Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La conscience des Néo-Communistes confrontée aux Archives !!!
Après son premier ouvrage concernant la publication de documents confidentiels Soviétiques issus des Archives de Russie Rapports secrets soviétiques, Nicolas Werth et Alexis Berelowitch nous proposent de nouvelles Archives, provenant des "Rapports secrets de la Police Politique (Tcheka, GPU, NKVD) 1918-1939".
Ici, les auteurs nous traduisent en...
Publié le 8 février 2012 par Unvola

versus
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une très bonne introduction pénalisée par de lourds et regrettables défauts
Cet ouvrage principalement porté par un auteur prolixe et sérieux, spécialiste incontournable en France du communisme et plus largement de la Russie contemporaine (XXième siècle) est original à plus d'un titre.

Construit autour d'une sélection de rapports rédigés par la police politique...
Publié le 8 janvier 2012 par Stan


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une très bonne introduction pénalisée par de lourds et regrettables défauts, 8 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Etat soviétique contre les paysans : Rapports secrets de la police politique (Tcheka, GPU, NKVD) 1918-1939 (Broché)
Cet ouvrage principalement porté par un auteur prolixe et sérieux, spécialiste incontournable en France du communisme et plus largement de la Russie contemporaine (XXième siècle) est original à plus d'un titre.

Construit autour d'une sélection de rapports rédigés par la police politique soviétique entre 1918 et 1939, ce livre a pour but de dresser le portrait des rapports avant tout conflictuels entre le pouvoir communiste et la paysannerie russe. Ces documents, très accessibles, sont regroupés par périodes clés:
- la guerre civile et la NEP (1918-29)
- la collectivisation du début des années 30 (1930-34)
- la période qui précède la guerre (1935-39)

Chaque partie est précédée d'une longue introduction qui à elles seules justifient l'achat de ce recueil. Claires, denses et riches en information, elles résument la recherche historique de ces 50 dernières années et citent abondamment et clairement les sources classiques sur chacun des sujets abordés. Un vrai bonheur pour qui souhaite rebondir sur des ouvrages en particulier étrangers.

Certes le ton est parfois à la limite du partisan (sur le plan historiographique), certes N. WERTH a tendance à s'auto-citer plus que de nécessaire (un mal bien français). On lui pardonnera néanmoins ses excès d'orgueil car le sujet est si rarement traité en langue française depuis 40 ans qu'on peut bien accepter quelques oublis d'auteurs parfois plus engagés, parfois plus anciens.

On retiendra que le propos du livre n'est pas l'exhaustivité mais bien l'introduction à un sujet vaste, profond, tragique touchant des dizaines de millions d'individus que l'histoire a balayé plus que tout autre en Europe durant l'époque contemporaine (cela inclut bien entendu la population juive principalement dans les marches occidentales de la Russie, confère le très bon ouvrage du même type édité en France par N. Werth Le Livre des pogroms: Antichambre d'un génocide, Ukraine, Russie, Biélorussie, 1917-1922)

L'histoire de ces générations est tragique et les rapports reflètent bien ces 2 décennies de folie, à l'exception de quelques rares années d'une tranquillité bien précaire (1925-1929).

Ce recueil souffre néanmoins de faiblesses graves, là encore assez typiques d'un ouvrage français:
- pas d'index
- pas de carte (et dieu sait qu'elles auraient été utiles)
- pas la moindre chronologie
- pas de bibliographie raisonnée (même succincte)
- un maigre glossaire dont l'intérêt est parfois discutable (trop de termes semblent abusivement être écrit en Russe quand on aurait pu les traduire, c'est du reste tout l'intérêt de la "traduction")

En relisant ces dernières lignes je me dis que peut être ma note aurait du être moins bonne, car c'est vraiment presque rendre le travail du lecteur proche du supplice si ce dernier souhaite réellement aller plus loin sur ce sujet.

On aurait accepter quelques pages en moins dans les diverses introductions en échange de ces éléments de base de tout travail historique digne de ce nom.

Si l'on ajoute à cela le caractère forcément aléatoire (du point de vue du lecteur qui ne connait pas les sources) quant au choix de certain rapports, le tout peut laisser l'impression d'un manque réel de professionnalisme, ce qui pourrait chez certains lecteurs donner le sentiment que le travail est presque bâclé.

Mais le sujet est rare, et les auteurs suffisamment sérieux pour que là encore on passe l'éponge ... avec regret.

Un ouvrage à lire donc, à garder, en étant conscient hélas qu'il ne pourra pas service réellement de référence pour un travail historique digne de ce nom.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La conscience des Néo-Communistes confrontée aux Archives !!!, 8 février 2012
Par 
Unvola - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Etat soviétique contre les paysans : Rapports secrets de la police politique (Tcheka, GPU, NKVD) 1918-1939 (Broché)
Après son premier ouvrage concernant la publication de documents confidentiels Soviétiques issus des Archives de Russie Rapports secrets soviétiques, Nicolas Werth et Alexis Berelowitch nous proposent de nouvelles Archives, provenant des "Rapports secrets de la Police Politique (Tcheka, GPU, NKVD) 1918-1939".
Ici, les auteurs nous traduisent en Français une toute petite partie de l'énorme travail de l'Historien Russe Viktor Petrovitch Danilov et de son équipe. Ces derniers ont, depuis la fin des années 1980, réuni une somme considérable d'Archives exhumées de l'ex-U.R.S.S.. Danilov avait commencé ce travail dans les années 1960 sur la base de certains "rapports de la Police Politique sur la situation dans les campagnes", contenus dans les Archives d'État confidentielles de l'Économie nationale, devenues provisoirement accessibles par erreur. Mais ces Archives alors rapidement refermées, Danilov ne put y avoir à nouveau accès que 30 ans plus tard, après l'effondrement de l'U.R.S.S., au début des années 1990.
Ce travail titanesque qui a duré plus de vingt ans, concerne une période fondamentale de l'Historiographie du Totalitarisme Communiste, qui s'étend de 1918 (formation du régime Totalitaire Communiste par Lénine) à 1939 (le Pacte Germano-Soviétique et l'entrée dans la Seconde Guerre Mondiale). En Russie ce phénoménal travail Archivistique est publié en 5 volumes nommés "Campagnes soviétiques vues par la Tcheka-OGPU NKVD, 1918-1939", depuis 1998 et dont le dernier volume doit paraître en cette année 2012. Malheureusement, Viktor Petrovitch Danilov n'a pas pu assister à la publication de ses deux derniers volumes de 2005 et de 2012, puisqu'il est décédé en 2004.
Nicolas Werth et Alexis Berelowitch nous présentent ici, les trois grandes périodes concernées par le monumental ouvrage d'origine.

La première période s'étend de 1918 à 1929 et concerne la mise en place du système Totalitaire Communiste par Lénine, ainsi que la prise du pouvoir par Staline pendant la N.E.P., après la mort de Lénine, en Janvier 1924.
C'est Lénine qui créa le 7 décembre 1917 (seulement un peu plus d'un mois après le coup d'État militaire Bolchevique (Communiste) du 25 Octobre 1917 à Petrograd), la première Police Politique de l'"Univers" Totalitaire Communiste réel, nommée : la Tcheka, contraction de l'intitulé suivant : "Commission panrusse extra-ordinaire de lutte contre la contre-révolution, la spéculation et le sabotage". Par la suite, cet "Univers" Totalitaire Communiste s'est développé à l'échelle Mondiale tout au long du 20ème siècle, à travers la structure de l'Internationale Communiste (ou Komintern), puis du Kominform.
Le responsable de la Tcheka était le sadique Félix Dzerjinski.
Cette Tcheka dépassa largement le cadre de sa mission initiale d'information ou plus exactement d'espionnage, quant à l'"esprit public" du pays, en réprimant et terrorisant la population pour le compte de l'Etat-Parti-Unique Bolchevique de Lénine. Et de toute manière, l'information étant étroitement contrôlée, il s'agissait surtout pour la Tcheka, d'espionner et de traquer les soi-disant "ennemis du peuple".
En mars 1919, Félix Dzerjinski fut nommé Commissaire du Peuple à l'Intérieur. En janvier 1922, la Tcheka fut rebaptisée GPU, et avec la création de l'U.R.S.S. à la fin de 1922, fut créée l'OGPU (administration politique d'État unifiée) regroupant les GPU des différentes "Républiques Socialistes Soviétiques Fédérées".
A la mort de Lénine en 1924, la Police Politique Soviétique employait :
- 600 agents informant la trentaine de hauts dirigeants Bolcheviques, par des documents confidentiels ;
- 26 500 "informateurs" espions.
- Ainsi que 6 300 "résidents" chargés de coordonner les "informateurs".

Depuis le coup d'État Bolchevique d'Octobre 1917, la répression se développa rapidement, et dès mai 1918, les dirigeants Bolcheviques mirent en place la "bataille pour les céréales", conférant ainsi les pleins pouvoirs au Commissariat du Peuple au Ravitaillement, déclenchant ainsi la Terroriste politique du Communisme de Guerre, envers la paysannerie. Dans les faits, les Bolcheviques avaient effectivement décidé une "Dictature du ravitaillement" consistant à réquisitionner par la force, les récoltes agricoles des paysans. Ce qu'expliquait clairement et succinctement, Lénine lui-même, le 29 avril 1918 (page 38) :

"Le temps est venu pour nous, de mener une lutte impitoyable, sans merci, contre ces petits propriétaires, ces petits possédants".

Cette "armée du ravitaillement" comptait fin 1920, jusqu'à 270 000 hommes.

D'une part, les premiers rapports opérationnels de juillet/août 1918 présentés dans cet ouvrage, démontrent parfaitement les deux raisons principales qui engendrèrent, dès l'été 1918, le commencement de l'opposition de la paysannerie à l'encontre du nouveau régime Totalitaire Communiste ; paysannerie que les Bolcheviques considérèrent immédiatement comme "contre-révolutionnaires" :
- 1ère raison : les réquisitions forcées par l'"armée de ravitaillement" Bolchevique ;
- 2ème raison : la Conscription obligatoire dans l'Armée Rouge de Trotski.
(Précision personnelle : ce furent les mêmes motifs, à savoir la Conscription inégalitaire des 300 000 hommes dans l'Armée Française, liée à l'État Liberticide Jacobin qui furent également à l'origine de la Guerre Civile Nationale et Vendéenne lors de la Révolution Française, en mars 1793..., débouchant sur le Génocide Vendéen).

La Terreur engendrée par la politique du Communisme de Guerre conduisit donc inévitablement à la Guerre Civile entre l'Armée Rouge de Trotski (les Rouges), et les opposants au régime Totalitaire Communiste, les Armées Blanches et les Armées de paysans (les Verts), et ce, jusqu'en 1921.

D'autres part, les rapports de la Tcheka mettent également en évidence le lien étroit existant entre les réquisitions forcées, de 1918 à 1921, et le développement de la gigantesque famine faisant 5 000 000 de morts, qui se produisit en 1920 et 1921. Cette famine réduisit considérablement les résistances des Armées Blanches et Vertes en décimant les paysans dans les campagnes révoltées. L'Armée Rouge de Trotski et la Tcheka de Dzerjinski profitèrent de cette terrible famine pour mettre un terme, dans la Terreur et le sang, à toute opposition (pages 40 et 41) :

"Ces émeutes sont écrasées par l'emploi d'une force militaire disproportionnée visant à semer la terreur : aux brutalités "traditionnelles" de paysans passant à tabac quelques membres du détachement de réquisition, les troupes spéciales de la Tcheka répondent par des tirs d'artillerie destinés à anéantir "l'ennemi", puis, une fois le village investi, procèdent à des exécutions pour l'exemple".

Dans toute la Russie, des milliers d'insurgés furent fusillés sommairement.
En février-mars 1921, des détachements punitifs appelés significativement "détachements d'extermination" vinrent à bout des derniers insurgés.
De même, les rapports montrent qu'il existe un lien étroit entre les réquisitions forcées disproportionnées et l'état de développement de la famine. Comme dans les régions de Tambov et de la Volga, les plus touchées par ces réquisitions violentes, devenant ainsi les épicentres de cette immense famine.
Les documents de la Tcheka-OGPU sur la famine de 1921-1922 prouvent qu'il n'est plus tenable pour les Néo-Communistes, de tenter d'imputer cette gigantesque famine à la seule sécheresse (page 52 et 53) :

"En réalité - c'est l'un des apports majeurs des documents des années 1923-1925 - la famine et la disette continuèrent à sévir dans un certain nombre de régions en 1923, 1924 et même 1925. Il ne sera plus possible, après la lecture des documents que la Tcheka-OGPU sur la famine de 1921-1922, d'imputer celle-ci principalement à la sécheresse qui affecta les régions de la Volga en 1921. L'effet catastrophique des réquisitions de l'automne 1920 (deux fois plus élevées que l'année précédente), qui incitèrent les paysans à n'ensemencer que le strict minimum nécessaire à leur propre consommation, est reconnu dans la plupart des rapports. Ceux-ci décrivent aussi la brutalité des collectes, en 1921-1922, de l'impôt en nature (censé remplacer, avec l'introduction de la NEP, les réquisitions), prélevé "manu militari", avec les méthodes qui ne différaient en rien de celles pratiquées, par les détachements armés de réquisition, au cours des années précédentes. Cet impôt était totalement disproportionné par rapport aux récoltes obtenues par une paysannerie dépossédée de tout (cheptel, outils agricoles). Une fois l'impôt prélevé, reconnaissaient nombre de rapports "les paysans étaient contraints de se nourrir d'ersatz".
(...) Les réserves de céréales, cependant, ne manquaient pas : en témoignent les très nombreux incidents autour des silos et des greniers d'État (où étaient stockées les céréales réquisitionnées) attaqués, pris d'assaut, pillés par des foules affamées de centaines, voire de milliers de personnes. A mesure que la faim progressait, la combativité des foules commençait à diminuer, les incidents s'espaçaient. Les rapports faisaient davantage état de la propagation d'épidémies (typhus, choléra) ou de cas de cannibalisme."

Danilov a même démontré sur la base d'une documentation inédite (issue de correspondances entre les hauts dirigeants Bolcheviques du Politburo), que ce sont les guerres paysannes de février-mars 1921, plus encore que l'insurrection de Cronstadt en mars, qui "obligèrent" Lénine à adopter la N.E.P. (Nouvelle Politique Économique), lors du Xème Congrès du Parti, le 21 mars 1921.
1921, fut donc l'année de l'écrasement des derniers importants soulèvements, notamment lorsque l'un des Maréchaux de l'Armée Rouge de Trotski, Mikhaïl Toukhatchevski (ex-haut responsable dans l'Armée Tsariste de Nicolas II), écrasa l'insurrection de Cronstadt en mars 1921 et dans la foulée, l'insurrection paysanne de Tambov à l'été 1921. Les moyens militaires utilisés pour anéantir les insurgés étaient colossaux (page 44) :

"Bombardement des bourgs insurgés par l'artillerie et l'aviation, voire utilisation de gaz de combat. A l'exception de l'Asie centrale et du Daghestan, les grands foyers d'insurrections paysannes furent liquidés à l'été 1921. Ne subsistèrent plus que des bandes armées éparses (l'OGPU recensait cependant encore, durant l'été 1922, plus de 300 bandes "importantes", composées chacune de plusieurs centaines d'hommes ou de cavaliers armés) à mi-chemin du banditisme de droit commun et du banditisme politique. Les autorités ne parvinrent jamais, tout au long des années 1920, à les éradiquer totalement. Avec la collectivisation forcée des campagnes et la dékoulakisation, le phénomène du banditisme rural repartit de plus belle."

Presque un an après le début de la N.E.P., un rapport sur la situation dans la province d'Omsk, datant du 15 févier 1922, démontre que la Terreur Rouge Bolchevique décrétée le 5 septembre 1918, battait toujours son plein (page 49) :

"Les abus des fonctionnaires chargés du ravitaillement ont atteint des proportions inimaginables. Un peu partout, les paysans arrêtés sont enfermés dans des granges glaciales, fouettés et menacés de mort. Ceux qui n'ont pas pu acquitter en totalité l'impôt en nature sont chassés à travers le village et piétinés par des chevaux. Puis il sont enfermés tout nus dans des granges glaciales. Plusieurs femmes ont été battues à en perdre connaissance ; d'autres ont été enterrées toutes nues dans la neige, des viols on été commis".
Ces pratiques allaient de pair, dans les régions insurgées, avec l'emploi des techniques de guerre les plus "modernes" expérimentées sur les champs de bataille de la Grande Guerre et destinées à anéantir "l'ennemi intérieur" : bombardement de villages par l'artillerie et l'aviation, utilisation de gaz de combat pour "nettoyer" les forêts où se réfugiaient les "bandits", déportations massives de civils, fusillades d'otages. Face à ces violences, les paysans insurgés eurent recours à des pratiques qui, par leur caractère ostentatoire, devaient terroriser l'adversaire : tortures, mutilations diverses, mises à mort atroces et spectaculaires (les communistes et les fonctionnaires du régime tombés aux mains des partisans "verts" étaient, en hiver, congelés vivants après avoir été aspergés d'eau ou bien enterrés jusqu'au cou, laissés ainsi en pâture aux animaux)."

Un autre rapport émanant de la ville de Krasnoiarsk datant du 21 janvier 1922, fait état du cas de : "mauvais payeurs enfermés dans des locaux où se trouvent des malades atteints de fièvre typhoïde".

Puis, ce fut au tour de la religion d'être persécutée par les Bolcheviques : fermetures d'églises et de monastères, campagne de confiscation des objets du culte à partir de 1922, ainsi que la persécution des prêtres et des moines.
En Ukraine et dans les provinces occidentales de la Russie, où la population Juive était importante, la politique antireligieuse des Bolcheviques fit ressortir l'antisémitisme latent d'une partie de la paysannerie, associant alors : Juifs et Bolcheviques.
De nombreux pogroms contre les Juifs furent commis par le banditisme paysan, les bandes "vertes".

Pour clore cette première période, et afin de mieux appréhender le contenu des rapports de la Tcheka, voici donc quelques extraits (pages 140 et 141) :

"Extraits du rapport opérationnel d'information n° 17 du Département secret de la Vetcheka pour le 21 janvier 1922

23 janvier 1922

Province de Samara (rapport d'information d'État n° 60, du 20 janvier 1922)

La famine a atteint des proportions terribles. Les paysans ont mangé tout ce qui prouvait servir de nourriture, chats, chiens. A l'heure actuelle, ils sont en train de déterrer les morts pour les manger. Dans les districts de Pougatchev et de Bouzoulouk, de nombreux cas de cannibalisme ont été notés. Selon les témoignages des membres du comité exécutif de la volost, le cannibalisme dans le bourg de Lioubimovka prend des proportions dramatiques. On isole les cannibales. Le comité provincial d'aide aux affamés a acheminé dans la ville de Pougatchev un train médico-alimentaire pour 5 000 personnes. Le convoi amène du ravitaillement pour six mois. Les échanges de marchandises avec l'Ukraine sont impossibles car dans les provinces de Zaporojié, Donetzk, Ekaterinoslavl, Odessa et Nikolaev, la famine a été déclarée. La collecte des dons alimentaires y est interdite. Les autorités provinciales ont nommé un responsable chargé de faire un inventaire rigoureux des produits envoyés en aide aux affamés. Les épidémies se développent.

(...) République de Bachkirie (rapport d'information d'État de la Vetcheka n° 6, du 20 janvier)
(...) L'ARA (note de l'auteur : ou American Relief Administration. Institution philanthropique américaine créée en février 1919 pour venir en aide aux victimes de la Grande guerre en Europe) a commencé à ouvrir des cantines. La famine se développe de jour en jour, 30 % de la population est affamée. Il n'y a plus aucune réserve d'ersatz, le cannibalisme se répand. D'après les statistiques fournies par le comité d'aide aux affamés de la Bachkirie, le nombre des morts dans le seul canton de Tabynsk atteint 4 000. Quant aux malades sous-alimentés ou ayant mangé des aliments impropres à la consommation, ils se comptent par milliers. Dans le canton de Kiptchak-Djetimir, la famine touche 70 000 personnes. 3 112 sont déjà morts de faim ; le nombre des personnes malades de sous-alimentation s'élève à 5 017 ; 2 750 personnes ont un oedème caractéristique de la sous-alimentation. Dans le canton de Doubkouch, la famine touche 75 000 adultes et 26 000 enfants. Dans le canton d'Ousergan, 2 708 enfants souffrent de famine ainsi que 39 890 adultes. Dans le canton de Tok-Tchouransk, il y a 43 000 affamés ; dans celui de Ialansk, 25 000. Au total, dans la république de Bachkirie, on a ouvert 1868 cantines pour 219 677 personnes."

La seconde période de l'ouvrage située entre 1930 et 1934, concerne la "Dékoulakisation", et la Collectivisation de 1930 à 1934.
Une directive du Politburo du 30 janvier 1930 décida la "Dékoulakisation", c'est-à-dire la "liquidation des koulaks en tant que classe". A ce stade, il est important de s'arrêter un instant sur la définition du terme Koulak qui servit de critère, parmi tant d'autres, à stigmatiser dans l'"Univers" Soviétique : l'"ennemi de classe". Le Koulak était considéré pour les Bolcheviques, dès Octobre 1917, comme un paysan "riche", à savoir que (page 791) :

"Les critères permettant de définir un koulak faisaient l'objet de nombreuses discussions au sein même du parti bolchevique : l'emploi d'un ouvrier agricole durant une partie de l'année, la possession d'une machine agricole un peu plus perfectionnée que la simple charrue, de deux chevaux et de trois ou quatre vaches suffisaient généralement à classer un exploitant agricole dans la catégorie des koulaks. En réalité, le plus souvent, ce terme était appliqué systématiquement à tout paysan manifestant une hostilité quelconque envers le régime".

Durant la "Dékoulakisation", trois catégories furent arbitrairement inventées par l'Etat Soviétique :
- Les Koulaks de la 1ère catégorie : "activistes engagés dans des actions contre-révolutionnaires". Ils étaient arrêtés et déportés dans les camps de concentration du Goulag, après un furtif passage devant une Troïka (tribunal d'exception de la Police Politique) ;
- Les Koulaks de 2ème catégorie : "les paysans les plus riches, mais moins activement engagés dans des activités contre-révolutionnaires". Ils étaient eux aussi arrêtés et déportés avec leur famille, après confiscation de tous leurs biens, dans des contrées éloignées et hostiles du pays ;
- Les Koulaks de 3ème catégorie : après avoir été expropriés devaient être "réinstallés dans les limites de leur district en dehors des terres prévues pour être collectivisées".
Bref, en seulement 3 années, de 1930 à 1933, au total ce sont environ 2 800 000 personnes qui furent déportées arbitrairement et dans des conditions inhumaines.

En novembre 1929, le Plenum du Comité central prit la décision de lancer la Collectivisation. Staline n'ayant rien inventé et perpétuant les "recettes" Totalitaires de son Gourou, Lénine (qui l'avait d'ailleurs nommé Secrétaire Général du Parti d'Union Soviétique en avril 1922), ce fut ni plus ni moins qu'un retour au Communisme de Guerre, instauré par Lénine en 1918. La Collectivisation généralisée entraîna l'expropriation des paysans, obligés d'intégrer les Kolkhozes (fermes collectives à statut coopératif) et les Sovkhozes (fermes d'État).
Cette récidive dans la politique de Collectivisation forcée des récoltes agricoles, engendra la seconde gigantesque famine de l'ère Soviétique après celle de 1921-1922, engendrant à nouveau la mort de 6 000 000 de personnes (toujours essentiellement des paysans), en 1932-1933.
Staline pleinement conscient de cette famine laissa littéralement son propre Peuple, mourir de faim (page 286) :

"Les aides effectivement débloquées s'élevèrent à 320 000 tonnes environ, ce qui, pour une trentaine de millions de personnes frappées par des disettes ou des famines, ne représentait que 10 kg de céréales par personne, soit à peine 3 % de la consommation annuelle moyenne d'un paysan. En 1932, l'URSS exporta 1 730 000 tonnes de céréales ; en 1933, 1 680 000 tonnes. En outre, les réserves d'État atteignaient, au début de 1933, plus de 1 800 000 tonnes. Quelle part de l'aide alimentaire débloquée par les autorités parvint jusque dans les villages ?
Une part minime, semble-t-il, les villes d'Ukraine et du Caucase du nord, elles aussi sévèrement frappées par la famine (Kharkov perdit en un an plus de 120 000 habitants, Krasnodar - 40 000, Stavropol - 20 000) ayant bénéficié de la plus grande part des maigres aides accordées. Les instructions envoyées le 19 mars 1933 par Vsevolod Balitskii, le chef du GPU d'Ukraine, "sur les mesures à prendre en liaison avec les difficultés alimentaires" précisaient que les aides alimentaires d'urgence étaient exclusivement destinées "à ceux qui les méritent, c'est-à-dire en priorité par ordre, aux kolkhoziens ayant un nombre important de journées-travail, aux brigadiers, aux tractoristes, aux familles ayant un membre dans l'Armée rouge, aux kolkhoziens et aux paysans individuels (...) s'étant engagés à entrer dans les kolkhozes"."

Le débat est ouvert depuis plusieurs années, quant à la caractérisation de cette monumentale Famine de 1932-1933, provoquée par l'État Soviétique, en Génocide. D'ailleurs, l'Ukraine qui nomme ce Crime de masse l'Holodomor, le caractérise de Génocide depuis 2006.

La troisième partie de cet ouvrage concerne la période allant de 1935 à 1939. Cette autre terrifiante période concerne les faux "Procès de Moscou", et surtout la "Grande Terreur" de 1937-1938, jusqu'au Pacte Germano-Soviétique du 23 août 1939.

Les faux "Procès de Moscou" servirent, entre autres, à liquider ou "purger" la première Garde Bolchevique de Lénine, tels que : Trotski, Zinoviev, Kamenev, Toukhatchevski, etc.. Ces faux "Procès de Moscou" débouchèrent donc sur le plan d'extermination de masse que fut la "Grande Terreur", nommée également par les Russes, "Ejovschina", du nom du responsable du N.K.V.D. (nouveau nom de la Tcheka), Ejov, entre 1937 et 1938.
Cette Terreur de masse fut d'abord constituée à partir de l'opération 00447, suite à la réunion du Politburo du 2 juillet 1937, qui prit la décision suivante (pages 598 et 599) :

"Envoyez à tous les secrétaires des Comités régionaux et républicains du Parti, ainsi qu'aux Comités centraux des partis communistes des républiques le télégramme suivant :
"Il est remarqué qu'une grande partie des ex-koulaks et criminels, exilés dans les régions du Nord et de la Sibérie, et rentrés par la suite, à l'issue de leur peine, chez eux, sont les principaux instigateurs des crimes antisoviétiques aussi bien dans les kolkhozes, les sovkhozes que dans les transports et certaines branches de l'industrie.
Le Comité central propose à tous les secrétaires régionaux et républicains du Parti, ainsi qu'à tous les responsables régionaux du NKVD, de ficher tous les koulaks et criminels retournés chez eux afin que les plus hostiles d'entre eux puissent être immédiatement arrêtés et fusillés à l'issue d'une procédure simplifiée devant une "troïka", les autres moins actifs, mais néanmoins hostiles, étant exilés dans des régions éloignées du pays sur ordre du NKVD.
Le Comité central vous invite, dans un délai de cinq jours, à lui proposer la composition des "troïkas", le nombre d'éléments à fusiller ainsi que le nombre d'éléments à exiler.
Le Secrétaire du Comité central, J. Staline"."

Le 31 juillet 1937, le Politburo adopta donc l'ordre opérationnel 00447, préparé par Ejov : "Au sujet de l'opération des anciens koulaks, des criminels de droit-commun et d'autres éléments antisoviétiques".

De plus, les quotas proposés pour cette opération pouvaient être augmentés comme précisé dans l'ordre 00447 (pages 601 et 602) :

"Ces chiffres, dit l'ordre 00447 ont pour objet de donner un ordre de grandeur. Néanmoins, les responsables des NKVD régionaux et républicains n'ont pas le droit de les augmenter de leur propre chef, sans autorisation. Dans les cas où les circonstances exigeraient d'augmenter les chiffres approuvés, les chefs régionaux et républicains du NKVD devront m'en faire personnellement la demande par télégramme motivé."

Tragiquement, cette appel à l'émulation dans les massacres par l'augmentation des quotas, prolongea jusqu'à 15 mois au lieu de 4 initialement, cette effroyable opération d'extermination !
En effet, cette monstrueuse opération de tuerie de masse débuta le 5 août 1937, pour se terminer le 17 novembre 1938.
Là encore, deux sorts tragiques attendaient les victimes :
- 1ère catégorie : les fusillés ;
- 2ème catégorie : les déportés au Goulag.
Puis, l'ordre 00447 fut complété par d'autres "opérations nationales" comme l'ordre n° 00439 datant du 25 juillet 1937, concernant les citoyens Allemands, l'ordre n° 00485 du 9 août, concernant les Polonais, etc..
Le terrifiant bilan de la "Grande Terreur" est le suivant :
- du 1er octobre 1936 au 1er novembre 1938 : 1 582 338 personnes furent arrêtées, dont 668 305 personnes furent condamnées à mort et fusillées !
Pour l'association de Moscou, Memorial, les chiffres sont sous-estimés de 8.5 %.

Les auteurs présentent également les rapports du N.K.V.D. concernant les réactions de la population, suite à la signature à Moscou du Traité de non-agression entre l'Allemagne Nazie et l'Union Soviétique (le "Pacte Molotov-Ribbentrop") du 23 août 1939, en clair le rapprochement entre Staline et Hitler.
Ce Pacte Germano-Soviétique déclencha la Seconde Guerre Mondiale suite à l'invasion de la Pologne, par les deux systèmes Totalitaires du 20ème siècle !
Le Peuple Polonais fut en partie déporté en camps de concentration et/ou anéanti par ces infâmes régimes Totalitaires Nazi et Soviétique !

Conclusion :
En lisant ces rapports de la Police Politique, on est immergé dans cette atmosphère inhumaine de Terreur de masse, de déshumanisation, de délation engendrant une sorte de schizophrénie sociétale généralisée.
Dans le système Totalitaire Communiste, l'être humain est déshumanisé, il devient alors un simple rouage, un esclave dont la vie n'a strictement plus AUCUNE importance. Seule l'application barbare de la délirante Idéologie, compte. Tout le monde doit alors s'en convaincre coûte que coûte, pour éviter le risque de devenir fou, de se suicider ou d'être éliminé à son tour.

Cet ouvrage concernant les Archives de la Police Politique Soviétique renforce le fait, qu'il n'y ait jamais existé de "gentils" Lénine et Trotski et de "méchant" Staline. Staline qui avait été nommé par Lénine en 1922, au poste suprême de Secrétaire Général du Parti Communiste, et ayant été plus rusé que Trotski, a pris le Pouvoir, puis perpétué et développé le système Totalitaire mis en place par les membres du Comité Central et du Politburo du Parti Communiste, composés de : Lénine, Trotski, Staline, etc..
Avec les témoignages de survivant, les auteurs apportent avec ces Archives des preuves incontestables sur le caractère intrinsèquement criminogène du système Totalitaire Communiste, dès son origine Léniniste d'Octobre 1917. Mais la résistance Idéologique de la plupart des Néo-Bolcheviques (Communistes) Français est telle, qu'ils continuent et continueront à idolâtrer l'Utopie Communiste..., jusqu'à la fin des temps...

Confer également d'autres ouvrages aussi passionnants sur le même thème :
- Anastassia Lyssyvets Raconte la vie heureuse... : Souvenirs d'une survivante de la Grande Famine en Ukraine ;
- Sous la Direction de Stéphane Courtois Le Livre noir du communisme : Crimes, terreur, répression ;
- Sous la direction de Stéphane Courtois Dictionnaire du Communisme ;
- Sous la direction de Stéphane Courtois Les logiques totalitaires en Europe ;
- Nicolas Werth Les Procès de Moscou : 1936-1938 ;
- Nicolas Werth La grande famine en Ukraine 1932-1933 ;
- Nicolas Werth L'ivrogne et la marchande de fleurs : Autopsie d'un meurtre de masse 1937-1938 ;
- Nicolas Werth L'île aux cannibales : 1933 Une déportation-abandon en Sibérie ;
- Robert Conquest La grande terreur précédé de Sanglantes moissons : Les purges staliniennes des années 30, La collectivisation des terres en URSS.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa7985e40)

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit