Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comment se servir du Dauzat ?, 3 août 2012
Par 
Pèire Cotó (Occitània) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée (Broché)
Depuis plusieurs décennies, le Dauzat (760 pages) est le dictionnaire de base que l'on consulte chaque fois que l'on veut connaître l'origine d'un nom de lieu. Mais ce dictionnaire a lui-même été amélioré au cours de son existence. Albert Dauzat (1877-1955) n'était pas de la même génération que Charles Rostaing (1904-1999) : le second a complété l'ouvrage du premier et même fini de le rédiger. Encore ne faut-il pas oublier le supplément placé à la fin, qui regroupe les données qui n'ont pas pu être intégrées dans le corps du dictionnaire et qui ajoute ou corrige, voire annule totalement, les informations données auparavant. Le rôle de Charles Rostaing a été précieux pour la Provence, dont il connaissait la langue et pour laquelle il a contribué (à l'excès ?) à ajouter des étymologies pré-indo-européennes abondantes dans son domaine.

Et depuis 30 ans, la toponymie a continué à évoluer, car jamais on ne sera sûr de ce qu'on avait cru établi. Peu à peu le dictionnaire vieillit. A-t-il bien vieilli ? Oui, au moins par comparaison, et plus dans l'ensemble que dans les détails. Le chanoine Ernest Nègre (1907-2000) a publié dans les années 90 sa Toponymie générale de la France en 3 gros et coûteux volumes, plus Addenda. Hélas, lorsqu'il contredit le Dauzat, on s'aperçoit avec l'expérience qu'il a tort le plus souvent. Donc on revient au Dauzat. Même s'il a été rédigé à une époque où un département appelé Seine-et-Oise existait et où on parlait de l'ancien provençal au sens de "langue parlée entre le Bourbonnais et les Corbières ou entre le bassin d'Arcachon et la plaine du Pô".

Le débutant peut être perdu par les concises explications qu'il va trouver dans le Dictionnaire, que des abréviations rendent plus austères encore. Il devra rechercher ce que sont les peuples dont il est parfois fait mention, comme les Ligures. Avec le Web, c'est plus facile qu'autrefois. Il sera déçu de ne trouver que les communes (de France métropolitaine, y compris les régions qui n'ont pas une langue romane comme idiome patrimonial, comme l'Alsace et la Bretagne) et très rarement les lieux-dits; mais leur inclusion aurait nécessité plusieurs tomes et... davantage que la vie des auteurs; encore toutes les communes n'y sont pas, quand les nombreux chercheurs n'ont pas trouvé d'étymologie, ils s'abstiennent, sauf quelques cas où le mot "obscur" vient laisser le lecteur à son désespoir : c'est bien entendu le toponymiste qui est dans le noir, le village restant au soleil...

S'adressant au grand public, le Dictionnaire évite les explications trop précises et peu compréhensibles. Après un long usage, le lecteur saura trouver où sont les ellipses et les sous-entendus. Si Dauzat devait expliquer le nom bien connu Stonehenge, on se dit qu'il serait presque (presque) capable d'écrire "du français pierre..." ! Il lui arrive d'expliquer un nom occitan par un mot français, sans préciser qu'il traduit... Le lecteur comprendra que "nom d'homme latin" ne veut pas dire que la personne était latine ou même romaine au sens général, mais que son prénom vient du latin et, d'ailleurs que le toponyme est peut-être né à une époque où on ne parlait plus vraiment le latin. De la même façon, mon petit voisin qui porte le prénom d'Enzo ne peut être qualifié d'italien, pas plus que William, habitant de mon village natal, n'était personnellement anglais. Mennouveaux (52) est formé du "nom d'homme germ. Minn-wulf et lat. vallis" : mais à l'époque de sa dénomination, on ne disait peut-être plus "vallis". Pour Maulévrier (49, 76), " lat malus, mauvais, et fr. lévrier" : il est évident qu'on ne parlait pas français à la même époque où on parlait latin. Dans les régions allogènes, les francisations graphiques, voire quelques traductions, sont rarement précisées, comme si elles allaient de soi. Le danger est que le lecteur peu au fait de ces questions prenne tout au pied de la lettre. Aucune excuse, en revanche, pas même celle du gain de place, pour expliquer Loze (82, près de Caylus), à 60 km de la Gascogne, par le gascon : ici l'excès de précision mène à l'erreur, alors qu'ailleurs bien des formules approximatives scientifiquement ont le mérite de signaler que le toponymiste ne saurait entrer dans les détails.

Il reste une autre limite. Très souvent des études locales n'ont pas été faites. Devant un nom connu sous sa forme française officielle et qui est le même que tant d'autres trouvés ailleurs, le dictionnaire croit bon de donner la même explication que pour les premiers. Il a parfois raison; mais un article de la Nouvelle Revue d'Onomastique ou un dictionnaire départemental fournit les formes anciennes trouvées dans les archives, ou bien la connaissance du dialecte local par ces chercheurs contemporains permet d'affirmer que l'évolution phonétique n'aurait pas donné la forme actuelle, éventuellement francisée de manière inadéquate : voilà que l'origine qu'on croyait probable cesse de l'être. Car on ne peut rien savoir de solide sans assez de formes anciennes (qu'il faut savoir interpréter, les latinisations abusives fourmillant dans les textes originaux) et sans connaître l'usage linguistique de ceux qui ont fait, par exemple, évoluer un nom germanique en zone languedocienne, ou un nom gaulois en Auvergne, depuis 1500 ou 2000 ans. Or Dauzat et Rostaing n'ont pu donner que ce qui était publié à leur époque.

Ces limites admises, le lecteur habitué à consulter souvent le Dictionnaire et qui se prend au jeu, s'habituera peu à peu à raisonner en toponymiste amateur, sentira de manière approximative quelle est l'évolution phonétique normale, c'est à dire l'usure des mots, en picard ou en gascon. Il aura compris que tel nom terminé en -adour trouvé en Auvergne ne peut venir du gaulois duros (durum dans les textes, qui sont en latin), qui signifie forteresse, ainsi que je l'ai lu dans un travail d'érudit local imaginatif, car en finale d'un composé ce nom est inaccentué, d'où par exemple Altòdurum > Autoire (Lot) ou Nemetòdurum > Nanterre (Hauts-de-Seine); il faut donc chercher le latin -atorem pour le suffixe occitano-roman ou ibéro-roman -ador (-eur en français). Le synonyme dun(um, finale latinisée), lui, est accentué et peut donner de façon reconnaissable Nieudan (Cantal), Meudon (Hauts-de-Seine), Verdun (Meuse, Tarn-et-Garonne, etc; avec Vero-, superlatif, ce que ne dit pas le Dauzat d'ailleurs), Laudun et Lauzun, et de façon moins visible Meung ou Melun. De façon plus intime, le lecteur saura prononcer Lanòbriga (> Lanobre, Cantal), accentué sur le ò, comme s'il avait fait un voyage dans le temps, il devinera les traces de ses ancêtres paysans ou guerriers du Moyen Age, de l'Antiquité et même ceux du Néolithique, avec leurs travaux, le paysage qu'ils voyaient, leurs croyances... Il leur donnera, reconnaissant d'être né, une vie posthume imaginaire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un bon outil !, 4 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée (Broché)
J'ai acheté ce dictionnaire pour des recherches sur la toponymie. c'est vraiment un outil précieux, même si vu l'importance de la matière,ce n'est pas toujours facile de retrouver le nom cherché. Par ailleurs, je reste sceptique devant pas mal d'explications un peu "faciles" , ramenant les noms de lieux à des personnes, au lieu de chercher d'autres racines! Mais quel travail ! Ouvrage indispensable si on s'intéresse à ce sujet, et même pour un amateur d'histoire !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ouvrage sur l'origine des toponymes, 22 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée (Broché)
Cet ouvrage fait partie des incontournables pour qui s'intéresse aux toponymes et à leur origine. Il correspond parfaitement à ce que je recherchais. Attention tout de même, il a ses limites, tous les noms de lieux n'y étant pas recensés. L'idéal pour le curieux ou le chercheur est de posséder plusieurs ouvrages traitant du sujet... et de croiser les données.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 plutot satisfaite, 20 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée (Broché)
Ouvrage passionnant mais forcément incomplet. Comment recenser tous les noms de lieux d'un pays ?
Cela dit, j'ai trouvé des noms de villages ou même de hameaux que je ne pensais pas trouver.
Je suis parfois frustrée :
- quand le nom d'un lieu a carrément changé au fil du temps. Pourquoi ne donnez-vous pas d'explication à ce changement ?
- quand plusieurs noms différents à l'origine donnent la même nom actuel. Comment est-ce possible ?
- quand vous donnez des noms de village voisins, vous ne donnez pas toujours la signification.
- quand vous n'expliquez pas pourquoi tel suffixe dans une région correspond à un suffixe différent dans une autre région.
En fait, j'attends sans doute trop d'explications d'un dictionnaire où la place est réduite.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 tres bien, 28 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée (Broché)
m'actualisation est parfaite,un sel reproche certain village landais ne correspondes pas par rapport au gascon, sinon une recherche doit etre faite in situ
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition..., 19 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée (Broché)
Dauzat le maître. Acheté pour un travail d'étymologie en cours. Je l'avais déjà et l'ai donc retourné. Sans problème de la part d'Amazon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Passionnant, 28 avril 2009
Par 
Boulard-kaelin "CBK" (France - Bourgogne) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée (Broché)
Livre très intéressant pour mieux comprendre l'origine des noms des lieux. Je m'y réfère souvent lors de mes voyages.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2ème édition revue et complétée
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 35,00
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit