undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:18,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 septembre 2013
Mon analyse de l’ouvrage va porter uniquement sur son côté « Sun Tzu » et pas du tout sur ses conseils pour le monde de l’entreprise (domaine dont je ne connais rien). Une présentation plus détaillée est disponible sur le blog Sun Tzu France.
L’ouvrage a l’ambition de « présenter de façon simple l’état d’esprit qui permet « d’édifier la configuration victorieuse », c’est-à-dire de prendre les « bonnes » décisions pour guider l’entreprise et ses troupes vers la victoire ». Bonne surprise : le pari est plutôt réussi. La lecture que nous propose Domitille Germain du traité de Sun Tzu m’a paru être abordée sous un très bon angle. J’ai été agréablement surpris par le degré de compréhension du système suntzéen, inattendu dans ce type de transpositions. Les grandes idées sont présentes, et quelques commentaires font même preuve d’une certaine originalité.
Seuls deux points m’ont paru contestables (toujours considérés sous le strict angle de l’interprétation du traité de Sun Tzu). Le premier concerne la composition de la première partie de l’ouvrage, structurée autour des cinq facteurs de la guerre. Cette lecture m’a en effet semblé superficielle, car estimant que les préceptes contenus dans le premier chapitre chapeautent la philosophie globale du système de Sun Tzu. Or leur positionnement au sein du premier chapitre relève presque du hasard, et non d’une réelle volonté de mise en premier des idées les plus importantes. Force est toutefois de constater que l’analogie utilisée ici nous a semblé beaucoup plus fine et moins artificielle que celle que l’on a pu par exemple observer dans le Sun Tsu sens dessus dessous de Juliette Tournand.
La seconde réserve concernant cet ouvrage est sa transposition de la notion d’adversaire dans le monde de l’entreprise. L’idée qu’il ne faille pas forcément considérer qu’il s’agit du concurrent paraît de prime abord séduisante, mais l’application qui en est faite laisse sceptique. Pour l’auteure, une bonne analyse doit permettre de déterminer que l’adversaire n’est pas forcément le concurrent, mais peut s’avérer être « une réglementation, une mode guidant la consommation, ou tout autre menace qui ferait peser un risque sur la survie de l’entreprise ». Or le système stratégique créé par Sun Tzu repose sur le postulat que l’Autre est un « même », c’est-à-dire que l’adversaire a des caractéristiques identiques à nous, ce qui conduira par exemple à une stratégie ayant pour finalité l’assimilation et non la destruction.
Pour conclure, tout en gardant bien à l’esprit que je ne suis en rien spécialiste du monde de l’entreprise, ce court ouvrage m’a paru comme étant le meilleur existant à l’heure actuelle en français sur le thème de la transposition de L’art de la guerre à ce domaine.
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2015
si vous cherchez une édition qui respecte la traduction originale du père AMIOT, je vous conseil la dernière parue qui inclue les notes du traducteur (15 pages). pour 3€99, vous aurez un livre de qualité pour un texte plus que classique, lien: l'art de la guerre
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)