undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:12,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 mai 2007
Le théâtre de Schiller est un théâtre de l'énergie. Au fronton de sa pièce, il fait entendre cet adage (je le dis approximativement): dénoncer la cruauté du tigre n'empêche pas d'en admirer sa fourrure. Karl et Franz Moor sont deux images de l'énergie, deux héros qui règnent l'un par l'admiration qu'il fait naitre de ses prouesses, l'autre par la terreur. Ils sont tous les deux condamnés aux supplices de l'enfer (Franz n'y croit pas, mais la fin de la pièce le montre se ralliant à cette idée).
Schiller nous montre donc un héroïsme à la fois dans sa splendeur (il y a des passages époustouflants: comme celui où Karl parlant à ses brigands, entourés de toutes parts par des hommes armés cent fois plus nombreux qu'eux, parvient à les convaincre non seulement de ne pas le livrer à ses ennemis (puisque c'est lui qu'ils veulent) mais en plus de se battre pour lui jusqu'à la mort)et dans sa décadence: l'héroïsme mène à l'échec. Karl accomplira un acte ignoble proprement bouleversant pour respecter le pacte qu'il a noué avec les brigands.
Schiller est vraiment doué pour vous enflammer et pour faire monter les paroles jusqu'au sublime.
Malgré quelques faiblesses (le personnage d'Amalia est très falot; des longueurs), cela reste une pièce d'exception.
11 commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 14 novembre 2009
Les brigands est une œuvre de jeunesse de Schiller, celle qui l'a rendu célèbre et propulsé sur le devant de la scène littéraire. Celle aussi qui lui a valu l'hostilité du duc Charles-Eugène de Wurtemberg au service duquel travaillait son père. Même si l'action se situe au XVème siècle, la critique du despotisme des petits princes allemands et des injustices sociales est en effet évidente. Pour Schiller, c'est de la liberté et en réponse aux aspirations profondes de l'humanité que naissent les lois justes, non de l'autorité des puissants.

Le héro Karl est fils aîné du compte Maximilan von Moor. Etudiant libertin, il aspire à retrouver une vie plus raisonnable, à obtenir le pardon de son père et pouvoir épouser Amalia, sa cousine orpheline. Mais dans l'ombre et en son absence son cadet Franz intrigue, le discrédite auprès du père pour lui faire renier et déshériter Karl. Ce premier forfait accompli, Franz fait ensuite disparaître son père pour devenir comte et tente en vain de séduire Amalia. Pendant ce temps, Karl désespéré fuit dans les forêts de Bohême et prend la tête d'une bande de brigands qui voleront aux riches pour donner aux pauvres et assassineront à l'occasion les puissants sont la justice aura couvert les crimes. Une opportunité de rédemption et de bonheur apparaît, mais les passions et le poids des engagements passés emportent les protagonistes dans une fin sanglante.

Malgré quelques longueurs et la faiblesse du personnage d'Amalia, la pièce est bouleversante dans son exaltation de la liberté et de l'héroïsme (avec des références fréquentes à Hector de Troie). Elle puise ses racines dans une large tradition littéraire (le retour (raté dans la pièce de Schiller) du fils prodigue ; le complot des frères de Joseph qui font croire à leur père Jacob que son préféré est mort ; Robin des bois ou toute autre figure du brigand justicier...) et a marqué durablement l'histoire littéraire (même si l'objet est différent, je n'ai pas pu m'empêcher en la lisant de penser à Sartre avec Le diable et le bon dieu).
La fin laisse un goût amer avec sa sauvagerie sanglante (j'ai pensé au Roi Lear qui paye chèrement lui aussi de s'être trompé sur les véritables sentiments de ses enfants), avec cet idéal et cet héroïsme qui se corrompent, mettant finalement Karl et Franz sur le même pied dans le crime.

Un monument de la littérature, à connaître absolument.
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,20 €
3,60 €
9,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)