undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles16
3,9 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:20,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Maria est ce genre de femme sur laquelle tous les hommes se retourne dans la rue. Elle travaille dans l'humanitaire et vit heureuse avec son époux et leurs jumeaux de deux ans et demi. Jusqu'à ce soir de réveillon de jour de l'an où l'époux en question lui annonce qu'il la quitte pour un de ses collègues également spécialiste de la théorie du chaos et également prénommé Folki. Malgré son départ immédiat, Maria pense qu'il s'agit d'une crise passagère, que son mari va bientôt revenir à la raison et à la maison. "On travaille à notre affaire", répond-elle à tous les gens qui lui demandent s'ils vont divorcer. En attendant, elle se rapproche de sa voisine Perla, une naine psychothérapeute le jour et nègre d'un auteur de polars la nuit...

Très emballée par les deux premiers romans d'Audur Ava Olafsdottir déjà publiés chez Zulma, je ne pouvais que me jeter sur "L'exception" malgré sa couverture qui fait saigner les yeux et le terminer en 48h. Maria se maintient dans le déni en se remémorant des souvenirs de son mariage dans lesquels le lecteur voit très facilement apparaître en filigrane ce qu'elle se refuse à admettre: son mari la trompait avec d'autres hommes depuis des années. Cette incrédulité, cette hébétude de la femme qui peine à accepter qu'elle ne connaît pas réellement celui avec qui elle pensait finir ses jours, sont rendues avec beaucoup de finesse et d'humour distancié, sans misérabilisme ni débordement émotionnel d'aucune sorte, d'une façon que je qualifierai de très scandinave. Le personnage de Perla, dont le sans-gêne m'irritait au premier abord, a fini par me conquérir avec son bon sens un peu brutal mais rassurant dans le fond. J'ai aimé retrouver l'atmosphère si particulière de l'Islande en hiver, ce froid glacial et cette nuit quasi perpétuelle qui semblent au diapason du coeur de Maria, gelé par le choc. Une fois de plus, je me suis laissée emporter par l'écriture simple et subtile à la fois d'Audur Ava Olafsdottir, décidément un de mes auteurs préférés parmi mes découvertes de ces dernières années.
0Commentaire|32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il y a des Saint-Sylvestre moins catastrophiques que d'autres. Celle que connait Maria au début de L'exception, est un vrai cataclysme : son mari depuis 11 ans, père d'adorables jumeaux, lui annonce tout à trac qu'il va la quitter pour vivre avec un autre ... homme puisque, fondamentalement, il a toujours été gay. Comment Maria va t-elle se remettre d'un tel tremblement de coeur et continuer à vivre malgré tout, tel est l'enjeu principal du livre d'Audur Ava Olafsdottir. On sait depuis Rosa candida que la romancière islandaise n'est pas du genre à céder au pessimisme, quitte à apparaître "candide" (?), et qu'elle est maîtresse dans l'art d'éviter les répétitions. Sans atteindre le niveau de son premier texte traduit en français, L'exception est une oeuvre très fine qui parvient à n'être jamais redondante. La recette : un humour à l'épreuve des coups durs, une ironie toujours présente et une lucidité sans faille, la cruauté des faits n'excluant pas la compréhension et l'empathie. Malgré moult rebondissements et une galerie de personnages pittoresques (la confidente naine, sorte d'ange-gardien), Olafsdottir n'est pas portée sur le spectaculaire, bien plus attachée à la stupeur et aux tremblements psychologiques d'une héroïne qui va se battre avec ses propres armes et ne pas baisser les bras. La vie est dure pour Maria comme pour chaque être humain, la romancière ne la peint pas en rose mais elle utilise toutes les nuances de couleur pour montrer que le noir, en dépit des coups du sort, n'est pas nécessairement le ton dominant. Pas plus que le gris d'ailleurs.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un joli récit un peu âpre, au très islandais décor tout de blancheur et de nuit, dont on ressort ragaillardie car une fois de plus pour l'auteur, il s'agit de nous faire partager un parcours initiatique. Ici, c'est un apprentissage douloureux, celui de devoir appréhender l'homme aimé dans son intégrité, alors que le visage double de celui-ci n'avait jusque-là présenté qu'une face. Comment survivre, aligner les heures, digérer un passé qui semble n'avoir été qu'illusion lorsque votre mari, le père de vos enfants si jeunes encore non seulement vous quitte pour un homme, mais dévoile une attirance homosexuelle qui fut toujours ? Reconsidérer son histoire d'amour à la lumière de cette révélation ne peut se faire sans heurts ni meurtrissures. Nous partageons, compatissons, admirons aussi cette héroïne malgré elle, nous la comprenons et nous l'aimons, l'accompagnant par la main au fil de ces quelques jours, vers un renouveau comme sait si bien les laisser entrevoir l'auteur.
Pas triste du tout, fantaisie assurée à travers certains personnages, la traversée de cette crise identitaire se fait en douceur, avec beaucoup de plaisir...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2014
J'ai découvert Rosa Candida, embrayé sur l'Embellie et forcément foncé sur "l"exception" dès sa parution. Merveilleuses histoires de femmes, pas de féministes, en Islande. Un univers qui dépasse les clivages homme/femme et dépasse aussi les frontières. Ce roman se déroule en plein hiver, cependant il irradie et il est magnifique...
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2014
Audio Ava Olafsdottir est encore en progrès.
Rosa candida était délicieux.
l'Embellie ,drôle, émouvant etbtres prenant.
Celui-ci est de la même veine, profond, original et magnifiquement écrit , d'un épluché toute personnelle
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2015
Livre très subtil , personnages attachants.
Durant le réveillon,un homme annonce à sa femme qu'il la quitte pour un homme, après 11ans de vie commune et deux enfants :elle est "l'exception". Au froid islandais s'ajoute le froid de la rupture
Mais dans tout ce froid rayonne la chaleur des personnages : l’héroïne, ses enfants , la voisine au grand coeur, l'ornithologue amoureux etc..
Ce livre soulève la question principale :connaissons nous les gens que nous aimons?L'heroine s'interroge:comment n'a telle pas compris en 11ans que son mari aimait les hommes?comment ignorait elle la double vie de sa mère?pourquoi fait elle la connaissance de son père biologique juste avant qu'il ne meure ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2014
Ouvrage passionnant et praticulièrement bien écrit. Belle analyse psychologique de la situation et des personnages. Lecture recommandé pour dépaysement assuré.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2014
Très bien écrit. Très facile à lire. Prenant, agréable et amusant.
Je recommande la lecture de ce livre.
Mais il n'est pas inoubliable !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2015
Livre en bon état , livré plus vite qu'annoncé à la commande.
Un morceau de vie décrit et décortiqué avec une infinie délicatesse , facile à lire , chapitres courts et bon rythme de lecture amenant rapidement au bout de l'histoire
je recommande
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Maria, qui vit en Islande avec ses jumeaux et son époux Floki, apprend le soir du Nouvel an que ce dernier la quitte après 11 ans de mariage pour son collègue de travail, spécialiste de la théorie du chaos. Sa voisine, la naine Perla, à la fois conseillère conjugale et écrivain, lui remontera le moral, tandis qu’elle tente de comprendre ce qui lui arrive.
J’ai trouvé ce livre mièvre et totalement inintéressant.
D’une part, il ne se passe strictement rien après le départ du mari, même pas une vraie scène de ménage qui serait pourtant justifiée après des années de tromperies.
D’autre part, on a droit à un étalage de platitudes et de bons sentiments terriblement ennuyeux. Ainsi, Maria, qui bien sûr travaille dans l’humanitaire, nous inflige des évidences navrantes sur la tragédie des enfants blessés par des mines dans des pays non désignés pour ne vexer personne, en précisant bien que, du coup, elle ne peut pas se plaindre de se faire larguer par un mari gay. Le personnage de la naine conseillère conjugale-écrivain, qui comprend tous les problèmes de couple sans les vivre et n’arrête pas de bouffer les provisions des autres en échange de ses bons conseils, nous abreuve de considérations superficielles sur le mariage et le métier d’écrivain. Les personnages secondaires sont à la fois plombier et écrivain ou chauffeur de taxi et poète, tous capables de parler de poésie et de peinture, comme si l’Islande n’était peuplée que par des intellectuels mal employés. Enfin, cerise sur le gâteau, l’auteur ne sait pas comment terminer son livre, preuve en est le dernier chapitre, en italique, qui laisse la fin à l’appréciation du lecteur.
Bref, c’est un livre gentillet et ennuyeux, qui fait penser à un épisode de Joséphine ange gardien.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,90 €
8,95 €
7,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)