undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles15
4,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:9,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 avril 2009
Ce livre décrit l'émergence, l'apogée et la chute de l'empire Khazar, situé autour de la mer Noire et Caspienne, qui fut visiblement un rempart aux invasions musulmanes et vikings - rôle que l'Empire byzantin reconnaissait à sa juste valeur via l'importance et la reconnaissance diplomatique accordées à ces dirigeants. Le style de Koestler est clair et limpide et son honnêteté intellectuelle semble plus que probante (les faits et hypothèses sont nettement séparés, et l'auteur se pose souvent la question de savoir si la source est valable).
Les Khazars, coincés entre l'influence byzantine et l'expansion musulmane mais dont la volonté d'indépendance politique était forte, choisirent visiblement de prendre comme religion le judaisme car non inféodé à ses deux concurrents territoriaux. Bien que doté d'une armée efficace, par l'arrivée des Rhus, le régime khazar succombera et les habitants s'exileront visiblement vers l'ouest (dont les cavaliers furent très appréciés par certains pays d'accueil). Ils auraient ainsi constitué le gros de la population ashkénaze actuelle. Il semble en effet que l'importance, au 11° siècle, de la population juive française ou allemande ne permette d'expliquer l'accroissement démographique qui suivit dans les siècles suivants et que seule une migration des khazars(et des populations qui vivaient avec eux) vers l'ouest le peut. Cela aurait laissé des traces dans l'organisation des communautés juives d'Europe orientale, dans la langue et des écrits royaux de pays voisins. L'auteur, vers la fin du livre, tord le cou à quelques idées reçues (comme la physionomie "juive").
Un texte particulièrement utile, qui donne envie de se renseigner plus encore sur l'empire khazar, son origine, sa structure et cette région du monde mouvementée.
0Commentaire|35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2013
Si vous vous êtes demandé pourquoi il y avait une grande communauté judaïque dans l'est de l'Europe, ce qui semble loin de Jérusalem ... voici un livre qui va vous passionner. Car vous découvrirez comment un empire méconnu, au bord de la mer Noire et de la mer Caspienne, l'empire Khazar, a eu une influence déterminante sur les migrations et invasions. Et pourquoi la religion juive a pris une telle importance dans cette partie du Monde, en tentant de résister à l'influence musulmane de l'empire byzantin si proche.

L'histoire de cette treizième tribu, convertie, est décrite grâce à de nombreux faits, avec le style toujours limpide et passionnant qui caractérisait Arthur Koestler. Ce remarquable intellectuel hongrois cherchait aussi à retrouver ses racines, il le fait avec brio.

Un texte enthousiasmant qui montre que l'histoire peut être contée avec la force du roman.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Koestler, tout d'abord, est un grand personnage de l'histoire juive, un pro-sioniste radical et engagé. Un grand intellectuel aussi, il faut le savoir. Ce livre est très particulier car il démontre de manière très recherchée et fort argumentée l'origine Khazar fort probable des juifs Ashkénases, càd de la grande majorité des juifs qui vivent aujourd'hui. Évidemment que cet éloignement de la tradition juive selon laquelle ce peuple est d'origine sémite selon le livre, vient perturber un très grand nombre de défenseurs des traditions, de croyances profondément ancrées et d'enseignements officiels. C'est aussi fort dérangeant pour tout ceux qui basent la doctrine et la politique sioniste sur la tradition religieuse et le livre. De ce fait, Koestler a été très critiqué par ses coreligionnaires pour ce livre devenu "sulfureux". Il est difficile de comprendre, vu du dehors, pourquoi cet homme, engagé à l'extrême, a effectué une telle recherche approfondie et l'a publiée sachant les remous que cela allait provoquer. C'est probablement son inquiétude permanente, sa recherche de soi, de ses origines, qui le poursuivront toute sa vie, jusqu'à son suicide à près de 80 ans... D'accord, pas d'accord? Laissons les experts argumenter... C'est en tout cas un livre obligatoire pour tout intellectuel qui se respecte, car il est écrit sans prise de position, sans recherche de polémique. Ce livre nous apprend d'abord que les gens, d'où qu'ils viennent et quels qu'ils soient, sont souvent pétris de certitudes quant à leurs origines et traditions, et c'est bien à mon sens que la vérité soit perpétuellement recherchée et non pas définitivement figée administrativement ou religieusement pour servir l'une ou l'autre cause. Après tout, qu'importe l'origine, c'est l'avenir qui est à construire. Je recommande vivement en tout cas...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2014
Une histoire que beaucoup de gens occultent, juifs et non juifs. Le livre remet en question l’exode, la naissance de la Hongrie.
Le pseudo retour biblique en Palestine. L'immigration juive correspond à toutes les autres immigrations : Le Canada, les USA, l'Australie, ..... Le déplacement des populations fait partie de l'histoire de l’humanité. En général ce fut toujours conflictuel avec les autochtones.
Marcel Poznanski
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2014
C'est un livre que j'ai lu il y a plus de 25 ans et que j'offre maintenant à des amis qui s'intéressent à l'origine des "Khazars" et juifs d'Europe Centrale qui n'ont en général pas le même physique que ceux d'au-delà de la Méditerranée. Si c'est un seul et même peuple à l'origine, alors pourquoi ces différences ????? A cela et à bien d'autres questions, le livre y répond ou tente d'y répondre.... En tous points passionnant !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est une vraie étude historique, sérieuse et bien documentée, sur un sujet assez méconnu lors de la parution du livre en 1976: l'histoire de l'empire Khazar, que nous livre Arthur Koestler. La plupart des faits décrits dans cet ouvrage correspondent à la réalité, aujourd'hui mieux connue, de ce royaume centré sur le triangle Volga - Don - Caucase. La résistance des khazars versus l'islam comme versus Byzance est bien décrite. Les causes de la conversion au judaisme: garder un équilibre entre les deux grandes puissances voisines, son bien expliquées et documentées. Nul doute que cette exceptionnelle aventure d'un peuple -exceptionnelle car les conversions au judaisme sont rares après l'apparition du christianisme et de l'islam- peu connu a beaucoup apporté, y compris à la connaissance d'une des origines des juifs de l'Europe Centrale, lorsque les khazars ont du refluer vers l'ouest sous la pression principalement des Mongols.

Mais je dis bien "d'une des origines", alors que -et c'est à mon avis la faiblesse de cet ouvrage- pour l'auteur, la quasi totalité des juifs d'Europe Centrale sont d'origine khazare. C'est le défaut classique d'un travail historique altéré par le désir irrépressible de prouver coute que coute une thèse fixée au départ. Koestler va jusqu'à dire que les juifs d'Europe Centrale ne sont pas "de vrais juifs", puisqu'ils sont exclusivement d'origine khazare! Il faudrait s'entendre: qu'est-ce que un "vrai juif? je pense qu'on est un vrai juif si l'on a adopté cette religion, ou si on se sent faire partie du peupe juif, et c'était visiblement le cas des khazars. De plus, Koestler invalide lui-meme sa propre thèse, puisqu'il admet à plusieurs reprises (par ex page 87), que bien des juifs "vrais" pour lui, fuyant les persécutions byzantines ou islamiques, se sont réfugiés en khazarie, et comme de plus il insiste sur le fait que c'est surtout la noblesse khazare qui s'est convertie, on voit de suite que la thèse que les ashkénazes sont quasiment tous d'origine khazare ne tient pas.

Koestler diminue aussi de façon drastique l'apport des juifs d'Allemagne, de France, d'Autriche, aux ashkénazes, cette partie de son argumentation est peu documentée et très peu convaincante. Enfin, il lui faut tordre la réalité par des efforts laborieux pour tenter vainement d'expliquer pourquoi le yiddish, la langue des ashkénazes, contient surtout des mots du vieil allemand, du slavon, de l'hébreu, et pas la moindre trace de la langue khazare. Les justifications qu'il en donne sont d'une faiblesse insigne. Dur de vouloir maintenir mordicus une thèse lorsque certains faits évidents la mettent en cause...

En résumé, l'étude sur les khazars est très intéressantes, la partie sur l'origine exclusivement khazare des juifs d'Europe Centrale est faible et inconsistante. Certes, il y a une composante khazare chez les ashkénazes, mais une parmi bien d'autres. Et n'en déplaise à Koestler, ces juifs sont bien de "vrais juifs". L'erreur est hélas courante chez certains historiens de se laisser déborder par "la passion de leur thèse", quitte à s'éloigner de la vérité.

Au demeurant, on ne peut en déduire que Koestler fut antisémite: sa conclusion (pages 305 à 309) est équilibrée et apaisante. Le problème est que certains auteurs plus récents, et notamment l'auteur du trop célèbre "Comment le peuple juif fut inventé?", se jettent comme des affamés sur certaines des hypothèses de Koestler, les utilisent comme des vérités absolues, en omettant les questions que Koestler lui meme se pose, dans le seul but de mettre en cause l'existence du peuple juif et d'Israel. C'est pour éviter de tels dérapages qu'un vrai historien devrait toujours savoir garder une distance par rapport à ses propres thèses, si séduisantes lui paraissent-elles!
55 commentaires|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2011
l'auteur a raison de reparler du rôle des conversions dans l'extension du judaïsme et de dire qu'il n'y a pas de race juive. l'idolâtrie de la terre dite sainte est mauvaise conseillère car le Temple est partout. Le Livre suffit.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2013
On savait Arthur Koestler homme engagé, homme passionné, on le découvre historien d'une époque bien mal connue et de peuples dont on cherche les noms dans Wilkipedia ! bravo , J ai découvert que les vikings, non contents d 'envahir la normandie par la mer, ont traversé la Russie, de Saint petersboug à la Caspienne par le Dniepr et la volga pour faire leurs razzias à Bizance !!
Les kasars seraient le fondement du peuple Juif d'europe centrale et le premier état Juif était au nord du Caucase
On en apprend tout les jours , merci Mr Koestler
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2014
En Israël, à l'époque de la publication (1976), mais qui ne fait plus controverse actuellement, reprise notamment par Shlomo Sand. Koestler démontre qu'après la destruction du temple par Titus, au premier siècle après JC, les Hébreux n'ont pas émigré en masse. La plupart sont restés en Palestine, et se sont convertis plus tard à l'islam, ou sont restés Juifs ou chrétiens. Par contre les émigrés volontaires ont converti des adeptes sur le pourtour méditerranéen ( à l'origine des Juifs séfarades) et certains peuples se sont convertis en entier, comme l'empire khazar, état tampon entre Byzance et l'Islam, situé plus ou moins sur le territoire actuel de l'Ukraine. Cet empire puissant fut démantelé par les hordes de Gengis Khan et les survivants se sont éparpillés dans la Russie naissante, particulièrement en Pologne ou Lituanie. Ils seraient probablement à l'origine des Juifs ashkénazes. Impossible de détailler davantage dans un bref commentaire. Lecture passionnante et éclairante. A compléter par les livres (très contemporains) de Shlomo Sand. La bible n'est pas un livre d'histoire.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2016
L'analyse de Koestler de l'origine des ashkénazes est bouleversante.
Je suis tout entier enclin à y croire et les polémiques satellites autour de cette hypothèse paraissent bien futiles : être juif étant avant tout une croyance enracinée dans l'histoire avant d'être un lien du sang.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)