undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite Jeux Vidéo cliquez_ici

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles12
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Voici un court roman pourtant très riche en émotions. L'histoire d'un homme peu habitué aux relations avec les autres qui va tomber amoureux de la "première" venue. Cette dernière va être conquise parce qu'elle se croit abandonnée par celui qu'elle aime, mais retourne auprès de son premier amour dès qu'il réapparait.

Un roman qui pose donc la question de savoir ce que l'on aime chez l'autre ou plutôt "qui" l'on aime. Est-ce l'autre pour lui-même ou nous-mêmes à travers l'image que l'autre renvoie de nous ? A méditer...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2007
Ce livre commence réellement comme un conte. Toute l'histoire semble se passer dans un monde de rêves, ceux qu'on imaginait pendant notre enfance. L'histoire elle-même semble être un rêve. C'est d'ailleurs l'histoire d'un homme qui se surnomme le rêveur. Une nuit, il rencontre la jeune Nastenka qui attend son fiancé et il décide de lui tenir compagnie. L'histoire DOIT se terminer bien. Le rêveur et Nastenka sont censés être réunis et vivre le bonheur absolu. Mais voilà, Dostoievski nous ramène brutalement sur terre lors des trois dernières pages de ce livre. Au retour de son fiancé, Nastenka repart presque sans honte vers lui, laissant le rêveur dans le désarois le plus total. Ce livre nous montre l'égoisme de l'amour et comment certains peuvent en souffrir. Il nous montre la cruauté derrière un sentiment si noble pourtant. Dans les dernières pages, le rêveur sort de son monde de rêves et voit ce qu'est la réalité : beaucoup moins belle et beaucoup plus triste. Personnellement, les dernières pages m'ont vraiment émue. Les mots sont magiques, les phrases sont comme les vers d'un poème. La traduction de André Markowicz est fabuleuse et ce livre l'est tout autant.
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2015
On retrouve une atmosphère archaique et lente, une longue description du ressenti de ces deux personnages, qui se rencontrent par hasard, qui s'aiment vaguement. Ce jeune homme perdu, cette jeune fille malheureuse, tous deux auraient pu se consoler, mais deux personnes semblables ne sont jamais faites pour etre ensemble.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2012
Petite nouvelle d'une 100ene de page, une sorte de petit conte d'amour typique du XIXeme. Ses gens polis, son language relevé, sa beauté des sentiments.

Un jeune homme désespérément seul, qui passe ses journées à flâner et rêver les yeux ouverts rencontre une jeune femme en pleurs à Petersbourg. ça sent le navet mielleux hein? Et pourtant Dostoievski avec une plume superbe, un art de la narration formidable et un très bon sens du rythme arrive à faire passer ça comme une lettre à la poste. En 100 pages il dresse un portrait génial des deux protagoniste, l'un ouvrant les yeux devant les années oubliées de sa vie, et l'autre vivant dans l'attente d'une chose qui peine à se réaliser. Y'a de l'humour, de l'émotion etc...

C'est beau, bien écrit, classe. Je m'attendais à une fin mielleuse mais non, le malin à évité le piège, ça a beau être du beau sentiments avec des phrases de gentleman, ça reste la vraie vie. Dure.

J'aurais aimé mettre entre 4 et 5, mais pas faisable.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2015
Dans cette courte nouvelle romantique écrite par le jeune Dostoievsky, on trouve déjà la patte de ce grand auteur, avec son goût prononcé pour la description de la psychologie des personnages et le désespoir qui guette dans les rues et au bord des canaux de Saint Petersbourg.
4 nuits et un matin pour se connaître et se quitter, une histoire sentimentale improbable du XIX° siècle, où l'on était réservé et courtois, qui aurait pu être banale mais est sublimée sous la plume de l'auteur.

Un récit qui se lit en quelques heures et qui est une bonne introduction à l'oeuvre de Dostoievsky.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2016
Je me suis laissé convaincre par les commentaires positifs de lire cette toute petite histoire, mais même si je suis allé au bout (car c'était court), ça m'a plutôt ennuyé. Les personnages sont vraiment cucul la praline, et bon, j'ai pas été particulièrement surpris par la fin contrairement aux autres. Comme on dirait sur les bolossdesbelleslettres, c'est juste un keum qui se fait baltringuer dans la friendzone
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2014
Sublimement écrit (même si la traduction ne me plait pas, mais passons), une histoire à tomber, des dialogues merveilleux, des personnages à aimer... Evidemment ça finit comme ça finit mais c'est génial.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2014
Ce petit livre m'a permis de ressentir l'atmosphère toute particulière qui règne dans cette si belle ville à cette période de l'année, et spécialement dans le quartier "Dostoïevski".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2013
Quand je lis cet auteur je suis en rêve avec lui en Russie, il me transmet beaucoup de chose, le roman est exceptionnel je le relirai avec plaisir
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2010
Ce livre de 100 pages est un roman de jeunesse de Dostoievski qui nous ouvre son âme. Ce livre est écrit en 1848 en pleine période du Romantisme. A ce romantisme Dostoievski qui personnifie le jeune homme rêveur de l'histoire, ajoute son mysticisme, sa passion exacerbée proche de la folie et son immense générosité..

Ce jeune homme de 26 ans qui n'a pas vécu qui s'enferme en lui même et qui se retire du monde, va rencontrer celle qui va le projeter dans la vie...Une mystérieuse jeune et belle fille, elle même au bord du désespoir ou au bord du suicide, pleurant...aussi malheureuse que lui. Elle va faire naitre la compassion, l'envie d'aider, il va naitre spontanément l'attirance, l'amitié, l'amour chez ce jeune homme, tous ces sentiments vont crescendo, il est attiré comme par un aimant...Aimant lui aussi.

Elle saura reconnaitre en lui, l'homme amoureux, l'idéal dont elle voudrait partager l'affection...Elle qui avait le coeur brisé et qui fut consolée s'arrachera des bras du "rêveur" pour courir vers celui qui était son rêve à elle...Partagée tout de même entre ces deux hommes qu'elle aime: "oh s'il était vous" dit-elle, quelle déclaration ! Et laissant le "rêveur" choir, plongé dans ses souvenirs...

La dernière phrase du livre (que l'on peut lire en quelques heures, dans un train par exemple, en rêvant soi même)...en dit long sur l'âme de l'écrivain :/ "mon Dieu ! une pleine minute de béatitude ! n'est-ce pas assez pour tout une vie d'homme ?"/
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,60 €
5,90 €
6,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)