Commentaires en ligne 


41 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (17)
3 étoiles:
 (13)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Noir, noir comme la lave.
J'adore ce romancier islandais, même si sa dernière livraison, "La rivière noire", (Le sublime "Betty" étant hors catégorie) tout en étant intéressante, m'a déçu. Le commissaire Erlendur était absent. Ici aussi, et cette fois c'est Sigurdur Oli qui s'y colle, sans même l'aide d'Elinborg puisqu'elle enquête ailleurs...
Publié le 11 juin 2012 par Jean Humbert

versus
32 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Quelque chose de pourri en Islande
Elle dure, l'absence d'Erlendur, et ses collègues policiers de Rykjavik n'ont vraiment pas la densité et l'épaisseur psychologique du commissaire rendu célèbre par Indridason. Son adjoint, Sigurdur Oli, qui prend le relais dans La muraille de lave, parait bien fluet en comparaison et de ses déboires sentimentaux, on se fiche...
Publié le 12 mai 2012 par traversay


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

32 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Quelque chose de pourri en Islande, 12 mai 2012
Par 
traversay (Orléans, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
Elle dure, l'absence d'Erlendur, et ses collègues policiers de Rykjavik n'ont vraiment pas la densité et l'épaisseur psychologique du commissaire rendu célèbre par Indridason. Son adjoint, Sigurdur Oli, qui prend le relais dans La muraille de lave, parait bien fluet en comparaison et de ses déboires sentimentaux, on se fiche sacrément, à vrai dire. Dans ce livre paru en 2008 en Islande, l'auteur, s'il ne délaisse pas son (ses) intrigue(s) policière(s), a surtout beaucoup à dire sur les dérives financières et morales d'un pays ivre de fausses richesses, à base de spéculations et de dettes, dont le tissu social se délite et où règne la cupidité et l'arrogance des nouveaux riches. On sait ce qu'il advint de ce "miracle économique" qui ne tarda pas à se muer en cauchemar. Echangisme, pédophilie, meurtres : il y a quelque chose de pourri dans l'univers que décrit Indridason, qui entremêle savamment les fils de son polar avant de résoudre l'affaire en un dénouement hâtif qui trahit son peu d'intérêt pour l'enquête en elle-même, qui passe après son violent réquisitoire contre les dérives d'une société qui a oublié ses propres fondements moraux. Néanmoins, le romancier reste toujours aussi habile dans le suspense et La muraille de lave, sans prétendre atteindre la qualité de certains de ses précédents livres, est d'un niveau plus que correct. En attendant qu'Erlendur revienne enfin, parce qu'il commence à sérieusement nous manquer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Noir, noir comme la lave., 11 juin 2012
Par 
Jean Humbert "gloup" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
J'adore ce romancier islandais, même si sa dernière livraison, "La rivière noire", (Le sublime "Betty" étant hors catégorie) tout en étant intéressante, m'a déçu. Le commissaire Erlendur était absent. Ici aussi, et cette fois c'est Sigurdur Oli qui s'y colle, sans même l'aide d'Elinborg puisqu'elle enquête ailleurs (et c'est l'objet du précédent roman - subtile construction - et elle est sans doute trop occupée à cuisiner ses tandori ...)
Au début l'intrigue part dans trois directions bien différentes, l'histoire de Lina, d'Andres et de xx (chut !). Elles 'tournent' toutes trois autour du pas joli-joli, du noir, très noir.
Sigurdur Oli se révèle un homme complexe, que je ne trouve pas très sympathique par moments. L'intrigue est diaboliquement menée. Du grand art.
Voici un grand Indridason. Infiniment supérieur au précédent. Le rythme est beaucoup plus rapide que dans les autres romans, sans être toutefois un thriller américain, n'exagérons rien !
Les personnages sont très bien fouillés, complexes, et attachants pour la plupart. L'intrigue se déroule à Reykjavik et donc les noms difficiles (un peu) qui rebutent certains, sont absents, généralement.
On peut même constater un rien d'humour (le journal qui disparait !)
Décidément avec Nesbø et Indridason la succession de Mankell est assurée. Un roman, on le comprend, que je me permets de très vivement recommander.
N'oubliez pas l'excellent et inimaginablement surprenant "Betty".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bof bof, 22 juin 2012
Par 
Marjolaine De Beaufort (St Germain sur Ille, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
Habituellement friande des livres d'Indridason (la série des Erlendur, parce que ses autres ouvrages sont bien moins bons), là je suis bien déçue. Cette enquête est menée par Sigurdur Oli (en parallèle de celle menée par Elinborg dans La Rivière Noire, en l'absence d'Erlendur) et c'est laborieux (sans compter que la thématique de la crise financière et des vilains arnaqueurs des banques m'intéresse peu). Et rajouter des histoires d'amour, ou plutôt de désamour puisqu'il est question de son divorce, est sans doute une envie de l'auteur de coller à la mode et de s'essayer aux sentiments "banals" mais c'est assez mal fait et sans grand intérêt (d'habitude les relations entre adultes chez Indridason sont tortueuses, complexes, pas ordinaires). Bref, j'espère que le prochain sera meilleur et qu'Erlendur va enfin nous dire ce qu'il a trouvé dans la lande !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sans Erlendur, mais ça ne pose aucun problème !, 1 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Muraille de lave: Livre audio 1 CD MP3 - 582 Mo (CD)
Le commissaire Erlendur est en vacances prolongées et a coupé tout contact avec ses collègues. Voilà qui donne un peu de champ libre à Sigurdur Oli, dont on va découvrir la véritable personnalité, lui qui est décrit comme un type froid, très snob et un mauvais mari, l'occasion lui est donné de se présenter sous un jour nouveau. Et effectivement, la recette est miraculeuse. J'ai pris plaisir à mieux cerner ce personnage torturé, à travers ses relations avec sa mère, mais aussi avec son père, à travers leur histoire de couple notamment, puis leur séparation. Inévitablement on pense à sa propre histoire avec Bergthora et certaines fêlures trouvent enfin leurs explications.

N'oublions pas que Sigurdur est flic et qu'il doit tremper dans la gadoue pour aider un ancien camarade d'école. Le beau-frère de celui-ci s'est fait pincer dans une soirée *entrecôtes* et depuis il est victime de chantage. Une petite intervention anodine de Sigurdur pourrait impressionner la jeune femme et calmer le jeu. Hélas, cette dernière est rouée de coups par un individu. Seul témoin sur les lieux, le policier est désormais dans l'embarras.

L'enquête va également nous conduire auprès d'investisseurs banquiers, déterrer de vieux dossiers mêlant le sexe, le fric et le crime crapuleux. Ambiance poisseuse, mais ambiance pesante. A ceci s'ajoute un revenant du passé, un clochard qui veut raconter à Erlendur son enfance dévastée par la faute d'un pédophile. Bon, on ne se marre pas à tous les coins de page, c'est sûr, mais on ne moufte pas non plus. Il faut suivre cette histoire dans un silence religieux et angoissant, qui ne laisse rien filtrer. Lorsque les masques tombent, forcément on en prend un coup au moral.

Insoupçonnable et pourtant élémentaire, cette histoire nous plonge dans des abîmes profonds. C'est amer, mais c'est bon comme un café sans crème. Par contre, j'ai souri malgré moi en replongeant dans cette Islande en pleine croissance économique, c'était une époque pas si ancienne, mais qui nous semble tellement surréaliste aujourd'hui... Prévoir pas moins de 10 heures d'écoute en version Audiolib.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Convenu, 20 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
Seules les parties sur la vie privée de Sigurdur Oli sont intéressantes. Les enquêtes policières, quant à elles, restent d'un classicisme ennuyeux et manquent de rythme. Etant donné que le roman se présente avant tout comme un polar, je ne pouvais pas mieux le noter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Tristement banal, 8 septembre 2013
Par 
A. Fabienne (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
C'est tout de même triste de voir le talent de l'auteur de La Femme en Vert se déliter livres après livres sous la pression du stakhanovisme éditorial qui lui impose, du moins je le suppose, de sortir un titre chaque année.
Cet opus-là est des plus affligeants à tous points de vue : l'histoire ne démarre vraiment qu'à la page 270, après qu'on se soit copieusement ennuyé pour parvenir jusque là ; l'enquêteur qui supplée l'absence d'Erlendur n'attire aucune sympathie et ses problèmes conjugaux nous laissent froids ; le tout est raconté sans aucune originalité et dans un style extrêmement plat (on hésite d'ailleurs à parler de style).
Bref, c'est un de ces polars banals comme il en pullule et qu'on oublie dès qu'on a fini la dernière page.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Du pur Indridason, 14 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
Dans la foulée de l'oeuvre précédente, aussi riche, aussi tendu. Noir c'est noir... Mais à suivre les personnages et les voir évoluer on s'attache et l'empathie s'intensifie
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 LA MURAILLE DE LAVE, 9 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
je suis en train de le lire, mais n'arrive pas à le " lâcher " ce qui est un signe de qualité pour un livre !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Un bandeau dithyrambique..., 27 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
...mais comme souvent le contenu est décevant.

Qu'Indridason soit le maître du policier islandais, peut-être. Mais qu'il soit LE maître DU policier, tout court, là c'est avoir lu bien peu de bons policiers pour oser un bandeau pareil : les éditeurs sont des chenapans.

L'intrigue est ultra simple, (avec une fausse piste ouverte comme un boulevard plus un second petit chiffon rouge tout aussi téléphoné), et pour finir, ne mène pas bien loin.

L'écriture (la traduction ?) n'a rien d'originale ("dénuement du verbe" dit Télérama cité sur la 4ème de couv'. Ben c'est peu dire.

Bof, au moins j'aurais fait un peu de tourisme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Où mène la cupidité? Sigurdur Oli mène l'enquête, 25 mai 2012
Par 
Jostein "Jostein" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La muraille de lave (Broché)
Arnaldur Indridason souhaite apparemment laisser son personnage principal, Erlendur, en vacances. Il a décidé de montrer une autre vision de l'enquête policière et de la société islandaise. Après avoir écrit un roman avec Elinborg (La rivière noire), il décide de faire mener l'enquête à Sigurdur Oli, le jeune adjoint formé aux méthodes américaines.
C'est l'occasion d'en découvrir un peu plus sur sa vie privée car l'auteur aime allier enquêtes et vie privée de ses enquêteurs parce qu'ils sont avant tout des hommes comme les autres.
Sigurdur Oli enquête sur une affaire de chantage suite à la demande d'un ancien ami d'école. Il se retrouve sur une scène de meurtre, celui de Lina, une libertine impliquée dans des affaires de moeurs. Dans sa vie privée comme dans son travail, Sigurdur Oli est un homme intransigeant, volontaire et un peu personnel. Il mène donc cette enquête souvent en solitaire, sans ménager qui que ce soit.
L'auteur est évidemment un grand maître de l'intrigue et cette affaire de mœurs nous entraîne bien plus loin, au cœur de la crise économique islandaise de 2008. C'est donc un roman beaucoup plus moderne qui nous fait découvrir les arcanes de la spéculation financière.
Comme à son habitude, Indridason crée une véritable ambiance en mêlant vie privée, enquête principale et une enquête secondaire qui nous fait découvrir un être meurtri depuis l'enfance prêt enfin à se venger.
L'auteur, par le biais du polar passionnant, peint aussi une société islandaise cupide. Que ce soient ces jeunes vikings de la finance ou le couple désœuvré de Lina et Ebbi, tous ont envie d'argent pour rembourser des prêts qui flambent ou pour mener un train de vie différent.
La muraille de lave est bien plus qu'une enquête policière, c'est à la fois un roman policier, un roman de société et un roman très humain qui tient le lecteur captivé jusqu'au dénouement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La muraille de lave
La muraille de lave de Arnaldur Indridason (Broché - 3 mai 2012)
EUR 19,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit