Commentaires en ligne 


11 évaluations
5 étoiles:
 (10)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La politesse du désespoir, 16 mars 2009
Par 
Ouhman (Paris 18) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Ils ont eu des drôles d'enfances, les enfants de Fluide Glacial. Gotlib tout d'abord, qui raconte dans son autobiographie J'existe, je me suis rencontré comment les gendarmes français aux ordres de Vichy l'ont privé de père. Binet ensuite, célèbre pour ses Bidochons mais également auteur d'un ouvrage superbe et noir, L'institution, dans lequel il évoque le pensionnat. Enfin voici Gimenez et son émouvant Paracuellos, du nom d'un foyer de l'Assistance Publique espagnole de l'après-guerre.

Cet imposant ouvrage regroupe les 6 volumes déjà parus aux éditions Fluide Glacial, avec un papier de qualité supérieure et une couverture superbe : 3 adultes aux yeux plissés par le sourire, cernant 18 enfants dont les yeux tristes et fatalistes forment 36 petites taches blanches. L'un des enfants est agenouillé, les bras écartés, vraisemblablement en guise de punition.

Il y a plus de 50 petites histoires dans ce recueil mais elles n'en forment qu'une seule, qui raconte la vie quotidienne du foyer, faite de violence, de privations et d'interdits en tous genre, mais aussi de rêve et d'amitié. L'auteur a un peu triché : les anecdotes ne sont en effet pas arrivées dans un seul foyer et lui-même n'en a pas forcément été le témoin. Cependant il en certifie l'authenticité, or on le croit volontiers tant elles et leurs protagonistes sont criants de vérité.

Les enfants : Pirracas qui mange les mouches, les papillons et fouille dans les ordures ; Carlos qui n'a pas de père et dont la mère tuberculeuse est en sanatorium ; Adolfo, le plus grand du collège, à qui on ne prête des chaussures que pour aller à la messe ; Sancha à qui sa boîte à rustine confère le pouvoir de réduire les autres en esclavage ; etc.
Les adultes : le père Rodriguez, l'inventeur de la double-baffe ; Mlle Sagrario pour qui "le savoir entre avec le sang" ; l'infirmière à moitié aveugle qui désinfecte à côté des plaies mais à qui on n'ose rien dire de peur de se prendre un coup ; Merche, la surveillante de 14 ans qui vous fait une bise en échange d'une peseta ...

Enfin, pour laisser le dernier mot au grand Gotlib : voici 300 pages "de gags désopilants à se taper la tête contre le mur et à mouiller son froc de rire. Alors attention les yeux, vous avez intérêt à sortir vos mouchoirs des fois que les larmes se mettent à dégouliner tellement vous allez vous fendre la gueule".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Déchirant, 17 juin 2011
Par 
Petit poisson coloré - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Paracuellos raconte la jeunesse de Gimenez sous le régime franquiste, dans un orphelinat, loin de sa mère, malade, et de son frère, trop grand pour l'orphelinat, qui doit bosser pour nourrir la famille. Les dessins sont déchirants, l'histoire aussi, on a envie de pleurer tout du long malgré les rares moments de sourire, une lecture intense, poignante, dont je garde la trace près de 20 ans après l'avoir découverte. Il faut du courage pour tourner les pages, et l'on s'enrichit à chaque planche un peu plus. Ma belle-mère a vécu dans un orphelinat espagnol à cette époque, elle en garde encore des séquelles profondes, ce qui équivaut pour moi à un certificat de véracité sur ce récit...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Poignant mais pas gnan-gnan !, 12 mai 2010
Par 
Servane L. (Midi-Pyrénées, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Chacune des 50 histoires de cet album est poignante, drôle ou révoltante (ou parfois les trois à la fois).
Paracuellos, c'est le nom d'un foyer de "l'assistance" espagnole mais Paracuellos, c'est aussi l'histoire (vécue par Gimenez) des gamins démunis d'un orphelinat dans l'Espagne de Franco. Les dessins ont un côté expressionniste qui vous saisit aux tripes. Les textes sonnent juste et sont dépourvus de fioritures.
En tout cas, ce recueil ne vous laissera pas indifférents et je vous mets au défi de ne pas ressentir une sorte de malaise ou de boule dans la gorge à la lecture de ces chroniques politiquement et religieusement incorrectes ! C'est tellement drôle qu'on aurait envie de chialer comme dirait Gotlib.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 du rire aux larmes... aux rires, 25 juin 2011
Par 
Jean for Joel "J.V Omri" (Suisse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
les souvenirs de Carlos Giménez -tirés de ses longs passages dans des foyers de l'Assistance Publique Espagnole pendant la dictature de Franco- particulièrement émouvants et touchants ; des gosses -le plus souvent qui ont des parents- placés là pour gagner de l'espace ou parce qu'ils sont une bouche de trop à nourrir ; d'abord les adultes surveillants sont tous des pseudo-éducateurs d'une méchanceté crasse avec Dieu dans la bouche souvent vaniteux et stupides -insupportable de sadisme quotidien- qui ont tout pouvoir sur les garçonnets à eux confiés et qui en profitent salement... puis il y a la vie des gamins entre joies et peines, rivalités, amitiés, pingrerie, générosité, difficulté, solidarité, manque de tendresse, de nourriture... etc ; un dessin simple et expressif, les adultes-gardiens sont particulièrement bien croqués caricaturaux au possible dans leur laideur mesquine et sèche Et les gosselots sont des gosselots avec leurs rêves, leurs désirs, leurs tristesses... 300 pages de plaisir absolu à savourer -voilà trois semaines que j'en lis deux ou trois avant de dormir puis je reprenais le lendemain et ainsi de suite-. Je le conseille fortement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Excellent, 16 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Ce livre réunit tous les albums parus. Une grande série,en bonne place dans mes indispensables, tant graphiquement que sur le fond, c'est une grande découverte.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 on lit enfin les tomes 3 à 6 !, 17 mars 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Il ya avait longtemps que j'avais lu les deux premiers tomes, publiés séparément il y a déjà plusieurs années. Je n'avais jamais eu sous la main les volumes suivants en français. C'est chose faite, et on n'est pas déçu par la suite, toujours aussi talentueuse, navigant avec bonheur entre la verve, l'humour, l'émotion et la rage devant les mauvais traitements auxquels sont sans cesse soumis ces enfants, qui se débrouillent pour survivre le mieux possible en restant des enfants.
La présentation de ce volume est particulièrement réussie, belle reliure cartonnée, impression soignée sur du papier d'une certaine épaisseur. Bravo aux éditions Fluide Glacial !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rire ou pleurer, 8 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Je ne suis pas particulièrement bdphile, mais celle-ci m'a enthousiasmé! Il s'agit d'un témoignage de ce qu'ont vécu des enfants dans les internats de l'assistance publique sous l'époque de Franco. Mêlant à la fois humour et drame, j'étais sans cesse partagé entre envie de rire et pleurer de tristesse et révolte.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 compassion et colère, 9 mars 2009
Par 
Roland Revet "Briaucourt" (Franche-Comté) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Amers souvenirs de la période franquiste en Espagne et de la complicité des forces "morales", dont l'Eglise catholique hélas, souffrance de ces enfants qui ont subi ce régime, mais reconnaissance parce que beaucoup s'en sont sortis pour témoigner, comme l'auteur. Les dessins, en noir et blanc, sont émouvants et magnifiques, la couleur aurait été déplacée dans ces circonstances.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre de la littérature sur l'enfance, 22 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
Bien que publié dans Fluide Glacial l'oeuvre de Gimenez n'est pas à proprement parler "amusante". Je ne suis pas d'accord avec Gotlib qui affirme qu'en lisant Paracuellos, on va "pisser de rire.". Non. C'est beaiucoup plus fort que ça. Ce quotidien (vécu par Gimenez !) de pensions espagnoles sous Franco vous fera sourire par moments mais vous indignera plus souvent. Comme dit un lecteur, c'est poignant et pas gnan-gnan et comme le dit une autre lectrice, il y a dans ce livre de l'humour mais comme politesse du désespoir et j'ajouterais, comme énergie du désespoir. Remarquable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 On aimerait en rire, 6 octobre 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 (Album relié)
L'Histoire dans tout ce qu'elle a de plus tragique racontée avec humour par ceux qui l'ont vécue. La lecture est parfois dure, mais une fois le livre ouvert, impossible de le lacher.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xb33429b4)

Ce produit

Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010
Paracuellos - Prix du Patrimoine du festival d'Angoulême 2010 de Carlos Giménez (Album relié - 19 janvier 2009)
EUR 33,25
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit