undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles5
4,2 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 juin 2013
Le témoignage d'Ernst Von Salomon est de grande valeur pour nous autres, Français, qui connaissons somme toute assez mal l'Histoire allemande. Faisant suite aux Cadets, bien qu'écrit avant, ce récit est davantage connu et a fait l'auteur. C'est l'Histoire vécue et faite par un homme du peuple, ceux que l'Histoire a tendance a oublier trop souvent, d'un jeune homme qui a mis sa marque sur son temps par un engagement hors norme.
Ce n'est pas un ouvrage de fond, cela n'a jamais été sa prétention, mais il apporte une touche d'incarnation irremplaçable.
J'estime qu'il est de la même veine que "le Soldat oublié" de Guy Sajer.
0Commentaire7 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 9 juillet 2011
Sous la forme d'un roman de formation (Bildungsroman), en fait très largement auto-biographique, Ernst von Salomon raconte le parcours, sur près de dix ans, entre 1918 et 1927, d'un jeune Allemand, patriote passionné et soldat de vocation, issu des écoles militaires de cadets de l'empire wilhelmien. On y suit le héros dans sa quête de justice et d'honneur pour l'Allemagne vaincue: son indignation devant l'effondrement intérieur fin 1918, son refus de la révolution rouge et son engagement dans un corps franc face au spartakisme (à l'appel du ministère social-démocrate d'Ebert et du ministre Noske), ses combats à l'est aux marches de l'Allemagne face aux bolchéviques russes, aux Baltes puis aux Polonais, son soutien à des actions terroristes contre les grandes figures de Weimar et sa complicité dans l'assassinat de Walther Rathenau, esprit brillant mais bourgeois et conservateur au fond, en qui il voit le seul capable de mener au "succès" le régime honni de la république née de la défaite. Le jeune homme, instinctivement anti-bourgeois et anti-matérialiste, devient un homme jeune, toujours passionné, mais étoffant sa réflexion au contact des hommes et des combats, il définit sa pensée, "nationale-bolchévique", révolutionnaire, socialisante mais anti-social-démocrate, communautaire mais non-communiste, patriotique et ardemment hostile à la politique "réaliste" dite "d'exécution" (du traité de Versailles). Condamné à 5 ans de prison pour sa participation à l'attentat qui tue Rathenau, le narrateur subit avec rage mais aussi avec profit cette épreuve de réclusion et d'isolement: il rencontre les ouvriers "rouges" qu'il avait combattus et lit Marx, découvrant des affinités avec le refus gauchiste du capitalisme et de l'ordre bourgeois. Cette expérience de la prison l'endurcit et finit de l'éloigner de la société de Weimar , alors que le pays semble entrer dans une ère de prospérité et de stabilité. Il restera un réprouvé, impénitent. Mais 1929 n'est pas loin ...
0Commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2013
Ce livre fait partie ce ceux qui donnent les clés du monde actuel, avec 1984 (Orwell), et d'autres moins connus.

Indispensable pour comprendre comment et pourquoi l'Allemagne, pays civilisé, riche, puissant, promis à un avenir rayonnant en 1913, s'est précipité et a entrainé l'Europe dans un suicide collectif, humain, économique, stratégique et culturel.

E. Von Salomon nous aide à comprendre l'esprit "junkers" de cette caste d'officiers Allemands imbus de leur supériorité et prêts à massacrer n'importe qui pour des rêves de gloire; nous avions partout les mêmes, en France, en Angleterre, aux États Unis et ailleurs, ces furieux soutenus par des industries de guerre impatientes de faire fortune sur des champs de cadavres.
Il parle pour ces jeunes Allemands de 1918, vaincus par les blocus, la famine et la guerre civile plus que par les armées alliées, révoltés contre un ordre mondial qui s'imposait sans qu'ils l'aient vu venir: le nouvel ordre du commerce mondial, des compagnies pétrolières et des marchés financiers qui a gagné en 1918 et triomphé en 1945.
Les Allemands eux mêmes avaient donné l'arme absolue aux ennemis de l'Europe dès 1914: la bonne conscience. Cette bonne conscience démocrate-capitaliste qui a napalmé le Vietnam, rasé l'Irak et va bientôt achever la Syrie pour des gazoducs.

Von Salomon témoigne pour les derniers idéalistes, mal éclairés et brutaux il est vrai, mais sincères, ces derniers européens dont beaucoup allaient ensuite se perdre dans les délires criminels du nazisme ou du communisme, avant que les anglo-saxons ne transforment l'humanité en tubes digestifs, dans la tyranie confortable de la société de consommation.

Enfin il écrit avec une plume légère, précise et dure comme une dague, un style sans fioriture, facile d'accès; ce n'est peut être pas un chef d'oeuvre littéraire, mais un grand témoignage d'histoire, un éclairage inhabituel et édifiant.
0Commentaire13 sur 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre est à conseiller à ceux qui s'intéressent à l'après 14-18 en Allemagne, aux corps-francs, à la République de Weimar et aux débuts du nazisme.

Mais donnerwetter, que c'est pénible à lire! Le style a la légèreté d'un Pzkw IV et c'est long comme un jour sans pain de seigle.
66 commentaires2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2013
Ayant lu L'Histoire de l'Armée allemande de Benoist-Méchin, lequel est un historien doublé d'un écrivain de talent, je n'ai rien appris dans les Réprouvés que je n'avais déjà appris dans le livre de Benoist-Mechin. Le style de Von Salomon est pesant, l'ensemble est désordonné et on s'ennuie quand il se lance dans des considérations politico-philosophiques interminables.
0Commentaire5 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,50 €
6,60 €
22,31 €
12,00 €