undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:8,65 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 14 septembre 2006
Ce livre est une des oeuvres les plus hallucinantes que j'ai lues, une de celles qui vous restent en mémoire des années après l'avoir refermé. "La reine de la nuit" a été écrit par Marc Behm, écrivain de roman américain, en 1977, installé en France depuis des années.

Il raconte l'itinéraire d'une jeune femme, enrôlée malgré elle dans les sections d'assaut nazies (les SA, ancêtres des SS) au début des années 20, son ascenssion dans ce parti politique, sa rencontre avec les dignitaires nazis, et son parcours jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Les deux points forts de ce livre, c'est d'abord l'enchaînement des situations les plus rocambolesques qui soient, et la rapidité d'écriture. Les aventures vécues par Edmonde sont incroyables, sans cesse "sur le fil", elle revient de tout, survit à tout et à tous. Donc, déjà, pour cet aspect, le livre se dévore d'une traite, tant le lecteur est halluciné par ce qu'on lui raconte.

Le deuxième aspect le plus frappant, et c'est là que l'on peut parler de chef d'oeuvre, c'est le ton, le style. Ce livre, qui nous raconte par le menu les pires atrocités commises par l'homme, les pires perversités, où se croisent les hommes et les femmes les plus violents et les plus dévoyés, et bien, ce livre est à se tordre de rire. Marc Behm désarmorçe les pires situations avec l'humour, et un humour très noir, très cynique, caustique, qui parfois laisse pantois. On a presque honte de sourire parfois... Marc behm pousse le bouchon très loin, à la limite du soutenable. Cette Edmonde traverse cette période sûre de son bon droit, sans moral, sans recul, animée par un seul désir : celui de jouir, de posséder, puis quand les choses tourneront mal, de sauver sa peau. Son aventure est une randonnée mortelle, sadique, perverse, sexuelle, à la limite du surréalisme.

Ce livre hallucinant nous plonge dans le mal absolu. Il n'est pas à mettre entre toutes les mains. L'humour y est grinçant, ravageur, choquant. Mais si vous choisissez de l'ouvrir, les dix premières lignes vous convaincront de ne plus le lâcher.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2015
Certains livres dépassent l’entendement, et celui-ci en est un. C’est cruel, cynique, violent, désespéré, historiquement crédible. Il est brillant dans la narration et l'intrigue : on le démarre et on ne le lâche plus jusqu'à la dernière page. En plus, la traduction française est excellente. La violence (physique et psychologique) qui sous-tend chaque page ne permet pas de le mettre entre toutes les mains mais, si on a le cœur bien accroché, on ne peut que le recommander.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)