undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles3
3,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

La série du Poulpe est née de la passion d’auteurs amateur de roman de gare, rapide à lire, qui ne laisse ni le temps au lecteur ni ce dernier sur sa fin. Nazis dans le métro, 8ème Poulpe du nom, fait donc partie de la première salve de ces auteurs passionnés. Ces premiers numéros sont statistiquement meilleurs, et Nazis dans le métro contribue à élever la moyenne.

Daeninck nous propose une histoire structurée, rondement menée sans trop de violence et qui met en scène le Poulpe dans son combat favori : la guère contre l’extrémisme. L’auteur nous fait un condensé de l’histoire du nazisme et du rapprochement des partis politiques sous cet égide, et je pense que la plupart des informations sont véridiques.

Pour alléger le tout, l’auteur sème de ci de-là quelques morceaux d’humour dans les paroles.

Mais, ce Poulpe a les défauts de sa jeunesse : pas de récupération de magot pour financer l’avion, une fin en légère queue de poisson, le méchant qui s’en sort plutôt bien; l’aficionado du Poulpe trouvera quelques manquements.
(quoilire.wordpress.com/2014/05/09/didier-daeninck-le-poulpe-n8-nazis-dans-le-metro/)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La série du Poulpe est née de la passion d’auteurs amateur de roman de gare, rapide à lire, qui ne laisse ni le temps au lecteur ni ce dernier sur sa fin. Nazis dans le métro, 8ème Poulpe du nom, fait donc partie de la première salve de ces auteurs passionnés. Ces premiers numéros sont statistiquement meilleurs, et Nazis dans le métro contribue à élever la moyenne.

Daeninck nous propose une histoire structurée, rondement menée sans trop de violence et qui met en scène le Poulpe dans son combat favori : la guère contre l’extrémisme. L’auteur nous fait un condensé de l’histoire du nazisme et du rapprochement des partis politiques sous cet égide, et je pense que la plupart des informations sont véridiques.

Pour alléger le tout, l’auteur sème de ci de-là quelques morceaux d’humour dans les paroles.

Mais, ce Poulpe a les défauts de sa jeunesse : pas de récupération de magot pour financer l’avion, une fin en légère queue de poisson, le méchant qui s’en sort plutôt bien; l’aficionado du Poulpe trouvera quelques manquements.
(quoilire.wordpress.com/2014/05/09/didier-daeninck-le-poulpe-n8-nazis-dans-le-metro/)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 octobre 2013
Je sortais du Poulpe co-ecrit par Caryl Ferey : "D'amour et de Dope fraiche" où j'ai trouvé une vraie créativité, dans l'echange épistolaire notamment.
celui-ci m'a bien déçu.
Cheryl est inexistante ou presque.
ça part un peu n'importe comment, ça creuse des histoires sans aller au bout. l'epilogue "académique" est baclé en 3 paragraphes à peine.
franchement déçu de cet épisode. peut-etre que j'en attendais trop.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus