undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

16
4,0 sur 5 étoiles
Mudwoman
Format: BrochéModifier
Prix:24,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

27 sur 28 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 novembre 2013
Joyce Carol Oates a choisi de faire de son héroïne un personnage de comics. Abandonnée par une mère démente au milieu des marais des Adirondacks, Mudgirl est miraculeusement sauvée et placée dans une famille d’accueil misérable. C’est là qu’un couple de quakers la découvre et choisit de l’adopter pour remplacer leur petite fille Meredith Ruth Neukirchen, morte à 4 ans. Elle est élevée avec amour au milieu des livres et très vite se révèle d’une intelligence supérieure. Elle accomplit une carrière universitaire brillante. Les titres des chapitres annoncent les combats et les épreuves auxquels elle doit faire face tout au long de sa vie. La narration alterne passé et présent, faits réels et fantasmes plongeant le lecteur dans l’univers monstrueux des contes, d’une Amérique à la pauvreté sordide mais aussi dans le contexte des luttes politiques et idéologiques qui déchirent les sphères intellectuelles lors de la première guerre d'Irak. Un roman puissant dont on ne peut oublier le personnage féminin, généreux et fort.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L’univers de la grande femme de lettres américaine Carol Oates est fait de personnages confrontés à une vie ou à un destin tragiques, à l’exposition détaillée de situations qui finissent par rendre la vie tout simplement insupportable. Pour cela, il suffit à l’auteure de regarder par la fenêtre de son bureau sis dans la maison où elle vit et travaille depuis presque toujours. Ou de rêver, ce qui fut le point de départ de son dernier roman, « Mudwoman », après que la figure d’une femme couvert de boue craquelée lui fût apparue.

« Mudwoman » est en fait le récit d’un combat perdu d’avance car visant à occulter un passé devenu trop lourd, à gommer, consciemment ou inconsciemment des séquences de vie aussi essentielles que traumatisantes. Jusqu’à ce que les circonstances, la vie, la pression les fassent remonter à la surface avec toute la violence d’obstacles trop lentement contenus et ayant accumulé une énergie cinétique indomptable.
Ce combat, c’est celui de Meredith Ruth Neukirchen dite « M.R., une jeune femme de quarante et un ans, brillante, diplômée de philosophie à Harvard, oratrice de grand talent, séduisante et pourtant célibataire car choisissant toujours mal les hommes de sa vie comme son actuel « amant caché », un professeur d’astronomie empêtré dans un mariage raté mais incapable d’en tirer les inéluctables conséquences.

Pour M.R., tout en apparence va bien. La voici nommée première femme présidente d’une prestigieuse université de l’Ivy League. Le jour de son intronisation, elle doit prononcer un discours très attendu dans un contexte où l’Amérique vient d’entrer en guerre contre l’Irak. Pourtant, elle qui est si organisée, elle dont l’agenda est si minuté, elle va décider au dernier moment de partir faire une petite virée impromptue dans les Adirondacks. Un acte presqu’inconscient parce qu’elle veut retrouver l’endroit où elle a vécu toute petite. Et c’est alors que nous apprenons que MR vient en réalité des bas-fonds de la société. Née de père inconnu, elle fut jetée dans la boue par une mère folle et sauvée miraculeusement d’une mort certaine par étouffement par un vagabond et simple d’esprit. Confiée à une famille d’accueil peu recommandable, elle sera adoptée par un couple de quakers dont le geste de fraternité ne sera, comme nous le verrons, pas dénudé d’arrière-pensées pour le moins très troublantes.

Toute sa vie, MR a lutté contre ses origines. Toute sa vie, elle a cherché à vraiment s’apparenter à sa famille d’adoption avant, peu à peu, de s’en détacher comme nous le découvrirons.

Cette virée tournera à l’épreuve et réouvrira une brèche dans cette carapace de boue superficielle et fragile. Car derrière la force apparente de MR se cachent de nombreuses faiblesses, des doutes immenses, des peurs et des hontes que recouvre une certaine dureté.

Au cours d’incessants aller-retour, nous allons tout apprendre de MR et assister à une descente inexorable dans un puits de folie, d’auto-destruction seule échappatoire à un passé trop lourd à porter. Ce sont d’ailleurs ces pages où cette perception de la réalité s’altère, où visions et phobies se superposent à la réalité au point de les indifférencier qui sont les plus magistrales et les plus troublantes.

Troublé l’on ressortira assurément d’un roman puissant et souvent effrayant parce qu’il nous dit de la fragilité de nos équilibres psychiques.

Publié aux Editions Philippe Rey – 2013 – 563 pages

Retrouvez mes notes de lecture sur thierrycollet.cetalir.blogspot.com
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 décembre 2014
Même si incontestablement j'admire le style de JC Oates, je n'ai pas encore bien compris le manque de cohérence du personnage et de son histoire. Le thème de l'enfance saccagée, de la fragilité du personnage est à la suite des pages dilué dans un embroglio où sombre la destinée de Mudwoman. J'aurais aimé pouvoir tenir un vrai fil conducteur et ce n'a pas été le cas et la déception l'a emporté.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 mars 2014
Une très belle traduction pour cet ouvrage de Oates, monuments de la littérature anglo-saxonne. Une vie bouleversante et bouleversée, d'apparence solide mais bâtie sur des fondations de sable. Pas suffisantes pour résister au courant d'une sournoise rivière longtemps souterraine qui charrie des débris trop encombrants ... un permanent risque d'inondation !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 juin 2014
Passé les deux premiers chapitre, j'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser au personnage principal. La folie de sa mère et le déluge de catastrophes qui entourent son enfance sont tellement extrêmes, et le ton si banal, que l'ensemble m'a paru peu crédible : je n'ai pas pu (su?) entrer dans cette hsitoire ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 décembre 2013
Roman magistral où se côtoient la folie, la mort, la sauvagerie, la violence qui sous-tend les rapports humains; mais aussi dénonciation d'une certaine Amérique ( la guerre en Irak )et d' une "élite" intellectuelle prête à toutes les compromissions.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 septembre 2014
« Mudwoman », ou la femme-boue en français.

Avec ce titre, qui est à la fois le surnom et l’alter ego du personnage principal Meredith Neukirchen, on pourrait se croire de prime abord en plein comic-book. Sauf qu’il est ici difficilement question d’héroïne. Encore moins de super héroïne.

De boue, il sera beaucoup question dans cette histoire. D’abord physiquement puis symboliquement. Elle semble d’ailleurs presque suinter des pages pour coller aux doigts et à l’âme du lecteur courageux qui accepte de se laisser plonger dedans, à l’image de la chute originelle de Meredith.

Car c’est là que commence son épopée intime. Dans cette boue, au milieu des marais de l’Adirondacks, dans laquelle la folle de Dieu qui lui sert de mère décide de la précipiter toute entière et de l’y laisser mourir alors qu’elle n’est encore qu’une enfant battue sans défense de trois ans.

Contre toute attente, Mudgirl, qui deviendra Mudwoman -La boue ne part pas si facilement- sera sauvée. Sans en dévoiler plus sur les détails intermédiaires de son parcours, Meredith s’avérera aussi intelligente et apte à gravir les échelons que cassée intérieurement, l’ombre de Mudwoman trainant toujours derrière elle tel un boulet.

Meredith Neukirchen, devenue présidente de l’une des plus grandes universités américaines, étouffe. La boue ne l’a pas quittée. Malgré le luxe auquel sa fonction lui donne droit, elle ne se reconnaît pas dans ses vêtements hors de prix. Et alors qu’elle côtoie une foule d’intellectuels et de personnes qu’elle croie acquises à sa cause, la solitude va la tarauder jusqu’à l’étourdir. Jusqu’à la chute.

Entre fantasmes morbides et bribes de passé reconstituées (Le récit est construit comme un aller-retour constant entre les jeunes années de l’héroïne et sa vie actuelle), Meredith se débat plus avec les tourments de sa propre existence, qu’elle essaie de comprendre comme un enfant agenouillé devant un puzzle, que contre ses adversaires physiques, pourtant bien réels eux-aussi.

Tout l’enjeu du roman se trouve dans cette poursuite après elle-même, dans cette quête d’identité si difficile à atteindre sans cet élément crucial qui lui manque depuis toujours, à savoir l’amour véritable, désintéressé et honnête qui semble si rare à trouver.

L’écriture ciselée, presque chirurgicale, de l’auteur ne nous épargnera rien du chemin de croix de son héroïne, au risque de laisser plus d’un lecteur sur le bord de la route. Mais pour les autres, la lecture de ce puissant ode à la (sur)vie ne pourra que laisser des traces.

D'autres critiques sur aucoindeslivres.wordpress.com
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 10 juillet 2015
Déconseillé à ceux qui s'attendent à du suspense. Il n'y en a pas. Des évènements catastrophiques et "décousus" arrivent, tantôt ils sont réels, tantôt ce sont des fantasmes de cette héroïne antipathique qui ne cesse de se regarder le nombril et ressasse...
Je n'ai ressenti aucun malaise quant à sa situation, juste de l'indifférence. L'écriture ne m'a pas permis de compatir.
Un fatras qui se veut intellectuel...Franchement les carrières de ces messieurs-dames à l'intérieur de l'Université n'ont aucun intérêt. Les quelques allusions superficielles à des faits politiques ressemblent plutôt à des lieux communs.
L'auteur parsème tout cela des appellations "Mudgirl" et "Mudwoman", qui arrivent comme des cheveux sur la soupe.
Que d'efforts il a fallu pour arriver au bout...J'ai sauté des passages entiers, lourds, ce qui n'a rien changé à l'histoire.
Les seuls personnages attachants sont le couple qui adopte l'enfant, en particulier le père. Il y a de la vraie émotion et donc en fait, sur la totalité, une petite centaine de pages touchantes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 6 mai 2015
Le résumé du livre est assez mystérieux, on ne sait pas vraiment ce que les 500 pages vont décrire, à part cette fameuse enfance répugnante.
Le récit est très bien construit, on suit vraiment la descente dans la folie de M.R, comment elle passe de Présidente d'université à paranoïaque qui perd tout contrôle. j'ai beaucoup aimé ce récit, même si la fin finie un peu en queue de poisson ??
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 5 juillet 2014
on est dans le malaise tout au long du livre pour toutes les raisons possibles
A part le drame du début, au fond il ne se passe rien mais on reste saisi d'appréhension pour tout ce non-dit, toute cette folie sous jacente et même la fin est ambigüe.
Un excellent livre à emporter en vacances, l'histoire ne vous quitte jamais
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Nous étions les Mulvaney
Nous étions les Mulvaney de Joyce Carol Oates (Broché - 16 mars 2011)
EUR 8,10

Les Chutes
Les Chutes de Joyce Carol Oates (Broché - 28 novembre 2013)
EUR 8,40

Zombi (Nouvelle édition)
Zombi (Nouvelle édition) de Joyce Carol Oates (Broché - 3 décembre 2014)
EUR 6,10