undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

32
4,2 sur 5 étoiles
La déesse des petites victoires - Prix des libraires 2013
Format: BrochéModifier
Prix:22,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

41 sur 41 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 septembre 2012
La relation improbable entre Kurt Gödel, le plus fameux logicien du XXème siècle, maniaque et obsessif, et son épouse Adèle, danseuse de music-hall, donne lieu à une émouvante histoire d'amour. Comment un couple peut-il survivre lorsqu'existe un tel déséquilibre entre les aspirations des deux époux ? Comment peut-on être la femme "normale" d'un mathématicien à la santé psychique fragile, et peu sensible aux contingences de la vie matérielle ? Yannick Grannec livre quelques réponses, parfois joliment triviales : "si les hommes passaient plus souvent le balai, ils seraient moins malheureux", "Nos époux avaient besoin d'une bassine d'alcool ou d'un ciel étoilé pour refaire le monde, un bac de vaisselle sale me suffisait".

Mais ce livre est plus qu'une histoire d'amour, racontée retrospectivement, et avec nostalgie, par une vieille dame au bord de la mort. La montée du nazisme qui pousse à l'exil les scientifiques germaniques, leur installation dans une Amérique qu'ils découvrent, l'incroyable terreau intellectuel que constituait Princeton, où l'on croisait Einstein, Oppenheimer, Pauli, von Neumann..., la paranoïa du McCarthysme, tous ces éléments historiques contribuent à soutenir élégamment la trame sentimentale du livre.

Outre une jolie évocation de l'humour d'Einstein, on trouvera aussi un salutaire coup de griffe à ceux qui, déjà à l'époque, cherchèrent à s'emparer du théorème d'incomplétude Gödel pour lui faire dire, dans les domaines de la sociologie ou de la psychanayse par exemple, plus qu'il ne dit.

Mais il ne s'agit pas d'une biographie au sens strict, et de nombreux personnages secondaire sont inventés par l'auteur. L'alternance systématique de chapitres où se répondent deux degrés de narration (l'histoire d'une jeune femme cherchant à amadouer l'acariatre veuve Gödel, et les souvenirs que celle-ci lui relate) pourra agacer, mais on s'y fait. Le livre (451 pages) est sans doute un peu trop long, mais il est joliment écrit. Les explications mathématiques, pas très fouillées, sont accessibles au néophyte et intéressantes. On quitte cette lecture avec beaucoup d'affection pour la dure vie que Mme Gödel semble avoir traversée, et beaucoup d'admiration, mêlée de pitié, pour son étrange mari.

Une dernière citation, pour conclure : "Il y a 10 sortes de personnes. Ceux qui comprennent le binaire. Et les autres".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 février 2013
J'ai adoré me balader avec Adèle dans cette Vienne de l'avant guerre, et suivre son périple à travers l'Europe de l'Est, la Russie puis la terre promise, les Etats-Unis.
Grâce à elle, j'ai conversé avec Einstein, Oppenheimer, Von Neuman et bien d'autres de mes idoles, j'ai découvert le Princeton de la guerre froide et le Princeton d'aujourd'hui.

Ce livre est une petite pépite, on s'attache rapidement à Adèle, cette femme qui a dédié sa vie à son mari, son mari malade, antipathique et arrogant. La déesse des petites victoires, c'est bien elle, cette femme courageuse, patiente, prête à tout pour sauver son époux de lui-même, qui a tout enduré et n'a rien montré pour le préserver.

J'ai aimé l'ambiance qui règne dans ce livre, découvrir un monde qui m'a toujours fait rêver, un campus américain, les plus grands génies du 20e siècle, le monde la recherche... Très certainement un de mes coups de coeur de cette année 2013.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 décembre 2012
Voici un très bon bon roman qui alterne la relation entre Kurt Gödel et celle qui allait devenir sa femme, Adèle, depuis l'Autriche de l'entre-deux guerres jusqu'à l'Amérique triomphante de Princeton, et les quelques mois de 1980-1981 concernant la fin d'Adèle Gödel. L'héroine, Anna, mandaté par l'IAS (Institut for Advanced Studies)doit récupérer les archives de Kurt GÖdel encore détenues par sa femme (légerement acariatre mais attachante), pensionnaire d'une maison de retraite. Merveilleux roman qui nous fait comprendre comment le génie peut broyer ceux (et celles surtout) qui les entourent. On a peine à imaginer qu'un si puissant génie en logique et mathématiques puisse avoir eut un tel comportement. Lisez-le et vous verrez apparaitre des humains merveilleux et vous comprendrez ce que l'Amour peut faire. De plus, vous apprendrez quelques petites notions de mathématiques (très succintes) et de physique et un défilé de personnalités tel que Einstein, Pauli, Oppenheimer et j'en passe.Un très bon roman sur un sujet peu traité.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un article du Time a classé Kurt Gödel, connu de son vivant comme un véritable dieu logicien et un mathématicien aussi hermétique que fascinant, parmi les cent personnalités les plus importantes du vingtième siècle. Inconnu du grand public et incompréhensible pour la plupart des mortels que nous sommes, Yannick Grenier entreprend dans ce premier roman assez magistral de nous donner à mieux comprendre qui était vraiment cet homme.

Pour ce faire, la romancière emprunte un des nombreux artifices classiques, une grosse ficelle littéraire pas très originale, afin d'éviter de sombrer dans une sorte de biographie qui aurait sans doute le même goût ésotérique que les obscures formules mathématiques de son personnage. Ici, c'est une jeune documentaliste de Princeton, Anna Roth, qui est chargée par le Directeur de l'IAS de récupérer le document posthume intitulé le « Nachlass » (héritage en allemand) auprès de la veuve de Gödel, Adèle. Une veuve désormais confinée dans une maison de soins où elle attend la mort. Une veuve à la fois acariâtre et attachante que la jeune femme va devoir conquérir. Ce qui devait constituer une mission simple va se révéler une tâche infiniment plus compliquée, à la règle du jeu définie par Adèle, et au fur et à mesure que les deux femmes vont se découvrir et en apprendre l'une sur l'autre. Pour Adèle, Anna sera sa raison de s'attacher au brin de vie qui lui reste et de trouver enfin un peu de joie après une vie toute entière de renoncements et de peines. Pour Anna, Adèle deviendra une sorte de mentor qui lui permettra enfin de se débarrasser de ses démons en particulier avec les hommes. Entre les deux femmes s'établira une profonde amitié dont la construction constitue le second thème de ce roman épais.

Yannick Grenier pour mener à bien son livre a dû consulter des tonnes de documentations et avaler de nombreux ouvrages d'une grande exigence intellectuelle. Car Gödel n'était pas n'importe qui. Esprit pur, hanté par la recherche de la perfection et de l'élégance mathématique, il se passionna aussi de philosophie tentant un rapprochement axiomatique entre les mathématiques et la philosophie de Husserl ou de Leibnitz qui comptent parmi les philosophes les plus hermétiques qui soient. Il était aussi et surtout un homme présentant de graves problèmes psychiatriques et psychotiques, éternel valétudinaire, se nourrissant avec une parcimonie et une suspicion extrêmes tant sa phobie de croire que tout un chacun en voulait à sa vie ou à son honneur était permanente.

Né à Vienne, il fut l'un de ses nombreux scientifiques poussés par le régime nazi à émigrer aux Etats-Unis où il fut accueilli à Princeton qu'il ne devait plus jamais quitter. Il fut l'ami intime d'Albert Einstein qui ne voyait rien de plus réjouissant qu'une promenade en compagnie de Gödel. Il côtoya sa vie durant Oppenheimer qui en fit son protégé, Pauli, Morgenstern ainsi qu'une cohorte de Nobel ou de médailles Fields.

Pour lui, Adèle renonça à tout. Sa bizarrerie puis bientôt sa folie restreignirent leurs relations sociales. Ils vécurent chichement, son mari ayant horreur de quémander la moindre reconnaissance. Sa belle-famille la détesta toute sa vie, elle qui fut une danseuse de cabaret charmante et donc l'illustration parfaite d'un mauvais mariage pour celui qui était issu d'une famille bourgeoise. Toute sa vie, elle dut tenter de résoudre son équation à elle, celle qui consistait à aimer un génie, à le protéger de lui-même et de sa folie, tout en se protégeant elle-même et en renonçant à simplement exister pour elle-même.
C'est tout cela que Yannick Grenier nous donne à voir avec un luxe de détails et une capacité à rendre compte de dialogues imaginaires de haute tenue intellectuelle entre tous ces merveilleux esprits qui croisaient dans les jardins de Princeton. C'est aussi la limite du roman, très long à lire, exigeant une concentration permanente, se noyant parfois dans des circonvolutions non essentielles. Sans doute aurait-il gagné à être coupé d'une bonne centaine de pages ce qui aurait rendu sa lecture plus fluide. Mais, tout de même, il convient de saluer la performance d'un premier roman d'une grande exigence intellectuelle.

Publié aux Editions Anne Carrière - 2012 - 469 pages

Retrouvez mes notes de lecture sur thierrycollet-cetalir.blogspot.com
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 janvier 2013
Au fur et à mesure que je lisais la déesse des petites victoires, je me disais : "Tiens ! voilà le Prix Fémina ! C'est sûr !" Et puis non... pas de prix Fémina... je suis étonnée ! Ce livre avait tout pour le recevoir !
A part cette histoire de prix, si les mathématiques (ou plutôt les mathématiciens) ne vous ont jamais passionné "La déesse des petites victoires" pourrait vous faire changer d'avis !
Certes ce livre rend hommage à Kurt Gödel, peu connu du grand public malgré son génie, mais surtout nous donne à lire un de ces romans formidables dont les personnages restent quelques temps près de nous une fois leur lecture achevée. La femme de Gödel, Adèle, est particulièrement réussie sous la plume de l'auteur.

PS : le Fémina ou un autre d’ailleurs ! Ce livre n'aura peut-être pas le succès qu'il mérite, à moins que le bouche à oreille... à moins que le bouche à oreille... à moins que le bouche à oreilles... à bon entendeur...salut !

PS 2 : Yannick Grannec, personnellement, je surveillerai la parution de vos prochains livres...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 novembre 2012
Si je dis "francophone" c'est que j'inclus le suisse qui fait un tabac commercial sans autre intérêt que d'être formaté pour.
En revanche La Déesse des petites victoires est un livre délicieux, intelligent et émouvant qui mérite vraiment que l'on en fasse la promotion de bouche à oreille, ou de tweer à tweet, puisqu'il se trouve superbement ignoré des media et des réseaux qui font le prêt à penser (ou plutôt à décerveler).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un livre excellent sur un thème qui peut sembler rébarbatif la vie d'un mathématicien de génie Godel pas si connu que cela du grand public . Entre folie et génie nous découvrons cet homme par les yeux de sa femme , Adèle, chanteuse et danseuse de music hall ,au terme de sa vie et d'Anna qui a pour mission de récupérer les travaux non publiés de Godel . Nous parcourons cette vie qui ne fut pas toujours facile . On côtoie les grands esprits de de l'époque Einstein Oppenheimer , Von Neuman ou Morgenstern ' tous ont connu l'exil américain pour fuir le nazisme ,
Le maccarthysme est parfaitement évoqué avec la chasse aux sorcières et cette vie si pleine de ses grands esprits a Princeton . Un livre qui rend passionnant et accessible de grandes théories mathématiques mais qui rend humain ces hommes de génie et qui nous donne un bon éclairage historique de l'époque .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 mai 2013
L'histoire d'Adèle, donc, épouse du grand mathématicien Gödel.
A travers les époques et les lieux (l'Autriche, la traversée de la Russie pour atteindre le Japon puis les Etats-Unis...), on suit leur histoire de couple pas très gaie, puisque le génie n'étant pas forcément un cadeau au quotidien (malade, paranoïaque, égoïste...). Elle : les pieds sur terre et maternelle, elle sera son pilier tout au long de sa vie, sans trop de reconnaissance malheureusement.
Cette histoire est intéressante mais je l'ai trouvée un peu trop longue, je me suis un peu ennuyée...
Et les conversations "techniques" entre savants étaient parfaois un peu trop longues à mon goût...
Enfin, la peinture du petit monde des scientifiques universitaires à cette époque est intéressante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 septembre 2012
Description d'une époque passionnante qui annonce les bouleversements scientifiques de notre société actuelle au travers de la vie et surtout de l'amour improbable de deux êtres
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
C'est l'histoire du mathématicien Kurt Göbel (dont je ne connaissais même pas le nom...)
vu à travers les yeux d'Adèle son épouse aimante et dévouée.

Reconnu comme un génie qui a marqué son temps, il était follement égoïste, hypocondriaque
et si paranoïaque qu'on le retrouva mort de faim, près d'un monceau de victuailles
qu'il ne voulut pas toucher car il les croyait ... empoisonnées !

Il a côtoyé Einstein qui semblait s'accommoder de son "petit grain de folie".

Cette biographie romancée est admirablement bien écrite.
L'auteur connaît parfaitement son sujet et elle a pris le parti d'une narration très vivante.

On s'attache aux personnages de Anna, la documentaliste un peu timorée
chargée d'interviewer Adèle devenue veuve mais qui n'a rien perdu de
la pétulance de sa jeunesse bohême.

N'hésitez pas : plongez vous dans cette folle histoire d'amour saupoudrée
d'un zeste de génie mathématique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne
Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne de Antoine PAJE (Broché - 2 janvier 2014)
EUR 5,80

La vie rêvée d'Ernesto G.
La vie rêvée d'Ernesto G. de Jean-Michel Guenassia (Poche - 8 janvier 2014)
EUR 7,90

Le témoin invisible
Le témoin invisible de Carmen Posadas (Poche - 21 mai 2015)
EUR 8,10