Commentaires en ligne


21 évaluations


3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

21 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Aux hommes la politique. Aux femmes la cité...", 17 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
Quel livre! Si court et si grand! Tellement rempli de signification!
Voilà la place de la femme africaine dans les années 1970s et encore, certainement et malheureusement, aujourd'hui dans certains recoins de l'immensité de l'Afrique.
Mariama Bâ, première romancière africaine à parler si franchement de la lutte des femmes contre la polygamie, contre les traditions archaïques (dépouillage de la veuve par la belle-famille...), contre la condition précaire de la femme...
C'était dans les années 1970s et tellement d'actualité malheureusement!
Ce petit livre est un bijou. Une ode à la femme africaine de tout âge et de tout temps, une ode à sa force et à sa lutte pour un avenir meilleur pour elle et ses enfants.
Aux hommes la politique. Aux femmes la cité...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


29 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un cri de révolte.., 10 mars 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
Au-delà d'une culture, il y a des êtres humains, je ne pense pas qu'on puisse justifier tant d'injustices, de souffrances et d'humiliations au nom d'une quelconque tradition, si séculaire soit-elle.
La polygamie reste une insulte à la dignité des femmes, et Mariama parvient tout à fait à nous faire partager son sentiment de révolte et d'injustice face à une situation sur laquelle elle n'a pas de prise, et le calvaire par lequel sont passées et passent encore certaines femmes aujourd'hui...
Chaque femme pourra se reconnaître dans le récit de Mariama.
La leçon de courage d'une femme digne malgré tout...à lire d'urgence!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 sur la polygamie, 2 avril 2003
Par 
Laure (Sarthe, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
A travers une longue lettre à sa meilleure amie, Ramatoulaye, institutrice et mère de famille nombreuse (12 enfants), dit toute sa douleur au sujet de la polygamie, lorsque son mari prend une seconde épouse bien plus jeune. On apprend beaucoup sur la condition féminine en Afrique occidentale, les mariages forcés, les coutumes sur le veuvage, mais on trouve aussi sous cette plume simple et agréable les soucis universels d'une mère : adolescence des enfants, grossesse accidentelle de l'aînée, etc. Pour un premier pas vers les littératures africaines...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Magnifique!, 5 octobre 2005
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
C'est un livre vraiment passionnant je le conseille à toutes les femmes

Mariâma Ba nous fait part d'une réalité qui touche presque toutes les femmes, c'est la polygamie

Il ne fait pas toujours jeter la pierre à cette notion, mais lorsque comme dans le cas de Ramatoulaye, le mari vous délaisse pour épouser la meilleure amie de votre fille ou dans le cas de Aïssatou la mère de votre mari ne vous aime pas et décide d'emmener une seconde épouse à votre mari qui lui est passif et accepte tout et bien la polygamie devient négative et vicieuse

Le titre " une si longue lettre" signifie que la lettre n'est pas fini on le voit avec le mot "si" tant que cette souffrance des femmes ne cessera pas et bien cette lettre continuera toujours à s'écrire...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La volonté de Dieu comme une justification pour la trahison personnelle, 28 juillet 2009
Par 
Trevor Coote "Trevor Coote" (Tahiti, French Polynesia) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
Mariama Bâ n'écris que deux romans, Une si longue lettre et Un Chant écarlate, au début des années 1980s, juste avant qu'elle meurt ; Une si longue lettre est marginalement la supérieure des deux. Elle mérite d'être mieux connu dans les pays anglophone parce qu'elle était écrivain très doué qui a influencé les auteurs et les académiques africaines qui l'a suivi. Les deux romans sont plus poétiques en français qu'en anglais, mais Un Chant écarlate n'est plus disponible dans français pour les raisons inexplicable.
Une si longue lettre commence au funéraire du mari d'enseignante Sénégalaise Ramatoulaye et prends la forme d'une longue lettre émouvante à son meilleur amie Aissatou dans laquelle elle raconte les années très mauvaises après elle était abandonné par l'homme à qui elle a donnée 12 enfants et 25 années d'un mariage dévoué. C'est effectivement un critique de la position servile des femmes dans une culture "traditionnelle" plutôt qu'un critique d'Islam. Ramatoulaye reste un musulman dévoué même que son mari se marie avec une deuxième femme, une copine de leur fille à l'école. Il profite de l'excuse "la volonté de Dieu" (je suis qui à disputer ?) comme une justification facile pour la trahison personnelle. Pendant qu'il arrose sa nouvelle jeune femme et sa mère vaine et orgueilleuse avec de l'argent et des bijoux, et en même temps en train de l'humilier, Ramatoulaye tombait plus et en plus au second plan jusqu'elle est finalement abandonné. Le reste de l'histoire est concernée de sa recherche pour la dignité personnelle pendant qu'elle tente de trouver une propre vie dans une culture où les femmes indépendantes sont traitées d'extrême méfiance. Le fait qu'elle a réussit son but, ainsi que le respect de sa famille dans la façon dont elle a fait face son humiliation, ce n'était pas merci aux hommes prédateurs qui cherchaient de profiter de sa situation vulnérable.
Depuis le décès de Mariama Bâ le terme "traditionnelle" a été devenu synonyme de conservative et sclérotique, surtout dans le cadre de la liberté personnelle pour les femmes. Je peux recommander vivement cet œuvre trompeusement simple et court mais belle à tout le monde plus âgé de 15 ans qui possèdent la facilité de lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique...à lire, 4 juillet 2008
Par 
neelzchrist (Lille, france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
A l'aube de ses 40 ans, Ramatoulaye écrit une très longue lettre à son amie Aïssatou.
Elle fait un flash back dans son passé et se remémore tous les jours heureux passées à l'université, auprès de son mari et de ses enfants, à l'école où elle enseigne...Mais aussi, comment sa vie, si gaie, si parfaite est devenue différente, brutalement, happée par les traditions de son pays.
On découvre à travers cet ouvrage, la place réservée aux femmes dans la société sénégalaise (polygamie, mariage forcée, pouvoir de la belle famille, l'absence de droits...).
Un très beau livre plein d'humilité et d'espérance.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 QUAND UN LIVRE AU DELA D UNE REFLEXION SUR LA POLYGAMIE NOUS FAIT REFLECHIR SUR LES RAPPORTS FEMMES HOMMES ET APPREND LA MODESTI, 4 décembre 2010
Par 
Kerbrat "le blog aubouquinmalin.eklablog.fr" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
A la suite de la mort de son mari notre héroïne qui a du partager sa vie lors de ses dernières années avec une seconde épouse , l' amie de sa fille aînée, écrit une lettre à sa meilleure amie. Celle-ci ambassadrice auprès de l' ONU, a quitté son mari quand la mère de ce dernier a tout fait pour que par vengeance il prenne une seconde épouse. A l' inverse l' héroïne n' a pas quitté son mari.

C' est un livre qui au delà d' une dénonciation de la coutume et de la polygamie nous fait réfléchir sur les rapports entre les femmes et les hommes. Il en prend un côté universel, et la qualité de la plume fait que la dénonciation porte et nous apprend à nous les hommes la modestie. Notre côté Peter Pan en prend un sacré coup. Ce livre a tout du chef d' aeuvre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un accent de vérité!, 19 septembre 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
Il y a un accent de vérité dans ce modeste témoignage de la vie d'une femme africaine vue de l'intérieur.
On s'aperçoit que l'éducation ne suffit pas à se dégager de la pression des moeurs et de la tradition, qui n'ont pas évolué depuis des siècles.
Le malheur africain ne trouve-t-il pas sa source principale dans l'impossibilité du dialogue entre homme et femmes et dans le pouvoir du groupe, stoppant toute velléité d'évolution?
Les faits récents nous montrent une émigration massive des jeunes arrivés à l'âge adulte qui risquent tout pour chercher un destin loin de la terre ancestrale.
C'est leur réponse aux anciens.
Je suis frappée également de la proximité troublante entre le Madame Bâ d'Eric ORSENNA et ce livre...
Plus littéraire, plus gros, il semble avoir été inspiré par celui-ci.
Souhaitons que ces deux ouvrages fassent évoluer le regard sur l'Afrique et ses habitants, plus semblables à nous qu'on veut le croire!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 J'ai aimé l'Afrique et ce livre m'y a replongée, 31 octobre 2010
Par 
Gil-artagnan (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
De 1988 à 1991, j'ai navigué tout autour du continent africain à bord de la reconstitution d'un bateau de l'Egypte antique Le Grand Voyage du Pount : Un Navire de l'Egypte antique autour de l'Afrique . J'ai ainsi pu emmagasiner des souvenirs magnifiques. Mais je n'avais pas pu pénétrer dans l'Afrique rurale. "une si longue lettre" m'y a conduite et j'ai pu comprendre la vie, pas toujours facile, de gens simples.
Un livre à lire et relire que je conseille à tous ceux qui sont curieux des autres.

Bonne et heureuse lecture, Nady
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Magnifique, 26 juin 2013
Par 
S. AURORE (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une si longue lettre (Broché)
Lorsque j'écris un commentaire sur un livre, j'essaye surtout de retranscrire ce que j'ai ressenti en le lisant, parfois je l'écris immédiatement, parfois je laisse le livre "reposer" le temps d'analyser un peu ce que j'ai ressenti car c'est parfois assez complexe. On a aimé ceci, pourtant on a a pas aimé cela...
Mon impression a été immédiate en commençant ce livre : je ne l'aimais pas, je l'adorais !

A plusieurs reprises, j'ai eu envie de prendre note de certaines phrases tant elles me semblaient belles, pleines d'esprit et tellement réalistes.

Le ton est tantôt léger, tantôt grave. Ce n'est qu'après avoir lu le livre que je me suis aperçue qu'il avait été écrit en 1979, il est encore tellement d'actualité !

Combien de femmes, combien de mères se sont-elles identifiées à ces personnages féminins ? moi qui suit femme, qui suit mariée et mère, je n'ai pu qu'être touchée par leurs combats, leur courage, leur dignité, je me suis sentie proche d'elles, et pourtant je ne suis ni sénégalaise ni même africaine.

Un très beau livre.

Je voulais lire "un chant écarlate", malheureusement je ne l'ai trouvé nul part. Dommage...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Une si longue lettre
Une si longue lettre de Mariama Bâ (Broché - 12 octobre 2001)
EUR 7,10
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit