undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles6
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:23,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 juin 2013
Je l'avoue tout de go : Malédiction est à mes yeux largement inférieur à Magie brute, le premier volet génial de cette série.

Loin de moi l'idée de prétendre que ce n'est pas un bon livre, mais il est plein de défauts dont l'accumulation a fini par engendrer une petite déception.
Le récit est une nouvelle fois très éclaté entre beaucoup de protagonistes. Après avoir superbement exposé son univers dans Magie Brute, je m'attendais à un travail de l'auteur un peu plus fouillé sur les personnages, notamment ceux de Jake Sullivan et de Faye. Mais Larry Correia a choisi de faire grosso modo le même livre que le premier : une alternance rapide de points de vue censée donner du rythme. Hors, il ne se passe pas grand chose pour les personnages principaux dans les 250 premières pages (il n'y a pas réellement de personnage principal, le personnage principal c'est la section du Grimnoir découverte dans le tome 1), pages qui ne sont finalement que la mise en situation d'un final grandiose (ou grand-guignolesque, c'est selon). Le rythme est bien moins intense que dans le premier épisode, et du coup j'ai trouvé les personnages trop survolés. J'ai également été déçu par le manque de développements sur la nature de la magie.
Certes, l'auteur prend bien soin de lier les différents volets de la série dans une excellente intrigue globale, tout en développant une intrigue spécifique pour ce tome intermédiaire. Mais du coup ça donne à l'intrigue un caractère presque anecdotique, sentiment renforcé par des super méchants assez caricaturaux.
Ma déception tient aussi probablement au fait que Magie Brute était tellement innovant que je m'attendais à plus de surprises et de nouveautés dans Malédiction. Sans aller jusqu'à dire que l'auteur s'est contenté de faire du copié-collé, l'effet de surprise joue beaucoup moins, et le livre m' a souvent donné un sentiment de formatage.

Malédiction reste cependant un excellent divertissement, l'univers est toujours aussi réussi, cohérent et intéressant. Les scènes d'actions sont toujours aussi échevelées, l'univers uchronique pulp est toujours aussi bien vu. Les personnages, même survolés, sont toujours aussi charismatiques.
Le final du livre est très réussi, même si pour ma part il a été un peu perturbé par des réminiscences de Ghostbusters ! (je souffre du syndrome Bill Murray, heureusement incurable)

Malédiction, volume de transition trop semblable au premier volet m'a donc relativement déçu. J'en attendais probablement trop. Je lirai pourtant sans aucun doute le dernier volet de la trilogie, en espérant y trouver plus de fond, plus d'intensité et de surprises.
1010 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2014
Comme Leather, mon enthousiasme a été un peu freiné avec ce deuxieme tome. Il se lit tout aussi bien que le premier, mais on en ressort plus mitigé. Alors certes, l'emballement du premier tome est passé, la découverte de l'univers n'est plus là, mais j'ai moins accroché pour plusieurs raisons. Les personnages ont moins de profondeur, la trame du scénario étant beaucoup plus ténue que le tome précédent. Le racisme anti-actifs à la X-men (ou pour l'époque, anti juif) n'est pas très original, et l'on sent bien que l'auteur en a conscience : ce point est très peu évoqué et reste en retrait par rapport à l'histoire.

Finalement, on sent bien que tous les évènements sont assez prévisibles. Sitot que l'on connait les personnages, on arrive déjà à savoir comment ils vont évoluer dans les prochains chapitres. Et là ou le premier tome pouvait être lu indépendamment, le deuxième garde assez d'ouverture pour justifier l'existence du troisième tome, comme toutes les trilogies modernes. Du coup, on a plus l'impression de lire un fil rouge qui conduit à un troisième bouquin, brodé avec un scénario très convenu pour qu'on n'ai pas une centaine de page à lire.

Pas plus sombre ni tragique, il est tout simplement moins prenant, et malheureusement, moins surprenant. Cela reste quand même un très bon livre avec l'ambiance très bien rendue et l'action survoltée du premier. A lire malgré ces défauts qui ne sont pas assez gros pour occulter le plaisir qu'on a à se plonger dans cet univers.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pauvres héros, à peine débarrassés de la menace que représentait le chairman Tokugawa et plus ou moins réhabilités auprès des autorités, voilà que ça recommence. Pauvres héros de papier, que ne doivent-ils pas endurer pour notre plus grand plaisir.

Mais cette fois-ci, les tentatives de l'Imperium (dans Magie brute) de retourner la société américaine contre les « Actifs » ont réussi, souvenez-vous de l'affaire du Rayon de la Paix retourné contre le territoire américain et attribué à ces dangereux individus.
Pire, il apparaît rapidement que des gens hauts-placés dans les sphères gouvernementales américaines ont lancé une nouvelle agence, l'Office de Coordination de l'Information devant laquelle John Edgar Hoover, le maître, a même été obligé de reculer dans ses prérogatives.
Le but de cette agence : contrôler les « Actifs », et s'inspirer de tous les autres tyrannies du temps qui ont enrôlé de force leurs propres population ainsi affectée, dans l'intérêt du plus grand nombre, bien entendu ...

Voici donc nos Chevalier du Grimnoir confrontés à la pire des situations : l'hostilité grandissante de la population mais aussi et surtout la vindicte de l'ensemble de l'appareil d'état en ses diverses incarnations légales : police et justice, mais aussi illégale : la nouvelle Agence ne s'embarrasse guère de scrupules, au point d'être à l'origine des attentats attribués ensuite aux Actifs (une valeur sûre).

De plus, l'Office de Coordination de l'Information réserve quelques surprises d'ordre surnaturelles à nos chevaliers, de ces surprises qui tirent le tapis sous vos pieds et remettent tout en question. Nous avons donc le plaisir d'avoir une nouvelle fois le Grimnoir aux abois, toujours aussi peu soutenu par l'organisation-mère internationale, mais cette fois-ci quelques lueurs d'explication commencent à percer ... Vous serez sans doute surpris d'apprendre que le méfiance des « Grands Anciens » de l'organisation n'est pas dénuée de fondement et qu'une nouvelle fois il faudra choisir entre réalisme et idéalisme.
Par ailleurs la menace représentée par l'Ennemi évolue dramatiquement, au lieu de rester en background d'une petite historiette dans laquelle l'auteur se complairait 54 livres durant, bravo ! A tel point que les plus étonnantes alliances verront le jour, j'en suis encore tout chose.

Du côté de la narration, Jack Sullivan, le héros principal de Magie brute est beaucoup plus en retrait et nous suivons nettement plus de personnages, plus vulnérables que l'inébranlable Jack, en particulier la jeune Faye dont les dons exceptionnels dont elle avait bénéficié à la fin du premier tome semblent avoir disparu.

Au chapitre des regrets, il y en a, j'ai trouvé que l'opposition interne aux Etats-Unis bénéficiait d'un certain nombre de Deus Ex-Machina, nécessaires pour mettre en danger des Actifs aussi puissants que ceux du Grimnoir.

Il n'en reste pas moins que l'homme de main le plus dangereux de l'Office, Crow, est remarquablement campé, dangereux, pour ses ennemis mais aussi pour ses amis mais aussi pour lui-même. Les scènes de confrontations ont encore franchi une étape dans la démesure, ça on ne peut pas dire que l'auteur pense petit !
Lu en américain.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juillet 2013
un bon livre qui mélange du fantastique et du comics

Il y a ceux qui se téléportent, lisent dans les esprits, influencent la gravité, prennent le contrôle des animaux ou guérissent par imposition des mains, et il y a les « normaux ». Leurs relations virent à l’aigre. Et voici qu’un mystérieux Bureau du coordinateur de l’information entreprend de soumettre les « actifs », avec des moyens nouveaux et des agents redoutables comme l’énigmatique Corbeau.
S’ils ont vaincu le « président » à bord de son dirigeable, les chevaliers du Grimnoir sont maintenant confrontés à la vindicte de l’appareil d’État, alors même que la menace qui pèse sur le monde s’approche et se précise. Jake Sullivan et Faye Vierra devront puiser au plus profond de leurs pouvoirs pour faire face, d’autant que les anciens du Grimnoir eux-mêmes nourrissent la pire des craintes quant à la jeune Faye : n’est-elle pas atteinte d’une malédiction qui fera d’elle le pire ennemi de l’humanité ?

Plus sombre, plus grave que Magie brute, mais toujours aussi dynamique, Malédiction annonce des lendemains douloureux.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mai 2014
Si vous êtes entrain de lire les commentaires de ce livre, c'est que vous avez probablement lu le 1er tome.
Vous avez aimé le premier? Vous ne serez pas déçus par la suite.

Vivement le tome 3!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2016
Que du bon ici
Je ne suis pas fan des années '20 mais le côté super-héros m'avait tenté
Je ne regrette pas du tout car il s'agit d'une trilogie géniale, j'ai adoré
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,00 €