront !

Un grand coup de cœur, constellé de marque-pages, et qui file d'un seul coup d'un seul sur l'étagère des indispensables !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Agréable moment de lecture mais ..., 12 octobre 2013
Par 
HJ "lenina13" - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Un peu déçue par ce nouveau roman de Véronique Ovaldé dont j'apprécie la fantaisie et l'univers décalé. On retrouve bien sûr ce qui la rend unique, son art de brosser des portraits d'êtres irrésistibles mais profondément humains, leurs aventures dont l'invraisemblance est bien dosée. Elle revient sur les thèmes qui lui sont chers, l'enfance brisée, le machisme ordinaire, la culpabilité des victimes ...
Mais ici je suis restée sur ma faim! Il y'a comme des temps morts dans son récit, comme l'évocation par l'héroïne des destins des voyageurs du bus où elle est assise ou la liste à la Prévert des images de liberté, qui sont autant de détours gratuits qui cassent le rythme! Véronique Ovaldé a trop de talent pour se laisser aller à la facilité d'une écriture débridée!
Cependant, la grâce et le charme de son écriture m'ont une fois de plus offert un agréable moment de lecture!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Trop belle écriture, 27 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Nous sommes totalement dans une très belle création littéraire, le style et l'écriture en étant agréables à lire, décrivent des interrogations psychologiques, des doutes, des craintes mais aussi des espoirs avec une rare pertinence. Que les situations soient possibles ou non n'est pas la question. Le personnage "principal" Maria Cristina cristallise une pléiade de personnages, en commençant par ses parents, que Véronique Ovaldé nous livre sans concession mais aussi avec beaucoup de pudeur. Tout le titre évidemment se comprend à la fin du roman, même si cette "triste" fin est pleine d'espoir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 hermance, 6 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Tres décue, les personnages sont caricaturaux, les situations abracadabrantes, j 'ai l 'impression d'avoir perdu mon temps et je n'ai, à aucun moment, rétrouvé la poesie des précédents romans de veronique Ovaldé. A vouloir donner dans le loufoque à tout prix, on s'égare parfois dans un roman sans ame, incoherent. Cependant, je continuerai à conseiller veronique ovaldé comme l'un des meilleurs auteurs Francais.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Superficiel et rapide, 13 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
J'ai trouvé que ce roman était écrit dans un style superficiel et très rapide. Il m'a été difficile de me plonger dans cette écriture, et je n'ai ressenti aucune émotion.
Je suis allée jusqu'au bout du roman mais sans plaisir de lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 "Le loufoque côtoie la tragédie", oui mais…, 21 janvier 2014
Par 
coymel (Bonnétable, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
…pourquoi être allée jusqu'à supprimer son héroïne au final, quand elle avait déjà subi une enfance écartelée, puis un viol à l'âge adulte ??? Pour ma première lecture de l'auteur, je dois dire que ça interpelle : faut-il que la fantaisie de ce qu'on prend en effet pour un immense cauchemar, en prise avec une certaine réalité, aille jusqu'à dézinguer cette femme-là. Pas très optimiste, apparement, Ovaldé…
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « Il y a une certaine grâce chez les perdants, les plagiaires et les brigands. », 8 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Ce roman se démarque du réalisme magique des précédents récits de l’auteur pour s’ancrer dans une réalité et un lieu mieux défini, à savoir le Los Angeles des années 80. Son lectorat fidèle a pu en être déconcerté mais il n’en fut rien en ce qui me concerne : l’écriture et le style reconnaissables entre tous sont toujours bien présents et c’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé la petite musique ovaldienne.

Par ailleurs, ce huitième roman s’inscrit dans une certaine cohérence par rapport au reste de son oeuvre : l’émancipation de la femme à travers la fuite d’une famille étouffante, la nécessité de rompre avec son passé pour se construire et se donner une place à soi, des rencontres formatives, la séduction de princes charmants qui se révèlent bien moins charmants que séducteurs et charmeurs.

Un roman aux accents les plus personnels tant on sent que Véronique Ovaldé a mis beaucoup d’elle-même : Maria Cristina Väätonen est une romancière à la bouche rouge vermillon qui se sert de l’écriture et de la lecture comme moyen de survie dans un milieu hostile : « Les livres servent à s’émanciper des familles asphyxiantes. » Voilà qui laisse songeur.

Une émancipation bien difficile à atteindre malgré tout tant le passé finit toujours par ressurgir et c’est donc sur le chemin du retour que la narratrice nous parlera de son histoire et de ses chemins de traverse. Peut-être le prix aussi à payer pour se libérer complètement de son passé : ne plus le fuir ni lutter contre mais l’affronter et l’accepter.

Petite remarque en passant : je me suis rendue compte à quel point les critiques littéraires ne prennent pas souvent la peine de lire un roman dans son entièreté. Aussi ont-ils reproché à multiples reprises l’incompréhension du titre. Et pourtant tout est expliqué à l’avant-dernière page. Encore faut-il y parvenir, bien évidemment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 libérer sa descendance, 3 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Maria Cristina Vaatonen a 16 ans et cherche à quitter sa famille.Elle n'entrevoit pas d'avenir possible dans cet endroit, au milieu de nulle part,en Alaska, et surtout dans cette famille où son père est certes gentil mais alcoolique et mélancolique et sa mère habitée par des délires mystiques, qui considère que tout est péché et que le monde extérieur est dangereux. Afin d'échapper à cet enfer maternel et aux délires paranoiaques de sa mère, son père qui travaille dans une imprimerie l'aide à obtenir une bourse d'études pour aller étudier à Los Angeles ,prétextant que sa fille va y étudier et analyser des textes bibliques très anciens.
Arrivée à Los Angeles,dans les années 1970, elle n'arrive pas à se faire à cette nouvelle vie. Sa liberté l'encombre car elle n'en connaît pas les codes ni les avantages. Heureusement,elle croise Joanne , avec qui elle va partager un appartement, qui va lui apporter une autre vision déculpabilisante de la vie.
Maria Cristina rencontre le succès avec son premier livre grâce à sa rencontre avec un écrivain célèbre Rafael Calramunt. Mais cet homme est pervers, prend de gros pourcentages sur son premier livre et reste des semaines sans l'appeler, ce qui l'angoisse , puis il réapparaît sans plus d'explication.
Mais un jour, Maria Cristina reçoit un coup de téléphone de sa mère qui lui demande de venir prendre l'enfant de sa soeur aînée, partie vivre dans une communauté hippie, et de l'élever, celle -ci ayant eu une commotion cérébrale à l'âge de 14 ans...

Comment s'occuper d'un enfant quand on ne sait pas s'occuper de soi-même et prendre en charge l'enfant de sa propre soeur? Peut-on laisser un enfant aux mains d'une mère qui a déjà abîmée la vie de ses deux filles et ôter à cet enfant toute chance de devenir un jour un individu libre et heureux?
Comment se délivrer d'une éducation et d'un discours dépeignant le monde comme dangereux et les gens comme des prédateurs?
Comment construire sa vie sans croiser perpétuellement les fantasmes que la mère a projeté sur ses deux filles pour les empêcher de faire leur vie?

Ce roman est bouleversant. Le récit est écrit avec beaucoup de pudeur, de douleur aussi mais il est également habité par un formidable espoir: la lutte épuisante contre le malheur et la folie que la mère voudraient transmettre à ses filles. Si le bénéfice de cette lutte ne sert pas directement Maria Cristina ni sa soeur, il sert assurément à son neveu qui lui sera assuré, une fois pour toutes, d'être délivré pour toujours des névroses familiales.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la grâce de veronique oaldé, 25 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Oui encore un beau roman de cette auteure : l'histoire de son personnage m'a transportée, toujours dans l'idée des racines et de la transmission familiale, elle nous parle aussi de la place de l'écrivain dans la société actuelle avec des reflexions très pertinentes sur l'utilisation de la notoriété des écrivains: a force d'etre aimé un auteur attend son prix (ici nobel, bien-sur!) alors pourquoi écrit-on et pour qui?
Elle écrit avec simplicité,fluidité,force, memes les scènes difficiles (comme le viol).
Oui c'est un très beau roman!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Moderne toute en parlant du passé, 24 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
C'est un livre qui parle de la culpabilité, et vous emmène loin dans vos propres pensées.
J'ai adoré, merci beaucoup.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La grâce des brigands
La grâce des brigands de Véronique Ovaldé (Broché - 22 août 2013)
EUR 19,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit