undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles19
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:3,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 juillet 2012
Ce petit livre, comme nombre d'ouvrages proposé par les éditions des 1001 nuits, s'impose comme un indispensable.

Si le but est d'enseigner l'art de la stratégie militaire, il apportera beaucoup à tout lecteur. En effet, Clausewitz, dans son étude, s'intéresse à la psychologie de celui qui commande. Le courage importe, certes, mais la confiance en soi encore plus. Il s'agit, une fois une décision établie, de toujours la soutenir, quand bien même elle semblerait désespérée. Or, qui n'a pas eu la sensation, dans sa vie, que son indécision lui aura coûté ?

Autre élément ô combien intéressant : le souci du réel. Clausewitz insiste toujours sur l'étude du terrain, du concret. Son ouvrage peut servir de propédeutique à toute philosophie. Celle-ci doit être applicable et jamais spéculative, sans cela elle ne permet pas de goûter au bonheur.

En somme, même si vous n'avez jamais mis les pieds sur un champ de bataille, les conseils de celui qui est considéré à l'égal de Napoléon comme un des plus grands stratège militaire mérite largement le détour et vous apportera beaucoup dans votre vie quotidienne.
22 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juillet 2010
Ecrits par Clausewitz en 1812 à l'attention de son élève royal le prince héritier de Prusse, ces "Principes fondamentaux de stratégie militaire" se veulent un manuel de direction des armées telles qu'elles existent au début du XIXème siècle.
L'ouvrage est divisé en 4 parties :
1 - Les principes pour la guerre en général, où Clausewitz dépeint très brièvement le caractère du chef de guerre et les façons dont il peut appréhender la guerre.
2 - La tactique ou doctrine de combat, où il est question, en défensive et en offensive, de la façon dont on dispose et on utilise les troupes, comment appréhender le terrain, les manœuvres à privilégier, etc.
3 - La stratégie, conçue comme administrative (quantité de troupes à lever, prise en compte des lignes de ravitaillement), politique (maîtriser et s'allier la population) et bien sûr militaire. A noter que sur ce dernier volet, Clausewitz est bien moins précis que pour la tactique, car s'il déconseille plusieurs manœuvres qui fonctionnent en tactique, il n'en livre aucune, en désignant simplement des objectifs en fonction du caractère offensif ou défensif de la stratégie adoptée.
4 - La mise en application de ces principes dans la guerre, où il est rappelé que la guerre n'est pas une science à proprement parler : ses principes sont simples et font appel au bon sens, et certains de ceux qui la pratiquent le mieux n'ont pas reçu de formation. Mais la guerre est aussi le domaine de la "friction", c'est-à-dire l'incertitude, les imprévus, les approximations qui font qu'un plan savamment calculé n'est jamais exécuté conformément à la théorie. Des solutions permettent de réduire cette friction ; par exemple l'activité du général en chef, ainsi que sa confiance en ses qualités, et son exigence. Enfin, Clausewitz affirme que l'étude des campagnes et des batailles peut seule - à défaut d'expérience de terrain - permettre d'éprouver les principes énoncés, et de mesurer l'importance de la "friction".

Bien que nommé "Principes fondamentaux de stratégie militaire", ce livre semble s'intéresser avant tout au volet tactique de la guerre, en témoigne l'importance de la partie qui lui est consacrée ; peut-être faut il y voir le fait que la guerre se règle alors sur l'idée de "bataille décisive" (d'où l'impression que j'ai eue à la lecture de cet ouvrage que la stratégie était en quelque sorte subordonnée à la tactique), ou alors que contrairement à beaucoup de généraux qui n'auront jamais à s'occuper de stratégie, un monarque qui prend le commandement de son armée doit être au fait de la tactique comme de la stratégie. Toujours est-il que ces deux échelons de la guerre sont abordés.
Ceci étant dit, les principes énoncés dans ce petit ouvrage ne sont pas valables en tout temps : ils sont ceux qui servent aux armées du XIXème siècle. Ainsi celui qui s'intéresse aux guerres napoléoniennes sera ravi des explications données sur les ordres de bataille, les ordres de marche, le rôle des différentes armes, etc. Celui qui cherche à comprendre les guerres du XXème siècle par le biais de ce livre sera probablement déçu, car nombreux sont les "principes" qui ne correspondent plus aux armées actuelles. Par exemple, le refus de l'encerclement stratégique, ou la primauté accordée à la bataille pour régler le conflit. Cette caractéristique est d'ailleurs voulue par l'auteur, qui s'intéresse à la guerre de son époque, et qui appuie ses démonstrations principalement sur les succès de Napoléon et de Frédéric le Grand.
On ajoutera qu'il insiste beaucoup sur la nécessité de s'organiser en ordre profond (constituer et placer des réserves pour parer à toute éventualité), sur la pertinence de l'enveloppement tactique et sur le fait de toujours poursuivre un plus grand but que celui de l'ennemi.

Clausewitz s'exprime clairement et son propos est simple à suivre, d'autant que quelques schémas illustrent la réflexion. La concision ne nuit pas à la compréhension. Cependant, il faut se rappeler qu'il s'agit là plus d'une introduction à la façon de mener la guerre au début du XIXème siècle plutôt qu'un manuel exhaustif ou détaillé.
La brève analyse de Grégoire Chamayou placée en fin d'ouvrage concerne essentiellement le concept de "friction".

En résumé, ce court livre est une synthèse claire et très concise (environ 80 pages) de l'art de la guerre du début du XIXème siècle. Le connaisseur n'en tirera rien d'intéressant, alors que celui qui souhaite s'initier à l'histoire des guerres napoléoniennes y trouvera un point de départ. Dans mon cas, son intérêt a été difficile à mesurer ; je l'ai en tout cas mieux apprécié à la seconde lecture, en me concentrant sur l'ancrage historique de ce texte. Le prix peu élevé en fait de toute façon un investissement peu risqué.
11 commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Clausewitz dans ses "Principes fondamentaux de stratégie militaire" écrit un ouvrage didactique au prince de Prusse, c'est une courte synthèse tactique expliquant des points essentiels de la tactique et de la stratégie militaire du début XIXe siècle (Une introduction bien utile à l'œuvre de Clausewitz).

Dans cet ouvrage, Clausewitz manie les principes avec les exemples, dont les références sont le plus souvent Frédéric II de Prusse et Napoléon. La pensée de Clausewitz est admirative de ces deux modèles, puis Clausewitz qui inspirera par son œuvre le monde militaire (en particulier l'Allemagne du XIXe siècle).

En lisant ce traité, on comprend le désir mimétique crée par Napoléon sur la future nation allemande que perçoit parfaitement René Girard dans "Achever Clausewitz", que cela soit dans l'art militaire, via Clausewitz, mais également dans le monde philosophique, via Hegel.

L'ouvrage contient donc deux niveaux de lecture (et surement d'autres...)
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le général prussien Carl von Clausewitz écrit en 1812 "Principes fondamentaux de stratégie militaire", dans le cadre de la formation qu'il assume étant son prescripteur, du jeune prince Frédérique Guillaume. Cet ouvrage dont nous avons ici la version intégrale est, présenté par l'éditeur, la synthèse du monumental traité "De la guerre".

Quelques principes de conduite militaire, fondés sur une éducation du vouloir, et par l'expérience, doivent permettre au Prince de se cultiver sur l'art de conduire une bataille. Lire les récits de bataille est ainsi exclusivement à privilégier par rapport aux écrits des historiens qui ont toujours tendance, dit-il, à embellir la réalité. Les principes de positionnement d'une armée, de tactique, sont écrits dans le contexte des guerres napoléoniennes et de leur évolution. Le stratège Clausewitz sait que la matière évolue; ainsi il n'est plus possible de surprendre l'armée de son ennemi.

Les dernières pages sont les plus importantes car elles dépassent le champ du militaire.

"Toute la difficulté consiste en ceci : rester fidèle dans l'exécution aux principes qu'on s'est fixé." (souligné dans le texte - p.64)

Clausewitz a bien compris que la difficulté réside dans la mise en oeuvre d'une stratégie d'une part et qu'il est indispensable "de ne pas perdre son calme et sa fermeté, deux qualités que la guerre met toujours à l'épreuve en premier (...) et sans lesquelles les plus brillantes qualités de l'esprit ne servent à rien " (p.9) car cette réalisation s'inscrit dans l'humain, dans la réalité, hors du champ, atemporel, non existentiel, de l'Idée.

"La conduite de la guerre ressemble entièrement au fonctionnement d'une machine complexe comportant une friction énorme, de sorte que les combinaisons facilement esquissées sur le papier ne peuvent être exécutées qu'au prix de grands efforts. La volonté libre, l'esprit du général, se voit ainsi à tout instant entravé dans ses mouvements." (p.65)

Savoir garder la tête froide est indispensable tant au général que pour ses officiers directement dépendant de lui :

- "La grande masse des hommes est de nature craintive, et il en résulte régulièrement l'exagération du danger. Toutes les influences se coalisent donc sur le commandant en chef pour lui donner une fausse représentation de la force de l'ennemi en face de lui; et c'est là une nouvelle source d'irrésolution." (p.66)

- "On doit donc avoir confiance en ses propres dispositions générales et penser qu'elles coïncideront avec l'effet attendu. Ce qui compte avant tout ici, c'est la confiance que l'on accorde à ses généraux subalternes ; il est donc fondamental de choisir pour ce poste des gens auxquels on peut se fier, et écarter toute autre considération." (p.67)

Ainsi respectés ces principes, avec l'éducation de l'aplomb :

"(...) si le commandant en chef est un homme poussé par l'audace et par la force de la volonté, ainsi que par une grande ambition, il poursuivra ses fins malgré tout, et il les atteindra, alors qu'un homme ordinaire croit trouver dans l'état de l'armée une excuse suffisante pour renoncer." (p.70)
88 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2015
ce livre de grande qualité mérite une Edition au format livre plus valorisante et surtout très agréable à lire.
Principes essentiels pour la conduite de la guerre
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2013
Livre référence, il résume la pensée du maître et est assez compréhensible. Je l'ai lu pendant un voyage à Paris et j'ai été assez pris au point d'oublier mon stylet...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 6 septembre 2013
"A la guerre tout est simple mais le simple est difficile"

"La guerre est la continuation de la Politique d'Etat par d'autres moyens"
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2015
Ce manuel écrit pour le prince de Prusse contient essentiellement des considérations tactiques : même la partie « stratégique » traite de l’aspect qu’on appellerait aujourd’hui opératif de la guerre. Alors, inutile d’y chercher les grandes théories stratégiques clausewitziennes, à la charnière du politique : l’intérêt principal de ce livre reste de l’ordre de l’histoire militaire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2014
C'est un livre parmi les fondamental de la stratégie. une œuvre très courte et qui donne matière a réflexion. traite de sujet général toujours d'actualité concernant la stratégie. Elle ne fera pas de vous un statège ou un meilleur joueur d'échec mais elle vous forceras a réfléchir ... et c'est pas si mal
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2014
Un vrai résumé des principales visions de l'auteur de "De la Guerre", par lui-même, avec un très intéressant propos sur les relations entre histoire et guerre. Magistral
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)