undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles3
3,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:17,25 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

A l'aube de sa mort, condamné par la maladie, un vieil homme revient sur son passé, et aimerait savoir ce qu'est devenu son ami de jeunesse, Stefan Dragan, violoncelliste, dont il s'est trouvé séparé sur un quai de gare à Budapest en 1944. Son fils Gabriel, à qui il se confie, va faire des recherches pour lui.

p.18 : « L'idée de regarder en arrière seulement parce que la mort est proche me désole. Pourquoi céder à la nostalgie un quart d'heure avant la fin ? Je me suis refusé toute ma vie à la complaisance des souvenirs. J'espère que l'agonie ne fera pas vaciller ma résolution. »

Point de complaisance dans ces souvenirs, non, mais le cheminement d'une vie par le biais de retours en arrière entremêlés. Le vieil homme, roumain du Banat mais d'origine française, raconte comment il a fui Timisoara en 1944, comment il a failli mourir du typhus peu après, l'exil au moment de l'insurrection hongroise de 1956 de celle qui deviendra sa femme, Zsuzsanna, qu'il rencontrera à Paris en 1957. Suzanne, à qui il promet une vie « de lait et de miel », une vie de famille sereine que la perte d'un enfant attristera à jamais. Il n'oublie pas non plus son ami Stefan, il a beau être « ivre de sa femme », il n'a personne à qui parler. « Notre bonheur a-t-il besoin d'une ombre au tableau afin que son éclat soit rehaussé ? Stefan était ce voile sur ma conscience, cette absence qui aiguisait mon regard sur le présent. Où était-il ? » (p.57)

Jean Mattern offre là un roman doucement nostalgique à la beauté indéniable, classique mais sans emphase, rehaussé par une fin qui dénoue les raisons de la séparation des deux amis, laissant la part belle au souvenir et à l'apaisement : une amitié fidèle ne meurt jamais, même lorsque le temps et la distance ont fait leur chemin pendant plus de soixante ans.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un court roman à l'écriture fluide et sensible, qui dit simplement la douleur de la perte et le bonheur d'une vie simple. Jean Mattern est issu d'une famille originaire de l'Europe centrale, c'est dire s'il connaît bien les bouleversements de la Hongrie aux frontières fluctuantes pendant la seconde guerre mondiale. Le narrateur, arrivé au terme d'une longue vie, se souvient de l'été de ses 15 ans en 1944, pendant la débacle allemande et l'avancée de l'armée russe. Un bel été pourtant, pour lui et son ami Stefan, jeune homme solaire au charme irrisistible. Pourtant la menace gronde et chacun devra faire des choix qui hanteront le narrateur toute sa vie. Le récit qu'il livre par bribes à son fils s'organise autour de quelques moments clés, mêlant de façon habile les lieux et les époques. Un beau moment de lecture.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2011
Voici un roman bien construit et bien écrit, agréable à lire, intéressant sur les plans humain et historique. Mais tout est peut-être trop bien agencé, trop travaillé, trop "lisse", si bien que le résultat manque de relief. Bref, c'est une bonne lecture, mais que l'on oublie très vite.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)