Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 «Défense d'aller se baigner dans la Seine, pour qu'on n'allât pas compter les noyés.», 4 juin 2011
Par 
Damien Coullon (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de France : Tome 4, Charles VI (Broché)
(ordre du duc d'Armagnac suite à une révolte de Paris lors de la guerre civile)

Le règne de Charles VI le fou (1380-1422) est celui de la mort du royaume de France : amorcé d'abord par le schisme pontifical (papes de Rome et d'Avignon : 1378-1417), prolongé par un schisme politique (« schisme » des ducs d'Orléans, d'Armagnac et de Bourgogne : 1407) qui mène le royaume à la guerre civile suite à l'assassinat du duc d'Orléans (voir plus bas la position de Michelet par rapport au discours de Jean Petit ), et voit l'Angleterre profiter du désordre pour débarquer sur le continent et écraser l'armée française à Azincourt (1415) pour s'emparer de la Normandie dans un premier temps, puis suite à son alliance avec les Bourguignons, prendre Paris et signer le traité de Troyes (1420), qui prévoit que le futur fils d'Henri V d'Angleterre devienne roi de France et d'Angleterre.

On retrouve le Michelet qui « vit » vraiment l'histoire, laissant parfois percer son indignation, comme lorsqu'il présente le discours de Jean Petit, justifiant l'assassinat du duc d'Orléans :
« Cet épouvantable fatras n'a pas moins de 83 pages dans Monstrelet. Le copier, ce serait à en vomir. [...] Mais il faut lire l'original, il faut voir dans sa laideur ce monstrueux accouplement des droits et des systèmes contraires. Le cruel raisonneur prend indifféremment, et partout, tout ce qui peut, tant bien que mal, fonder le droit de tuer ; tradition biblique, classique, féodale, tout lui est bon, pourvu qu'on tue.

Le discours de Jean Petit ne mériterait guère d'attention, si c'était l'œuvre individuelle d'un pédant, l'indigeste avorton éclos du cerveau d'un cuistre. [...] Cette monstrueuse laideur de confusion et d'incohérence, ce mélange sauvage de tant de choses mal comprises, c'est du siècle, et non de l'homme. J'y vois la grimaçante figure du moyen âge caduque, le masque demi-homme, demi-bête de la scolastique agonisante.»

Petit regret : Michelet aurait pu montrer de façon plus claire comment le système des « apanages » (concession de fief prise sur le domaine royal), mis en place avant la majorité de Charles VI, a conduit à l'effondrement du pouvoir central en renforçant celui des ducs d'Orléans, d'Anjou, d'Armagnac et de Bourgogne notamment, qui vont ensuite s'affronter pendant la guerre civile, voire se détacher totalement du royaume comme le duché de Bourgogne, qui se verra même dispensé de l'hommage au roi de France en 1435.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Histoire de France : Tome 4, Charles VI
Histoire de France : Tome 4, Charles VI de Paule Petitier (Broché - 26 mars 2008)
EUR 15,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit