undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

18
4,4 sur 5 étoiles
Récits de la Kolyma
Format: BrochéModifier
Prix:8,10 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

33 sur 33 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 décembre 2009
J'ai découvert Chalamov en 2003 après la lecture d'une critique élogieuse dans Télérama évoquant "un chef d'oeuvre de la littérature concentrationnaire". Le qualificatif n'est pas trop fort car, pour avoir lu depuis d'autres excellents ouvrages sur les camps du Goulag ou du nazisme (Primo Levi et David Rousset en particulier), "Récits de la Kolyma" est incontestablement celui qui m'a le plus marqué. L'écriture de Chalamov n'est pas un exercice de style, elle ne s'embarasse pas de considérations philosophiques, elle nous plonge brutalement dans l'enfer de cet univers concentrationaire et ne nous lâche plus jusqu'au dernier paragraphe. Chalamov a passé 17 ans dans les camps, il est mort à 75 ans, pauvre, interné contre son gré dans un hôpital psychiatrique. Sa notoriété n'a rien de comparable à celle de Soljenitsyne mais son oeuvre sur le Goulag est sans doute plus authentique, d'ailleurs Chalamov n'hésite pas à jeter quelques doutes sur les récits de Soljenitsyne, estimant que ce dernier n'a pas vécu des conditions d'internement aussi dures que celles décrites dans "l'archipel du Goulag". Le relatif anonymat de Chalamov est tout à fait injuste mais il est probable que son oeuvre recevra un jour la popularité qu'elle mérite.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 juin 2012
La Kolyma est un fleuve qui se jette dans la mer de Sibérie orientale mais qui forme près de sa source des vallées profondes dans une région très montagneuse et très rude, juste au nord de la mer d'Okhotsk. Cette région a servi tout au long du XXème siècle de gigantesque camp de concentration du régime soviétique. Elle est tellement isolée qu'elle est considérée par les bagnards comme une "ile" que l'on atteint en bateau depuis le "continent" par le port de Magadan sur la mer d'Okhotsk.
Ce livre raconte la vie au quotidien des bagnards dans leurs casernements et leur travail dans les mines par des climats épouvantables et dans des conditions matérielles tragiques. La plupart des récits, très courts, ont été vécus par l'auteur au cours de sa détention. C'est un curieux mélange d'ordre carcéral strict, d'absurdités criminelles et de vie presque normale: on alterne les scènes de maltraitance des mineurs par un froid de -50°, les relations hiérarchiques entre les différentes catégories de bagnards et des plages de répit dans des hôpitaux où sont organisés des cours de formation à la médecine.
La première moitié (trois premières parties) de ce très gros livre est très construite autour de ces différents thèmes. La deuxième moitié est la collecte d'autres récits plus secondaires, qui reprennent les mêmes histoires de façon un peu répétitive.
C'est un très grand livre, qui nous plonge dans une période historique dont on a du mal à croire qu'elle a pu exister il y a si peu de temps.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
84 sur 89 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 octobre 2004
Je suis tres surpris que cet ouvrage n'ai pas deja ete commente sur Amazon. Je m'etonne aussi que figurent ici en recommandation d'achat groupe les essais sur le monde du crime, puisque c'est en fait une partie du volume propose par les editions Verdier...
S'il faut lire un livre, c'est celui la. Et est-il meme necessaire d'en lire d'autres ? "Anti-roman" ainsi que defini par son auteur, Les recits sont le plus grand roman, et le plus grand livre tout court du XXieme siecle, sans la moindre contestation possible.
Tout y est de la souffrance humaine, du mecanisme bureaucratique qui hante, avec son cortege de deni, d'arbitraire et de secret, pour reprendre l'expression de Max Pages, les organisations humaines modernes. Or, tout est (ou tout est devenu) organisation.
La dissection brillante du Goulag que fait Chalamov nous montre ce qui se passe dans toutes nos organisations des que le respect de l'autre, de l'humain n'est pas la norme absolue de comportement. Sans cette norme, la democratie est un mot aussi vide et aussi barbare que le communisme. L'horreur ouverte, sans pudeur, du Goulag nous renvoie a l'horreur feutree, hypocrite, des bureaux. Bien sur, il s'agit de la mort programmee stalinenne...Cela dit, Les recits de la Kolyma depassent, par leur brio et leur profondeur, les plaintes d'outre-tombe des deportes. Ils nous ouvrent des perspectives sur nos souffrances quotidiennes et sont en cela universels et a-historiques, comme l'est la Pensee et l'Analyse.
Ce qui rend cette oeuvre incommensurable et plus precieuse que tout autre a l'humanite n'est pas seulement qu'elle provient d'un vrai genie de la litterature. C'est aussi qu'elle ne relate que des faits averes !!! Et qu'elle n'est que faits. C'est une immense tragedie, celle de l'infinie souffrance du meilleur des hommes infligee par les hommes communs. Chalamov a passe 20 ans au Goulag. Aucun don, aucun repentir ne rachetera l'humanite (sans jeu de mot...) de ce crime.
Enfin, je ne comprends pas que Chalamov n'ait pas encore recu (a titre posthume) le prix Nobel de litterature. Ceci est un autre crime, contre l'Art et la Pensee cette fois.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
35 sur 38 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 février 2005
ce volumineux receuil de textes indépendants mais traversés d'une grande cohérence est magnifique. Drôlerie, tragique, fureur contenue, crime, culpabilité. Toute l'âme russe défile dans cette chronique des goulag qui n'est pas sans rappeler l'Espèce humaine de Robert Antelme. ce livre est plus qu'un témoignage, c'est une expérience, une grande oeuvre de littérature
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 février 2014
Je ne vais pas être original et simplement apporter ma petite pierre aux éloges ci-dessus. Ces récits sont brillants. Pas de fioritures, pas de pathos, un texte brut. Des faits simples, des descriptions abruptes du quotidien des "crevards" des camps de la Kolyma. Comment manger un peu plus que les autres, comment faire pour rester à l'hôpital un jour de plus pour éviter le travail, se réjouir lorsque qu'on chie des glaires et que l'on passe pour un dysentérique, marcher avec des orteils à vif depuis des années.... Survivre et ne penser qu'à soi, oublier les autres - penser aux autres, c'est un luxe au goulag.
Le dernier récit (le gant) prend un peu de hauteur, de recul. Il n'en donne que plus d'importance à ceux qui précèdent.
Un recueil vrai, fort et poignant.
On a effectivement du mal à concevoir que Chalamov soit aussi peu connu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 février 2012
faut absolument
..... s'accrocher
..... continuer
..... y revenir
.....................quelle leçon de vie

assez dure comme lecture distrayante mais riche
à consommer entièrement mais avec modération, il faut le penser

CHAPEAU
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 juillet 2013
Chalamov est un immense écrivain et son oeuvre maîtresse, les Récits de la Kolyma, est à la fois un témoignage marquant sur le Goulag et une démonstration stylistique. Je le trouve supérieur à l'Archipel du Goulag de Soljénitsyne pourtant plus connu. D'une profondeur confondante. Ecrit dans une langue qui mérite tous les éloges. Si bien qu'il semble impossible de mieux écrire et de mieux décrire. Certes, c'est très long, mais comme il s'agit de récits, on peut n'en lire qu'une partie, ou des extraits au hasard. Toutefois, je recommanderais d'acheter l'oeuvre complète, et non une sélection de textes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 septembre 2013
C'est un témoignage brut, lucide, pratiquement cynique. Alors que les camps nazis ont été à maintes reprises montrés, commentés, décrits, la répression en Union soviétique a été, tous comptes faits, largement occultée. Un livre à compléter de l'ouvrage photographique de Tomasz Kisny, Goulag.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Il est absolument impossible de résumer une telle accumulation de situations aussi monstrueuses (ouvrage de 1500 pages). En effet, Varlam Chalamov a passé 17 années de sa vie dans les ignobles camps de concentration du Goulag, notamment, dans ceux de la Kolyma en Sibérie, par des températures avoisinantes, 10 mois sur 12 : -30°, voire -50°.

Comme l'écrit avec humour Varlam Chalamov, page 36 :

"Au-dessous de moins cinquante, un crachat gèle au vol".

L'auteur a vécu l'horreur et la barbarie dans un monde dans lequel la vie d'un Zéka (prisonnier-esclave) n'avait aucune valeur.
Dès qu'un "crevard" (prisonnier) mourait : de faim, de froid, de maladie, d'épuisement, fusillé, etc., il était aussitôt remplacé par un autre esclave déshumanisé.

Ce chef-d'oeuvre de la littérature Russe est un témoignage fondamental pour l'Histoire, et la MEMOIRE de ces MILLIONS de victimes exterminées au Goulag par le régime totalitaire COMMUNISTE.

L'histoire de l'humanité est en même temps, tragiquement, l'histoire de l'INHUMANITE !

Confer également les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de :
- Alexandre Soljénitsyne (L'archipel du Goulag) ;
- Alexandre Soljénitsyne (Une journée d'Ivan Denissovitch) ;
- Jacques Rossi (Qu'elle était belle cette utopie !) ;
- Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ;
- Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ;
- Margarete Buber-Neumann (Déportée en Sibérie Tome 1 et Déportée à Ravensbrück Tome 2) ;
- Iouri Tchirkov (C'était ainsi... Un adolescent au Goulag) ;
- Boris Chiriaev (La veilleuse des Solovki) ;
- Malay Phcar (Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 - 8 mars 1980) ;
- Sergueï Melgounov (La Terreur rouge en Russie : 1918 - 1924) ;
- Zinaïda Hippius (Journal sous la Terreur) ;
- Jean Pasqualini (Prisonnier de Mao) ;
- Kang Chol-Hwan (Les aquariums de Pyongyang : dix ans au Goulag Nord-Coréen) ;
- Aron Gabor (Le cri de la Taïga) ;
- Lev Razgon (La vie sans lendemains) ;
- Pin Yathay (Tu vivras, mon fils) ;
- Ante Ciliga (Dix ans au pays du mensonge déconcertant) ;
- Gustaw Herling (Un monde à part) ;
- David Rousset (L'Univers concentrationnaire) ;
- Joseph Czapski (Souvenirs de Starobielsk) ;
- Barbara Skarga (Une absurde cruauté) ;
- Claire Ly (Revenue de l'enfer) ;
- Primo Levi (Si c'est un homme) ;
- Primo Levi (Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz) ;
- Harry Wu (LAOGAI, le goulag chinois) ;
- Shlomo Venezia (Sonderkommando : Dans l'enfer des chambres à gaz) ;
- Anastassia Lyssyvets (Raconte la vie heureuse... : Souvenirs d'une survivante de la Grande Famine en Ukraine) ;
- François Ponchaud (Cambodge année zéro) ;
- Sozerko Malsagov et Nikolaï Kisselev-Gromov (Aux origines du Goulag, récits des îles solovki : L'île de l'enfer, suivi de : Les camps de la mort en URSS) ;
- François Bizot (Le Portail) ;
- Marine Buissonnière et Sophie Delaunay (Je regrette d'être né là-bas : Corée du Nord : l'enfer et l'exil) ;
- Juliette Morillot et Dorian Malovic (Evadés de Corée du Nord : Témoignages) ;
- Barbara Demick (Vies ordinaires en Corée du Nord) ;
- Vladimir Zazoubrine (Le Tchékiste. Récit sur Elle et toujours sur Elle).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 2 janvier 2014
Extrait d'un ouvrage plus important, ces récits présentent parfaitement, sous le couvert de nouvelles, la situation dans les camps du goulag, et l'impossibilité de la révolte quand le corps est épuisé.

Un grand merci à Staline pour avoir su inspirer de tels récits et à tous ses intellectuels qui le soutenait obstinément [humour 3eme degré - de nos jour il faut tout préciser, l'humour étant la chose la moins bien partagée semble-t-il].
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
L'Ile aux cannibales
L'Ile aux cannibales de Nicolas WERTH (Poche - 20 novembre 2008)
EUR 8,00


LE VERTIGE. Tome 1
LE VERTIGE. Tome 1 de Evguenia-S Guinzbourg (Poche - 4 avril 1997)
EUR 8,40